La grande catastrophe consumériste ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

La grande catastrophe consumériste ?

Avec les chiffres démentiels des gaspillages de toute nature - qui représentent d’énormes gains potentiels, récupérables si nous trouvons la bonne idée de les éliminer, ces très scandaleux gaspillages…le texte aborde la surconsommation « irresponsable » en tant qu’une accusation glacée. Tous les chiffres démontrent le consumérisme comme une inexcusable irréflexion qui en devient délinquante. Inutile de l’aborder telle une grave aliénation qui dévalorise l’humain - ce sont les chiffres et les faits des têtus totaux qui vont être très soulignés ici. A en donner le vertige ! Tel ce les gaspillages représentent approximativement 7 fois le montant consacré à l'aide au développement dans le monde. Ce qui fait très électrochoc.

Ainsi des prédations peu sensées sur les réserves non renouvelables d’eau souterraines mondiales : oui nous allons manquer d’eau UNIQUEMENT à cause des gaspillages multipliés par tous les égoïsmes sans arguments. Encore des opportunités équitables de gâchées lorsque un tout petit quart (1/4) de l’alimentation jetée à la poubelle pourrait nourrir les humains qui meurent toujours de faim. Sans omettre ce que nous allons découvrir…nous prenons pleinement conscience que la condamnation sans appel du consumérisme si déraisonnable vient du fait que c’est devenu la pire des catastrophes sociales possibles. Et tout le temps évitable. Il y a donc des ex-humains qui vont devoir changer à fond et vite leurs styles de vie de vrais…voyous sociaux. Oui ? Oui, il faut savoir que 28 % des terres arables sont mobilisées pour produire des aliments qui vont être juste jetés à la poubelle. Oui que 43 % seulement des produits cultivés mondialement dans un but alimentaire sont directement consommés par les humains. Que ce gaspillage écervelé coûte, chaque année, la somme colossale de 990 milliards de $. Somme qui pourrait réparer tant de dégâts sociaux, former une éducation tournée vers les apprentissages des réalités objectives et de la nature qui en sait tellement plus que nous, etc.

Que toutes ces sommes indignement non utilisées pour le bien commun ne viennent que de tout ce…que nous n’avons pas fait. Les inerties coûtent le plus cher. Faire, se tromper, le comprendre et corriger le tir ne coûte pas vraiment autant puisque les « rétroactions positives » (les bienfaits obtenus d’avoir compris les dysfonctionnements) en deviennent des bénéfices ! Non, toutes les excuses toutes plus dérisoirement infantiles les unes que les autres, sont balayées par la GRAVITÉ de la grande catastrophe. Et celle et ceux qui auront tout fait pour empirer les faits : ces injustifiables conformistes puisqu’il y a eu assez de paroles fortes qui leur permettaient de vraiment changer complètement. Ils ne l’ont pas fait, c’est leur entière culpabilité ! Et les dirigeants, tous pires les uns que les autres qui, par cupidités illégales, auront créé cette grave régression collective Ce sont eux le retour à l’âge des cavernes.

…………………...*********************************************************

** 1) - Nous devons nous réveiller : le constat brutal de toutes nos insuffisances.

Surplus-la-consommation-par-la-terreur ?

Une vidéo qui veut réveiller les consciences ? Et aujourd’hui un rappel insistant de ce qui n’a TOUJOURS PAS ÉTÉ FAIT…puisqu’il date de 2003..Aussi, sans partager tous ses irrespects – il reste didactique de relayer cet essai en forme de collage virtuose réalisé autour du "gourou de l'antimondialisation", John Zerzan. Et ses dénonciations des dérives du libéralisme, de la coercition médiatique et publicitaire, de la course plus qu’insensée au profit et du gâchis insurpassable produit par la société de consommation – la pire des régressions infantile et irresponsable de l’Humanité ! Ses procédés de collages, manipulations des sons et des synchronisations, répétitions suggestives, montages incisifs, musiques dub et électro, slogans martelés... où le film utilise les mêmes techniques que la publicité et les shows télévisés. Ironique à souhait, le documentaire interroge sans cesse. Ce qui peut irriter ou plaire...

Une solution?

 

** 2)- Il nous faut nous soigner et vite : La consommation montre tous les symptômes des dits drogués aux drogues dures - mais en pire puisque, à aucun moment, il n’est pris conscience de cette addiction :

Consommation-excessive-comme-d'une-drogue-:-effets-secondaires

La liste des effets secondaires est ici….dont…….

7.--- )))- Le Creapypasta

« Non, ça n’a rien à voir avec une soirée spaghettis qui tourne mal. Ou alors seulement si son récit hante les cachots du net et fait flipper les gamins qui la lisent sous la couette à la lueur de leur smartphone. Un creapypasta, c’est la version web de la légende urbaine. Le terme est né en 2007 sur 4chan, le forum d’où serait parti le mouvement Anonymous. C’est la contraction de «creepy» (terrifiant) et de «copy-paste» (copié-collé) pour souligner l’aspect viral de leur diffusion. Il en existe des centaines, du simple récit qu’on se partage de blog en blog à la mise en scène chiadée. Comme ce clip «original» de Disney retrouvé récemment, mais qui a quand même eu le temps de faire une dizaine de millions de vues sur YouTube, et qui, d’après la légende, aurait poussé de nombreux internautes au suicide (alors qu’on y voit juste Mickey première génération marchant dans une ville grise sur une musique angoissante). Ambiance. »

………………….....**********************************************************

** 3) - Nous entrons dans les faits bruts, la dureté de voir en face le total de tous les dégâts ÉVITABLES qu’aura provoqué le consumérisme – la plus extrême et fanatique des délinquances de ces dernières décennies. Il faudra bien qu’une grande partie de la caste paie, rembourse, répare, compense ou aille en prison. Oui c’en est à ce point. Il faut choquer (mais sans violence) les consciences. Y marquer la rupture obligatoire. L’acte d’accusation ahurissant ?

Le-gaspillage-alimentaire-est-il-une-fatalité ? état-des-lieux

« Combien d'aliments gaspillés dans le monde ?

 

1 300 000 000 000 kilos

Selon une analyse menée en 2011 par la FAO, on estime que la quantité de gaspillage alimentaire dans le monde s’élève à 1,3 milliard de tonnes par an, 1 300 milliards de kilos par an, soit environ un tiers de la production totale de denrées alimentaires destinée à la consommation humaine

Au niveau mondial, 1/4 de la nourriture produite est jetée sans avoir été consommée. Des chiffres choquants lorsque l'on sait que 13% de la population mondiale souffre de sous-alimentation.

750 000 000 000

Ce gaspillage représente 750 milliards d'euros.

……………………………………………………………43%

Une autre étude (Smil, 2010) indique que 43% seulement des produits cultivés mondialement dans un but alimentaire sont directement consommés par les humains.

voir l'Encyclo écolog : le gaspillage alimentaire

Que représente le gaspillage alimentaire dans le monde ?

Pour l'ensemble des pays développés, le gaspillage alimentaire est évalué entre 30 et 40% de la production de nourriture. [[ mais vu le volume de leur production, ces actes de frivolités graves ont des conséquences sur la nature – détériorée pour rien]]

 

Dans les pays riches, le gaspillage serait essentiellement dû au circuit de distribution [[à changer donc d’urgence]] : les distributeurs prennent peu de risque avec les dates de péremption et jettent les produits qui ne sont visuellement pas parfaits. D’énormes quantités de nourriture sont également perdues au cours des processus de transformation des aliments, lors de leur transport, mais aussi dans nos cuisines [[responsabilités de chacun-e ]] :

  • A Bruxelles le gaspillage alimentaire s'élève à 15,2 kilos/habitant/an soit près de 12% des ordures ménagères brutes et 175 euros de nourriture jetée par an directement à la poubelle.
  • En Grande-Bretagne, un rapport remis au Premier ministre en juillet 2008 estime qu’un tiers de l’alimentation achetée serait jeté, l’essentiel étant encore consommable. Le gaspillage final est évalué à plus de 500 euros par an et par foyer, soit 4,1 millions de tonnes de nourriture jetée. Ce qui représente 13 milliards d'euros par an et 2,4 % des émissions de gaz à effet de serre du pays.

……………………………………..870 000 000

Un quart des pertes de produits alimentaires du monde actuel [[seulement des « pertes » et pas des productions positives – il est plus qu’inexcusable qu’au lieu de jeter il ne soit pas prévu des redistributions salutaires ]] serait suffisant pour nourrir les 870 millions de personnes qui meurent de faim dans le monde. Environ un huitième de la population mondiale souffrent encore de la faim. .

Numériquement parlant, seulement 25 pour cent de la nourriture qui est jetée ou annulés en raison du stockage défectueux ou endommagé pendant le transport pourrait donc couvrir facilement les pires pénuries alimentaires.

Année après année, environ 1,3 milliard de tonnes de nourriture sont jetés du fait d'un stockage défectueux ou des moyens de transport inadéquats, soit parce qu'ils ne répondent pas aux exigences esthétiques des détaillants ou des consommateurs. Cela représente environ un tiers de la production alimentaire totale. Une étude publiée lors de la Semaine mondiale de l'eau à Stockholm en 2008 rappelle aussi que le gaspillage alimentaire au cours de la chaîne de production et dans les foyers revient à perdre des volumes d'eau importants qui ont été nécessaires à sa fabrication. Ce gaspillage alimentaire mobilise 28 % de toutes les terres arables disponibles et consomme 250 kilomètres cubes d'eau par année. [[..tant de terres épuisées pour rien – réorganiser la société en abolissant les courses aux profits – ces très nocifs gaspillages, et en se centrant autour de la gestion rationnelle et équitable des richesses collectives et des biens communs parait le but d’une société qui aurait fini de se comporter comme une cancre et une hooligan délirante !]]. ]].

En Allemagne, 11 millions de tonnes de nourriture sont jetés ou perdus chaque année. Par ménage, ce gaspillage représente 82 kilos de nourriture par an.3

1) FAO, Annual Report 2013.

2) FAO, Food Wastage Footprint: Impact on Natural Resources, 2013.

3) University of Stuttgart, Study on Food Waste in Germany, 2012.

Selon l'étude de l'organisme britannique WRAP*(Waste and resources action programme), si les Anglais arrêtaient de gaspiller de la nourriture, cela aurait le même effet sur les émissions de CO2 que de retirer de la circulation 1 voiture sur 5 : 60% de la nourriture jetée suffirait à générer l'énergie pour alimenter en électricité les villes écossaises de Glasgow et Edimbourg où vivent 1 million de personnes.

40% de la nourriture jetée, qui aurait pu être consommée, sont des fruits et légumes frais. La viande, le poisson, le pain. Les autres produits boulangers, les produits laitiers, le riz et les pâtes font également partie des denrées alimentaires les plus souvent gaspillées.

Dans les pays les plus pauvres, une très grandes quantité de nourriture est perdue avant même d’avoir pu être consommée. En fonction du type de culture, de 15 à 35% des produits alimentaires sont perdus directement dans le champ. 10 à 15% supplémentaires sont perdus au cours de leur transformation, du transport et du stockage.

Le coût énergétique du gaspillage alimentaire

……………………….990 000 000 000
dollars de valeur alimentaire gaspillée / an

L’alimentation est une des premières sources d’émission de gaz à effet de serre. Depuis la production jusqu’au traitement des déchets, le cycle de vie de la nourriture d’un Français moyen représente environ 20% du total de ses émissions quotidiennes. [[prendre conscience de LA PORTEE du moindre gaspillage ]]…

............................................................7

Le gaspillage représente donc approximativement 7 fois le montant consacré à l'aide au développement dans le monde en 2011/2012 [[vaudrait donc mieux arrêter de gaspiller que de « faire semblant » de les aider …un peu de jugeote à la fin ]] – soit environ $ 134 milliards [[à comparer aux 80 milliards d’€ de fraudes fiscales et pour la seule France ]]. Par comparaison le budget annuel de la Belgique n'est "que" de $ 266 milliards en 2012.

Ce n’est pas un « jeu télévisé » que de saloper la Terre entière et la société par les impardonnables puérilités du consumérisme – cette si grave atteinte aux droits Humains (enfants, femmes, hommes).…oui chacun de nos gestes de jeter à la poubelle coûte AUX AUTRES tout ceci (se reporter au tableau mis en illustration). Nos taux de nuisances sociales ne sont pas pris en comptes. Ils le devraient. Tout profit coûte trop cher à la société, coûte bien trop aux autres : il est temps de ne plus permettre à un esprit enfantin de « faire semblant » de faire des profits – soit, concrètement, de reporter ce « coût » sur les autres. Chacun doit être mis en face de ses coûts. Et donc – une conséquence directe parmi d’autres - le trop riche est celui qui pollue le plus, tellement plus…parfois comme 1 000 pauvres. D’autres comme 10 000 ou plus. Il doit cesser. Et, semer de nouveaux comportements comme de s’excuser de toutes les diffamations qu’il a pu semer sur le dos des pauvres.

En fait, le pauvre a le seul comportement RAISONNABLE dans l’état actuel du monde. Il doit être félicité et surtout pas diffamé. Les classes moyennes ne seront que privées de la grave folie consumériste. A charge pour elles de trouver les consommations…rationnelles et adultes. Assez d’informations existent afin d’y parvenir !

 

………………………*****************************************************

** 4)- Prendre conscience de TOUS les dégâts et changer de modèle de société.

Notre-consommation-alimentaire-épuise-les-eaux-souterraines-non renouvelables

« Entre manger et boire, il faudra bientôt choisir. [[sauf si nous quittons à 100 % le consumérisme fou ]] Nous utilisons toujours plus de produits alimentaires qui épuisent les eaux souterraines non renouvelables. Un phénomène mondial qui met en péril les approvisionnements à la fois en nourriture et en eau et pourrait faire monter en flèche le prix des denrées de base, alerte une étude de quatre chercheurs internationaux, publiée dans la revue Nature jeudi 30 mars. En identifiant pour la première fois les pays, les cultures et les relations commerciales concernés, ils espèrent améliorer la durabilité de la production alimentaire et la gestion de la ressource.

Plusieurs scientifiques avaient déjà quantifié et cartographié l’empreinte en eau du commerce international, pour comprendre quels biens de consommation utilisent cette ressource précieuse et dans quelles quantités. L’agriculture en engloutit [[toujours en augmentation]] ainsi 90 %, en raison de l’irrigation intensive des céréales, de la production de viande et de produits laitiers. Mais ce travail n’avait jamais été réalisé, au niveau mondial, pour chaque type de culture ni, surtout, en isolant les seules eaux souterraines au lieu d’englober également celles de pluie et de surface (lacs et rivières).

Or, les aquifères, ces vastes réservoirs naturels de stockage d’eau souterraine, sont une ressource clé. Elles abritent la majeure partie de l’eau douce liquide de la planète. Actuellement, 43 % de l’irrigation provient de ces réserves. Le problème est qu’elles se renouvellent très lentement, en 1 200 ans en moyenne contre 15 jours pour les rivières. Leur préservation est donc cruciale.

« Nous avons examiné tous les aquifères du monde, en ne regardant que la partie qui s’épuise, celle qui n’est pas renouvelée naturellement par les recharges hivernales, explique Carole Dalin, chercheuse à l’institut pour les ressources durables à l’University College de Londres et première auteure de l’étude. Cela donne des informations plus fines sur la durabilité des biens de consommation alimentaire mondiaux. On connaît maintenant les liens commerciaux qui dépendent d’aquifères non renouvelables, les pays producteurs et ceux consommateurs. »

Lire aussi : Les eaux souterraines à l'épreuve du réchauffement climatique

Pakistan, Etats-Unis et Inde, principaux exportateurs

Pour réaliser ces travaux, les scientifiques ont utilisé un modèle hydrologique capable de calculer, pour vingt-six classes de cultures différentes, quels volumes d’eau souterraine non renouvelable ont été utilisés, en 2000 et en 2010. Ils les ont combinés à des données sur le commerce international (celles de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) pour obtenir quelle quantité de cette eau la plus fragile est consommée par chaque pays pour produire 360 biens différents (céréales, farine, pain, huile, viande, lait, etc.), les exporter ou les importer.

Résultats : ces volumes d’eau souterraine non rechargée utilisés par l’agriculture ont bondi de 22 % en dix ans, pour atteindre 20 % de l’irrigation mondiale. Ils représentent 292 km3, soit peu ou prou la consommation des Français en eau potable pendant cinquante ans ! L’essentiel de cette utilisation est fait dans une poignée de pays. ».(…).

« L’Europe a externalisé 40 % de son empreinte eau, qui repose sur des réserves surexploitées à l’autre bout du monde, justifie Arjen Y. Hoekstra, professeur en gestion de l’eau à l’université de Twente, aux Pays-Bas, qui n’a pas participé à l’étude. Nous nous apercevons tout juste que l’eau est une ressource utilisée de manière non durable dans de nombreux endroits pour produire de la nourriture pour le commerce international, mettant ainsi en danger l’économie et l’approvisionnement alimentaire. » [[partout le prétendu profit tue la vie ! et très concrètement !]]

Manque d’eau potable et baisse de la production agricole

Les risques de cette surexploitation sont en effet nombreux et pèsent à la fois sur les pays producteurs et importateurs, préviennent les chercheurs. Cette consommation non durable, qui doit encore augmenter [[si le modèle social demeure ]] dans les prochaines années, pourrait entraîner un manque d’eau potable et une baisse de la production agricole, débouchant sur des pertes économiques pour les agriculteurs mais aussi sur la hausse des prix alimentaires. L’épuisement des réserves d’eau locales risque également de mettre en péril des populations lors de situations d’urgence telles que les sécheresses, les tremblements de terre ou les incendies.

« Les gens ont raison de faire leurs courses en pensant à l’impact des produits sur l’environnement mais il ne s’agit pas seulement de la viande contre les légumes, le bio ou l’équitable, note Carole Dalin. Où et comment les produits sont cultivés est une question cruciale, alors que les aliments de base comme le riz et le pain peuvent avoir un impact négatif sur les approvisionnements en eau mondiale. »

………………………….******************************************

** 5)- Ne plus se réfugier dans de vieilles attitudes.

81% -des-français-jugent-que-leur-pouvoir-d'achat-a-diminué

Plus de huit Français sur dix (81 %) ont le sentiment que leur pouvoir d’achat a baissé au cours des dernières années, selon un sondage Ipsos Sopra Steria, diffusé jeudi 30 mars. Il a été réalisé par Internet du 25 au 27 mars auprès d’un échantillon de 1 005 personnes, selon la méthode des quotas.

Lire aussi : En zone euro, l’inflation est au plus haut depuis quatre ans

12 % des personnes interrogées estiment que leur pouvoir d’achat a augmenté, 7 % jugent qu’il est resté stable, selon cette enquête d’opinion pour Radio France et France Télévisions.

Lorsqu’ils font leurs courses alimentaires, les Français sont plus d’un tiers (37 %) à faire attention à ce qu’ils dépensent à cinq euros près ou moins ; 36 % calculent à dix euros près ; 27 % sont à 50 euros près ou ne comptent pas vraiment.

Seul un tiers (35 %) déclare réussir à mettre de l’argent de côté à la fin du mois.

Parmi les principaux candidats à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon est celui à qui les sondés font le plus confiance pour faire des propositions en matière de pouvoir d’achat (43 %), devant Emmanuel Macron (38 %), Benoît Hamon (34 %), Marine Le Pen (28 %) et François Fillon (20 %)

…………………………..***************************************

La dramatique conclusion est bien : qu’une bonne partie de toutes les nuisances que supporte la société vient seulement de ces gaspillages inexcusables.

Clair que nous « devons » nous passer de dirigeants, de tels dirigeants qui font tut afin d’amplifier ces honteux gaspillages…

……… et que seules les idées sont leaders désormais…

 

……….……(à suivre)

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 3 "Nul n'est nul", "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?» et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ; et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

le plus grand déluge

le plus grand déluge

La grande catastrophe consumériste ?
ne pas jeter à la poubelle la nourrirure des autres...

ne pas jeter à la poubelle la nourrirure des autres...

tableau implacable des gaspillages ces pillages – voir le texte

tableau implacable des gaspillages ces pillages – voir le texte

La grande catastrophe consumériste ?
les 7 gaspillages évitables

les 7 gaspillages évitables

l’argent ne peut arrêter les catastrophes lorsqu’il EST devenu la catastrophe

l’argent ne peut arrêter les catastrophes lorsqu’il EST devenu la catastrophe

La grande catastrophe consumériste ?
SAGESSE comme « avant » le délire consumériste

SAGESSE comme « avant » le délire consumériste

Lean insiste sur les gaspillages de toute nature car ils représentent des gains potentiels récupérables si on trouve la bonne idée de les éliminer, ces inutiles gaspillages.

La force de la mobilisation citoyenne et du consommateur | Nayla Ajaltouni

A moins de trouver une autre planète à coloniser, que fera l’homme quand il aura épuisé les ressources de la Terre? Un Américain consomme cinquante fois plus qu’un habitant du Bangladesh. Notre planète est-elle capable de faire vivre décemment 7 milliards d’individus ? Si l’humanité continue sur sa lancée, c’est assez peu probable. Le modèle de développement actuel n’est pas soutenable à long terme. Ni même à court terme. Il est basé sur la destruction de l’environnement et l’épuisement des ressources naturelles. La seule façon de changer la donne serait de consommer moins, de rompre avec les habitudes de gaspillages encouragées par l’économie mondialisée – cette déraison perpétuelle..

Pertes et gaspillages alimentaires

afin qu’ils…harcèlent leurs parents…avec donc ce qu’il y a de pire dans la vie ! Conclusion : il y un illégal DRESSAGE qui fait perdre son identité et son intimité à l’être humain. Peut-être y a t-il un but transcendant ? Avec un pitoyable « Vous êtes ce que vous avez – n’avoir rien c’est n’être rien, n’être …personne » - ce n’est que l’affaissement dans la vulgarité de cœurs. Rien n’est « défendable » dans cette régression barbare… A part cela, quand vont-ils laisser tomber ces maladies mentales nommées publicités illicites ?

ce qui rajoute à l'enfer autocréé

C'est aujourd'hui le jour du dépassement : une triste nouvelle pour l'environnement. Cela signifie qu'à partir d'aujourd'hui, 13 août, les humains consomment plus que ce que la Terre peut fournir. Une surconsommation des ressources naturelles, Cette dégradation voulue par les prétendus dirigeants – et ceux qui soutiennent leur grave échec collectif – s’accélère visiblement (nul ne peut faire comme s’il/elle ne savait pads). En 1970, le jour du dépassement fut le 23 décembre et en 2015 le 13 août. L’entêtement à faire tout ce qu’il ne faut pas doit être sévèrement sanctionné.

Publié dans qui fuit le réel

Commenter cet article