De l’autre côté du miroir (2)

Publié le par imagiter.over-blog.com

De l’autre côté du miroir (2)

Le mieux c’est toujours mieux. C’est son net avantage. Et en ce qui concerne l’autre côté du miroir ? Afin de faire court, (puisque c’est tellement plus) : de l’autre côté du miroir, c’est l’espace de toutes les expériences incarnées comme de tous les flashes mentaux…durables. Le lieu des véritables trésors existentiels. Un léger courant qui ourle de petites vaguelettes captant chacune un diamant de soleil. Répercutés des millions et millions de fois, ces éclats de lumière encerclant de trois côtés. Toute la vision périphérique prise dedans et bercée. Silence et immensité. Il n’y a plus de plancher des vaches. Plus de terre sous les pieds. Rien de stable. Qu’un espace dansant et mouvant. Qu’un vacillement déroulé et soi, au-dessus, comme un petit grain d’univers. Tout est flots de lumières et de magmas musclés sertis en bijoux de cosmos. La perte de vue la fait retrouver. Les sensations sont au-delà du déjà vécu. Dedans/ dehors, plus de frontières et plus de limites. Tout l’univers vous en enlace et vous rocking bouge. Peu de pensées, très peu, et des flots, des marées de sensations toujours recommencées. Mais une pensée trône et vous fait boire dans la coupe de toute paix. « C’est ainsi qu’est l’univers infini, un flot de feu qui ne finit jamais. C’est ainsi qu’est l’unive…». Ce qui dépasse les données scientifiques, ne coïncide pas tout à fait, mais devient plus que convaincant lorsque vécu ! Ceci est un tatouage qui nous marque pour la vie. Fermez les yeux et vous retrouvez cet été qui flamboie, cette instabilité qui se déroule sous vous et vous fait perdre tout désir de rester collés à quoi que ce soit. L’univers vous emporte et vous emportez l’univers.

Le-bruitagene.info/portfolio/Dans-le-miroir/

………………………………*******************************

Qui dit que nous ne pouvons apprendre qu’en étant, d’abord, bousculés, est un vrai ami. Comment décoller du rocher collant des habitudes collantes, sans un petit coup de pouce ? Toujours prêt-e à suivre ? Vous n’êtes pas au bout de vos cahots, alors ! Un « audioblog » surprise va nous accompagner 11 minutes…

…et va nous démontrer que nous ne traversons pas le miroir – cela n’a rien à voir du tout. Regardez-le pour une fois froidement : après tout une glace reste de glace. Ce miroir (désormais, en cours de blasphémisation et de désacralisation :- imagiter et autres…) repousse les objets, il ne les laisse pas s’approcher de son mystère puisqu’il les échelonne dans l’autre sens. Il ne les enlace pas, ne les embrasse pas. Sa perspective n’est pas dans le sens de la marche. Elle la refuse tout net notre marche et démarche. Bon, premier choc prononcé : le miroir ne va pas dans le même sens que nous, il nous affronte, il préfère la direction contraire.

Mais – pire – si le côté droit du miroir est notre côté gauche retroussé et si notre côté gauche le droit. Ce même basculement latéral n’a absolument pas lieu pour une inversion haut et bas. Le bas reste en bas et le haut en haut. Et donc ? Nul de sensé et de sensuel ne peut affirmer qu’il traverse le miroir s’il ne fait qu’inverser sa gauche et sa droite. Effet d’optique ? Que non, pas d’excuse. Illusion ? Encore moins…puisque la correction de cette équivoque existentielle disparaît. Oui disparaît. Disparaît ? A la vue d’une vidéo ou d’un film, nous …réapparaissons notre montre à gauche et notre point de beauté à droite. Comme dans notre corps réel. La caméra n’est donc pas un miroir. Mais un reflet fidèle du réel. Et pourtant ? Pourtant non, l’humain préfère s’identifier à l’image du miroir – cette irréalité complète…plutôt qu’à l’image de…l’objectif objectivement objective. Ceci appartient aux grands mystères de l’être humain. A ranger à côté du comment son cerveau peut le leurrer (son cerveau structuré tel une grandiose effet de trompe-l’œil, d’illusion d’optiques ). Ce qui – au-delà des apparences =- nous permet de ne jamais nous piéger ou auto-piéger dans nos propres pensées !

Un être retroussé par le regard des autres ? Oui mais le regard des autres n’est pas miroir et est bien caméra, objectif objectif. D’où les « aliénations embryonnaires » selon Nietzsche. Et son absurde « Lorsque je suis un autre, je suis vraiment moi-même » ?. Soit égaré « sur » son miroir intérieur si ambigu. Antre des narcissismes déformants et autre effets glacés, glaçants et de glaciations des palais des glaces….Brrrr, fait froid. Toute glace y reste de glace !

………………………..........**********************************

Notre but ? Oui notre but avec ce texte (puisque tous nos textes possèdent le but comme butin, butin de vivre de plein pied toutes les beautés du monde – de manière complètement désintéressée, soit celle qui reçoit le maximum de splendeurs (nous ne brisons pas, par effractions, le réel – nous le laissons intact. Soit de l’écologie « augmentée » ?)… Ce but butin se butinant (but-inant), ensuite. Oui ce but même ? Tout but a une stratégie et des tactiques. La stratégie c’est de se rencontrer soi-même bien en face. Pour cela inutile de traverser le miroir : un miroir ne se traverse pas mais se déjoue, nous nous en dépêtrons, alors, de sa toile à leurres. Nous ne identifions pas à lui- le reflet n’est pas nous mais notre inversion délatéralisée. Se rencontrer soi-même bien en face ne peut se pratiquer que sans préJugé, ce grave travers qui juge à l’avance, avant même de connaitre et avant d’examiner – ce qui place bien tout préjugé du côté des « erreurs des miroirs » !- Oui se rencontrer hors tout préjugé et sans attente, sans bout final et sans aucune impérative prescription (ce côté malade de la loi !). Qu’est ce que l’instinct de naissance, qu’est que le prétendu défaut du « Oh, toi ! tu es nature, trop naturel – tu ne t’en sortiras jamais en société »…tellement le contraire dès qu’autrui – si bardé de mauvaises fois et de mauvaises volontés – veut me barrer la route ou me pourrir la vie : hop, un saut périlleux dans la tête et je sors de son cadre de …nuisances. Toujours bien présent mais incontaminé.

Pourquoi ce vivre à l’endroit (considéré par le seul regard de notre société pervertie par les sommets) serait considéré comme vivre à l’envers ? Juste le « fait » (que les médias dominants expulsent, oui excluent illégalement de leurs listes de faits à respecter (soit à impérativement dire comme eux ?)) oui ce fait banal que jamais de jamais je n’ai été attiré, ni fasciné (vampirisé ?) par les miroirs. Nul narcissisme ne me dévalise : mon apparence m’indiffère, je n’en prends soin que pour les autres. Et, dans cette optique très pragmatique et hyper concrète, un miroir c’est objet usuel sans intérêt particulier. Je n’ai donc aucune prise même inconsciente, aucune histoire avec ces glaces aussi glacées que la glace. Rien. Je préfère l’infinie profondeur de la vie intérieure. Comme l’épaisseur sans limites de la réalité qui m’entoure. Un miroir est si…plat et la réalité un enfilage de sensitivités, de sensibilités, de sensations sensationnelles et de sensualités…sensées. Une glace ne fait pas le poids. La délaisser, la réalité, pour la glaciation des glaces ou l’admiroir monologue – n’y comptez pas. D’où cet instinct primitif m’a déligoté sans cesse de tous les…miroirs des comédies sociales. Jamais retroussé ! Toujours protégé par la simplicité

…………………………….*********************************************

Nous voici, mine de rien, au cœur d’un vaste mystère. Le miroir. Le stade du miroir nécessaire à l’enfant pour reconnaitre son identité (qu’il a un reflet et que ce reflet demeure semblable). Le miroir si indispensable à nombre d’entre nous (donc pas à tous…). Au point de fonctionner tel un …refuge à hautes confidentialités. Une intimité si bien lovée. Un mimétisme de nos circonvolutions cérébrales, s’allonger sur le miroir comme s’allonger sur l’intérieur de nos têtes… Le lent miroitement et chatoiement de nos cœurs paisibles, etc. et tant d’autres secrets secrétés au fil du temps…oui ce miroir reste, aussi, le lieu de projections mentales inadéquates. Qui quittent le réel…Regardons froidement dans le miroir la gauche est à gauche et la droite à droite. Vous restez le même bloc. Que d’aucuns puissent se voir retroussés comme un gant, inversé latéralement – voici qui participe de leur centration mentale (l’identité fuit son identité). Un peu – trivialement, comme l’anévrisme des pensées, cet arc gothique. Et si, après l’ère du soupçon, il y a l’ère de la défiance (complètement incomprise par les grands délirants du complotisme, ces pervers qui dénoncent qui repèrent leurs « ententes illicites » au lieu de mettre fin – tout simplement - à ces pratiques antisociales et…illicites !) – il y a bien une leçon essentielle. Quelle ? Que qui veut tant une transparence totale de l’humain n’est certainement pas transparent, probe et honnête avec ses propres intentions. L’humain doit garder ses propres mystères puisqu’ils ne nuisent pas à l’unité de la société. Pas comme les laxismes abusifs envers les fraudes, les évasions fiscales, les enfers (pour les autres) de ces non paiements d’impôts par les trop riches. Lorsque, magiquement, le total de ces opacités correspond aux…déficits et aux trous en tous genres des budgets publics. Budgets que n’arrêtent pas de sucer ces déviants bien pervers.

Non, nulles transparences abusives lorsque transparent reste trans-parents, ce qui veut traverser ses parents mêmes. Retrousser l’origine de tout, en fait. N’oublions jamais que l’humain reste en limbes de nombreuses années – en néoténie, non formé, comme in-formé – pas encore formé, et que ses rapports avec les miroirs disent bien cette prolongation fœtale unique dans la nature. D’où – retourner l’origine comme un gant et regarder l’intérieur et croire désacraliser les mystères – l’acte de fausse rébellion trop facile. Quoi ? En fait, croire que les miroirs nous inversent participe bien de la lente structuration physiologique des conscients et des inconscients. Bon à savoir et pas bon à médire. Le monde (sauf l’Asie en partie, les autochtones dispersés et les amérindiens) ne vit-il pas un étrange rapport avec les…voiles ? Les interdisant frénétiquement tout en les ayant choisi, ces voiles, comme fondement de leurs civilisations. Ces religions « révélées » ne révèlent-elles pas qu’elles ont « enlevé le voile » ? Qu’elles ont dévoilé, dé-voilé ? Qu’elles ne l’ont pas interdit mais bien retiré, le voile, le voile de ce…qu’elles se cachent à elles-mêmes ? Et toute apocalypse n’est que, en grec, retirer l’objet même de sa cachette. Ce qui participe bien de la « revelatio », soit en latin retirer le velum, le voile de la révélation. Qu’est-ce à dire ? Sinon que l’origine de ces religions révélées est ces mouvements des voiles même Les voiles comme les miroirs archétypiques. Et que leur apex c’est de (se) le …révéler. L’étrange indicible – indicible comme un indice fort – c’est que ces 4 religions sont des religions de la…parole, des livres, des biblion de la bibliothèque. D’où les rapports …insensés (qui quittent le sens du sens) avec le langage ?

……………………………...**************************************

Que vivrions-nous de si particulier aujourd’hui ? Un wedding de webbing ou inversement ? Une nouvelle étape de la maturation de nos cerveaux. La fin du « stade du miroir » pour l’Humanité si infantile ? Le miroir aussi comme métaphore ?

Bingo, miroir c’est une métaphore, en fait. La racine du mot « métaphore » veut dire se porter, (se) transporter. Et, par extension, traverser. Traverser donc le miroir. Cette image permet de faire entrer dans ce miroir tout le sens du toucher. Le toucher de la proximité, de la mitoyenneté. Le miroir – du verre posé sur du tain, le tain du lointain qui le rend si proche, le rapproche (comme à toucher…), oui nous y transporte les expériences, les vécus et les trains de sensations - dont il va s’agir plus loin – jusqu’à…tout le monde. Tous ceux ou celles qui auront la bonne idée de lire ce texte

Solutions ? Comme de traverser le miroir. De se porter de l’autre côté. De sauter le pas, de tenter de reformuler et de revivre, à sa façon personnelle, les expériences offertes. Et pourquoi ? Parce qu’elles entraînent de profonds changements de mentalités. Par les transformations des points de vue, de façons de regarder, de se sentir infiniment plus près des solutions que de se ressentir ligotés et embrouillés par les problèmes (comme aujourd’hui, encore, pour la majorité). Disons, en très bref, que la réalité c’est d’être, à la fois, des deux côtés du miroir. Ces propos raccourcis seront mieux compris au fur et à mesure que le texte se déroulera.

http://www.imagiter.fr/2017/01/de-l-autre-cote-du-miroir-1.html

De l’autre côté du miroir restera comme suites de textes conçus pour faire traverser le miroir. Et se retrouver de l’autre côté du miroir – soit - 1) s’arracher des dominants 2) quitter les médias 3) entrer dans des nouveaux arguments bien plus corporels 4) arguments conçus comme mêlés à de « sensées » sensualités descriptives 5) libérations et soulagements que ces circuits (décrétés comme inutiles par les trop arriérés conformistes) débouchent toujours plus sur des solutions et dénouements…heureux. Et toujours plus d’aboutissements et de conclusions. Et tous les jours des solutions

……………………………..**************************************************

Avec le mieux c’est toujours mieux ? L’avis le plus massif (il y a des critiques amères mais ce sont surtout celles de personnes n’ayant pas lu l’article et se bloquant sur la seule présentation – en pensant lire en diagonale – sachant déjà tout à l’avance et vite vérifiant vaguement – ils ne captent pas que c’est un tout nouveau circuit d’informations étudié pour enchanter, faire réfléchir et sans imposer une opinion voir tous les aspects et positions d’un problème et autour de lui)… oui l’avis du plus grand nombre est que « ça fait du bien de lire de tels textes » - le ça fait du bien est important !

http://www.imagiter.fr/2016/12/alleger-les-charges.html

Les solutions et aboutissements…

>>>>>> --- 1 – ne pas s’attarder sur ce qui est perso dans recherches internet mais sur le collectif collecté

**1-1 ) – nous ne consacrons plus que 10 % de notre attention à tout ce qui vient des médias mercenaires et prétendus dirigeants. Leur pensée ne vaut rien qui nous a conduit dans la désorganisation actuelle. Il ne faut surtout reprendre aucun de leurs raisonnements qui ne sèment que confusions et chaos. N’étaler que les infos les concernant c’est tirer contre son camp. Comme pré-trahison .Nous ne les citons jamais. Ni visages ni paroles. Pas question de les diffuser. Lorsque l’info les concernant peut toucher au futur de tous – nous mettons en lien inclus dans des raisonnements qui dépassent leurs non-dits. Nous c’est 10 % de notre espace. Nous admettons, limites, 25 % d’encombrés par ces médiatiques mais pas plus. Les ¾ restant (trois-quart) c’est pour diffuser les exclus du système, les censurés, les méconnus, les pionniers – tout ce qui constitue notre futur réel. N’être que médias dominants n° 2 (les conformistes qui ne relaient « que » leurs trucs) n’a aucun intérêt. Puisque c’est trahir en double tous les exclus de ces médias. Parler 10 000 fois trop de qui est déjà bien diffusé. C’est se dévoiler son propre ennemi. Nous ne pouvons rien construire avec ces personnes.

2-- tout ce qui aide à améliorer nos vies. Avec comme idée principale. Les bonnes nouvelles pour nous sont des…mauvaises nouvelles pour eux. Tout ce qui nous rend autonomes, indépendants de tous leurs organismes. Inmanipulables, non malléables, inattrapables etc. est bon à prendre et apprendre. Structurer en collectif toutes les infos. Notre rêve ? Dans nos articles collecteurs de collectifs que nous soient offert de nouvelles bonnes idées…pratiques (oui du concret !) que nous insérons dans article. Qui circule amélioré et fait référence. Boules de neiges.

***3) travail de déconstruction du système. Théorie à fond. Démonter tous les dispositifs universitaires. Ridiculiser les médias mainstream en les ligotant dans leurs contradictions. Utiliser le rire, l’humour, les paradoxes pour raccourcir les articulations de raisonnements. Bref se faire des têtes heureuses de combattants tranquilles. Mais qui, d’un coup de griffe, fout par terre leurs minables manips

** 4) avoir pour but central d’unir, fédérer, etc. Nous, c’est NRV (Noir Rouge Vert) que nous considérons comme le mouvement le plus fédéralisé au niveau mondial. Celui qui réunit 70 % au moins de l’Humanité même…Il rassemble sans exclusive toutes les gauches (en sont exclus les ex-socialistes – ces sociaux-traitres inexcusables…).

** 5) tout ce qui existe doit être réapproprié. Nous nous sentons les responsables de la planète. Toutes les disciplines intellectuelles sont nôtres. Ouvrir le maximum de débats quitte à bousculer les inerties injustifiables. Les conformismes sont bien des délinquants antisociaux…

***** Autant dire – qu’un « De l’autre côté du miroir (3) »s’avère indispensable. Pas assez d’humains humains se sont mis à penser très sérieusement. Traverser tous les miroirs, contourner les voiles révélés, tracer une route probe et droite, trouver les moissons les plus fertiles…sont quasiment à portée !

 

…………………...........***********************************************************

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - ANNEXES - <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Plus-les-médias-sont-tapageurs-plus-notre-vie-intellectuelle-se-dégrade

traversons tous les miroirs – ils ne nous voleront plus jamais rien

Expliquer-lenigmatique-par-linconnu/

nous n’avons pas encore vraiment appris à penser comme traverser tous les obstacles…

Du bienfait de faire-des-erreurs/-ceci est un fait non reconnu par les "troubles faits" !

les erreurs sont comme la Terre, elle contient tout ce qui erre…

..

…………………(à suivre)

…………………………….%%%%%%%%%%%%%%

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles (…celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

De l’autre côté du miroir (2)
les ponts entre...des miroirs désertés ?

les ponts entre...des miroirs désertés ?

la nature est encore ainsi pour nous...des reflets sans miroirs objectifs ?

la nature est encore ainsi pour nous...des reflets sans miroirs objectifs ?

miroirs qui gardent et regardent tout pour eux ?

miroirs qui gardent et regardent tout pour eux ?

De l’autre côté du miroir (2)
le cercle en ciel ?

le cercle en ciel ?

briser reste de glace

briser reste de glace

le stade pré-miroir ?

le stade pré-miroir ?

l’échelle des sentiments cela s’escalade

l’échelle des sentiments cela s’escalade

Ainsi aussi...

Ainsi aussi...

nos articulations aux miroirs de nos corps ?

nos articulations aux miroirs de nos corps ?

De l’autre côté du miroir (2)
très habités...

très habités...

Être au monde c’est vivre sans miroir…puisque nous l’avons…traversé. S’il y a un « il voyage en solitaire » lui/elle seuls peuvent en parler. Or tout le monde se permet de parler à sa place pour ne rien dire. Où est l’anomalie ? Dire une info bénéfique et la recouvrir encore plus vite de falsifications, mensonges et impossibilités logiques. Et – pendant ce temps – nous sommes tous privés de ce message irremplaçable, unique qu’elle/lui seul peut dire ! Il n’y a donc qu’anomalies de « ce » côté du miroir ?

L'homme qui parle aux oiseaux. Et quels.

donc à Adidas aussi ?

l’apprentissage de…l’ignorance

la carte n'est pas le territoire ni ne se l'adjoint....

Il faut quitter, s’échapper, sortir des routines qui nous avaient encerclées dès la naissance – pour passer de… l’autre côté du miroir. Le non – celui translucide de la lucidité ! Purifiée de toutes les scories de son imago. Et de l’umbra qui l’accompagne. Que du diamant pur. Qui – bien évidemment – ne peut être « crazy ». Seulement qui en parle si mal…et qui prouve qu’il ne connait rien à Mother.

L’argent « ne sait rien » – en aucun cas il ne peut vassaliser la science. L’argent n’est qu’employé. En tant que maître il se dévoile complètement fou…écoutons-le « la recherche n’est qu’une formalité seul l’acte hyper infantile de faire du fric compte (en fait il décompte toujours..) ».

Le biomimétisme ? Les formes de na nature nous guident mieux que tout comme dit M.B. Tant que nous ne nous engageons pas, nous demeurons englués dans les miroirs infertiles…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article