Pourquoi ces fausses informations au sujet d’internet ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Pourquoi ces fausses informations au sujet d’internet ?

Du grand n’importe quoi ? Internet rend plus seuls et tout le monde est suspect sur internet. Rien que cela ? Tant qu’à faire. Où est encore la décence des médias financés par l’argent sale capitaliste ? Oui c’est leur très mauvaise manière de fonctionner aux médias vendus. Mais « l’anti-décodex » affirme que leurs informations ne sont absolument pas fiables, faute d’analyses désintéressées, et que leurs « réputations d’analystes inobjectifs » deviennent déplorables. Conclusion : impossible de leur faire confiance.

Nettoyons, déjà, leurs mensonges intéressés. Leur cerveau trop contaminés de légendes et de contes ? Pour accéder à internet nous prenons donc une fusée interplanétaire et parvenons à une planète solitaire. Analyse ? Si la solitude augmente, en général, dans le monde, c’est à 100 % à cause d’un un système qui favorise outrageusement l’égoïsme individualiste. Sa responsabilité complète n’est-elle pas engagée ? Et les manœuvres dilatoires afin de détourner l’attention vers d’autres sources très improbable est bien un aveu de plus que ces médias ont viré à la délinquance et à l’immoralité. Un commerce-spectaculaire qui vend d’autant plus que tout le monde est seul. Plus tout le monde est seul plus ce tout le monde va acheter les même produits. Ce qui forme bien le motif, le prétexte, l’imputation, l’avantage, le privilège probant que le crime de destruction des liens sociaux leur profite en tout premier. D’ailleurs, dès le départ, le commerce a nuit et diffamé les grandes tribus, les familles élargies, les groupes soudés, etc.- parce ceux-ci achètent…tellement moins !

Sur internet il y a donc les résultats des non-actions, de l’inertie des déplorables dirigeants et des déplorés médias. Comme ailleurs, sur internet Il y a de la solitude mais moins que dans la société. Pourquoi cette tentative malhonnête de prêcher le faux ? De vouloir empêcher les honnêtes citoyens de s’en sortir, d’être vraiment heureux sans « leur » système ? Pourquoi leur interdire de se regrouper ? Pourquoi ces saboteurs mettent le nez dans ce qui ne les regarde pas vraiment : la vie privée ? Pour nous vie privée d’eux – nous vivons mieux sans eux. Si, donc, ne plus suivre ces médias serait de la solitude, l’état de leurs cerveaux détraqués semble pire que nous le craignions. Ne pas pouvoir vivre sans le regard d’autrui, persister (pour cela) à mentir sans cesse, est-ce si sain que cela ? Nous pourrions poursuivre l’analyse (puisque, nous au moins, nous prêtons attention à ce qui est dit et partons du principe que c’est vrai et analysons), analyse qui se révèlent très en défaveur de qui profère de tels mystifications – mais le but est autre.

Nous assistons à l’externalisation de leurs souhaits cachés à ces meneurs de mauvaises écritures et d’articles incohérents. La désertification d’internet (on y est plus seul) n’est que la projection de leurs désirs fantaisistes. Ce sont eux qui souhaitent la désertion d’internet puisqu’ils ne supportent plus d’être des vedettes indiscutées. Et uniques. Leur déplaisent tant l’expression d’esprits critiques, d’analyses et de synthèses qui pulvérisent leurs montages insoucieux du réel complet, mais abonnés à la seule idéologie. Oui, ils exècrent ce qui n’a pas, particulièrement, de mauvaises intentions envers eux. Mais qui a bien vérifié qu’ils déforment les faits, les trient sans motif valables, les reformulent en omettant tant d’évènements et de groupes sociaux que le compte n’a rien rendu. Et que ce qui est rendu n’est pas un compte exact. Bref, ils sèment de fausses informations par déformations. Ce sont les grands « troubles faits » que ces médias si payants.

...........………………….*********************************************

« Des chercheurs de l’université de Pittsburgh (Pennsylvanie) se sont intéressés à la relation qui pourrait exister entre le temps passé ou perdu [retrouvé] sur les réseaux sociaux et le sentiment d’isolement de ceux qui les utilisent. Les résultats de leur étude, réalisée en 2014, viennent d’être publiés dans l’American journal of preventive medicine.

Plus-on-utilise-les-réseaux-sociaux-plus-on-se-sent-seul ?

Les conclusions :

Les données récoltées ont permis aux chercheurs de dire qu’il existe un lien important [faux ! fausse corrélation, aucun lien de causalité !] entre « l’isolement social perçu » et une forte utilisation des réseaux sociaux, « même après avoir pris en compte des facteurs démographiques et sociaux qui auraient pu influencer les résultats » [fausses précautions – les conclusions existaient déjà « avant » la prétendue étude] :

  • comparées aux personnes qui utilisent les réseaux sociaux pendant moins d’une demi-heure par jour, celles qui le font pendant plus de 121 minutes ont deux fois plus de chances de ressentir un isolement social perçu plus élevé [faux : est ajouté un ressenti inventé là où il n’y a que du temps mesuré] ;
  • comparées à celles qui ont visité des réseaux sociaux moins de neuf fois par semaine, celles qui les ont visités plus de 58 fois ont trois fois plus de chance de ressentir un isolement social perçu plus élevé. [farfelu !].

« Nous sommes des créatures fondamentalement sociales [donc la télévision est très antisociale ?], mais la vie moderne a tendance à nous compartimenter plutôt que de nous rapprocher. On peut avoir l’impression que les réseaux sociaux nous permettent de remplir ce vide social, [Et il le fait pour qui sait utiliser ce procédé anti-égo ] mais je pense que cette étude suggère que ce n’est peut-être pas la solution que les gens espéraient [normal , ils veulent un changement radical de société – que ce hors sol est sous-informé sur son sujet] », dit le professeur Brian Primack, qui a dirigé l’étude.

Les chercheurs émettent plusieurs hypothèses, plus ou moins crédibles, pour tenter d’expliquer ce lien. A trop traîner (sic) en ligne, on se sentirait plus seul parce que :

  • « Plus on passe du temps sur Internet, moins on a de temps pour des interactions dans la vie réelle » ; [mais pal la télévision, la politique séquestrée, pas les miltinationales mponopolistes, etc.]
  • « Certaines caractéristiques de la vie en ligne facilitent le sentiment d’exclusion. Par exemple, quand un individu découvre des photos d’un événement auquel il n’a pas été invité »[c’est le principe même des médias subventionnés prévus pour…n’écrire que pour les trop riches…donc pour exclure à fond les jantes :!] ;
  • « Etre exposé à une représentation idéalisée de la vie d’autrui peut susciter la jalousie et vous faire ressentir que votre vie est décevante et morne en comparaison. » [c’est donc l’acte d’accusation contrer les magazines sur papier « glacé » qui font tant de mal aux liens sociaux ?].

Ceux d’entre nous qui perdent leur temps sur les réseaux, et sont extrêmement conscients de le perdre, se reconnaîtront dans (certains) des mots et (certaines) des conclusions du professeur Primack. Cette impression de passer beaucoup plus de temps que nécessaire à faire F5 sur Facebook, à tourner en rond sur Pinterest, à voir son flux Twitter défiler sur l’écran, pour être sûr de ne rien rater. [eh bien ! absolument faux – c’est très exactement l’inverse qui est ressenti…nous « gagnons » du temps à ne plus lire, regarder ou écouter des médias peu recommandables. Ceci les concerne seulement. En bref, nous les accusons de ce qu’ils voudraient accuser internet. Que de la désinformation…payée pour !]

Si vous êtes arrivés à ce stade de l’article, c’est que le sujet vous intéresse, plus que le seul partage de son titre sur les réseaux sociaux (bravo ! [sic] note de soumission et d »abrutissement ?]). Si les faux chercheurs notent que les personnes qui ont passé le plus de temps sur les réseaux sociaux sont aussi celles qui se considèrent comme les plus isolées, ils ne disent pas que les réseaux sociaux sont la raison de cet isolement. Aucun lien de causalité ne peut être scientifiquement prouvé. [mais il va, pourtant, être fait comme si…alors que 80 % au moins des témoignages, et 100 % pour les membres actifs, disent l’INVERSE]

« Nous ne savons pas ce qui est apparu d’abord : l’utilisation des réseaux sociaux ou l’isolement social perçu », résume la professeure Elizabeth Miller, coauteure de l’étude. [Qui vit hors sol , dans des nuages inaccessibles aux faits concrets ?]

La question à laquelle les chercheurs ne peuvent pas répondre est : se sent-on seul parce qu’on passe trop de temps en ligne, ou passons-nous trop de temps en ligne justement parce qu’on se sent seul ? « Cela pourrait être une combinaison des deux, tente Elizabeth Miller. Mais même s’il y avait un isolement social au départ, il n’a pas été soulagé par plus de temps passé en ligne. » [une de fois plus archifaux : est usé d’un ton abusivement affirmatif pour ce qui ne sont qu’élucubrations de personnes qui ne connaissent RIEN sur le sujet ]

L’étude fait attention [plus que raté et manqué] à ne pas tomber dans la conclusion binaire facile de dire que tout est de la faute des réseaux sociaux. En partant d’un constat médical reconnu (la hausse de l’isolement des jeunes aux Etats-Unis [dus à la pauvreté et à l’absence de lieux ardents et gratuits où se rencontrer sans …médias]), elle tente de comprendre [faux] sa relation avec un aspect de la vie quotidienne qui ne va pas disparaître (90 % des « jeunes adultes » américains étaient sur les réseaux en 2014, selon le Pew Research Center) et a le mérite d’ouvrir des futures pistes de recherches en ne considérant pas ce qu’apporte la technologie uniquement sous un aspect négatif ou pessimiste. [les humains sont tellement plus essentiels que les techniques – quelles cruautés dans cet article ].

Utopiste-anticapitaliste-: un-village-hors-norme-qui-casse-les-codes-de-la-societé

 

………………………….******************************************

Il est apparu à des regards perspicaces que, par rapport à l’introduction, le texte ici proposé ne concerne pas entièrement, seulement et directement les médias. C’est que l’aide métaphorique, les raccourcis rhétoriques qu’offre ce texte ci-dessus sont surprenants. Grâce à ceci la récolte devient gigantesque. Un seul exemple.

-** // le sentiment d’exclusion, de n’être pas invité ? Bien. Mais la télévision ne le rend –elle pas encore plus aigu ? Le spectateur est bien exclu de tout. Rejeté à n’être pas « avec ». Sans interactivité possible ? Et puis ces médias qui écrivent pour le plaisir des trop riches – n’invitent-ils pas encore moins ? N’excluent-ils pas encore plus ? Ne font-ils pas une société de castes, d’intouchables ? Et toutes leurs analyses biaisées et rendues déloyales par l’idéologie ne sèment-elles pas de la noirceur et du désespoir ? Tout est de la faute des pauvres, cela leur ferait donc plaisir. Les travailleurs des services publics seraient des privilégiés et pas les illégaux préleveurs de dividendes qui volent en direct la part revenant au travail sur les plus-values collectives ? Alors que le service public est « à but non lucratif », vouloir le faire passer pour un monopole aura permis les plus qu’antirépublicaines oligarchies de ce jour ? C’est donc un crime institutionnel très grave toujours non puni,…Etc. Très fertile et prolifique l’usage « révélateur » avec des résultats très probants – obtenus grâce à ce procédé de décalages par les textes. Que nous remettons à l’endroit…Après tout cette équipe de psys n’aura obtenu des résultats aussi à côté de la plaque que parce que ses têtes sont contaminées par la pensée « journalistique ».

…………………………***********************************************

Ici, nous allons utiliser encore plus le « décalage » qui permet d’offrir tant d’analyses pertinentes…Oui sur l’autre très fausse nouvelle. Internet rend tout le monde suspect. Ce qui dans la perversion de l’insinuation décrit ces vers perceurs ainsi. Aller sur internet rend suspect. Il est suspect d’aller sur internet. Et dons ? Ne pas y aller enlève la suspicion. La suspicion est telle donc qu’il faille… abolir internet. Aucun fait, aucune analyse et l’expulsion serait effectuée uniquement par les procédés de diffamations très « anti-factuel » de ces médias toujours moins recommandables ? La très juste réponse – puisque cette analyse très centrale va nous en économiser beaucoup d’autres – est que ces médias tentent « de rendre suspect » internet, de le salir et de le rendre répulsif selon les mêmes procédés utilisés pour rendre suspects les mouvements sociaux. Qui, eux, pourtant, combattent si bien les solitudes. Mais là ce fait trop positif ne peut être pris en compte. Ce sont des « troubles faits ». Ils ne peuvent que monologuer (ce qui peut paraître…suspect que cette fuite devant les débats. Ce mépris hautain et trop oligarque devant les débats…publics). Leur but reste bien de privatiser les débats. D’en exclure quasiment tout le monde. Ce qui risque de rendre encore plus… seuls !

……………...........****************************************************************

« Un jeune homme introverti, qui passait beaucoup de temps à jouer (sic- bous ne sommes pas avec les délinquants de la Bourse ici) en ligne, avait manifesté à plusieurs reprises des signes de mal-être sur des forums et des sites Internet et laissait entendre qu’il avait une relation conflictuelle avec son père. Pendant plusieurs jours, ces pauvres éléments ont suffi pour que Sébastien Troadec fasse figure, pour des centaines d’enquêteurs amateurs, de suspect principal dans l’affaire des disparus d’Orvault, près de Nantes (Loire-Atlantique). Un coupable idéal qui s’est révélé être une victime, puisque les conclusions de la police ont abouti à la mise en examen, lundi 6 mars, de l’ex-beau-frère du père de famille, qui a avoué aux enquêteurs avoir tué les parents et les deux enfants Troadec, disparus depuis le 16 février.

Tous-suspects-par-le-web ?

Entre-temps, la vie numérique de Sébastien Troadec, 21 ans, a été passée au peigne fin par des centaines d’internautes et une partie de la presse. Le contenu de sa dernière conversation par messagerie instantanée avec une amie, publié par Ouest-France, a ravivé les soupçons : « Ça t’es déjà arrivé d’avoir marre de plein de chose mais genre d’un coup (…) moi jcrois ça m’arrive là », écrivait-il, trois heures avant que son téléphone ne soit définitivement coupé. Une phrase banale qui soudain, dans le contexte de l’affaire, prit une apparence prémonitoire.

A la relecture, les messages qui auraient pu être écrits par des millions d’adolescents, n’ont pourtant rien d’alarmant. Et pourtant des enquêteurs autoproclamés dont des internautes et des journalistes, aiguillonnés par ce fait divers hors norme, se sont empressés de rechercher toutes ses contributions en ligne et de les commenter. Ce n’est pas la première fois que la vie d’un internaute est ainsi fouillée par des enquêteurs autoproclamés. Après les attentats de Boston, en 2013, ces derniers avaient là encore identifié un supposé suspect : un étudiant étranger, qui n’avait en fait rien à voir avec l’affaire, avait été harcelé pendant des semaines par des conspirationnistes de toutes sortes. Chaque génération laissant derrière elle de plus en plus de traces numériques, celles-ci pouvant facilement être agrégées pour mieux « coller » avec les faits, il est à craindre que des suspicions arbitraires de ce type se multiplient dans les années à venir.

Une phrase attribuée au cardinal de Richelieu dit qu’on peut trouver dans quelques lignes écrites par le plus honnête des hommes de quoi le faire pendre. Quelques lignes, c’est peu. Mais nos milliers de messages Twitter, Facebook, WhatsApp ou Instagram publiés chaque année fournissent certainement la matière plus que nécessaire pour faire de chacun d’entre nous un suspect potentiel. »

Ce texte – mis en décalage argumentatif – décrit excellemment le manque de…jugement du procédé si défaillant du « décidex plus que décodex ». des juges autoproclamés qui jugent plus qu’illégalement (sans avocat de défense, sans droit de réponse, sans argumentaires mis à égalité avec leurs vagues supputations clairement idéologiques) ceux qui ne pensent pas comme eux. Pire ? Qui pensent mieux, qui servent mieux les faits et produisent des analyses de…référence. Ces abus de positions dominantes battent par 10 000 fois les piteuses déductions d’auto-enquêteurs ne sachant pas analyser les faits.

Le but de prétendre qu’il n’y aurait aucune compétence, aucun sérieux ni aucun bien sur internet ce sont juste les ruades frénétiques d’une oligarchie qui défend son pouvoir…

………… illégal, très antirépublicain. Et franchement antidémocratique !

 

 

……(à suivre)

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 3 "Nul n'est nul", "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?» et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ; et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Pourquoi ces fausses informations au sujet d’internet ?
Pourquoi ces fausses informations au sujet d’internet ?
grâce à internet les luttes contre la solitude sont très connues - à cause des médias vendus elles ne sont suffisamment connues...

grâce à internet les luttes contre la solitude sont très connues - à cause des médias vendus elles ne sont suffisamment connues...

Contrefaçons ? Oui sur internet ou les médias mercenaires ? Tiens, ce serait plutôt avec les seconds.

Contrefaçons ? Oui sur internet ou les médias mercenaires ? Tiens, ce serait plutôt avec les seconds.

sake fake

sake fake

solution imparable ? Que l’information soit un bien public. Oui l’Information débarrassée de l’argent sale…plus suspects et plus seuls !

solution imparable ? Que l’information soit un bien public. Oui l’Information débarrassée de l’argent sale…plus suspects et plus seuls !

le faux que pour les têtes chaudes et les cœurs…glacés ?

le faux que pour les têtes chaudes et les cœurs…glacés ?

et que ce soit du vrai encore plus incroyable ?  La publicité oui s'accuse elle-même, se dénonce comme un mensonge complet ?

et que ce soit du vrai encore plus incroyable ? La publicité oui s'accuse elle-même, se dénonce comme un mensonge complet ?

Pourquoi ces fausses informations au sujet d’internet ?

désert en fleur – aucune vidéo ne traitant ces thèmes comme nous - nous avons préféré laisser au mots la fonction « d’imagiter », d’agiter les images incluses dans les mots…Pour une fois.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article