Tout ce qui tend à … ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Tout ce qui tend à … ?

Nous ne savons pas, entièrement, vers quoi. Mais nous allons le découvrir, complètement, ensembles ! Tout ce qui tend à ? Tout ce qui tend à, a priori, ne peut qu’aller vers le bien, le mieux, l’amélioration. Le bien pour l’espèce humaine. Et pour la majorité des humains. Pourquoi ? Parce que le système est dans les cordes. Sur la défensive, en retrait. Très crispé. Il ne peut donc plus tendre à…puisque c’est s’offrir, donner, s’ouvrir, transmettre, lâcher prise pour le partage et la confiance… Tout ce qui tend à se tend vers la confiance…et avec confiance !

Nous sommes tous des indigènes pleins de gènes qui gênent qui pensait que la génétique c’était pour faire de la police très discriminatoire… ! Il n'y a pas besoin d'aller loin pour croiser des sauvages tellement sculptés de sagesses. Que l'on se dit...."Tous ces trop occidentaux trop riches ne savent plus le sens d'un seul mot"...Quels glissements concrets dans l'extrême pauvreté masquée de tant de colifichets.

Marquons donc nos irréductibles différences ! Oui d’où partons-nous vers où nous dirigeons-nous ? Ce qui inscrit, visiblement, tout le chemin parcouru et où nous en sommes arrivés. Toutes les tendances sont tendues et les tendances à, tendent vers. D’un côté - vers tout ce qui recherche le tendre. S’entendre, s’étendre, tendresse, attendrir, tendeur, détendre…comme une forte participation corporelle aux événements (auditions, sentiments, morales, repos, et…tendons**…). Les positions intellectuelles et émotionnelles ayant leur équivalent, leur pendant, dans les positions corporelles.

De l’autre, vers tout ce qui attise la tension. Tendancieux, tendance, tendanciel, distendre. Qui distord et déforme les dispositions de départ, les aptitudes en germe, les propensions et les penchants en quelque chose de…partial, d’abusif, d’irruption de préétabli, d’envahissement d’arbitraire. De non contenu à l’origine ! Tous les penchants en sont penchés !

** Même « tendon » vient, étymologiquement, de tendre ( du latin, tendo, tendinis) dans le sens de tendu, détendu, souple, retendu, flexible.

..

……………………………*********************************

Tout ce qui tend à…plus de tendresses ou plus de tendances. Les tendances se corrompant en devenant tendancieuses. Partiales, fermées, inobjectives, injustes. Tout ce qui tend à…encore en projet, en fécondation, en germination exsude plus de ses desseins et intentions que de constructions définitives. La facette si positive du complet y est encore en graine non éclose. Oui complet comme le respect du complexe, ce qui permet à la toute diversité d'exister dans un même mouvement. Complet est complice de complexe, rien ni personne ne peut en être exclu. Tout ce qui tend à…inclure, intégrer, joindre, contenir, accepter, recevoir, accueillir tout. Que la tendance nôtre tende à demeurer ainsi !

Puisque - Le mouvement de repli, de reculade, de retraite, de rétrogradation, de régression que nous vivons depuis trop d’années (au point que certain-e-s se sont convaincus que c’est un état normal, habituel) c’est justement une époque qui ne tend plus à…qui n’est plus tendue vers. Et s’enroule sur ses idées fausses qu’elle ne régénère plus, ne renouvelle plus, ne visite plus, n’interroge plus. Ce en quoi ce qui domine en 2017 (fort heureusement, pas dans toutes les têtes) c’est l’irrationalité, la perte de la raison pratique et du sens des valeurs. Cet enroulement ne peut que pourrir sur soi. Socialement, ne sont plus partagés l’exigence, l’essentiel, les raisonnements, le sérieux, l’objectivité, la complexité complète, l’accueil de tout le monde. Mais l’inessentiel, le futile, les apparences, les déraisons, les cruautés, les stéréotypes oui les préjugés. Bref, le détricotage en actes de tout ce qui fait une civilisation. Ce qui désigne bien, alors, les conformistes comme les dangereux ennemis de la civilisation. Et surtout pas les esprits critiques et les comportements d’analyses. Les premiers montrent un effondrement dans le chaos et le magma antisocial. Les seconds maintiennent leurs têtes hors de l’eau et protègent toutes les valeurs. Ce sont les seuls adultes. Qui savent ce dont ils parlent, qui savent quoi faire et, chaque jour, tendent à

La société, absurdement, dominée par les préjugés, les apparences et la carence de raisonnements structurés, dit – actuellement – n’importe quoi, s’auto-enfume dans les apparences et divague dans l’absence intégrale de direction. Elle ne tend vers rien. Elle ne tend plus à …cette image, cette métaphore en devient d’une précision thérapeutique si bienfaitrice. Qui ne tend plus à…sombre, aujourd'hui, dans les corruptions. A tourner en rond dans sa nuit. Sans issue ! Tout le bon sens et la raison veulent, alors, que (quelle que soient nos opinions politiques, sociales, philosophiques, pratiques (après tout, ce ne sont que des opinions) nous fassions tout pour que ces esprits critiques – les seuls salvateurs de la civilisation – aient plus d’accès aux grandes diffusions, à la parole publique, à leur visibilisation, à l’écoute qu’ils/elles méritent tant. Etc. Eux seuls savent où aller et comment faire.

Contrairement à trop d’imposteurs, n’ayant aucun respect pour la société (ce pourquoi ils se déguisent en faire semblant d’être conformes tout en s’aigrissant dans le cynisme trop tricheur), non aucun respect pour la civilisation et ses valeurs (à cet égard, essayez de trouver une seule « parole républicaine » chez les prétendus dirigeants. Aucune ? Pas une seule ? Zéro ? Clair que ce sont eux les ennemis de la République et nous ses défenseurs !). Non absolument aucun respect pour chaque humain – le capitalisme étant la désorganisation sociale la plus inutilement cruelle qui existe. Refuser de l’abolir vous montre bien non tendus vers…oui pas qui tend à !

..

...........……………………..***************************************

Dans ce cas, nous voyons à quel point les mots sauvent la civilisation. Ils font clairement le tri entre qui est son ami et son soutien (même si les calomnies des médias vendus et de la corruption capitaliste disent le contraire….et même « parce que » ces diffamations prétendent l’inverse…). Oui les mots désignent, aussi, les clairs ennemis de la civilisation (déjà ces médias vendus et ces capitalistes corrompus). Nous venons d’en avoir une si réconfortante démonstration. Quelques mots et tout s’éclaircit. Quelle économie dans l’aisance. La puissance mentale revient.

Mais ce n’est pas tout - dans ce cas il faut trouver les raccourcis paradigmatiques – et c’est le trop anormal« nous n’allons pas philosopher ». Ce nous n’allons pas philosopher qui souligne bien, et une corruption morale, et une trahison intellectuelle

** philosopher, au contraire de jouer (irresponsablement) en Bourse, ne peut nuire. Ne coûte rien à la société. Et ne peut, dans ce cadre, que rapporter à tout le monde

** historiquement, la philosophie a contenu tous les savoirs. En a été la structure d’accueil, la pépinière de tous les possibles. A été la civilisation tellement plus longtemps que toute autre discipline intellectuelle. Grâce à la philosophie, l’Histoire n’est pas prête de finir. Et donc renier la philosophie c’est renier la civilisation. Toute entière. S’en démasquer ennemi sournois. Qui donc ose poser le bâillon illégal du «nous n’allons pas philosopher », se trouve, soudain, en très mauvaise posture…Du côté des esprits voyous oui carrément. Puisque justement, si, nous allons philosopher parce que nous le…devons. Ni l’économie ni la politique – dans l’état de corruption actuel – ne peuvent « commencer » à sauver la société. Elles ne peuvent venir que bien après !

**La philosophie oui. Et tout de suite. Elle tend à…Ce qui la place du très bon côté du réel...

Oui, ces personnages trop sûrs d’eux (dans leur tête gangrenée par le capitalisme utilitariste nous lisons – la philosophie, combien de régiments ? La philosophie, ça rapporte combien ? La philosophie c’est bon pour truquer les élections ? La philosophie cela permet d’acheter qui ? etc.). Et donc ? Chaque fois qu’un anticitoyen dégaine son langage performatif du « impérativement, faut pas philosopher. Plus jamais. », du nous n’allons plus philosopher, cet anti-citoyen se démasque comme un…oui voyou, un clair ennemi de la société. Puisque les non-dits pleuvent tels « nous n’allons pas débattre », « nous n’allons pas réfléchir ensemble », « nous n’allons pas trouver de solutions », « nous n’allons pas changer la société », nous n’allons pas… ! Nous ne tendrons plus vers rien. Nous ne tendons pas à…Et le visage du vaurien mental et antisocial apparaît derrière ces nous n’allons pas qui cinglent comme des ordres. Des ordres de matons, de gardiens illégaux de prisons, de répressifs antihumains, de flics politiques (interdit de faire de la politique sauf…la nôtre) et…qui obéissent (illégalement donc) à de prétendus dirigeants qui devraient, eux, se trouver depuis si longtemps, en prison. Oui ceux qui ont introduit la peste totale dans la société…oui ces monstres ont osé le « il y a des gens qui pensent bien ». D’autres non. Et c’est nous qui disons qui pense mal et qui pense bien (en faisant tant de mal..). Cet acte de rébellion extrémiste contre la République doit être très sévèrement sanctionné. Et ses « factieux », comme l’articule la Constitution, doivent se trouver derrière les barreaux. Et non dans les médias vendus (ces biens mal acquis par de l’argent sale. Donc très illégalement. Doivent tous être saisis…)…

Voici que le paradigme nouveau est bien là, même s’il reste de formulations encore dispersées. Et qu’il ne semble pas (sauf dans certain-e-s têtes libres, évidemment) avoir trouvé ses formules centrales

Normal c’est dans l’action collective que ces formules centrales se forgent !

..

..........………………………..***************************************

Et donc, ce système est bien dans les cordes, si crispé sur lui-même - il ne peut plus tendre à…nous tendre vers. Le paradigme nouveau se construit hors de lui. A son extérieur. Il dit que les mots sauvent la société. Et que les usages performatifs qu’en font les égarés capitalistes – du genre du « faut pas philosopher – ah bon ! pourquoi donc ? C’est si dangereux que cela pour vous ? Cela vous démasque à la vitesse de l’éclair ? – signent, en fait, leur fin très proche. Ce sont toujours eux qui brusquent les choses – jamais nous…Exercices pratiques ?

« Unaquaeque res, quantum in se est, in suo esse perseverare conatur » ; toute chose, nous dit Spinoza, s'efforce autant qu'il est en son pouvoir de persévérer dans son être. L'homme n'est pas un être exceptionnel dans la nature, qui aurait le privilège de l'agir parce qu'il serait doté de libre arbitre rationnel (…le complètement fou homo eoconomicus !). La propension des choses à continuer leur mouvement est universelle, la nature est dynamique et l'homme en fait partie, rien de plus rien de moins. Soit le fait majeur que les monomaniaques capitalistes (seuls leurs délires nocifs comptent) en se plaçant, suicidairement, hors de la nature et de la vie – doivent se voir, dès maintenant sanctionnés. Hôpital ou prison. Bigre, c’est aussi clairvoyamment efficace la philosophie ?

Le second exercice pratique ? Traiter les mots comme de la vie. Dans ces cas là, il s’agit d’inventer de nouvelles expressions. En les poussant jusqu’au bout d’eux-mêmes. En a menant chaque terme à son terme… Oui le préjugement. Qui va avec la forme verbale du préjugé….soit le préJugement – juger avant de savoir – correspond à une grande injustice très préméditée. Une absence complète de civilisation (là où tout le monde peut obtenir un avocat de la défense). Dans le pré-jugement, vous êtes « jugés » même si vous n’avez rien fait. Vous n’avez absolument pas le droit de vous défendre. De la vraie barbarie ! Le bourgeois n’est qu’injustices partout…Pire ? Lorsque nous savons que le maximum de préJugés se trouve concentré dans les classes prétendues supérieures nous savons (vraiment au fond de nous) que s’il y a bien des personnages complètement inaptes à diriger les autres ce sont ces personnages aveuglés de trop de…d’illégaux préjugements !

Ils veulent diriger le monde sans même….

…………………………………………………en connaître un traître mot !

 

Ne plus attendre - Tendre vers....

Et donc ? tendre à...

 

.......………(à suivre)

 

……………………**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles (…celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Tout ce qui tend à … ?
Tout ce qui tend à … ?
Tout ce qui tend à … ?
Tout ce qui tend à … ?
personne ne respecte ses promesses – ne se soucie de ses électeurs – ne les soutient – ne nous représente – n’offre de solutions - ne voter pour personne : ça, au moins, c’est quelqu’un !

personne ne respecte ses promesses – ne se soucie de ses électeurs – ne les soutient – ne nous représente – n’offre de solutions - ne voter pour personne : ça, au moins, c’est quelqu’un !

Tout ce qui tend à … ?
Tout ce qui tend à … ?

être persévérant

Présentation de l'intégralité de la conférence :« Unaquaeque res, quantum in se est, in suo esse perseverare conatur » ; toute chose, nous dit Spinoza, s'efforce autant qu'il est en son pouvoir de persévérer dans son être. L'homme n'est pas un être exceptionnel dans la nature, qui aurait le privilège de l'agir parce qu'il serait doté de libre arbitre ; tout ce qui existe tend spontanément à perdurer. La propension des choses à continuer leur mouvement est universelle, la nature est dynamique et l'homme en fait partie, rien de plus rien de moins.

Renoncer à la pensée unique est plus qu’urgent : elle suicide la société !

La diction du dictionnaire sait tout infiniment mieux que la pensée unique ¡

et ils ne sont pas les seuls...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article