Si vous n’avez pas réussi votre vie, c’est entièrement de votre faute ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Si vous n’avez pas réussi votre vie, c’est entièrement de votre faute ?

Cela fait souffrir énormément que de le recevoir en plein corps, non ? Si vous n’avez pas réussi votre vie, c’est entièrement de votre faute ? N’est-ce pas énorme, monstrueux, inhumain ? Mais ceci surgit d’une théorie…eh oui. En plus que d’être complètement fausse, ce grave crime intellectuel vient de France et des nomme : l’individualisme méthodologique.

Donc si vous n’avez pas réussi votre vie, c’est entièrement de votre faute ? Et les milliardaires c’est de la faute des pauvres, la corruption des politiques c’est de la faute des électrices, les pollutions de la faute des non pollueurs, l’air tue parce que de vrais humains vont à pied et vélo…très connue cette fumeuse rengaine. Qui ne vaut rien. Ce système ne survit que par la CULPABILISATION des non…coupables. Tout le mal qu’il fait provient des autres, jamais de lui – le déshonneur à fond. Nous avons donc des anges immaculés qui tentent de nous déverser toute la noirceur du monde (eux, et donc doublement, eux…)…Tous ces personnages profondément immoraux et antisociaux osent t’accuser de tout. Comme s’ils n’étaient pas la cause principale de ce monde désastreux. Et surtout eux et à fond…alors, le coup l’individualisme méthodologique vient dans la droite ligne de leurs corruptions… Nul-le ne doit souffrir à cause de ce grave délit moral. Si vous n’avez pas réussi votre vie, c’est « en grande partie » de votre faute. En plus atténué…Cela n’a vraiment, non plus, aucune valeur. Sinon d’être ajouté au dossier d’accusation contre eux…afin qu’ils réparent les dégâts et nous dédommagent. Jamais nous n’avons pu choisir véritablement – donc notre réussite – nous faisons, surtout, que…subir. Il s’agit bien d’une vénéneuse perversion mentale et affective que de marteler sans cesse l’inverse !

Ainsi argumentée, débattue, démontée, mise à nu…il ne reste rien de cette imposture mentale. Victoire ? Pas du tout. Cette infection domine encore l’université, les têtes à décisions et les institutions. Il ne suffit pas d’avoir mis à mort le chancre, encore faut-il extraire toutes ses toxiques tentacules. Nous avons lutté depuis tant d’années (et ceci peut être vérifié dans les livres de http://www.freethewords.org/) mais des intérêts monstrueux semblaient apprécier très fortement ces phrases pour bourreaux (je te cogne et c’est de ta faute si je te frappe, pas de la mienne - ton mal c’est parce que tu le ressens que tu as mal pas du tout parce que je t’ai déloyalement trop battu ! Ne ressens plus et laisse toi faire…). Donc ? Retrouvons le bon sens : la société, les forces illégales de l’économie, l’argent sale, les gigantesques fraudes des trop riches, la corruption des lobbies, les lois illégalement votées contre les populations, le monopole des médias par ce qu’il y a, intellectuellement et affectivement, de plus nul et déplorable, etc. (etc. oui liste trop longue) ont tellement, oui tellement plus d’effets sur nous. Que notre propre pouvoir contre nous-mêmes. Ce serait genre 80 % pour ces forces qui refusent de se voir en face et qui nous nuisent tant et 20 % pour nous…puisque nous refusons de nous ORGANISER, de nous unir, de nous unifier, d’entrer dans le mouvement unitaire le plus vaste possible. N.R.V. (Noir Rouge Vert) est là pour cela.

Si vous n’avez pas réussi votre vie, c’est entièrement de votre faute Comment une telle insulte au genre humain peut dominer la pensée des élites. … Si nous n’avons pas réussi notre vie, ce n’est sûrement pas de notre faute ? Mais celle de tous ces pouvoirs profondément illégitimes et haineux de l’espèce humaine qui l’auront trop piétinée. Qui nous auront lâchement dépouillé de nos égalités de chances…et menti sur tout. L’individualisme méthodologique est le plus pervers des mensonges qui se seront faufilé, sournoisement, dans la chair de la société.,

Si vous n’avez pas réussi votre vie, c’est entièrement de votre faute (mais si vous faites rater la vie des autres c’est donc entièrement de la faute de qui vous avez licencié, ruiné, spolié, diffamé, écrasé ou exploité)….à tous les coups, les salauds, les braqueurs, les banquiers et les financiers internationaux gagnent ! Trop facile…oui ceci surgir de la sociologie du déshonneur complet : l’individualisme méthodologique. Cette très grave déviance antisociale pour qui tout est entièrement de la faute de qui…subit. Jamais de qui fait subir ? A-t-on jamais vu une telle philosophie pour bourreaux, une telle incitation à la torture ? Qui souffrira ne pourra que se dire « Si je n’ai pas réussi à ne pas souffrir, c’est entièrement de ma faute ». L’édulcoration du en « très grande partie de ma faute » est encore plus barbare. Ce qui (en intégrale partie) a le défaut de se montrer si extensible, si sophistique et hypocrite, si cynique, si dépravé comme Tartuffe que cela englobe, en fait…tout !

…………………………............****************************************

« L’importance accordée au sens et à la recherche de celui-ci – dans son orientation, ses études ou son métier, sa vie – est-elle nouvelle ?

Ce qui a changé, c’est le rapport aux normes traditionnelles aujourd’hui, dans une société individualiste où de nombreux piliers sont tombés : l’autorité de l’Etat, la religion, la famille etc., nous avons moins de référentiel commun, et donc moins de réponses préétablies, déjà faites à « qu’est-ce qui fait sens ? » En un sens, c’est une belle opportunité parce que plusieurs modèles se déploient, mais nous pouvons aussi nous éprouver, perdus à la croisée de possibles qui ne cessent de se multiplier. Plus on multiplie les choix, plus il est compliqué d’agir pour l’individu car le poids de l’initiative pèse et guette ardemment.

La grande souffrance contemporaine, c’est le poids de l’initiative : en un sens vous êtes devenu responsable de la vie que vous menez. Si vous recroisez un ami cinq ans après l’avoir quitté, vous lui souhaitez fortement de ne pas être là où vous l’aviez quitté, vous vous attendez, si ce n’est à un « plus », du moins à un « autre », à un changement, à du différent.

La-grande-souffrance-contemporaine-c'est-le-poids-de-l'initiative !

Aussi est-il essentiel dans notre société néolibérale, une société où cavalent les cavaliers seuls, les individualistes, de se mettre le pied à l’étrier et de cheminer, de cravacher, d’avancer, d’évoluer. Au risque d’avancer dans tous les sens sans que cela fasse sens pour nous.

On entend souvent que la société actuelle est en perte de sens. En effet, à multiplier les sens, les directions, les possibles, les savoirs, les techniques…, il devient complexe de se repérer. Néanmoins c’est une époque qui appelle comme jamais à l’agilité, à un travail individuel et collectif de (re)-positionnement relativement à tout ce qui évolue… Voici un contexte qui appelle à trouver ce qui fait sens aujourd’hui. Or, avant de trouver, il faut chercher. Une chose me semble primordiale, à savoir l’humilité de considérer que quel que soit le sens que l’on trouve aujourd’hui, celui-ci n’est pas figé et ne sera pas automatiquement celui de demain.

Tout le monde peut se poser la question du sens de sa vie. Néanmoins, certains y seront plus accoutumés que d’autres en raison de leur éducation, de leur contexte familial, personnel, professionnel. Certains seront plus aptes à formuler des interrogations claires et sensées. « Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée », disait Descartes dans son Discours de la méthode, mais la façon d’en user diffère selon l’usage qui est fait de sa raison, « car ce n’est pas assez d’avoir l’esprit bon, mais le principal est de l’appliquer bien. (…) Ceux qui ne marchent que fort lentement peuvent avancer beaucoup davantage, s’ils suivent toujours le droit chemin, que ne font ceux qui courent, et qui s’en éloignent ».

Aussi l’entrepreneuriat fait-il rêver les cavaliers qui aspirent de plus en plus à mettre le pied à l’étrier. Derrière l’entrepreneuriat résonnent la liberté et la responsabilité : « C’est à portée de main et de volonté alors osez ! » Ce qui renvoie à la question du poids de l’initiative qui pèse sur les épaules de nos contemporains. [Ainsi que le très scandaleux mensonge qui est…] Aujourd’hui, si vous n’avez pas réussi votre vie, c’est en grande partie de votre faute. [Très faux : c’est peu de votre faute et beaucoup de l’environnement sociopolitique très corrompu et par ses dirigeants mêmes ].

Tout ce qui semble aujourd’hui se présenter comme étant à contre-courant de la société actuelle et de ses valeurs consuméristes ou performatives ferait sens. [ce pourquoi cet antisystème est tant imité par les politiciens menteurs !]. Or si chacun peut s’interroger sur le sens de son métier – le trader, la femme de ménage, l’intellectuel, l’ouvrier – chaque métier peut également être un métier sensé à condition qu’il soit exercé avec raison.

« La vanité est le sixième sens », a écrit Thomas Carlyle [1795-1881]. Gare donc à ne pas vouloir courir le sens absolument comme si celui-ci était à trouver. Le sens ne s’acquiert pas comme un outil ready-made mais se conquiert. [en rejetant déjà tous les médias vendus, obstacles illégitimes sur la route du sens ]. Or, nous cherchons aujourd’hui surtout des réponses pour (re)-donner du sens à nos vies. Je crois que l’on s’apaiserait beaucoup si on partait plutôt du principe que le sens réside moins dans les réponses que l’on trouve – ou cherche absolument à trouver – que dans les questions que l’on se pose à ce sujet. » [et que ces pouvoirs en fin de course voudraient tant que nous ne posions pas !]

…………………………**************************************************

Analyse de la pensée individualiste méthodologique ?

C’est aussi cette théorie qui ose qu’il faille laisser les pauvres se débrouiller tous seuls. Surtout ne jamais les aider. Que c’est leur rendre un immense service de rendre le monde plus qu’insensible à leur égard. Pendant ce temps – les trop riches sont sur-assistés. Beaucoup trop…aidés. Au lieu de laisser les libertés individuelles les empêcher de s’enrichir à ce point…quasiment tout le monde est ligoté de culpabilités et ceux-ci (trahissant l’individualisme meilleur répartiteur des richesses) dépouille des humains cloués par les idéologies. La liste des délits (abus de faiblesse, non assistance à personne en danger, non respect du contrat social, occupation illégale du domaine public et une centaine d’autres) leur est même évitée…Ce serait, pourtant, leur rendre service (pour reprendre leurs propres mots) que de laisser la prison se refermer sur ces trop riches. Ils ont tant à apprendre. Ce qui n’est pas, en général, le cas des pauvres. S’ils ont « réussi » leurs vies, au point que cette réussite les conduise en prison…c’est entièrement de leur faute. Nous ne faisons que citer leur verbiage !

C’est donc bien une pensée cupide, mesquine, intéressée et gavée de duplicités : le but caché demeurant de laver de toute culpabilité comme de toute responsabilité tous les pouvoirs illégitimes en place. Pourtant, cause de 80 % des catastrophes mondiales et …individuelles. Rappelons que les oligarchies sont illégales en République. Et que « le devoir sacré des peuples » reste de les foutre dehors.

D’autre part, la méthodologie se montre désastreuse – ce qui fait désordre pour un individualisme…méthodologique. C’est que tous les phénomènes macro-sociaux viennent de seulement des actions individuelles non concertées. Le micro, miraculeusement, devient tout le macro. Que tout ceci semble brouillon…il n’y a plus que des juxtapositions involontaires où tout le monde agit n’importe comment et selon ses lubies subites. En effet, il n’existe plus aucunes attentes normatives, ces attentes d’autrui à notre égard …attentes qui font société. Non non – dehors la raison. Chaque action se montre comme indépendante de celle des autres. Foutant donc le maximum de chaos et de désordres partout. Et nul, non plus, ne veut de rétroaction (rectifier le tir). Soit s’ajuster aux actions d’autrui. Oui s’autoréguler dans une société régulée par toutes ces autorégulations…D’ailleurs la rétroaction n’a pas d’effets dans un monde où tout le monde se fout de tout le monde, où les pires conduites barbares sont seuls favorisées ! Notons que la description glacée des apparences n’amène aucune explication. Et ne peut que se calfeutrer dans un monologue où il n’est pas incité à répondre aux questions toutes plus brûlantes les unes que les autres. Pourquoi est-ce ceux qui ont le plus tort qui continuent de faire semblant de diriger le monde ?

En plus, l’individualisme méthodologique, faisant semblant d’imiter Jean Piaget, n’aura fait que dire l’inverse de lui. Son autorité ne peut donc couvrir ce banditisme mental. En effet, Piaget disait, en substance que…la totalité sociale est un système de rapports dont chacun engendre en tant que rapport même une transformation des termes qu’il relie. Ce qui, pour lui, empêche tout individualisme débridé comme le vecteur le plus destructeur de la société. En fin de compte, le libéralisme (dont l’individualisme méthodologique reste l’aboyeur le plus virulent) qui prétend défendre l’individualisme ne défend jamais… l’individu en particulier. Trop banal, trop trivial, trop bassement réel…il laisse tomber chacun des indivis…individuels et blablate individualisme. Tour de passe-passe que les gogos adorent : se faire dépouiller aux yeux de tous tout en insultant qui leur fait, humainement, remarquer qu’ils/elles pourraient (s’)éviter de telles injustices. Aidant exagérément les maîtres illégaux et piétinant leurs vrais amis.

C’est que ces beuveries d’immoralités ne forgent que les pires des humains. Complètement aveugles, ne regardant plus personne. Etant devenus comme des bulldozers qui aplatissent tout sur leur passage. Sans plus un frémissement sensible. La carence d’empathie est un des symptômes de la dangereuse perversité du libéralisme. 1) - Nul ne semble appartenir à des organisations, donc toutes les immoralités se mettent à cavaler, cavalières seules 2) – Tous les acteurs sont libres mais certains tellement plus que d’autres. Et leur slogan est devenu « ma liberté commence là où j’écrase les autres ». Tout en n’admettant pas « qu’autrui puisse se défendre ».

………………………......****************************************

En fait, il y a bien une nette concussion avec la non-pensée boursière et ses fariboles « sur les choix rationnels et l’information identique pour tous » lorsque, sous nos yeux se déroulent des dissymétries d’informations aberrantes et l’impossibilité de gains honnêtes. D’autant plus, lorsque seuls les petits porteurs peuvent perdre. Et que les gros sont remboursés par tous les…payeurs d’impôts. Socialisation des pertes cela s’appelle. Ce qui ouvre les yeux sur la nécessaire socialisation des bénéfices…afin de « rendre service aux trop riches qui ne doivent jamais être aidés afin qu’ils apprennent à se débrouiller seuls ». Voici qui remet le monde à l’endroit, etc. Etc.

Et pour vous – de vous avoir assez offert tant d’entraînements afin que vous soyez bien à l’aise. Et expulsiez de votre vie intime toute trace de ce trop endurci individualisme méthodologique (cause de tant de souffrances et d’humiliations…individuelles – ce qui est, tout de même, un comble). Ensuite, dans les rues, magasins, places publiques, scènes culturelles, informations, partout, vous pouvez détecter sa présence nuisible. Et les annihiler comme si de rien n’était. Tout ceci vous devient une seconde nature…ce qui vous conduit à redevenir oui simple comme…bonjour !

Nous avions prévenu ce blog est bien le centre de toutes les thérapies sociales, collectives, unitaires. Et en actes. Et semble même remporter toujours plus de succès dans ces domaines.

Une pensée concentrée, usant de métaphores et d’images justes, qui démantèle en peu de paragraphes une pensée si dominante. Et la met à terre pour toujours – devient la preuve de l’excellence de la …méthode de départ.

.......................Oui, l’individualisme méthodologique est une nullité...

puisqu‘il ne s’occupe jamais des…individus… particuliers (trop dérangeants) !

……………………………………et nous oui !

 

………(à suivre)

……………………**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuitshttp://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles (…celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Si vous n’avez pas réussi votre vie, c’est entièrement de votre faute ?
Le bourreau qui dit « Si vous n’avez pas réussi votre vie, c’est entièrement de votre faute », ne pourra plus jamais cacher que c’est ainsi qu’il est ! Oui de ce genre de monstre.

Le bourreau qui dit « Si vous n’avez pas réussi votre vie, c’est entièrement de votre faute », ne pourra plus jamais cacher que c’est ainsi qu’il est ! Oui de ce genre de monstre.

Si vous n’avez pas réussi votre vie, c’est entièrement de votre faute ?
ne soyons plus les fantômes de nos vies

ne soyons plus les fantômes de nos vies

Si vous n’avez pas réussi votre vie, c’est entièrement de votre faute ?
Si vous n’avez pas réussi votre vie, c’est entièrement de votre faute ?
notre futur semble tellement plus étoffé que celui des...dirigeants.

notre futur semble tellement plus étoffé que celui des...dirigeants.

nous sortons de leur cadre…et – sans nous – ils ne pourrons plus jamais recadrer !

nous sortons de leur cadre…et – sans nous – ils ne pourrons plus jamais recadrer !

tout voir d'un oeil neuf

tout voir d'un oeil neuf

Quel est le fondement moral de l'individualisme possessif ? Aucun tant que nous restons dans le monologue corrompu et déloyal…

Vous voyez que nous ne sommes pas les seuls à désirer la fin de cette monstruosité qui tant fait souffrir.

Parce que le néolibéralisme reste monstrueux : un système qui se permet tout et ne permet rien aux autres sinon se taire…parce qu’ils restent objectifs et qu’ils ne veulent pas que leur soit fait le mal que fait le libéralisme fait, ni symétriser cette cruauté – donc qu’ils veulent abolir le libéralisme. Une « pensée » libérale ? Il n’y pas de PENSÉE uniquement une fuite devant tous les débats loyaux. Juste un monologue déraisonnable…

L’abondance n’est pas une question de quantité. La plus grande richesse est d’être directement connectée à la vie telle qu’elle est. La souffrance est la différence entre ce qui est et ce que je voudrais qu’il soit, l’écart entre les deux. La vraie paix est une paix dans laquelle toutes les émotions et formes de pensées peuvent vivre. Même celles qui font mal.

Les illusions libérales - individualisme et pouvoir social : Petit traité des grandes illusions

Nous devons payer les délires et illusions des néolibéraux. Ceux qui fuient devant tout débat…

Commenter cet article