Une vie meilleure ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Une vie meilleure ?

Est-ce possible et comment est-ce possible une vie meilleure ? La réponse est simple : une vie meilleure commence par la salubrité publique. La fin de la corruption par des concepts tordus et tortueux. Tels se donner tous les droits parce que c’est pour faire du …profit. Et toutes les voix de se taire, ah du profit, chut, ouvrons les portes, ouvrons nos tiroirs, laissons faire – n’argumentons plus… Chose sacrée que le prétendu profit ? Plus de limites, de contrôles, d’équilibres sociaux : tout pour un et rien pour la majorité. N’est-ce pas un peu déséquilibré, dissymétrique, inéquitable mon brave monsieur ? Carrément. C’est juste de l’injustice. Un putsch illégal. Des factieux. Des émeutiers antisociaux qui ont fait serpenter et glisser des anti-lois. De l’anti républicanisme et de l’anti démocratie partout. Le profit qui se fait au détriment de l’autre doit se voir contraint de respecter où commence la liberté de l’autre. Pourquoi ?

Même pour le sport, il y des règles et des arbitres. Le code de la route est visiblement respecté parce que, visiblement, son non respect ne causerait que des dégâts. Le profitisme, cette maladie psychiatrique qui fuit la réalité de ses actes et de ses résultats collectifs, doit être contrecarré par la salubrité publique. Et ses comités. Les dégâts sociaux et humains sont, en effet, immenses : le profit abusif est bien une maladie honteuse. Equilibrer son budget, recevoir un juste paiement pour ses services, un bon gain, percevoir une part équitable (mot de moins en moins utilisé, on dirait. Vu que son but obscène c’était, seulement, d’effacer le mot égalité, celui-ci n’étant pas assez....égalitaire. Avec équité nous allions voir les progrès immédiats. Nous avons vu…équité c’est encore plus…corrompu. Sûr que nous ne félicitons pas les cailleras du sommet !). Bon – ce n’est sûrement pas priver l’honnêteté et la sociabilité de leurs justes gains, c’est remettre le monde à l’endroit.

……………………**************************************************

Soi ramener en priorité le travail bien fait, les services bien remplis, les contrats équilibrés (alors que le capitalisme n’est qu’une rupture unilatérale de tous les contrats), oui de pouvoir prouver que la contrepartie (un service soigné) soit remplie, avant de se précipiter, échevelé, la bave à la bouche, les yeux fous braqués sur le fric. Un gain c’est sain et honorable, à protéger et faire respecter – un profit non. Et trop de secteurs de la société sont gangrenés : par le profitisme qui nuit à tous les liens et tous les biens, qui souille la notion même de service, donc de serviabilité, donc de sociabilité. Renverser son café refroidi sur tous les profiteurs– en gage d’illustrations. Une vie meilleure commence, en effet, par de semblables comportements.

Tous les revenus doivent se voir plafonnés. Un « revenu maximal garanti » dont nous n‘entendons plus parler. Et donc ? Les médias vendus se démasquent bien comme être contre le vrai progrès : le progrès social et humain. Oui ces fossilisés défendeurs de leurs minables corporatismes. Qui osent prétendre que leurs profits seraient « des droits acquis ». Une obligation qu’aurait la société de se laisser extorquer. Ces droits acquis sont terminés ! La société refuse être bouchée de partout par des égoïsmes indéfendables. Ceux qui empêchent la société de progresser. Bref, tous les discours fallacieux que ces antihumains corrompus ont utilisés pour l’installation des privatisations illégales. Pourquoi illégales ? Les services publics étant des services à but non lucratif ne devaient pas – par effractions, abus prémédités de concepts inadéquats – se voir introduits dans la concurrence. Le lucre qu’est le profit abusif. A but non lucratif veut bien dire qui ne veut pas du profit. Tous les services publics sont à but non lucratif. De les avoir illégalement (oui comme des gangsters, oui comme des voyous) privatisés, c’est avoir fait reculer la société de plus d’un siècle. Et pourquoi ? Pour établir les monopoles anti concurrentiels des multinationales « parasitaires » qui se conduisent très illégalement, pratiquant plus la fraude fiscale et les « enfers fiscaux » (paradis c’est pour la minorité des corrompus) que la qualité des services. Bref ? Oui, une concurrence non libre et complètement faussée. Voir la culture bloquée de partout par des mafias plus qu’illégales. Tout n’y est que monopoles et la vraie concurrence (que toutes les œuvres aient un accès équitable à la diffusion !) très très empêchée. Tout y est donc plus que faussé – dans la culture zéro concurrence ; le capitalisme n’est donc pas un marché…libre. Non, il n’est que ces monopoles qui nuisent tant à l’intérêt général et au bien public. Nous priver de tous les talents de synthèse, de penseurs exigeants et de génies c’est comme de souiller intentionnellement les espaces collectifs. Faut que cela cesse. Une vie meilleure commence par connaître tout ce qu’il y a de meilleur dans tous les domaines. La qualité chasse les profits mégalomaniaques. Privatisations ? Occupations abusives du domaine public. Impossible d’y trouver la moindre équité comme la moindre légalité !

Toutes les formules font mouche puisque la pourriture corrompue ne peut résister à des êtres humains vraiment scandalisés, en colères paisibles oui la colère froide des humains déterminés, oui des humains N.R.V. Plus de privatisations abusives : que les biens spoliés aux pays leur soient rendus. De même les dividendes – cet abus indécent du non–partage des plus-values. Plus-values créées par le travail. Et pas par les rentiers. Un comité indépendant de répartitions des plus-values collectives doit leur rappeler que de s’approprier illégalement la part des salaires ce n’est pas « créer de la plus-value » mais la détourner, la confisquer se l’approprier sans strictement aucun droit. Oui la voler. Mais encore ? Depuis 1975, l’Europe devrait – version basse – au moins 5 000 milliards d’euros aux créateurs de plus-values. Les effectuateurs de la « valeur »-travail, les salariés. Les dividendes doivent donc, en partie, rembourser les spoliations du passé. Une vie meilleure commence ainsi…Chaque mot retrouve son sens sensé : dividende vient de diviser, oui diviser équitablement les plus-values collectives. Donner sa juste part à chacun. Qui ne les répartit pas, ne les divise pas en dividendes équitablement réparties, commet un très grave abus de…biens sociaux. Et doit bien rembourser les…trop perçus. Bien nommer c’est tout arranger, réparer, soigner, guérir ! Le capitalisme est une maladie grave dont toute la société doit se guérir ! .

..

.......................……….*****************************************************

Nous ne spéculons plus. Rien ne peut défendre cette activité de parasites, grignoter sans motif défendable l’argent collectif. Indéfendable ? Oui c’est comme d’entrer dans un lieu public et d’uriner sur tout et sur le tout le monde. Un peu d’autocontrôle tout de même. Où irions-nous s’il n’y avait plus d’honnêteté ? Les activités des hooligans capitalistes nuisent extrêmement à a société. Elle doit extrêmement se défendre.

Gouverner c’est, en tout premier, bien nommer les choses. Ce savoir est plus que pluriséculaire. Les politiciens professionnels coûtent bien trop cher à a société pour les services qui ne lui rendent plus. Ils agissent plus en ennemis publics comme des proférateurs de haute morale. Leur parole a perdu toute valeur ( à mesure que leur corporatisme archaïque entrait en inflammation)…Ces ex-droits acquis ne le sont plus. L’historique des votes abusifs les dotant de toujours plus de revenus illégitimes (en ces temps d’austérité qu’ils votent pour les autres, non cela ne se fait pas, ma pov’dame ! Il est illégal qu’ils ne « respectent » pas l’austérité des autres, comme n’importe quel voyou, n’est-ce pas ?). Oui cet historique décisionnel permet d’annuler les non-acquis inéquitables. Bien nommer c’est vraiment gouverner. Le scandaleux politiquement correct doit recevoir – très fermement – son antidote…Qui est nommé le « socialement incorrect ». Le capitalisme est socialement incorrect, le profitisme socialement incorrect. Les privatisations illégales sont socialement incorrectes. Les inéquitables dividendes socialement incorrects. La spéculation est socialement incorrecte. Et le prétendu politiquement correct est devenu très socialement incorrect ! Changer le nom sans changer la réalité qu’il y a dessous, non cela est une grave insulte à l’Humanité. Gouverner c’est surtout bien nommer. Le politiquement correct aura donc été un putsch illégal, un coup du monde inacceptable, une tentative de dictature verbale très répréhensible…Puisque que dire du dirigeant ? Que sa fonction c’est de dire diriger. Ce pourquoi tout tend à dire dirigeant. Gouverner c’est toujours, en tout premier lieu, surtout bien nommer. Voici comment commence la vie heureuse !

…………………………**************************************

Une Meilleureté ? Une Meilleurcité ? Une Meilleurté ?

Inventer un nom générique parce que sont absence aura semé tant d’équivoques. Par exemple ? Dès qu’est prononcé le nom « meilleur » trop sortent leurs révolvers de farwest. Comme si meilleur c’est le tueur. Donc le pire ? Il y a beaucoup de ça. Meilleur est désoclé du sens véridique « le plus empli de bonté ». Et donc ? Qu’il ne peut être un tueur. Et que toutes les compétitions afin de trouver les « meilleurs », ou le meilleur, sont de pures et simples diffamations. Calomnies infra-sociales. Le meilleur ne « voudra jamais » gagner. Gagner pour s’affirmer le « meilleur » c’est clairement signer « je suis le pire et prêt-e à tout afin de le maintenir »…

Aussi, dans le but de désirer une « vie meilleure » pour toutes et tous, nous installons le néologisme de « une meilleurcité » ! Vie meilleure qui ne veut surtout pas être mise en concurrence, faire la guerre oui sembler gagner, ni aussi vaincre. Mais bien être partagée par tout le monde. Sans exclus ! Ce qui n’est pas du tout la même chose…

……………….........……*******************************************

Nous avions en lice sans délice :

** Ce qui veut l’emporter sur l’autre, prendre tout le dessus. Mais ne pas « être » le dessus du panier. Ce qui peut, en conséquence, faire le pire afin d’y arriver. Ceci ne peut être le meilleur. La classification décoiffe !

** Et puis le superlatif de bon (du latin bonus, qui ne concerne donc pas, à l’origine, l’argent) mais bien la qualité et la bonté. Le préférable. Celle ou celui capable de demeurer « en bons termes ». Soit en bons mots très partagés. Bonté est qualité. Même si rare…

** Enfin – comme il y a graves équivoques – un ensemble…intermédiaire ! Toute une cohérence de concepts qui expriment la mélioration, l’amélioration. Dans le sens de bonifications et de perfectionnements. Et les sols s’amendent, se fertilisent, se rectifient et se régénèrent. Cela va mieux (et peut donc l’aller plus encore !). Ce qui souligne bien à quel point il reste possible de…rendre meilleur ! Comme de rendre pire.

Armés de ces trois tendances lourdes, nous voici en route vers l’excellence, vers les résultats de la quinte essence, vers les mellifères ou les mélodieux – devenons toujours meilleurs. Et ressentons qu’il est possible qu’il y ait des différences d’intensités dans celles et ceux…les plus emplis de bontés ! Vraies fleurs qui nous offrent la gratitude de la beauté. Ou le gratin du goût qui demeure moelleusement en bouche. Même l’élite qui ne pense pas à elle-même mais bien à tous les autres !

..

………………………..............***************************************

Et nous voilà avec notre néologisme « une meilleurté » (ou un meilleurage se montre, déjà prononcé dans « amélioration »). Donc seulement « une meilleureté » ! A nous d’en faire l’approche illustrée afin de faire bien ressentir ce sens peu visité – l’état du meilleur, le comment du meilleur ! Une fois n’est pas coutume ce sera par la radio :

RADIO -pour-une-vie-meilleure

RADIO -pour-un-monde-ouvert

 

.....Bonne écoute…la vie meilleure ne peut que tourner le dos au pire !

 

....................................%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

>>>>>>>>>>>>> - aUSSI - <<<<<<<<<<<<<<<<<<

Politiquement_correct- dans le texte

Avoir honte du politiquement correct ?

Lui préférer la vie meilleure ?

 

.................………(à suivre)

……………………**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles (…celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Une vie meilleure ?
Une vie meilleure ?
Une vie meilleure ?
j’ai hooooooooooooorreur de penser ! -- moi non plus.

j’ai hooooooooooooorreur de penser ! -- moi non plus.

une des plus énormes obscénités - cacher la réalité pantelante derrière un mot prémédité

une des plus énormes obscénités - cacher la réalité pantelante derrière un mot prémédité

Une vie meilleure ?
Une vie meilleure ?
Une vie meilleure ?
Une vie meilleure ?
Une vie meilleure ?
Une vie meilleure ?
Une vie meilleure ?
Une vie meilleure ?

le politiquement correct c’est une minorité qui tente de culpabiliser les foules pour ne pas être aussi corrompues qu’elle. En salissant tous les mots, tous les sens et toutes les grandeurs. C’est l’inversion de la morale qui voudrait faire croire que plus c’est malhonnête plus ce serait moral. Ah bon !

tout ce qui fut simple, il faut le traduire désormais ?

mêmes les cris de joies…si durs à trouver..

Vivre juste, vivre bien... Avoir une vie heureuse grâce a la justesse des échanges ?

Publié dans Victoires**

Commenter cet article