Rebelles contre le bas ou rebelles contre le haut ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Rebelles contre le bas ou rebelles contre le haut ?

Nous vivons un monde fait de très peu d'expériences directes, de peu de savoir, qui plus est, en général, qui reste assez flou et chaotique, et de beaucoup beaucoup d'images. Afin de remplir le vide ? Oui, afin de nous enfoncer dans notre fainéantise existentielle. ? Nous vivrions toujours moins et toujours plus petit ? Tellement en deçà de nos possibilités. Routines et contentements de soi. Si heureux qui sait expulser, au moins à 80 % et plus, tout du système hors de lui/ d’elle. Ce système tonitruant ne peut plus parler qu’en minuscule sourdine en lui/elle. Toute initiative est reprise. Nos vies sont dans nos mains. Et nous vivons « notre » vie, non celle des choses-marchandises et des images envahissantes. Qui dépossèdent…Ainsi, tournant le dos à ce masochisme, nous redécouvrons, même, nos « images corporelles » qui mettent 24 heures pour faire le tour de notre corps. Lenteur qui va de pair avec la santé.

Sans glorioles aveuglantes, sans apprêts, sans trompes l’œil, ces images corporelles possèdent, pourtant, toute notre lumière. Fermons les yeux, nous entrons dans un monde d’une sensualité redoutable qui pulvérise les agressions colorées de si mauvais goût du spectacle. Spectacle si loin du…fonctionnement de nos corps. Le spectacle, le marketing et ses publicités stupides ne peuvent vivre sans nos corps à vampiriser. Nos images corporelles parviennent à les tenir à distance. Tout cela dans une beauté naturelle qui réconforte. Dans un grand « massage existentiel ». Ce pourquoi nous devons tant remercier leurs humilités d’apparences, leurs pauvretés extérieures et leurs absences de rentre-dedans. En effet, le « tri des cœurs » se fait par ce biais.

………………………............****************************************

Par exemple – le sens de ce « rebelles contre le bas ou bien rebelles contre le haut ? » Élémentaire, une fois que nous sommes entrés dans la simplicité des cœurs purs. Il est des personnages qui disent systématiquement non à tout ce qui leur parait pauvre, de déguisements vestimentaires humbles et de ports de têtes peu arrogants. Et ce sans jamais aller plus avant. Bien, c’est leur droit même s’il n’est pas reluisant. Cela n’est pas, pourtant, le propos. Mais elles/ils le font sans prêter attention, sans écouter, sans regarder, sans lire, sans prendre connaissance du contenu de ce que portent ces personnages de la pauvreté triomphante. Ce qui reste socialement très grave. Tout ne continue que par omissions, élisions, étourderies programmatiques, silences barbares. Si – alors que le nombre écrasant est du côté des pauvres, si tellement aspirent aux changements de fond, si, en face, ils sont si peu nombreux et plus vraiment armés mentalement et affectivement – rien ou si peu ne change. C’est bien à cause de tels comportements massifs inaperçus. Les « rebelles contre le bas » sont les plus ennemis de tout changement. De corps, de cœur et d’esprit – ce sont eux qui bloquent tout. Ils/elles peuvent sembler d’accord avec vous, il n’en est rien. Leur inertie, leur surdité et leur fermeture à tout argument ou débat les transforment en bétons armés. Un immobilisme quasi inhumain. Une masse irrespirable de mauvaises volontés. Une pesanteur si difficilement déplaçable ! Voici bien une explication qui tient la route. Systématiquement et sans examen est rejeté tout ce sui vient du prétendu « bas ». Rien n’y est pris en compte. Plus – si ce prétendu « bas » insistait, la rébellion, la mutinerie, la sédition, l’insurrection contre eux s’hérisseraient de barbelés.

D’autant plus – et sans que leurs consciences n’en soit même informées – les ressentis intérieurs sont très opposés à leurs opinions extérieurement affichées. Très rebelles oui mais, dès que des « inférieurs ou égaux » parlent, c’est un circuit de rejets cutanés qui se met en branle. Multipliant les propos aigres, dressant des arguments hypocrites, tentant de détruire toute pensée construite. Décourageant et sabotant tous les apports des contestataires. Apparemment, leurs mêmes. Intérieurement, dans la vie intime, cela se passe comment ? Seulement si un nom ou un visage sont cités par les médias vendus, ils seront « retenus ». Ne s’attachant qu’à l’image d’apparences et non aux « contenus ». Le chiffre domine. Et, face à cette peinturlure intérieure, tout non cités et non en-visagés se voit exclu du cercle de reconnaissance. Comme irritent les conseils, les démonstrations brillantes de sagesses de ces non « imagés ». Comme indisposent leurs demandes de participations à leurs mouvements…comme, euh…voici que l’essentiel se montre dénudé : un ressenti intérieur. Et ce, malgré une appartenance apparente à un groupe social qui remue. L’insoumission est tournée contre le bas, la désobéissance c’est contre la base, les rébellions sont tournées toutes contre les démunis. Indignations, colères, refus agressifs, exaspérations, impatiences, etc. tout n’est dirigés que contre le bas. Le prétendu « haut », lui, ne reçoit rien de tout cela. Tout au contraire, ses critères peu scrupuleux font, seuls, le tri dans le cœur du révoltés contre les pauvres (comment ils osent me demander cela ?)…

 

…………………………….........**********************************

Tandis que, rebelles contre le haut, c’est bien dirigé, orienté, ciblé, contre les puissants, les illégaux oligarques, les antisociaux trop riches, les multinationales si égoïstes. Là, pas de difficultés à en être sûrs. Ce qui limite, aussi, la description devenue inutile. Et nous concentre sur l’interrogation qui dénoue tout. Qui est ? Si rien ne change c’est bien que les rebelles contre le haut sont minoritaires ? Et que pullulent, déguisé-e-s les (faux) rebelles contre le bas. Pire. Que les révoltés rebelles contre le bas sont privilégiés partout. Que, si abusivement, leurs avis si hypocrites sont très largement diffusés, dans le vide persistant du vide de leurs contenus si superflus. Que, si abusivement donc, leurs avis si hypocrites sont très largement diffusés c’est bien que le fond de leur ressenti reste : qu’ils se tiennent et restent à leur place, ceux du bas. Et se soumettent...Tandis que – à l’opposé – les vrais rebelles contre le haut demeurent censurés, omis, non relayés, court-circuités. Ce qui triche évidemment sur le nombre, sur les chiffres. Lorsque, dans la réalité, ils ont obtiennent tellement plus d’accords que les soumis révoltés contre le bas. Et donc ? Toutes les fausses rebellions n’arriveront jamais à aucun réel. Aucunes concrétisations. Ce qui rajoute aux grands mérites des rebelles par le haut. Doublement sanctionnés, doublement trompés et contrecarrés jusqu’aux fonds de toutes les injustices et partialités. Apparences, apparences que d’iniquités sont commises en ton nom. Aussi par qui préfère équité à égalité – ce qui (à l’évidence) ne fait que retarder la survenue salement des deux. Pas très malin.

C’est ainsi. La vérité sourit toujours avec la spontanéité d’un enfant. Et ici elle bondit dans les bras des spoliés de la société de la tromperie généralisée, c’est, quelque part, que seuls eux/elles comptent. Vu tous les obstacles que, le plus injustement du monde, nous voyons posés sur leur juste route. Ces spoliés par les mensonges scandaleux des (faux) rebelles contre le bas – ont, de les façons, la meilleure part. les trésors sont pour eux. Ils/elles vivent un monde fait de tant et tant d'expériences directes, de tant et tant de savoirs, lumineux et raccordant tout à tout, et bien protégés des flots d’images vénéneuses.

……….Bref, eux seuls vivent en direct. Et savent « de quoi » ils parlent !

C’est ainsi que les esprits libres et objectifs dénouent tout et construisent des concepts qui ouvrent bien le maximum de portes. La réalité telle qu’elle est et non telle que nous souhaiterions qu’elle soit. Et le fantasmons dru. La question lancinante demeurant : pourquoi, alors que, normalement, nous sommes tellement plus nombreux et que les idées des dirigeants sont vaincues – visiblement, il n’est pas perçu des avancées substantielles de leur abolition ? Des révoltes seulement dans les paroles et les documents écrits ou imagés (et jamais dans l’existentiel et le quotidien) – où ces prétendus dirigeants semblent perdre abondamment pied ? Sur le terrain, il ne semble pas que cela soit réalisé, accompli, effectué. Tous proches de la sortie ! Et ? Le début d’une réponse à l’interrogation regroupe toutes ces anomalies. Et pointe, timidement, que ce ne peut être que parce que ces dirigeants reçoivent de l’aide. De l’aide conséquente même. D’où ? Il faut bien admettre des duplicités et assez nombreuses. Puisque, dans le cas présent, à part se mentir et se gruger soi-même, le mot « trahison » n’est pas adéquat. Non, c’est de l’ordre de dire une chose et de pratiquer l’inverse. La duplicité qui se duplique. La duplicité complice qui complique. Ce qui va bien au-delà de l’inertie et de l’indifférence à tout, d’abord pointés. Et donc la sphère de réponses reste si peu étendue. Non, cela ne tient pas la route.

………………………….........***********************************

Et tient la route « rebelle pour le bas ou pour le haut » ? Donc révoltés contre le bas ou contre le haut ? Voici que de puissants mouvements de fond inaperçus nous aident à comprendre notre époque. Ne demeure que les interrogations sur ce qui motive ces espèces de doubles jeux ? Il peut s’y trouver nombres de motivations très entrelacées qui, pourtant, paraissent claires avec notre concept neuf. Ces pulsions de devenir comme ces privilégiés (mais pas avec la même chose dans le tête et le cœur). D’où nos entourages nous paraissent les piquants des mauvaises consciences. Colères immotivées contre eux. Cela se tient. Aussi, le fait que faute de vécus expérimentés, nous très expérimentés, ne décelons pas de chemin d’investigations qui démontrent que l’absence d’une compréhension du comment une « pauvreté généralisée » – en fait une prospérité collective et un enrichissement social intense – qui inclut que les fortunes soient limitées, donc appauvries, ce qui n’est pas un appauvrissement collectif mas bien un enrichissement des ¾ d’entre nous - n’ont pas été vécues émotionnellement et affectivement. Que d’économiser l’économie, oui s’en passer, afin de tout « coopérativer », d’entrer dans les biens communs et les services publics cogérés – les prises de consciences n’ont même pas été commencées. Et que donc ces déloyaux (envers eux- mêmes) n’ont pas de vécu intérieur pour comparer. Ils/elles demeurent, seulement, dans ce monde fait de toujours moins d'expériences directes, de si peu de savoir, qui, plus est, en général reste assez flou et chaotique, et de beaucoup beaucoup d'images. t

Un exemple ? Voulez-vous vraiment avoir le point de vue d’un spectateur ? Un immobilisé qui ne comprend rien mais, cependant, juge de tout ? Mais complètement à côté. Oui qui ne sait pas qu’il y a le temps de genèses, de maturations longues en tout ? Que rien ne surgit en une seconde. Qui n’aura donc ni suivi ni vécu aucun des vastes processus en cours ? Etc. Donc le tout formulé (son commentaire sur "La société se préfère à l’économie »)…."Ah ouais, quand même, supprimer l'économie... On appuie sur le bouton, et pof. Comme ça, pof, plus d'économie. À 7 milliards d'humains, c'est sûr que c'est jouable... » ...Dans son monde d’enfant tout est B.D. Boutons à appuyer et plouf pof, le tout instantané – rien n’est vécu, pensé ni ressenti, qu’une agitation toute externe. Une b.d. Or, nul ne dit cela (il aura tout inventé !) puisque (lui, le système actuel n’est pas né en une seconde lui – le détricoter prend, aussi, du temps !), n’est pas symétrisé dans sa dépréciation fourbe du seul côté des pauvres. Le très grave problème ? C’est que du haut de son regarder sans participer, partager, ressentir et comprendre…il sait TOUT MIEUX QUE TOUT LE MONDE. Sa sagesse inde l’univers. Magie et miracle que son "seul" regard non participatif…Ceci est bien (humblement) en cours mais sans lui…ce triste déserteur qui ose affirmer que les autres désertent la Raison…quelle sécheresse de cœur que de n’être « que » spectateur !

Nous voyons en action concrète le révolté contre le prétendu bas. Exigeant des miracles (un bouton et hop, pof, en une seconde). Ce que ce personnage si fier de lui d’écraser les « illusions » du peuple (qu’il croit, lui seul nomme illusions ce qui est pratiques patientes et intelligentes) omet. Pourquoi un système qui a des millions de fois plus de moyens n’a le droit a aucune exigence de sa part ? Aucune. Ramper à ce point…Pourquoi le système surdoté ne « devrait » pas faire, au moins, le minimum n’est même pas envisagé par cet évaporé ? Non, toutes les exigences démesurées sont dirigées que vers le seul bas. Acculé aux miracles permanents et au surnaturel structurel. Il doit tout faire un milliard de fois mieux que les prétendus dominants (où se trouve donc le bouton de ces conneries ? Et pof ?)… .Avec ces préjugés, qu’il ne peut cacher (tout ce qui vient du bas ne peut être que nul et brouillon, utopiste et puéril, irréfléchi et facile à bousiller – ceci se nomme préJugé, juger à l’avance, sans rien savoir et sans avoir rien examiné …ce qui semble bien peu reluisant ! Et prouve que cet olibrius n’aura fait que de parler que de lui-même)…

Et nous avons donc ces personnages si imbus d’eux seuls – gardiens de prisons mentales, contremaîtres et beaufs colonialistes, oui matons et petits chefs, etc.) qui se croient si perspicaces – et qui ne vivent que dans leur monde d’enfants à vie si loin de tout réel complexe et incluant tout le monde – tant incités, gavés, excités, valorisés par les pouvoirs…et qu’il est imparable de désigner comme des « révolté-e-s contre le bas »…

Tandis que les véridiques révoltés contre le haut, les démasquent toujours plus facilement.

Jusqu’à ce que la honte les submerge (comment peut-on tirer contre son camp, ses entourages et ses amis ? Oui à aider, ainsi, à les noyer dans la soumission ?)

…………..……..non mais, des fois… ! Tous démasqués.

On ne peut rien faire ? La logique amoindrie sort : on ne peut rien faire DONC rien à foutre ! On s’en fout parce que l’on ne sait pas faire ? Et ne veut pas apprendre ? Têtes folles ? Comme cela on se rebelle contre celles et ceux qui peuvent nous sortir du merdier ? Et contre eux seuls ? Quels manques de stratégies et de géostratégies !

Le-Praf-redoutable-mouvement-de-déréliction-politique

 

………….(à suivre)

……………………**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles (…celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Rebelles contre le bas ou rebelles contre le haut ?
Rebelles contre le bas ou rebelles contre le haut ?
Ce n’est pas parce que les malheurs coulent du sommet – que des démarches, qui n’entrent jamais dans aucune de leurs corruptions, ne puissent pas exister…la preuve !

Ce n’est pas parce que les malheurs coulent du sommet – que des démarches, qui n’entrent jamais dans aucune de leurs corruptions, ne puissent pas exister…la preuve !

Rebelles contre le bas ou rebelles contre le haut ?
Sous l’apparent confusion et chaos, se dessine une limpide direction

Sous l’apparent confusion et chaos, se dessine une limpide direction

Rebelles contre le bas ou rebelles contre le haut ?
Haut ou bas ?

Haut ou bas ?

Rebelles contre le bas ou rebelles contre le haut ?
lorsque les démarches personnelles rejoignent le mouvement collectif

lorsque les démarches personnelles rejoignent le mouvement collectif

Rebelles contre le bas ou rebelles contre le haut ?
positions...

positions...

27 millions d’années baleines

jolies souris et laides souris…

reindeer starving, meurent de faim...

la fraude d’en haut et d’en bas ? La première est...félicitée et la seconde très réprimée....

postures des positions d'oppositions...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article