Abolir le droit à la fortune en plafonnant le patrimoine individuel ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Abolir le droit à la fortune en plafonnant le patrimoine individuel ?

Le futur, si rien ne change, est qu’une poignée de trop riches va se monopoliser 80 %, puis plus, du patrimoine du monde. Et sans en avoir le moindre usage. Seulement en en privant tout le monde. Tout le monde ne va, ainsi, qu’être perdant face à une telle glaciation. Afin de nous sortir de l’ornière mortelle, la seule catégorie de solutions rationnelles commence par plafonner énergiquement le taux de possession d’un patrimoine individuel. C’est que ces riches strictement n’apportent rien à la société. Ils lui coûtent une fortune. En tant que rentiers prédateurs.

Pendant que les médias voyous, appartenant à ces trop riches, égarent tout le monde avec des fables anti-factuelles. Telles les pauvres coûtent à la société. Alors que les faits et les chiffres prouvent que, non seulement les pauvres ne coûtent rien, mais rapportent. C’est que cela coûte toujours plus cher d’être pauvre. Et, symétriquement, toujours moins d’être trop riches. A eux tout l’argent gratuit détourné de tous ses buts collectifs. A eux les fraudes maximas, les exonérations abusives et les non paiements des obligations légales à la société. Tout rentre, rien ne sort. De dire ceci peut paraître étrange mais ce sont les faits et chiffres. Que les médias voyous s’obstinent à nous dissimuler.

Ce texte va nous ramener à la réalité et va, aussi, déblayer les propagandes qui sèment confusions et ignorances. C’est que la société de monopoles actuels – si contraire à la Constitution européenne avec sa concurrence libre et non faussée, lorsqu’il n’y a plus de concurrence libre et que tout est faussé - pourrait faire croire que le marché libre existe encore. Que les contes universitaires oui existent. Faux. Ce marché libre est mis en prison et les déchus néolibéraux ne cherchent plus qu’à diminuer toutes les formes de libertés. Concrètement, comment se passe-t-il ? Nous avons joint 4 vidéos qui déclinent le thème « Plafonner la richesse individuelle ». Leur diagnostic complète le nôtre. Nous sommes dans une société extrêmement régressive, qui nous fait vivre l’Histoire à rebours. Après l’Ancien Régime, nous vivons le féodalisme des fiefs et ses fieffés menteurs. Et puis arriverait la bombe nucléaire antisociale des cavernes ? Ce qui se matérialise par… ? Les véritablement trop riches, qui le serait par « leur » propre travail sont une immense tricherie. Ils volent le travail des autres. Ils se monopolisent tous les enrichissements des autres. Plus aucuns « effets de ruissellements » du haut vers le bas. Ce haut aspire tout et ne restitue plus rien !

Ce qui veut dire qu’ils étouffent tous les talents existants : l’âge barbare, oui, peut de nouveau poindre. L’image est, alors, de se trouver à la coupée d’un navire et de faire chuter – inéquitablement - tous ceux qui parviennent au sommet de l’échelle de coupée. Leurs inégalités ne sont qu’injustices. Toute égalité de chances est complètement piétinée. Les moyens disproportionnés de ces inconscients élèvent partout des…murs. Murs qui sont bien les preuves de régressions dramatiques. Ces murs empêchent tout projet rénovateur d’émerger. Tous les risques sont assumés par le seul travail et les petites entreprises. Ces trop riches se démasquent, partout, comme des parasites. D’inutiles parasites si déchus qu’ils laissent, partout, les autres réparer leurs incessants dégâts…

Le mensonge néolibéral qui voudrait faire de ces capitalistes de grands entrepreneurs ne tient pas devant les faits. Ce sont juste de pitoyables racketteurs qui détruisent tout autour d’eux. Ils nuisent gravement à la société. Ce sont les plus grands fauteurs de troubles actuels, provoquant désordres et prévarications sociales. Ainsi, la mobilité forcée, que ces rentiers irresponsables créent, affecte très dangereusement les fonds publics de tous les pays. Par tout ce qu’ils ne paient pas et qu’ils le devraient. Par tout ce qu’ils prélèvent et détournent à coups de lubies de lobbies. Les frontières et limites, qui existent pour tout le monde, n’existent pas pour eux. Ils sont bien ces « migrants » que dénoncent le F.N.., oui ceux qui prennent le pain de la bouche des français et leur font les poches. A part que le F.N., se trompant tellement stupidement de cible, en avait chargé les immigrés. Alors que ces immigrés rapportent au pays, donc ne lui coûtent rien. Et ces migrants non résidents le dévalisent, ainsi que chacun des électeurs abusés du F.N.. La désinformation ne sert que ces trop riches. Le F.N. semble de leur côté…Il n’y a plus de concurrence pure et parfaite. Ces trop riches ne consomment pas vraiment et n’apporte rien aux pays que des…pertes, des déficits et de sévères manques à gagner. Leurs rentes usuraires sont injustifiables et tellement injustes. L’ensemble de tous ses faits (les trop riches ne paient rien mais coûtent, ils détournent tous les enrichissements possibles sur leur seule tête, ils empêchent partout la concurrence, ils figent donc tout sans plus d’ascenseurs sociaux, etc.) explique à la perfection tous les faits actuels. Les médias voyous s’évertuent à dissimuler ces faits. Que leurs «placements» toxiques se font au détriment de tous les besoins sociaux. Que les politiciens, qui sont les ennemis des peuples, ont le culot de mendier les votes. Alors que, dès qu’élus, ils ne seront que les valets brutaux et illégaux de ces trop riches profondément destructeurs. Et clairs ennemis du genre humain.

L’appauvrissement accéléré des classes moyennes c’est que, depuis 1980, plus de 40 % de leur patrimoine est passé dans les mains illégales de ces trop riches. L‘épargne aussi : la preuve c’est que les chiffre l’évaluent à seulement 10 % du PIB mondial aujourd’hui. Le poids des héritages est devenu plus que négatif. Au point d’empêcher toutes les opportunités pour les non trop riches. Et le tout sans projet aucun de ces égarés trop riches. Ils immobilisent toute la société pour rien à la place. Leur pulsion de toute puissance se retourne contre eux : jamais une poignée d’humains n’a été aussi aliénée, auto-enfermée dans de sinistres illusions. Leur prétendue compétition n’est jamais un autodépassement, une émulation, un bien pour les autres. Tout y est dissymétrique. C’est comme de courir avec un bébé d’un an à qui aurait été liés les pieds. Exactement aussi absurde que cela. C’est partout ÉVINCER les autres de tout. Ce qui entre bien dans une société de MAL veillance générale Partout, n’excitant que le pire en chacun-e. Avec la « part collective » toujours amoindrie. Lorsqu’il n’y aura plus assez de « public » cela va devenir pire que le communisme historique. Un communisme privé…Ce pourquoi le monde semble bien déjà étouffer. Aucune puissance si l’on n’est pas…aimé.

Ce pourquoi, oui, il n’y pas d’autre issue vivable que de plafonner drastiquement les patrimoines et d’empêcher que se poursuivent de tels enrichissements antisociaux. Il ne doit plus y avoir de « trop » riches. Juste des riches normaux qui « gagnent » honnêtement leurs richesses. Pas qui volent tous les enrichissements des autres. La démesure est du côté de ce « prendre dans les poches des riches » qui ne fait que mentir sur un fait structurel où ce sont « les trop riches qui prennent dans les poches des pauvres et des classes moyennes ». Les solutions rationnelles sont juste d’empêcher cette barbarie. Les cris hystériques des médias voyous ne font pas le poids devant ces faits vérifiés et démontrés. Ces médias sont discrédités pour ne jamais respecter les…faits et leurs liens congruents (des analyses qui tiennent la route…comme les nôtres !). Décrire n’est pas expliquer. Ne plus analyser les faits ce n’est sûrement pas avoir le droit de juger qui analyse encore. La société a perdu son autonomie face à l’anti-socialité de ces trop riches, elle doit reprendre l’initiative. Et elle le peut. La concentration excessive du capital est devenue un frein extrêmement dangereux au futur commun. Plus aucun avantage à protéger un tel destructeur. Son règne pesant et inutile se clôt.

………………….......**************************************************

Cela se passe comment déjà ? Docteur en science économique, Philippe Richard sort un livre courageusement (sauf que « Légalité de l’égalité » l’était infiniment plus et bien avant !) intitulé « Abolir le droit à la fortune » dans un contexte où l’écart entre riches et pauvres est de plus en plus important. Dans cet ouvrage rare en son genre (voir ci-dessus), l’expert en sciences sociales interroge les inégalités de richesses grandissantes entre une poignée de super-puissants [ennemis !] et le reste de l’humanité. Les différentes crises que nous connaissons actuellement pourraient-elles être résolues en mettant fin aux immenses fortunes individuelles ? C’est en tout cas une piste qu’il est urgent de considérer. Philippe Richard, l’homme qui veut rétablir l’ÉQUITÉ (leur mot favori) parmi ces 1%…Disons, qu’afin d’amplifier la compréhension globale ces…10 % (1 % ne traduisant que l’organisation extrêmement antidémocratique et oligarchique des U.S.A. – ce pays trop acculturé).

Les hommes-qui-veulent-abolir-le-droit-à-la-fortune-cet-obscène-grand-tabou-contemporain

« L’idée soutenue par Philippe Richard, docteur en économie et expert en socio-économie auprès du Syndex depuis plus de quinze ans, est assez simple et empreinte de bon sens : supprimer le droit à la fortune individuelle. À vrai dire, il ne s’agirait pas tant de supprimer simplement et purement le droit à la fortune, que de limiter les fortunes individuelles par l’institution d’un certain plafond. L’économiste présente son idée ainsi : « Les modalités du plafonnement du patrimoine individuel s’inspirent de l’impôt sur la fortune comme l’ISF, mais à un taux de 100 % à partir d’une valeur acquise : une valeur cumulée des actifs, entre portefeuilles financier et immobilier et parts d’entreprise, nette de dettes. » Les bénéfices réalisés au-delà du dit-plafond serviraient alors à venir renflouer les caisses de l’état dans une démarche de redistribution de la richesse entre les différents citoyens d’un pays.

Car, dans la tête de l’économiste, il s’agirait bien d’une mesure qui viendrait directement toucher les ressortissants d’un même état, sur la base unique de leur nationalité. [ce droit « nationaliste », pour une fois utilisé à bon escient]. Impossible, donc, de fuir son devoir envers le Trésor Public en changeant de lieu de résidence comme c’est actuellement le cas. « En prenant l’exemple d’un plafond individuel à 100 fois le salaire médian (2,1 M€), les actifs concernés s’élèveraient à 1 750 milliards d’euros pour la France, affectant seulement 1 % des citoyens, les plus riches », explique Philippe Richard. Concernant la mise en place de cette « abolition », l’économiste préconise une prise de décision par référendum, qui s’accompagnerait d’un changement dans la Constitution. Il serait, selon son plan, toujours possible de devenir riche, mais pas extrêmement fortuné au-delà de toute raison.

Une telle mesure mesurée serait donc véritablement révolutionnaire, en cela qu’elle permettrait d’établir les bases d’une nouvelle organisation de la société, où les citoyens récupéreraient un temps leur place au centre du processus décisionnel. Mais elle permettrait également à l’État de s’inscrire en faux face à cette course effrénée à l’argent qui marque l’époque et les mentalités, afin de remettre la solidarité et l’effort commun de construction sur le devant de la scène. Une nécessité qui se fait sentir un peu plus chaque jour, alors que les inégalités s’accroissent proportionnellement au sein de nos états, et que l’on sait que la plus grande fortune de France, détenue par Liliane Bettencourt, équivaut à 1,8 million d’années de SMIC. Une vraie solution aux différentes crises actuelles ?

………………………**************************************

Pour Philippe Richard, il s’agit également de mettre fin à un système oligarchique qui profite aux « mieux lotis » et aux « plus puissants ». Il s’agit aussi de débloquer une situation statique nouvelle où les « richesses des nantis ne ruissellent plus au sein des nations dites ‘avancées’ », c’est-à-dire une situation dans laquelle les différents ascenseurs sociaux sont complètement bloqués. En voyant dans l’abolition du droit à la fortune la fin d’un régime où la cupidité et la compétition règnent en maîtres et où l’argent est le signe de toutes les réussites, l’économiste espère aussi le rétablissement d’équilibres tant sociaux et économiques, qu’environnementaux.

Pour cela, Philippe Richard préconise que les actifs au-delà du plafond soient transférés à une « agence publique autonome en charge de définir un plan quinquennal de relance économique et de transition écologique ». Avec ces fonds ainsi récupérés, il est possible de penser qu’échappant à la pure logique du marché mondialisé, les actifs pourraient participer à la définition d’un nouveau paradigme économique et sociétal en phase avec les révolutions industrielle et écologique à venir. À l’heure où certains avancent que le revenu universel est une « fausse bonne idée » car impossible à financer [faux !], on peut également penser qu’une meilleure politique de répartition des richesses pourrait apparaître comme la solution toute trouvée à ce problème de financement.

L’auteur, lucide, a cependant conscience que ce combat pour l’abolition du droit à la fortune ne se fera pas sans peine, les géants de ce monde étant certainement peu enthousiastes à l’idée de renoncer à leur statut extraordinaire [et illégal …par exemple, en France, la Constitution définit comme antirépublicaines toutes les corruptions par …les privilèges. C’en est clair et net !] du jour au lendemain, sans parler du secteur du luxe qui gravite autour d’eux. « L’objectif est avant tout de nous faire réfléchir sur ce droit à la fortune et sa légitimité [aucune : la Loi doit juste les réintégrer dans sa « juridiction » qui ne peut accepter la prolifération des inégalités si…antirépublicaines…] dans un monde qui a fortement évolué depuis trente ans. Où le bénéfice d’un tel droit semble bien mince face à son coût pour les nations [oui les riches nous coûtent bien trop cher a lors que les pauvres ne nous coûtent rien – à un niveau global !] ». Une question d’autant plus cruciale dans un contexte où la croissance semble impossible à maintenir sur le long terme : le gâteau des richesses étant à partager entre tous. L’ouvrage « Abolir le droit à la fortune » ouvre la voie sur le long chemin [..Rappelons que notre ouvrage toujours gratuit « Légalité de l’égalité » avait déjà sacrément fait de la route depuis 2000. Se trouve sur http://www.freethewords.org/ où cliquer sur l’onglet 3. ] qu’il reste à parcourir dans la déconstruction de notre rapport très malsain à l’argent et à sa concentration suicidaire ».

..

Qui-sont-les-"trop"-riches-en-France-et-qu'ont-ils-"fait"-pour-en-arriver-là ?

 

Qui court pour qui ?

 

Une-prétendue-présidentielle-sans-aucun-débat-: où-est-la-tromperie ?

 

Sans débat..... comment mettre fin au grave désordre existant ?

 

 

……(à suivre)

 

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 3 "Nul n'est nul", "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?» et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ; et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

les trop riches sont des pyromanes maniaques ?

les trop riches sont des pyromanes maniaques ?

Abolir le droit à la fortune en plafonnant le patrimoine individuel ?
Abolir le droit à la fortune en plafonnant le patrimoine individuel ?
la fiction est plus souriante que la barbare réalité...sauf qu'ils sont DES PIQUE SOUS véridiques...

la fiction est plus souriante que la barbare réalité...sauf qu'ils sont DES PIQUE SOUS véridiques...

il ne semble pas s’il y est un appauvrissement…collectif. Alors le où trouver l’argent est un délit flagrant de mensonge intentionnel...réponse ? Là où il est. Ce qui n'est qu'objectivité.

il ne semble pas s’il y est un appauvrissement…collectif. Alors le où trouver l’argent est un délit flagrant de mensonge intentionnel...réponse ? Là où il est. Ce qui n'est qu'objectivité.

il semble que le travail rapporte toujours plus et que c’est donc une injustice grandissante que ne pas partager avec lui les richesses qu’il produit. Et ne disons pas que l’argent sale permet le travail vu qu’il ne fait que l’exploiter et le dépouiller. A combien le vol des plus- values ? Pour l’Europe, au moins 5 000 milliards d’euros en 40 ans.

il semble que le travail rapporte toujours plus et que c’est donc une injustice grandissante que ne pas partager avec lui les richesses qu’il produit. Et ne disons pas que l’argent sale permet le travail vu qu’il ne fait que l’exploiter et le dépouiller. A combien le vol des plus- values ? Pour l’Europe, au moins 5 000 milliards d’euros en 40 ans.

les grisâtres rentiers ?

les grisâtres rentiers ?

Le préJugé, qui juge à l'avance, est enfin démasqué...

Le préJugé, qui juge à l'avance, est enfin démasqué...

1- plafonner la richesse individuelle

Combien d'argent dans les banques ou paradis fiscaux qui ne… servent à rien, pendant que des milliards d'êtres humains sont maintenus dans la misère par un système créé par les puissants.

Les questions de la détermination du plafond et de la mise en œuvre pratique sont certainement les plus déterminantes. Lorsqu'on prend le classement des plus grandes fortunes de France: http://www.challenges.fr/classements/fortune/ : les 500 plus grandes ont un patrimoine allant de 31 milliards d'euros (Liliane Bettancourt & Co=L'OREAL)/ 30 milliards (Bernard Arnault=LVMH) / 26 milliards (Famille Mulliez = AUCHAN) [pr le top 3] à 100 millions d'euros. En plaçant le curseur à 2 millions, combien de familles (bien qu'elles ne représentent qu’une infime partie de la population française) seraient concernées? Déjà plus de 500 selon le classement ci-au-dessus.

Tout est solutionné par abolir le droit à la fortune en plafonnant le patrimoine individuel !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article