Comment est la permaculture apprise aux tout petits ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Comment est la permaculture apprise aux tout petits ?

D’introduire la permaculture à l’école des tout petits, voici qui témoigne d’une solide conviction. Qui est que la permaculture fait partie des savoirs essentiels de l’’Humanité à transmettre dès le plus jeune âge. Ce signal est très fort. Les médias mainsteam n’en parlent tout bonnement pas (« un sujet tabou »), aussi, la permaculture s’est faite connaître par sa puissance seule. Il est, alors, efficace de relever toutes ses avancées maillant toute la société. Déjà en les joignant à d’autres signes : le boycott des grandes surfaces alimentaires n’est possible que s’il y a l’évidence que nous pouvons les remplacer en mieux. En ce sens, de plus en plus de communes boudent les supermarchés classiques et préfèrent les supermarchés de producteurs qui se multiplient donc. Ce second signe est aussi fort. Enfin, l’ensemble de l’organisation de la société est remis en question : ce n’est plus produire pour consommer. Mais protéger d’abord, produire en récupérant tout, ensuite, et consommer sans gaspiller. De nouvelles grandes surfaces adoptent le principe de la permaculture de tout récupérer. Ainsi voyons-nous surgir un centre commercial avec uniquement des produits recyclés, du bio et même le soutien entier de la municipalité. Il va servir de modèle pour la multiplication du concept : la mairie gère les déchets en permettant qu’ils soient recyclés et restaurés et vendus dans de nouveaux espaces commerciaux dédiés à l’économie circulaire. Le productivisme aveugle perd partout du terrain. Contre le gaspillage dramatique de l'eau : les agences de l’eau gestionnaires ont l’idée du « bail environnemental » confié à l’agriculture bio fiable dans l’économie de l’eau, etc. L’ensemble de ces changements des façons de voir est porté par le fait que, dans tous les secteurs de la société, se multiplient les initiatives individuelles. Et donc ? La société est en train de changer sans que ses dirigeants soient au courant.

Afin d’amorcer l’ampleur du changement de regard autour des comportements « naturels » sont ceux qui récupèrent tout et ne gaspillent rien – nous avons trouvé une vidéo (la n° 5) qui sort de l’ordinaire autour du « le potager autonome ». La regarder c’est être vraiment emballés…Il s’agit d’un couple qui fait depuis 40 ans…de la permaculture. Avant donc que le mot n’existe. Leur principe est de « Laisser faire la nature » …un exemple exceptionnel de…40 ans sans retourner la terre, sans produits chimique, sans pesticides, uniquement en déposant les déchets organiques directement sur le sol. Et leurs résultats ? De tout, toute l’année. Le couple novateur y ajoute même… 6 000 types de graines, dont par exemple, 800 types de tomates. Et la ferme volonté de rendre le bio accessible à tout le monde : et donc chaque sachet de graines est à...25 centimes (0,25 €). Si c’est possible pour eux, c’est possible pour tout le monde. Oui que le profit passe après soigner la nature si abîmée par le…profit ! Le profit ce n’est pas assez « sérieux » pour que nous continuions à tant nous en préoccuper ! Vidéo plutôt convaincante !

……………………………***********************************************

Initier-les-tout-petits-à-la-permaculture

« Afin de tisser des liens avec la nature et de transmettre aux enfants ses valeurs et son importance, l’école maternelle internationale Antonia, située à Montpellier, propose à ses jeunes élèves une initiation à la permaculture.

En adéquation avec un des grands fondements communs à toutes les pédagogies alternatives, cette initiative, développée par le mouvement participatif « incroyables comestibles », souhaite rendre l’enfant autonome en le rendant acteur de ses apprentissages. De plus, cette démarche met en avant un aspect éducatif et sociétal des plus enrichissants ; les élèves apprennent tout en faisant : “c’est important que les enfants touchent les matériaux, pour eux ils sont nouveaux puisqu’il y en a qui ont confondu la terre avec le foin, les feuilles ils ne savaient pas trop ce que c’était et nous on travaille avec la pédagogie du sens” explique les membres du mouvement.

Ainsi, les élèves s’attèlent à la construction d’une marelle nourricière à base de cartons, de bois, de gazon et de feuilles mortes. Une fois cette technique opérée afin de créer un humus riche et équilibré, la plantation dans le terreau peut commencer. En phase finale, avec les pommes de terre, les enfants pourront également planter du maïs, des artichauts, des carottes et des tomates. Enfin dans trois mois les enfants pourront découvrir et partager leur récolte. Pour les 35 élèves d’Antonia l’objectif de cette expérience est qu’ils soient responsables de leur potager afin de prendre conscience de chaque étape et d’en assimiler le sens.

Vu ainsi, ce projet reflète une réelle évolution en matière d’écologie et une prise de conscience collective quant au respect nécessaire envers l’environnement. Telle est la mission des incroyables comestibles, originaire d’Angleterre. Ce mouvement est animé par l’idéal de nourrir l’humanité de façon saine pour l’homme et pour la planète, localement, et en suffisance.

Les enfants d’aujourd’hui sont les adultes de demain, ne l’oublions pas ! Les initier à la permaculture, à l’écologie, au respect de la nature et plus largement aux valeurs que tout cela véhicule est essentiel pour la planète mais aussi pour leur simple développement personnel. »

La différence entre transmettre – donc respectueusement – des valeurs et asséner – donc autoritairement et sans discussion – des savoirs non fondés qui ne servent qu’une oligarchie…va ici de soi. Sans qu’il soit utile d’en dire plus.

…………………………********************************************

Encourager-les-producteurs-à-boycotter-les-supermarchés-agroalimentaires

« La majorité des français sont vraiment prêts à franchir le pas : consommer localement et boycotter les supermarchés de l’industrie agroalimentaire est une idée qui plaît de plus en plus. Changer nos méthodes de consommation pour une meilleure qualité et faire vivre des petits producteurs permettraient de renverser les cercles vicieux. Les français privilégient de plus en plus les circuits courts, ces pratiques vertueuses…

Ce qui se passe de très nouveau ? De plus en plus de communes boudent les supermarchés classiques et préfèrent les supermarchés de producteurs. Qui se multiplient donc. Avec l’approbation de la majorité des populations. C’est que nos méthodes de consommation ont beaucoup changées et évoluées. Selon une enquête révélée par Le Figaro à partir de la question « êtes-vous prêt à payer des produits alimentaires plus cher pour aider les agriculteurs français? », les français ont répondu « oui » à hauteur de 65 % sur un total de 47 594 votants. Un panel représentatif de ce que pensent les français.

Ce qui signifie que nous nous apercevons que nos systèmes de consommation doivent évoluer et qu’il est urgent de mettre fin à une agriculture de masse imposée par nos industriels. L’agriculteur biologique respecte, restaure et entretient les équilibres biologiques sans lesquels la vie ne peut se développer et durer. N’ayant pas recours à la pharmacopée de synthèse, il est obligé de rechercher ces équilibres pour pouvoir assurer ses récoltes. L’agriculture biologique a, au regard de l’agriculture conventionnelle, un impact très positif sur l’ensemble des composantes de l’environnement : qualité des eaux, fertilité des sols (les phénomènes d’érosion et d’appauvrissement des sols sont présents partout dans le monde), préservation de la biodiversité et des ressources naturelles.

L’agriculture biologique utilise bien moins d’eau, en raison de ses techniques de travail du sol, des variétés qu’elle utilise mais aussi parce que sa logique agronomique et donc économique, ne l’incite pas à intensifier sa production annuelle mais à raisonner sur une rotation longue. Une étude menée récemment aux Etats-Unis a démontré une meilleure résistance de la bio à la sécheresse. Nous prenons conscience que nous ne voulons plus avaler ces fruits et légumes qui regorgent de pesticides… Nous sommes sur la bonne voie, mais encore faut-il éveiller davantage de consciences… » Et il semble que l’ensemble des initiatives individuelles convergent vers un mouvement d’ensemble !

……………………….*******************************************************

Le-premier-centre-commercial-de-produits-recyclés-vient-d'ouvrir-en-Suède

« La Suède reste fidèle à son image de modèle en matière d’environnement et nous le démontre une fois encore avec ce projet durable : le premier centre commercial où ne sont proposés que des produits recyclés.

Les pays scandinaves ont une image d’excellence quant à leur qualité de vie et le respect de l’environnement. La Suède ne déroge pas à la règle et est l’un des rares pays considéré comme un modèle en termes de politique climatique et environnementale. Effectivement, les actions sont nombreuses et cette nation fut la toute première à posséder une agence ayant la responsabilité des problématiques environnementales. Depuis la fin des années 60, le pays s’est doté d’un programme axé sur le développement durable, puis en 1999 il a adopté quinze objectifs nationaux de qualité environnementale à atteindre au plus tard en 2020. En 2010, le pays a occupé la quatrième place au classement mondial de l’Environmental Performance Index, derrière l’Islande, la Suisse et le Costa Rica.

Soutenu par ses citoyens, le gouvernement suédois n’hésite pas à déployer de gros investissements lorsqu’il s’agit d’environnement et a adopté en 2011 une stratégie pour les technologies environnementales afin de les promouvoir, de les exporter tout en développant la recherche et l’innovation dans le domaine. En ce qui concerne l’avenir, le pays ne reste pas sur ses acquis et se fixe des objectifs ambitieux parmi lesquels figurent la suppression des combustibles fossiles pour le chauffage d’ici 2020, la neutralité carbone ainsi que l’amélioration de 20% de l’efficacité énergétique d’ici 2050.

Avec ce projet, le pays vient, une nouvelle fois, nous prouver son avance et sa créativité. Le ReTuna Återbruksgalleria, situé dans la ville d’Eskilstuna à une heure trente de Stockholm, est le premier centre commercial au monde entièrement dédié aux produits recyclés. Avec le soutien de la municipalité et une envie commune de sauver la planète. Pour cela, outre les 14 boutiques qui permettent une consommation très responsable, se sont ajoutés un restaurant, un centre éducatif, une salle de conférence et trois pop-up-stores. Inutile de préciser que les produits non recyclables (boissons, nourriture) présents doivent être bio et « climate friendly ». Cette initiative aura permis, tout à la fois, de résoudre complètement le problème du tri des déchets et des encombrants des services municipaux tout en s’inscrivant dans une économie circulaire utile à tous ! »

De telles décisions qui unissent les institutions existantes, devenues volontaristes et prescrivant des valeurs collectives qui ne sont plus le profit égoïste mais le bien être pour tous et des initiatives individuelles promouvant les mêmes buts permettront de diriger des régions entières vers plus de prospérité collective. Réfléchie et mise en place ensemble. Avec le soutien de la municipalité et une envie commune de sauver la nature et les liens sociaux.

……………………………......********************************

Ce sont trois nouvelles manières de voir les choses qui permettent, aussi, de faire avancer des problématiques qui n’auront pas d’issues si nous nous entêtons à demeurer dans des productivismes aveugles ou des courses aux profits insensées vu que ces prétendus profits coûtent de plus en plus cher à a la nature et aux humains qui en restent responsables.

** - Par exemple l’eau si monopolisée par les besoins de l’agriculture intensive ? L’agriculture bio et particulièrement la permaculture, qui laisse faire la nature, fournissent les preuves qu’avec ces méthodes d’agriculture, l’eau n’est plus gaspillée du tout..

Qui-consomme-vraiment-l'eau-de-la-planète ?

« Les États-Unis, qui ne représentent que 5 % de la population mondiale, constituent le troisième consommateur d’eau douce (1 053 milliards de m3 par an), après les beaucoup plus peuplées Chine (1 207 milliards de m3) et Inde (1 182 milliards de m3). Ramenée par habitant, la consommation américaine d’eau s’élève à 2 842 m3 annuels, contre 1 089 m3 pour la Chine, 1 071 m3 en Inde et 1 385 m3 en moyenne mondiale. Soit bien plus que la consommation de la Chine et de l’Inde réunies.» Ce qui est bien trop ! Que du déraisonnable – et non la gestion raisonnée des ressources qui sous-tend et la « théorie de l’offre et de la demande » et le droit des politiques élus de faire des lois « parce qu’ils sont rationnels ».

La-gestion-de-l'eau-en-France

L’organisation de l’eau selon le principe des "bassins versants". Contre le gaspillage de l'eau : les agences de l’eau gérant les 7 bassins hydrographiques ont l’idée du « bail environnemental » confié à l’agriculture bio qui aura fourni les preuves qu’avec ces méthodes, l’eau n’est plus gaspillée du tout.

** - Ensuite, ce qui doit être conservé de la technologie mais vu sous l’angle des dommages dangereux que ces technologies non réfléchies peuvent causer aux sols vivants :

Nouvelles-technologies-protection-satellites-drones-avions-traitement-des-données-et-impact-environnemental

« La connaissance de l'état des milieux naturels et non naturels, ainsi que celle de la dynamique de leur évolution est indispensable à la protection de l'environnement. La nécessité d'obtenir des informations précises, à différentes échelles, sur ces espaces implique l'utilisation des moyens d'observation les plus performants. Par exemple, l'observation satellite permet les observations à grande échelle. Elle est notamment utile à la lutte contre l'artificialisation des sols et à la protection de la biodiversité. La cartographie des trames vertes et bleues (TVB) a ainsi été réalisée à l'aide d'imagerie spatiale à très haute résolution et de la radiométrie satellitaire.

Lorsque des images plus précises sont nécessaires, d'autres moyens d'observation tels que les drones civils peuvent prendre le relais. Ces appareils, en plein essor actuellement, permettent de compléter les observations réalisées à l'aide de moyens plus conventionnels (avions, hélicoptères ou ULM) car ils se déplacent dans des endroits difficiles d'accès et consomment moins d'énergie et polluent moins l’air. »

** - Enfin, aux questions « où cela se passe ?» - Cartographie des Hétérotopies (les lieux)

Carte-des-hétérotopies-pour-chaque-département

Les "hétérotopies" sont des utopies concrètes, des lieux dans lesquels des femmes et des hommes expérimentent d'autres manières d'agir et de vivre ensemble. Il en existe partout mais nous passons souvent à côté d'elles sans les voir. Ces projets répondent pourtant aux préoccupations de nombreux d'entre nous. C'est pourquoi Via Brachy a entrepris de les référencer. L'identification des hétérotopies est une œuvre collaborative.

Ce pourquoi vous pouvez vous y ajouter ou faire ajouter des lieux hétérotopes près de chez vous. Il suffit de suivre les recommandations du lien.

 

.............…(à suivre)

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 3 "Nul n'est nul", "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?» et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ; et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 400 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

« C'est important que les enfants touchent tous les matériaux, pour eux ils sont tous nouveaux puisqu'il y en a qui ont confondu la terre avec le foin, les feuilles ils ne savaient pas trop ce que c'était et nous on travaille avec la pédagogie du sens. »

« C'est important que les enfants touchent tous les matériaux, pour eux ils sont tous nouveaux puisqu'il y en a qui ont confondu la terre avec le foin, les feuilles ils ne savaient pas trop ce que c'était et nous on travaille avec la pédagogie du sens. »

Comment est la permaculture apprise aux tout petits ?
En bio, l’eau est moins gaspillée qu’en conventionnel, les pertes par ruissellement et par lessivage étant moindres. Par ailleurs, en grande culture, l’irrigation est moins souvent pratiquée. Enfin, les consommateurs bio changent leurs habitudes alimentaires. Une étude récente – Bionutrinet - a conclut que les consommateurs bio réguliers mangeaient 35% de viande et de charcuterie en moins que les non consommateurs. Or, la production de viande utilise des quantités d’eau considérables, contrairement aux productions végétales.

En bio, l’eau est moins gaspillée qu’en conventionnel, les pertes par ruissellement et par lessivage étant moindres. Par ailleurs, en grande culture, l’irrigation est moins souvent pratiquée. Enfin, les consommateurs bio changent leurs habitudes alimentaires. Une étude récente – Bionutrinet - a conclut que les consommateurs bio réguliers mangeaient 35% de viande et de charcuterie en moins que les non consommateurs. Or, la production de viande utilise des quantités d’eau considérables, contrairement aux productions végétales.

Avec le soutien de la municipalité et une envie commune de sauver la planète, ce sont quatorze magasins qui ont ouvert depuis son lancement en août 2015. Les clients se déplacent pour y trouver aussi bien des vêtements que des vélos, des outils de construction, des jouets ou encore des meubles. Quant aux produits non recyclables, comme le café, ils doivent être bio et climate-friendly. Un restaurant, un centre éducatif, une salle de conférence et trois pop-up-stores viennent compléter ce nouvel eldorado de la consommation responsable.  Les biens, eux, sont réceptionnés dans le dépôt et c’est une entreprise sociale qui s’occupe de leur donner une nouvelle vie, en les réparant ou en les transformant. Et n’importe qui peut venir se débarrasser de leurs objets sans encombrer les services municipaux. C’est ce qu’on appelle du win-win pour tout le monde !

Avec le soutien de la municipalité et une envie commune de sauver la planète, ce sont quatorze magasins qui ont ouvert depuis son lancement en août 2015. Les clients se déplacent pour y trouver aussi bien des vêtements que des vélos, des outils de construction, des jouets ou encore des meubles. Quant aux produits non recyclables, comme le café, ils doivent être bio et climate-friendly. Un restaurant, un centre éducatif, une salle de conférence et trois pop-up-stores viennent compléter ce nouvel eldorado de la consommation responsable. Les biens, eux, sont réceptionnés dans le dépôt et c’est une entreprise sociale qui s’occupe de leur donner une nouvelle vie, en les réparant ou en les transformant. Et n’importe qui peut venir se débarrasser de leurs objets sans encombrer les services municipaux. C’est ce qu’on appelle du win-win pour tout le monde !

pour commencer… Situé à 1h30 de Stockholm, le ReTuna Återbruksgalleria est la preuve que "rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Cette citation empruntée à Lavoisier correspond de plus en plus à notre quotidien. Après avoir fait la chasse aux produits chimiques en adoptant des produits d’entretien DIY comme de la lessive maison ou encore avoir supprimé les emballages inutiles de sa salle de bain en fabriquant du shampoing solide, un stick de déodorant maison tout en utilisant des produits naturels, aussi inoffensifs pour l’environnement que pour notre santé, il est tant de passer véritablement à une consommation responsable.

pour commencer… Situé à 1h30 de Stockholm, le ReTuna Återbruksgalleria est la preuve que "rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Cette citation empruntée à Lavoisier correspond de plus en plus à notre quotidien. Après avoir fait la chasse aux produits chimiques en adoptant des produits d’entretien DIY comme de la lessive maison ou encore avoir supprimé les emballages inutiles de sa salle de bain en fabriquant du shampoing solide, un stick de déodorant maison tout en utilisant des produits naturels, aussi inoffensifs pour l’environnement que pour notre santé, il est tant de passer véritablement à une consommation responsable.

Les États-Unis, qui ne représentent que 5 % de la population mondiale, constituent le troisième consommateur d’eau douce (1 053 milliards de m3 par an), après les beaucoup plus peuplées Chine (1 207 milliards de m3) et Inde (1 182 milliards de m3). Ramenée par habitant, la consommation américaine d’eau s’élève à 2 842 m3 annuels, contre 1 089 m3 pour la Chine, 1 071 m3 en Inde et 1 385 m3 en moyenne mondiale.  Soit bien plus que la consommation de la Chine et de l’Inde réunies.

Les États-Unis, qui ne représentent que 5 % de la population mondiale, constituent le troisième consommateur d’eau douce (1 053 milliards de m3 par an), après les beaucoup plus peuplées Chine (1 207 milliards de m3) et Inde (1 182 milliards de m3). Ramenée par habitant, la consommation américaine d’eau s’élève à 2 842 m3 annuels, contre 1 089 m3 pour la Chine, 1 071 m3 en Inde et 1 385 m3 en moyenne mondiale. Soit bien plus que la consommation de la Chine et de l’Inde réunies.

 Contre le gaspillage de l'eau : les agences de l’eau gérant les 7 bassins hydrographiques ont l’idée du « bail environnemental » confié à l’agriculture bio qui aura fourni les preuves qu’avec ces méthodes, l’eau n’est plus gaspillée du tout.

Contre le gaspillage de l'eau : les agences de l’eau gérant les 7 bassins hydrographiques ont l’idée du « bail environnemental » confié à l’agriculture bio qui aura fourni les preuves qu’avec ces méthodes, l’eau n’est plus gaspillée du tout.

Petit tour au potager et création du coin de culture des enfants. Cette année grâce à la technique des buttes de permaculture la récolte a été très bonne, overdose de courgettes, concombres, tomates...

Le bio préserve l'eau : l’idée du « bail environnemental » reconnait ce cercle vertueux et veut en faire profiter les agriculteurs bios.

Laisser faire la nature …un exemple exceptionnel de…40 ans de permaculture…Une belle preuve que sans retourner la terre, sans produits chimique, sans pesticides, avec pour outil l'amour de la nature et du bon sens on obtient des résultats incroyables. Le couple novateur y ajoute 6 000 types de graines, dont par exemple, 800 types de tomates. Et la ferme volonté de rendre le bio accessible à tout le monde : et donc chaque sachet de graine est à 25 centimes (0,25 €). Si c’est possible pour eux c’est possible pour tous. Oui que le profit passe après soigner la nature si abîmée par le…profit ! Le profit ce n’est pas assez « sérieux » pour que nous continuions à nous en préoccuper !

Les incroyables comestibles comme faisant partie des solutions les plus innovantes en réponse à la crise alimentaire mondiale. Leur but reste de nourrir sainement toute l’Humanité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article