Libérons les économies des marchés eux-mêmes (3)

Publié le par imagiter.over-blog.com

Libérons les économies des marchés eux-mêmes (3)

Le capitalisme n’est pas du tout conçu pour diriger une société entière. Il ne s’occupe, extrêmement rabougri, exclusivement que des intérêts illégitimes d’une minorité. La majorité n’étant ni prise en compte ni écoutée. Jamais. Et ne voulant jamais, cette majorité, voir lucidement la situation absurde – elle n’utilise pas vraiment les possibles qui lui sont favorables. Soit, désobéir systématiquement au système (c’est inclus dedans). Et en tout : ici - élections, voter que pour les petits. Ne plus jamais donner une voix aux ennemis : ceux qui font croire que le capitalisme c’est pour TOUS. Tout comme les partis ne font plus de politique mais ne servent qu’à ce que leurs adhérents (y prouvant leurs infidélités jusqu’à nausées) gagnent « leurs » élections. Pas celles du peuple souverain ni celles de l’intérêt général. Uniquement les « leurs » - donc contre leurs votantes et votantes. Contre les intérêts légitimes de ces citoyens. Du moins tant que les politiciens resteront professionnels : soit devant tout faire afin d’être élus égoïstement…et non faire de la vraie politique d’intérêt général.

Autre moyen de désobéir à ce système ennemi du plus grand nombre ? Ne pas voter. Comme ces 6 millions de non inscrits l’ont déjà devancé.

Le capitalisme privatise tout (cette manie obsessionnelle en dénude le centre très maladif). Par contre, les services publics sont au service des publics non des siens propres – Privatiser c’est donc avouer ne pas vouloir être au service de toutes et tous mais de ne se racornir qu’aux seuls siens propres (les intérêts privés se privant de trop d’universalités) – donc jamais services publics, aux services des publics. Nous n’y sommes plus « que » clients – ceux que l’ont doit spolier, tromper et dépouiller. Des élections privatisées ne méritent aucune électrice ni aucun électeur. Tant qu’elles sont un service public sans buts lucratifs elles restent légales – privatisées, elles ne sont qu’un putsch irrecevable. Désobéir à ce putsch devient comme un devoir des peuples.

……………………….......***************************************

Pourquoi ? Dans le prétendu « monde libre », avec une soi-disant « économie libre »- nous ne voyons qu’une illégale oligarchie qui empêche toute réelle concurrence et impose ses seuls gigantesques monopoles, surmonopoles à côté desquels celui des services publics à buts non lucratifs était un début de coopérative équitable. Aucun marché libre et loyalement concurrentiel qui ne soit pas faussé par c e capitalisme illégitime (selon les mots de la Commission européenne) aucun réel traité de libre-échange mais des traités d’échanges forcés - libérons toutes nos économies de ce qui empêche les concurrences loyales et équitables de fonctionner ! Leur monde est inacceptable. Leurs semblant élections tout autant (lorsque la main mise « propriétaire » des médias dépasse toutes les bornes de l’équité – mot qu’ils adorent afin de ne jamais le mettre en pratique !

Alors sortir de la crise grâce au Dividende Universel ? (source des paragraphes suivants : Gérard Foucher)

« Notre système monétaire actuel marche sur la tête : notre monnaie commune, l'outil indispensable et universel pour réaliser nos échanges quotidiens, acheter et vendre nos biens et nos services, payer et encaisser nos salaires, nos honoraires, nos factures... notre monnaie commune est de la dette qui circule !
Le seul moyen de créer de la monnaie, c'est que quelqu'un fasse un emprunt bancaire ! C'est ridicule, c'est absurde et c'est dangereux.

- Dès qu'il dépense l'argent de son "prêt", chaque emprunteur devient de fait diffuseur de monnaie réelle. Oui un peu comme un dealer de drogues. Si les emprunteurs font défaut, les banques font faillite. Seul moyen pour sauver les banques, et donc nos économies et nos moyens de paiement : les renflouer ! Chacun de nous doit payer pour assumer le risque de défaut d'un prêt personnel !

- La monnaie créée par l'emprunt [[ce qui prouve qu’il ya d’autres solutions possibles ]] doit revenir en permanence à sa source, augmentée des intérêts. Nous sommes obligés de nous battre en permanence les uns contre les autres, juste afin de surnager sur cet océan de dette. Si l'un flotte, un autre coule, et vice-versa !

- Le système bancaire n'est plus un fournisseur de crédit, mais un créateur de monnaie, et engouffre, sous la forme de l'intérêt qu'il exige sur l'ensemble de la masse monétaire, un pourcentage toujours croissant de la richesse et de la production communes.

Le seul moyen de s'en sortir, c'est de trouver un autre moyen de…diffuser la monnaie dans la société : distribuer à chaque citoyen sa propre part de monnaie, régulièrement et équitablement » - …ce qui signifie en tout premier lieu ? Que nous devons avant tout « entendre » l’information, la comprendre (média) pour la répandre, ensuite, comme un médicament universel ( le re-Média du remède). A la seconde écoute – nous entendons donc infiniment plus largement.

……………………..........**************************************

Oui nous entendons le nouveau paradigme. Un peu comme de faire un pas de côté permet de voir l’évènement tout différemment. En quoi consiste ce pas de côté ? Le problème est la solution. Le problème central est la diffusion de l’argent dans la société. Sa solution c’est de rendre LIBRE cette circulation. Et plus bridée. Déjà, au sens littéral, un libéralisme qui étend l’économie privée (donc non au service du public, du service public) n’est pas…LIBÉRAL (ce qui rend…libre).

Soit : - Libre du choix de sa monnaie – libre d’utiliser les ressources en biens communs et non au service délirant de quelques uns – libre de produire toute VALEUR. Valeur n’étant pas que monétaire mais sociale, symbolique, culturelle, humaine, etc. - libre de gratuités. Ainsi des logiciels non propriétaires peuvent afficher tous les rouages du dividende universel. Celui-ci étant considéré comme une organisation complète de la société entière (et non la trop restreinte et trop excluante désorganisation capitaliste) – La Théorie Relative de la Monnaie n’est pas une relativité restreinte mais générale. Relativité c’est ce qui met en relation (aucune positon ne pouvant s’y dire absolutiste mais relative à tous les paramètres qui l’entourent. Ce pourquoi ce relatif se relate, que cette relation relatée met tout en relations, absolument tout : un absolutif empêche que quoi que ce soit mis relation) Oui cette T.R.M. n’est pas discutée ici…elle est très bien vérifiée, fiable et confiable. Sa mise en pratique peut commencer à la seconde.

Humain (femme homme) y est son seul INVARIANT. A lui tout se réfère. Un peu comme le signifiant et signifié se posant sur la barre de fraction du référent qui les fait coller ensemble. D’où l’imposture très grave qui a détourné (après sa mort) la théorie de de Saussure de son sens véritable (Voir Roland Barthes à ce sujet). Facile à saisir la rationalité complète de cette invariance : l’homme est vecteur de tous les échanges, les objets ne s’échangent pas tous seuls Partout la présence humaine. Et donc le mieux c’est qu’il participe en tout : qu’il soit la co-création monétaire. Et plus jamais le profit. Et plus jamais l’intérêt. Bien trop infantiles tous deux. Oui ces deux archaïsmes vraiment trop arriérés pour répondre aux défis d’une monnaie libérée (et délivrée) par le numérique. Profits et intérêts dilués dans les pixels. Plus besoin de cette pensée bien trop primaire, sommaire et qui ne crée que des problèmes. Et n’accouche jamais d’une seule solution. Le vrai libéralisme c’est la monnaie libre. Et la monnaie libre c’est celle qui ne désavantage personne. Normal, elle n’avantage personne. C’est un système neutre et désintéressé (100 % rationnel) qui ne veut qu’une circulation universelle sans frottement sans accroc et sans conflit toujours superflu. Une ingénierie sociale et économie objective a pris la place du si fossile « monnaie-dette ». Nous pouvons avoir convergences des moyens de production (propriétés de personne) et des monnaies circulantes dans le même temps « collectif ». Plus de brouillages plus d’inflammations des cupidités…plus de CRISES. Jamais. La vraie économie est une thérapie sociale d’envergure (tous ses mots l’affirment) et le capitalisme si arriéré n’aura été que l’entêtement d’une maladie qui voulut se faire passer pour la santé. Un capitalisme que de crises (état aigu de la maladie) aura été le pire des systèmes possibles. Vraiment le pire ! Le futur n’en a absolument pas besoin.

………………………......***************************************

Désormais, très loin de ces délires toxiques (…lorsque le dérégulé séparé « dérègle » tout !), les interactions sociales seront au centre de tous les calculs – aucune caste ne pourra faire partition (empêchant la répartition générale), faire sécession (se déclarant ennemie de la société comme dans les enfers fiscaux…pour les autres de leurs scandaleuses fraudes et évasions fiscales de véridiques lâches), oui de faire bande à part, marginaux intégraux…la monnaie sera enfin devenue équitable et équitablement partagée. Selon le vœu affiché de tous les théoriciens capitalistes – ils veulent, les chochotes, d’une société équitable mais pas égalitaire (sic). Comme s’il y avait une différence basique entre les deux mots, sinon que « équitable » c’est se montrer plus attentif aux sorts particuliers ! Mais que, sans égalité préalable, pas d’équitabilité de possible, le premier concept contenant le second et non l’inverse…Voici ces théoriciens rassurés, le nouveau capitalisme (ayant perdu son nom en route) sera vraiment…équitable sur toutes les tables. Pas grâce à eux mais à leur vigilances tout de même : quel acharnement à tout rendre équitable (et tout anti-système), oui même à Davos, mon riche monsieur !

Quoiqu’il en soit, les FLUX informationnels auront quitté ces « autocentrés » (nom technocrate pour égoïstes)...c’est désormais la société qui définit la monnaie. Et non plus, la monnaie (illégalement monopolisée par une secte se prétendant prêtres omniscients ingodwetrust de l’argent… que pour eux) oui la monnaie qui définirait la société. Non mais, cela ne va pas ? Assez de métaphysique, assez de lunatiques capitalistes, ces si dangereux idéalistes – du concret, du concret, encore du concret à étaler tout de suite sur la table Plus de ces impostures intellectuelles de société du marché. Ou, pire, de civilisation du profit. Tout profit (à sens unique, toujours pour les mêmes mêmes) est bien une anti-civilisation. Anti-universelle ; que des ploucs lourdauds ces financiers hors sol…Une régression barbare. Ainsi, la monnaie ne se crée plus par le CRÉDIT, la monnaie-dette est bien une barbarie si cynique que les humains du futur en vomiront en l’apprenant. Les ressources terrestres ne peuvent être que des biens communs. Nul humain ne peut se prouver à ce point supérieur, surhumain, soit divin, pour s’en dire…complet propriétaire. Ce qui, alors, dénote une nette infériorité morale, affective et …rationnelle (ils font aux autres ce qu’ils ne supporteraient que l’on fît !)…La monnaie pour eux, le crédit truqué pour les autres : aucune dictature n’a osé afficher une telle déchéance existentielle. Désormais, l’économie se crée par les liens. Il est y pensé global (établir l’invariant qui permet le dividende universel) et agi local (partout à la fois). Selon les circonstances particulières et les contextes personnels. Une économie CONTRIBUTIVE donc qui « économise » les archaïsmes trop gaspilleurs du capitalisme, ce vrai gâchis humain, cette technique si arriérée uniquement de pillages, ce qui brûle trop de biens collectifs pour pouvoir rester accepté durablement.

Une économie CONTRIBUTIVE qui intègre tout ce qui se fit de bien avant elle – dons et contredons pris dans un bénéfique maillage relationnel. Plus des têtes préoccupées à comment je vais faire pour arnaquer ce vis-à-vis en m’en foutant de toutes les catastrophes collatérales que cette violence relationnelle peut provoquer. Non il s’agit de penser à comment puis-je rendre le mieux service à tout le monde - ce qui va augmenter l’invariant donc mon dividende universel. Si j’aide tout le monde j’aurai plus pour moi – voici qui ressemble fort à un sourire vertueux. Un gigantesque sourire. Celui de la victoire collective. Cette forme très élaborée (mais de grande simplicité d’usage) obtient enfin ces reconnaissances de grandes gratitudes. Le tout est supérieur à ses parties. Les hérétiques capitalistes, ces graves ferments de désordres collectifs, ces nihilistes ricanant le mauvais vouloir, n’auront été qu’une petite partie qui aura pourrit le tout. Enfin, qui aura tenté de…puisque des réactions vitales se sont mises en place (hors de leurs entendements si restreints !)…réactions que – l’humour cosmique insiste là-dessus – ces grands déchus ne pourront jamais comprendre. Mais comment ai-je pu choir ? Dire « tu as chu puisque cela t’était échu » demeurera à jamais hors de sa portée. Déchéance = échéance. Pour le moins. L’horloge du cosmos n’a pas failli…

………………………….....**************************************

http://www.imagiter.fr/2017/04/oui-se-libérer-enfin-de-leur-économie.html (2)

Oui pas failli…Et, à la place du fossile ridicule de la société pyramidale, nous vivons, enfin l’HOLOMIDAL. L’homme comme la mesure de la société dé-pyramidisée. L’Humanité Holomidale. Coopération opérative, opérationnelle et co-Opération, ces centaines de millions d’humains opérant en même temps et vers le même but. De co-opérer afin que tout le monde grimpe vers le maximum. Et cette nouvelle arithmétique non séquestrée par des esprits égarés sait effectivement faire les meilleures opérations, celles de la coopération. Impossible de calculer mieux ! Le pyramidal n’est plus ADAPTÉ du tout à 2017. Il doit accepter la loi implacable de l’Évolution (sur le même ton de voix que des monstres médiatiques usèrent contre les foules, leur crachant c’est « la loi implacable du marché » - sauf que cette fois ci cette si malhonnête divination se retourne …mais que contre eux ! Le rugby collectif à plaqué leur implacable même !). Oui, même si nous pardonnions, « ça » ne pardonnerait pas…qu’ils se débrouillent eux qui ont trop brouillés. L’économie collaborative, la vraie, c’est se mettre en liaison avec un centre qui se met, lui, en arrière, qui s’oublie et s’efface. Qui n’est que le moyeu non la roue… Ce centre hybride en est très transitoire : très bientôt nul n’y pensera plus. Le plus pyramidal ne sait qu’EXCLURE. En mentant qu’il faille tant et tant de pré requis. Ce qui est faux. Puisqu’il ne peut produire aucune…unité de mesure globale. Ce qui démasque un visage, laidement, tordu de trop de mensonges. Ces sommets auto-sabotés se verrouillent devant tout discours qui sait interroger. Comment le sommet pourrait soutenir la base si toute la pyramide est basée sur la base ? Le sommet paraît alors si superflu, surajouté, non nécessaire, c’est quoi son utilité intrinsèque? Ne vole-t-il pas trop la production globale de toute la communauté ? Le sommet n’est issu que d’une addition, une somme(t) qui refuse (puérilement et, puis, ensuite, cruellement, faute d’autre argument) d’admettre que la co-opéraion et le partage par dividende individuel sont un milliard de fois supérieurs à la quincaillerie rouillée de la pyramide.

……………………....***************************************************

Comment est-ce possible ? Les agents ex-bancaires deviennent les seuls GARANTS du système. Et plus du tout les banques redevenues des services basiques aux droits très limités. Il n’y a plus de centralisation avide et vampire qui aspire quoi que ce soi (et ne restitue jamais rien). Juste, à la place, une invariance tranquille. Comment est-ce compréhensible ? La vie humaine est la VALEUR ultime, une valeur incompressible. Impossible d’indexer la vie humaine. Et sur quoi l’indexer ? La vulgarité capitaliste s’est privée de toutes…transcendances. Les avoir déguisées en ses ambitions trop médiocres pour faire gober que cet ex-sommet serait garant de l’intérêt général n’a fait voir que de sales bonshommes ne sachant que se remplir les poches. Trop minables. Sans mesures ni autorégulations ! Or tout législateur doit être…pondéré (face aux impondérables) donc régulés, réguliers, très réglo, ayant le sens des…mesures. De tels cœurs vulgaires ne peuvent se dire législateurs. Voter des lois ce n‘est pas voter «sa » loi. Toute la valeur revient à l‘humain – d’avoir instrumentalisé d’autres institutions n’est plus possible….le vrai libéralisme cela a toujours été la monnaie libre. Oui, si l’économie est « privée » elle ne peut se prétendre libérale (ce qui libère et ouvre l’abondance - non ce qui en prive)…le dividende universel comme le dû dû à chaque être humain du fait d’être humain (la valeur suprême que l’humain) – aucune privatisation ne pourra plus s’immiscer dans un discours aussi clair. Auront été discrédités les politiciens professionnels. Par ? Leurs insupportables hypocrisies sur le revenu d’existence (mélangeant mensongèrement ce revenu dû avec les activités humaines, ce qui n’a rien à voir !). Ces hypocrisies miteuses ne pourront plus exister – autant il parait trop facile de débloquer des centaines de millions pour nationaliser les pertes de quelques spéculateurs et/ou banquiers, autant il parait si difficile d’élever un bien trop bas revenu (ce qui ne coûte même pas le quarantième (1/40) des occurrences précédentes. Qui se renouvelaient trop souvent, ces farfelues nationalisations des pertes !). De quoi gérer un revenu d’existence sans un pli – la « ruse » de l’Histoire c’est que le dividende universel ne pourra pas « recevoir » toutes les critiques loufoques que reçut le revenu universel d’existence. Simple « introduction » (à tous les sens du terme) du concept de dividende universel ! Impossible de tirer deux fois…le dividende universel regroupe tout, oui tout, ce qui a été conçu avant lui. Mais, du même coup magistral, nous libère aussi de tout ce qui l’a précédé…

Tout ceci s’inverse, s’est inversé: la monnaie est privée donc BRIDÉE. Et trouvent, ici, leurs vraies cibles, tous les discours si mensongers contre les services publics, ces soi-disant archaïsmes et ces limitations des possibilités du privé, le seul qui sache…supprimer la misère par sa maîtrise des coûts (surtout des surcoûts dus à des revenus démentiels ?). Oui, la misère, c’est en… l’augmentant qu’il la supprime. Donc la monnaie privé BRIDE toutes les initiatives individuelles et particulières. Il faut « socialiser » cet ours mal léché, il faut « socialiser » ce grave rustre aux manières trop violentes et cupides pour être acceptées en société…civilisée. L’argent privé c’est le grave archaïsme actuel – la liberté du marché libre (de tout le monde) est trop…bridée, tellement restreinte. Les multinationales refusent toute loyauté, toute introduction de compétition d’égal à égal. Et osent du dumping international, bafouent les lois anti-trust (celles-là mêmes dont ses textes de lois incluaient, incluent encore et reconnaissaient les « complots ». Le grave ridicule que de dire que les lois contre les « ententes préalables » sont « complotistes » (« oui mais y zont dit, oui zont dit « préalable » préalable ça zzz’est complot… » dégoisent les bébés capitalistes). Jamais une banque n’a parlé de la concurrence démocratique. Si elle ne peut être démocratique est-ce encore une concurrence ? Ou des moyens déloyaux de rétorsions, de contractions, de distorsions, de non respects volontaires de tous les contrats. Et de l’usure alors : cette plaie sur le visage d’un humain. Voilà nous avons examiné en très direct l’arrière du décor capitaliste. Il n’y a absolument rien à conserver. Rien. Dividende dont l’étymologie vient de …partager, partager équitablement, retrouve tout son sens premier, son sens qui procure la santé à toute la société…

….celui d’un dividende que tout le monde touche. En gros, ce sont tous les bénéfices que l’œuvre collective (chacun-e y apporte sa pierre) rapporte à la société entière…sans accrocs jamais…

………répartis si équitablement…entre tous les humains qui la constituent.

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>> - OMISSIONS TROP GRAVES - <<<<<<

Avant-de-voter-la-liste-des-conflits-d'intérêts-des-candidats-:-à-lire-absolument

Tous les candidats du système sont en grave conflit d'intérêts.

Le-capitalisme-se-mord-la-queue

Maladie mortelle ? Les travaux de l’économiste Thomas Piketty aboutissent à un sombre constat : les inégalités entre les riches et les pauvres, qui n’en finissent pas de se creuser, compromettent l’avenir du capitalisme et finiront par détruire nos sociétés. La société doit se libérer de la maladie capitaliste. C’est, désormais, une question de mort ou de vie !

Comment-installer-une-monnaie-à-dividende-universel

Remède complet…

 

.....……(à suivre)

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 3 "Nul n'est nul", "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?» et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ; et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 400 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

La monnaie est le point aveugle des économistes orthodoxes. Le point qui les rend abrutis à vie. Inaptes au réel et incapables d’entrer dans le moindre raisonnement sérieux. Trop avides rend vides !

La monnaie est le point aveugle des économistes orthodoxes. Le point qui les rend abrutis à vie. Inaptes au réel et incapables d’entrer dans le moindre raisonnement sérieux. Trop avides rend vides !

la lumière très bien ventilée dans l’architecture du dividende universel

la lumière très bien ventilée dans l’architecture du dividende universel

un outil SOCIAL simple et si efficace

un outil SOCIAL simple et si efficace

élargissement sans fin puisque nous sommes tous bénéficiaires du collectif qui collecte tout…

élargissement sans fin puisque nous sommes tous bénéficiaires du collectif qui collecte tout…

tout le contraire d'une oligarchie de bêtise bestiale

tout le contraire d'une oligarchie de bêtise bestiale

du jour au lendemain aucun de ces concepts n’a plus cours. Sortir du capitalisme représente plus qu’une libération !

du jour au lendemain aucun de ces concepts n’a plus cours. Sortir du capitalisme représente plus qu’une libération !

Pourquoi toujours écarter les vrais penseurs ? Ici, n’est pas cité le dividende universel à vertu encore plus universelle (la vieille société y est entièrement incluse)…

Pourquoi toujours écarter les vrais penseurs ? Ici, n’est pas cité le dividende universel à vertu encore plus universelle (la vieille société y est entièrement incluse)…

80 % au moins de la population est concernée par ce graphique

80 % au moins de la population est concernée par ce graphique

Libérons les économies des marchés eux-mêmes (3)
quel chaos d’inefficacité que des banques créatrices exclusives de monnaies

quel chaos d’inefficacité que des banques créatrices exclusives de monnaies

Libérons les économies des marchés eux-mêmes (3)
le puzzle du partage sera vite résolu

le puzzle du partage sera vite résolu

puisque l'économie nous épargne la mort et partage, enfin, scientifiquement (dividende veut dire partager équitablement)...

puisque l'économie nous épargne la mort et partage, enfin, scientifiquement (dividende veut dire partager équitablement)...

comme ceci

comme ceci

radio du monde enfin libre....La liberté radicale du dividende universel appelle à combattre le marché non libre, chasse trop gardée du capitalisme illégal…et à l’abolirre -

radio du monde enfin libre....La liberté radicale du dividende universel appelle à combattre le marché non libre, chasse trop gardée du capitalisme illégal…et à l’abolirre -

L’homme ne naît pas un loup pour l’homme. Pas plus qu’il ne naît homo economicus. L’esprit de compétition et de conquête n’est pas inné. Il est culturel. Et si l’on grandit dans une société où la valeur partage est centrale, un autre monde est facilement possible.

L’homme ne naît pas un loup pour l’homme. Pas plus qu’il ne naît homo economicus. L’esprit de compétition et de conquête n’est pas inné. Il est culturel. Et si l’on grandit dans une société où la valeur partage est centrale, un autre monde est facilement possible.

Libérons les économies des marchés eux-mêmes (3)

Film complet qui établit un constat notamment sur l’outil principal qui nous "enferme" dans une économie restrictive et puérile, la monnaie. Ainsi, celle-ci est observée au travers de ses fonctions afin de proposer un éventail de solutions.

Théorie Relative de la Monnaie ou plus rien n'est restreint

une monnaie LIBRE et non plus…bridée par le système si obsolète des banques si incompétentes en tant que créatrice universelle de monnaie

Vidéo récapitulative de la démonstration donnée aux 5èmes rencontres des monnaies libres le 7 Juin 2015 concernant le théorème de la Théorie Relative de la Monnaie établissant l'équivalence DU/RdB par... changement de référentiel.

Sortir de la crise grâce au Dividende Universel ? Un peu que c’est bien sûr.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article