Pendant les élections les solidarités continuent

Publié le par imagiter.over-blog.com

Pendant les élections les solidarités continuent

Rien n’est plus solide que le solidaire. C’est ce qu’il y a de plus costaud et c’est ce qui dure. Aussi ce ne sont pas les affaires qui continuent – depuis les débuts des élections, elles débordent beaucoup trop, ce qui n’est pas une manière de continuer. Aussi, afin de commencer à prouver que la société est bien en train de basculer. Et de se tourner vers les valeurs de solidarités solides, nous avons pris le risque de chercher dans l’actualité (complète – pas celle trop rétrécie des médias d’argent) de ces derniers jours, des projets qui s’installent (donc sans s’occuper des élections) par la force des solidarités. Nous en avons choisi 9 (neuf) et vous n’allez pas regretter le voyage ! C’est qu’un million de révolutions tranquilles sont en train d’éclore. Oui dans la patience de leur unisson grandiose. Dès lors que les collectivités locales reprennent leur destin en main…oui mais tous les citoyen-ne-s, collectifs et associations. Ne dirait-on pas comme un …mouvement général ?

………………………......**************************************************

Partout où les médias d’argent chuchotaient « c’est impossible ; vous ne pouvez rien faire, vous êtes trop isolés…nos employeurs sont les plus forts, découragez-vous, abandonnez, devenez esclaves…etc. »…oui partout, la petite pousse têtue transperce le béton. Et s’ébroue à l’air déjà libre lui…et les solutions foisonnent alors. Toutes à nos portées. Suffit d’étendre la main et le projet démarre et devient l’après-projet, soit la vraie réalité quotidienne. On nous disait tout impossible. Il aura suffit d’un peu d’organisation et tout devient…faisable. En fait déjà là : grâce aux invendus, ils ont distribué 150 000 repas pour aider les associations de sans-abris.

Grâce-aux-invendus-ils-ont-distribué-150-000-repas-pour-aider-les-associations-de sans-abris

« Dire stop au gaspillage c’est donc très possible avec de l’engagement et de l’organisation. De nombreux projets voient le jour, exemple avec l’initiative du "Chaînon Manquant».

En France, le gaspillage représente chaque année 2,3 millions de tonnes dans la distribution, 1,6 millions de tonnes dans la restauration et 5,2 millions de tonnes dans les foyers. Au total cela représente 9 millions de tonnes par an, soit environ 137 kg par personne. Ces données de Global Gâchis ne prennent pas en compte les pertes liées à la production agricole, à la transformation ou encore celles liées au conditionnement, qui représentent également une grosse part perdue. Sur ces chiffres, l’ensemble des déchets ne sont pas évitables (les os, les épluchures etc.) mais une grande partie correspond encore malheureusement à des aliments qui pourraient être consommés. Face à ce constat, en janvier 2015 une pétition lancée par Arash Derambarsh (élu LR de Courbevoie) contre le gaspillage alimentaire avait recueilli 200 000 signatures, démontrant ainsi une prise de conscience importante de la part de l’opinion publique face au sujet.

Le gouvernement a quant à lui réagi à cette problématique depuis plus d’un an avec une loi obligeant la grande distribution à distribuer ses invendus alimentaires, qu’elle jetait auparavant. Cette loi fut adoptée à l’unanimité par le sénat et l’Assemblée nationale le 3 février 2016 et on note depuis des avancées concrètes. En effet, des conventions entre les associations et les grandes surfaces sont mises en place mais également des sanctions en cas de refus des distributeurs. Ces changements font fleurir de nombreuses associations.

Le « Chaînon manquant » au gaspillage : le maillon fort de la chaine face au gaspillage reste donc les associations qui agissent sur le terrain pour permettre la redistribution. Valérie de Margerie présidente de l’association « Le Chaînon manquant », voulait que l’ensemble des acteurs de l’alimentation puisse s’organiser afin que le gaspillage alimentaire ne soit plus une fatalité. Et c’est chose faite ! La restauration, les petits commerçants, les traiteurs ou encore l’évènementiel font également partie de la stratégie de cette association. Celle-ci est née du constat que la récupération des denrées et le stockage nécessite du temps (et que souvent cela exclut beaucoup de produits devant être consommés dans les 24 heures par exemple) que les banques alimentaires seules ne peuvent prendre en mains.

Le rôle du Chaînon manquant est de récupérer les denrées alimentaires et de les redistribuer aux associations, le tout en circuit court et en flux tendu. Selon la nature des produits récupérés et leurs volumes ils contactent les associations pouvant être intéressées. Pour cela, l’association a besoin de connaitre ces différents partenaires et leurs besoins en amont. Ils collaborent avec une cinquantaine d’associations très différentes : « on a de tout, des grandes associations ou de toutes petites associations de quartier, des centres d’hébergements, des haltes sociales. Avec la crise économique, six millions de personnes sont en situation de précarité alimentaire : elles ont un toit mais pas forcément de quoi se nourrir » explique Valérie de Margerie. L’association a également mis en place des partenariats au sein d’évènement : elle est intervenue lors de la COP21 et récupère depuis déjà 3 ans de la nourriture à Roland Garros. Cette action avec le tournoi sportif a permis de redistribuer plus de 13 000 repas en 2016.

L’an dernier l’association a redistribué 150 000 repas. Aujourd’hui le Chaînon manquant, aidé par 120 bénévoles, est bien implanté à Paris et a également ouvert une antenne à Lyon. Lors d’une interview dans http://www.linfoantigaspi.org/ ( l’Info Antigaspi), la présidente du Chaînon manquant rappelait que « Il faut pouvoir encourager les actions citoyennes et les start up, c’est important pour répondre à l’ensemble de la problématique ». Cette initiative citoyenne met une fois de plus l’accent sur l’importance des mouvements actuels, qui répondent aux problématiques sociales et environnementales à leur échelle. »

……………………….......****************************************

Toujours répondre aux besoins urgents. Et que l’inertie causée par une société d’isolements, d’anti-solidarités, d’indifférences aux autres, qui perçoit comme une fatalité du « on n’y peut rien » - soit vaincue. Puisqu’un peu d’organisation et beaucoup de volonté parvient à trouver les solutions adaptées aux problématiques. Ici : les SDF sont dans la rue, offrons leur vite un toit ! La stratégie est nouvelle : Portland offre des maisons à ses habitants pour qu’ils puissent accueillir des SDF.

Portland-offre-des-maisons-à-ses.habitants-pour-accueillir-des-sdf

Le concept se base sur la solidarité et ça, ça nous plait ! À Portland, capitale emblématique de l’Oregon, on concilie solidarité et concept novateur. Face à une pauvreté qui s’accentue chaque jour au États-Unis [[comme dans le reste du monde]], Portland a su trouver la solution.

Les chiffres font froid dans le dos. Dans l’Oregon, pas moins de 4 000 personnes dorment chaque soir dans les foyers ou dans la rue. Pour faire face à ces inégalités croissantes, la municipalité [[ les municipalités ont, de par la loi, beaucoup plus de libertés de manœuvres qu’on le croit : dans ce cas, les appuyer à fond et ne pas les contrer !]] trouvé la solution pour optimiser au maximum solidarité et bienveillance entre les citoyens, en leur confiant tout simplement des mini-maisons. Les personnes ayant une maison avec un jardin peuvent dès à présent passer du statut de « propriétaire » au statut de « propriétaire bienveillant » car les propriétaires d’un jardin peuvent recevoir gratuitement un petit pavillon de 18,5 m2. Ils s’engagent alors à héberger pendant 5 ans une famille de SDF qui paiera 30 % du loyer, le reste étant assuré par la ville. Au bout de cinq ans, les hôtes pourront disposer de la maisonnette et en faire ce qu’ils veulent : la transformer en chambre d’amis, en cabane pour les enfants, ou même la louer.

Ce projet novateur intitulé « Une Maison pour tous » a déjà conquis pas moins de 200 propriétaires. Si ce nouveau concept fonctionne, c’est 300 maisons qui vont être déployées dès cet été pour aider des familles sans abri à se réinsérer dans une « vie normale ». Avec l’ampleur des Tiny House qui font un carton dans tout le globe, ces familles de sans-abri vont sûrement voir leur vie changer du tout au tout ! Alors que certaines municipalités essaient d’éloigner les SDF des centres-villes [[sur la demande souvent de bourgeois n’ayant absolument aucune compassion]] avec des politiques de plus en plus fermées à tout changement, Portland nous prouve [[ces municipalités ont donc tort dans leurs cruautés]] que l’on peut allier solidarité et bienveillance. L’une des 200 propriétaires qui a accepté de jouer le jeu confie à Associated Press : « Ne pas avoir de logement ne fait pas de vous une mauvaise personne. Nous réfléchissions à une façon d’aider notre communauté parce que nous sommes privilégiés, mais nous ne savions pas comment faire. »

Voici la solution : aider qui veut aider, mais en offrant un petit peu de garanties. Offrir une petite maison prête à l’usage c’est résoudre toute la problématique d’un seul coup. Ce qui prouve, aussi, que mettre en prison les citoyen-ne-s qui pratiquent la compassion c’est n’être que régressifs. Et avouer que se prétendant « responsables », il n’a, pourtant, été réfléchi à aucune alternative. TOUTES LES SOLUTIONS sont bien à notre PORTÉE ! Elles s’avèrent être simples mais demandant de la volonté afin de les mettre en place.

…………………****************************************************************

Ne rien jeter, mais tout transformer. Le geste futile et cruel d’occulter les portes et fenêtres des bâtiments inoccupés – ne pouvait que rencontrer sa solution intelligente. Simple : sans détruire, trouver un nouvel usage ! Nanterre transforme une usine abandonnée en un temple de l’alimentation collaborative et solidaire.

Nanterre-transforme-une-usine-abandonnée-en-temple-de-l'alimentation-collaborative-et-solidaire/

Réinvestir des lieux où la surproduction prônait sa légitimité est aujourd’hui de plus en plus commun. L’idée est de ne rien détruire mais de tout transformer; c’est le concept même du « vrai » développement durable [[pas celui des faux jetons capitalistes ]]. « Le château de Nanterre » se voit transformé en un haut lieu de consommation collaborative et solidaire !

Dans un monde en pleine mutation, tout est possible et Le Château de Nanterre est en train de nous le prouver. Inscrit aux monuments historiques, Le château de Nanterre est en train de casser les codes de notre société [[pas de changements sans bousculer, à bon escient, les petites habitudes encroûtées !]]. Ses 2 300 m2 d’espaces intérieurs et ses 6 000 m2 de jardin nous laissent rêveurs !

Cette ancienne usine de pâte à dentifrice propose un nouveau concept partant du simple constat que notre alimentation est à bout de souffle — notamment à cause des récentes révélations d’études scientifiques nous prouvant que de nombreuses substances toxiques sont cachées dans notre alimentation —, ce qui entraîne inévitablement une baisse de confiance de la part des consommateurs. À partir de Juin, ce monument nous propose de fédérer les acteurs de la transition alimentaire dans une communauté auto-apprenante afin de mutualiser moyens, compétences et outils, le tout grâce à des produits aux prix et conditions accessibles pour faciliter l’expérimentation, la professionnalisation et le développement.

Cuisines partagées, incubateur de startup, espaces de dégustation et jardins dédiés à l’expérimentation agricole, tel est le nouveau projet du Château de Nanterre. Un espace culinaire de 400 m2 pour tester le concept et démarrer sereinement sa propre activité en se concentrant sur l’offre. L’espace extérieur de plus de 6 000 m2 carré servira à expérimenter, apprendre et promouvoir l’agriculture urbaine. Potager, ruches, poulailler, zone de compost… tout sera à disposition pour bâtir les premières pierres du monde de demain. Comme l’explique Armonia Pierantozzi, chargée de projets ETIC et Présidente de SITOPIA : « Nous avons donc l’ambition de rassembler et structurer toutes ces initiatives au Château, en faisant passer cette ancienne usine à l’économie du XXIème siècle : un laboratoire d’innovation qui accueillera ces acteurs dans des espaces de bureaux et de coworking, des lieux d’expérimentation, d’exposition et de contact avec le public. Il sera également un lieu de production et d’expérimentation de l’agriculture urbaine. Notre vision est de permettre à des acteurs du changement de travailler dans les meilleures conditions possibles, en agissant sur plusieurs leviers majeurs : en baissant les barrières à l’entrée en rendant accessibles des espaces de qualité, conviviaux et à des conditions flexibles ; en les incluant dans un écosystème où ils pourront créer leur réseau de partenaires et bénéficier d’un ‘accompagnement adapté leur permettant de pérenniser leur activité, leur impact et les emplois créés. »

Le « Château » sera aussi doté d’une épicerie de 40m2 qui mettra en avant toutes les solutions proposées par ses entrepreneurs solidaires. L’épicerie vendra principalement les produits du potager mais aussi des producteurs locaux et permettra de vendre les produits issus du laboratoire de cuisine. »

Le concept, bien trop négligé dans la lutte contre le capitalisme mortifère, de coopérative est ici complètement rénové. Et de ringard (mais c’est de la propagande), il devient super en avance, très novateur. Qui veut changer, en commençant par la base, ne doit avoir peur de rien. D’aucuns concepts. Qui se targue de ne jamais penser prouve ainsi qu’il/elle ne pourra jamais vraiment penser aux autres. Tels qu’ils sont et avec leurs besoins. C’est ce tout faire pour ne pas penser qui devient plus que ringard – ennemi !

……………………………..******************************

Et continuent tant d’autres solidarités (pendant que les élections comme affaires et business continuent). Oui ce qui nous intéresse c’est de regrouper quelques solidarités de ces derniers jours qui viennent d’initiatives très diverses (associations qui mettent en pratique les lois, municipalités qui ont tant de futur, acteurs du changement, et même …entreprises). Ce qui ajouté à ces sources diverses, expose des idées…simples mais efficaces ! Par exemple, dans les restaurants d’entreprises, offrir le non-consommé aux employés. Sur l’initiative de ceux-ci et sans contrôle d’identité préalable. Au lieu de mettre ce non consommé à la poubelle, en pleine indigestion.

Frigo-jaune-contre-le-gaspillage-alimentaire-dans-le-restaurant-d'entreprise/

« -À la fin du service, les plats non consommés sont reconditionnés puis déposés dans le frigo par une personne qui enregistre ce dépôt sur l’application.

-L’application indique ensuite à tous les employés le nombre de repas disponibles gratuitement dans le frigo.

-À la sortie du bureau, les employés peuvent passer au frigo et repartir avec les boites de leur choix… Tout simplement ! » Aussi simple que de dire bonjour. Les grands changements auront tous des gestes simples.

 

Ces-zones-libres-en-Europe-qui-privilégient-les-alternatives-locales-face-aux-traités-de-non-libre-échange.

Regrouper les coordonnées de toutes les « zones libres » d’Europe. Zones libres ? Celle qui auront pris un engagement de ne pas se soumettre aux traités de non-libre échange comme Tafta.Ttip à son époque et Teva actuellement. Ces« zones libres », juridiquement, correspondent aux « Communes libres » : il y a donc, en Europe, des communes, des départements, voire des régions qui sont des « zones libres ».

 

Un-centre-d'expérimentation-permanente-pour-éco-construire-et-habiter-mieux

Tous les lobbies empêchent les gens de vivre. C’est connu : leur structure dictatoriale (il n’y a qu’aux USA et au Royaume Uni que les lobbies sont « légaux », oui inclus dans la loi. En France, ils sont « illégaux », exclus par la loi : pourquoi ne pas en profiter et les expulser ?)…oui ces dictateurs de nos vies qui voudraient nous imposer le médicament qui rend malade, l’aliment qui affaiblit, tout ce qui peut nous nuire en fait – et cela avec une acceptation béate de notre part. Ils sont fous ou ils font exprès ? Eh bien lobbies du ciments, des astreintes de constructions, etc. – ici, 1°) vous pouvez contourner tous ces procédés de lobbying non inclus dans les lois 2) apprendre par vous-mêmes ! Résultats : la communauté humaine ne pourra que bénéficier de ce que tout le monde habite mieux. Solidarités ? Au lieu de vendre à prix d’or ses savoirs les…partager. De telle façon que le maximum les reçoivent.

 

A-Saillans-Drôme-l'utopie-se-travaille-d'arrache-pied: plusieurs maires collégiaux

Et puis, les initiatives LOCALES – un petit coin, un petit groupe d’humains qui se mettent à avoir des…idées (très bonnes les idées pour l’avenir de l’Humanité). Ici, une bonne partie des citoyen-ne-s se mettent à travailler bénévolement pour les projets de la mairie. Projets qu’ils auront contribué à organiser et mettre en place. Pourquoi ?...élus collégiaux – ils sont donc tous des maires. Toutes chances que cette heureuse communauté va hériter d’une petite ville qui fonctionnera tellement mieux que dans le privé.

 

Osons-les-jours-heureux-25-mesures-prioritaires-vers-une-transition-écologique

90 % des françaises et français se disent préoccupés par le futur énergétique, la transition écologique. Évidemment, les candidats n’en parlent pas. 90 % c’est un trop petit nombre. Tandis que 1 % c’est carrément la grosse majorité. Qui a vissé dans sa tête que plus vite nous…aurons appris à nous passer de tels dirigeants pour tous les aspects de la vie - plus vite nous nous attellerons efficacement aux projets qui changent tout.

 

La-solidarité-est-une-valeur-qui-se-vit-mais-ne-s'achète-pas-et-nos-dirigeants-politiques-ne-sont-pas-inspirants

Peu de dire que la parole des politiques professionnels est très dévalorisée, eh oui mon petit bonhomme, elle vaut pas un sous (quels maîtres sordides se cachent derrière eux ?)…Puisque, tout à l’opposé, les VALEURS qui inspirent, qui peuvent changer la société, après l’intermède écourté du capitalisme, viennent toutes de la SOLIDARITÉ.

Valeurs hautement durables puisque…..

….rien de plus solide que le solidaire. Nous nous appuyons, donc, sur du dur et du costaud.

 

.....…………….Se fonder sur la solidarité c’est durer des millénaires.

 

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - ENCORE - <<<<<<<<<<<<

Où donc-ce-million-de-révolutions-tranquilles ?

Bénédicte Manier, Un million de révolutions tranquilles. Lorsque les collectivités locales et leurs concitoyens reprennent leur destin en main.

 

 

.............……(à suivre)

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 3 "Nul n'est nul", "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?» et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ; et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Le chaînon manquant afin de nourrir les Sdf

Le chaînon manquant afin de nourrir les Sdf

des associations appliquent les lois existantes

des associations appliquent les lois existantes

Des maisons municipales pour Sdf

Des maisons municipales pour Sdf

Pendant les élections les solidarités continuent
300 tiny houses pour cet été...

300 tiny houses pour cet été...

des citoyen-ne-s qui font aussi bien que des politiques professionnels ?

des citoyen-ne-s qui font aussi bien que des politiques professionnels ?

Un million de révolutions tranquilles sur la Terre - soyons plus globaux...

Solutions Locales pour un Désordre Global : les jeunes ingénieurs à qui a été volé le savoir sur la microbiologie des sols...

En Ile de France, il n’y a que 3 jours d'autonomie alimentaire – pas de sécurité alimentaire faute de laisser les citoyen-ne-s prendre les choses en main

Fausses élites - Claude Bourguignon nous parle des prix nobels... interrogeant le sens de l'industrie. Et non le sens de la vie

ce qui implique que, avec les multinationales, elle ne sera pas du tout démocratique

sauf si…

élus collégiaux – donc tous des... maires.

tout devient possible...

Publié dans sociéte

Commenter cet article