La nature c’est zéro déchet – faisons aussi bien qu’elle

Publié le par imagiter.over-blog.com

La nature c’est zéro déchet – faisons aussi bien qu’elle

Le plus évident respect envers la Nature est de ne pas la traiter comme un déchet. Et donc de ne pas la recouvrir d’évitables déchets. Ce qui devient une marque d’incompétence ou d’abus de cupidités. En ce domaine, le capitalisme prouve à quel point il n’est pas sérieux ni rationnel du tout. Par ce biais même, il se voit déchu – déchu à cause de sa légèreté inexcusable envers ses déchets ? Les déchets font déchoir qui n’est pas à la hauteur. Les conditions de survie humaine demeurent tellement plus essentielles que les soi-disant profits. Alors que le capitalisme se couvre de ridicule à vouloir supplanter la Nature, à prétendre faire tout faire mieux qu’elle, soit l’enfoncer toute dans une boîte et la REMPLACER par le tout artificiel – oubliant, le grave étourdi, le primordial. Qui est ? Que la nature c’est la perfection des régulations. Et non des dérégulations, jamais de dérégulations, voyons – comme seuls de vrais cancres oseront l’imposer. Régulations ? Oh que oui ! Dont la plus époustouflante, des régulations, est ZÉRO DÉCHET dans la nature. Pas un seul, tout est conservé, gardé et réutilisé, rien ne se perd, il n’y rien de perdu, pas de perdant, mais tout ne crée que du positif. Le capitalisme, perdu dans son coin bouffon, n’accumule que des déchets, est même connu pour ses hyper gaspillages, et fait exploser ses irrationalités par ses doublons, triplons ou plus…Soit ? Son agriculture intensive (la plus stupide qui se puisse inventer – puisqu’elle n’existe absolument pas afin de nourrir les humains, surtout pas, mais juste pour que des poupons incultes fassent sans cesse des bénéfices à…n’importe quel prix !) – cela peut être, dans la totalité du circuit, et selon les aliments, jusqu’à 50 % de gaspillages. D’où ? Il faut épuiser encore plus la nature afin quelle REproduise ce qu’elle avait déjà produit. Une fois. Puis deux, trois, etc. Mais, on s’en fout, la nature si vivante est toujours moins importante que ces…profits de désaxés. Moins qu’une servante, une esclave qu’ils domptent évidemment. Non mais, laisser de tels fous en liberté – c’est quoi ces inadmissibles désordres injustifiables ! La vie préfère zéro déchet et ne veut plus du capitalisme égaré à vie.

La Raison c’est zéro déchet ! Le capitalisme c’est le tout déchet – il n’est certainement pas du côté de la raison et du rationnel. Puisque, trop pareillement, et dans tous les domaines d’activités, c’est la même INCOMPÉTENCE capitaliste. La construction, plus du tiers des matériaux de construction est gaspillé et jeté. Et il faut encore violer la Terre pour restocker ce qui avait déjà été stocké. Identiquement partout. Gaspillages scandaleux des talents. Les brutes incultes du libéralisme ne sachant utiliser aucun talent, les perdent tous. La prépondérance très…parasitaire du privé en rajoute bien trop. Puisqu’il est tant de semblants d’activités du privé (songeons à la prétendue activité bancaire de son argent scripturaire) qui ne servent à rien. A rien d’autre qu’à détourner un maximum d’argent public. Donc à créer de vrais déficits et à ne pas nourrir les besoins sociaux de la population. Tout en engueulant, trop illégalement, les États de « trop » dépenser – alors qu’il suffit de retirer tout l’argent « donné » aux banques pour se trouver en complet équilibre du budget. Les dépenses ne doivent être rationalisées qu’en supprimant tout assistanat aux trop riches. Oui mais, après l’engueulade, si nous nous sentions culpabilisés ? Outre de créer les déficits de par leur poids abusifs, ces financiers mondiaux vont s’enrichir (encore) en prêtant aux états à des taux usuraires de quoi boucler ces déficits (les augmentant sévèrement donc, et aboutissant au « trop » de dépenses mais surtout pas pour les pauvres et les « nécessiteux », oui qui en ont la …nécessité) – quadruplant ces déficits, qu’eux seuls ont créé. A part cela, nous ne sommes pas chez des fous furieux ? Puisque tout ceci se poursuit en rançonnant les populations soumises seules à l’austérité (l’austérité est « illégale » si sa nécessité n’est pas…prouvée en tout le monde y participe. Oui tout le monde. Sinon ? Clair que ce sont les pauvres « austérisés » qui paient pour les dépenses pharaoniques des fous de financiers.). 

Et donc ? Le capitalisme est licencié, mis à la porte, débauché de ces débauches d’irrationalités et d’inamissibles…fantaisies. Rien de sérieux en lui. Pour cela, il lui faudrait revenir dans le règne de la concurrence équitable et existant hors tous monopoles dissymétriques à buts…lucratifs (ce que ne sont pas, par exemple, les excellents services publics). Et le motif du licencient ? Alors que la nature parvient  à zéro déchet, la pitrerie capitaliste ne parvient qu’à une invasion de déchets jamais vue. Comme ? Un continent entier de plastique. L’air qui tue et est la première cause mondiale de mortalité (donc les prétendus profits des uns coûtent une vraie fortune à toute la société- clair que ce ne sont pas des profits mais des…braquages !). Comme ? Le fait d’être en face à des abrutis complets : il n’est pas besoin d’aller à l’école pour piger que ce que nous mangeons et buvons vient de la…terre. Que nos aliments ne sont pas extraterrestres mais viennent du sol terrien. Et donc ? Si nous polluons les sols nous souillons nos corps, nous rendant plus qu’imbécilement malades et affaiblis. La protection de la nature est la nôtre…et donc ? Les sociétés privées de…sécurité sont des impostures puisqu’ils (ces organismes de sécurité) devraient parvenir à faire arrêter tous les capitalistes assassins des conditions terrestres de nos survies. Et tout cela pour quoi ? Pour des beuveries d’illusions où le crétin capitaliste se croient « extra-terrestrement » riche …puisque son argent fou vient de …nulle part et fait des petits en dormant. Carrément hermaphrodites que les billets, je t’en fiche mon billet…ils sont vraiment fous, point barre.

Donc producteur abusif de déchets par cirrhoses de dérégulations – la nature est, désormais, préférée au capitalisme de régressions massives. Elle est pour les régulations et les autorégulations. Ce qui parvient au prodige de : régulations = zéro déchet.

Abandonner-l'-utopie-d'-une-nature-asservie-par-l'-humanité.

…et donc notre seul patron, notre modèle de biomimétisme, c’est la nature. Rien ne peut la surpasser. Et surtout pas les humains mis à l’échec par leurs cupidités mêmes…et qui se conduisent en déchus déchets, ce qui (ontologiquement) leur échut de choir !

http://www.imagiter.fr/2017/07/La-nature-comme-patron.

Que tout aura complètement changé lorsque le premier réflexe sera « est-ce que c’est bon pour l’universalité et la nature ?»…et plus le trop pitoyable «  est-ce que c’est bon pour mon profit séparé de la vie ? ». Obéir aux non ordres de la nature, cela oui c’est du véridique progrès.

……………………..****************************************

Progrès ? Oui, des êtres humains refusent de suivre l’infantilisme dévastateur de la société de consommation, complètement démente. Oui, ils désobéissent à ses ordres insensés (où la société montre une posture vraiment trop délinquante !) – et visent le…zéro déchet ( tellement en avance sur les « fausses » élites qui empêchent les vraies !). Ce sont les héros des temps futurs. Et, en leur honneur, il serait tout a fait équitable (mot employé qu’« équité » pour que le souvenir du mot « égalité » disparaisse des mémoires – c’est archi loupé !: désormais nous avons « l’égalité équitable » ou « l’équitable égalité », deux fois plus puissante !) donc équitable de déverser les poubelles des gaspillages scandaleux (scandaleux lorsque les « nécessiteux » meurent de faim et des pollutions provoquées par les inconscients arriérés ! - les vraiment trop riches) oui les déverser, ces poubelles, sur toutes les stars médiatiques et les médias subventionnés (pour trahir leur déontologie ?) qui osent défendre l’incompétence flagrante du capitalisme. La Raison c’est zéro déchet ! Le capitalisme c’est le tout déchet …Il n’y a plus photo, le capitalisme doit disparaître.

Afin d’en acquérir la solide certitude, visitons une vie quotidienne hors capitalisme…« Il y a 5 ans, les Sulter emménagent dans une résidence hyéroise « où les gens balancent encore leurs déchets dans un vide-ordures, comme dans les années 70. » 4 ans plus tard, lorsque la maîtresse de la petite Justine demande « 50 gobelets et 50 assiettes en plastique par élève », la jeune maman vétérinaire, biologiste de profession, n’en peut plus et décide de lancer le défi familial du zéro déchet ! [[la famille décidée plus forte que l’état déchu ?]].

Très-possible-le-zéro-déchet-:-cette-famille-nous-le-prouve !

Graduellement, les déchets sortent du paysage. Si au début, Aline Sulter se sentait « un peu seule dans sa démarche », notamment à cause de l’absence de réponse de la part des pouvoirs publics[[ et leur inexcusable déchéance du il faut gérer l’état comme une entreprise – alors que les services publics ont prouvé leur supériorité par rapport au…privé !]], elle trouve rapidement des échos au sein de la communauté des Colibris de Pierre Rabhi, sur de nombreux groupes Internet et dans ce qui est devenu la bible de la maison : le livre « La famille zéro déchet ». Ce petit guide s’axe autour de points clés : rien ne se jette, tout se récupère, tout se fabrique.

Dans la joyeuse cuisine familiale, la fin du repas se rythme par le tri des restes et de leur préparation pour le compost. La famille Sulter a deux composts : le lombricomposteur qui avale les restes de légumes et de fruits ainsi que les cartons de papier toilette, qui apportent du carbone pour le bien-vivre des vers ; le seau à Bokashi, lui, (matière organique fermentée en japonais) se régale des restes de viandes, poissons, agrumes, ail, oignons, restes d’infusion…

Après quelques semaines de fermentation, le compost est enterré dans le jardin et devient un engrais qui offre de nombreuses surprises. « Melons, tomates, herbes, ça a poussé tout seul du jour au lendemain ! ». Exit le produit vaisselle et les produits ménagers qui ont été remplacés par du savon de Marseille, du bicarbonate et du vinaigre de vin blanc pour le nettoyant des et par du savon noir pour la lessive et le sol. Les éponges, elles, sont « tissées avec des chutes de tissu » et lorsque les plats sont difficiles à récurer, « un peu de coquille d’œufs en poudre fait parfaitement l’affaire ». En plus d’avoir une nouvelle vie, certains déchets sont carrément multifonctions. « Le marc de café, c’est génial. Soit ça va dans le lombricomposteur, soit dans les plantes, ou je m’en sers pour déboucher les éviers, récurer les plats et même pour me faire des gommages » , explique Aline.

La salle de bain fait la fierté de la famille : « c’est la pièce où on a le plus travaillé pour réduire nos déchets ». En effet, un savon au lait d’ânesse et un shampoing solide à base d’huiles essentielles et à la lavande ont aisément remplacé les multiples produits en bouteilles en plastique sur le bord de la baignoire qui causent des problèmes de peau. Le dentifrice fait-maison, à base de blanc de Meudon, de bicarbonate de soude, d’huiles essentielles et de sel, trône fièrement dans son pot à confiture recyclé. Le blaireau et son savon ont remplacé avec panache la mousse à raser irritante de Michel ; quelques gouttes d’huile de coco ou de palmarosa sous les bras suffisent à quitter définitivement le déodorant et Aline a opté pour la coupe menstruelle afin de s’affranchir des tampons ou des serviettes hygiéniques.

Côté alimentation, c’est tout benef’ ! Fini les courses dans les grandes surfaces et l’arpentage infini des rayons et bonjour les courses sur Internet, liste en main, ou à la Biocoop du coin pour le vrac. Les dépenses hebdomadaires sont passées de 120 euros à 90 euros sans sauter de repas ! Consommer mieux ? Cela coûte moins cher !

...…………………..*************************************************

Le trio de joyeux lurons est fier de leur travail collectif et rient parfois de certaines pratiques qu’ils ne se sentent pas encore prêts à adopter comme le papier toilette lavable et réutilisable. Si au début, Michel avoue avoir préféré « enterrer le compost dans le potager la nuit car les voisins avaient du mal à comprendre », aujourd’hui, le dialogue et la pédagogie ont chassé la crainte et aiguisé la curiosité : « On leur a finalement expliqué que ça nourrissait les arbres et maintenant, certains nous demandent même des conseils ».

La prochaine étape ? Propager la bonne parole et éviter les emballages de la viande et du fromage en amenant des « Tupperware » chez le boucher et le fromager. « Après ça, on pourra dire qu’on s’est vraiment rapproché du zéro déchet ! » ».

La-première-maison-du-zéro-déchet-ouvre-à-paris

Et voici que le déchet déchoit ou non ? Qui, par un égoïsme monstrueux injustifiable, se permet d’ensevelir les autres sous « ses » déchets (plus t’es riche, plus tu pollues, dans le capitalisme sans issue autre que la…pire…) oui ce monstre doit APPRENDRE le zéro déchet. L’inverse – multiplier à l’infini les déchets – ne semble pas raisonnable du tout. Aussi, tel qui tenait, hier, le haut du pavé, se montre aujourd’hui avoir bien…

……………………….. un sens moral de déchet déchu !

 

…......………(à suivre)

……….………………….....**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

commençons par zéro poubelle...

commençons par zéro poubelle...

par un plan rationnel

par un plan rationnel

La nature c’est zéro déchet – faisons aussi bien qu’elle
il n’y a que de grosses économies – zéro déchet est seul sérieux !

il n’y a que de grosses économies – zéro déchet est seul sérieux !

les emballages ne nous emballent plus du tout...

les emballages ne nous emballent plus du tout...

le compost est le bon post...

le compost est le bon post...

La Nature ne connait aucun déchet – le capitalisme des gaspillages injustifiables en produit bien trop ! Le capitalisme a complètement tort, il doit s’effacer.

La Nature ne connait aucun déchet – le capitalisme des gaspillages injustifiables en produit bien trop ! Le capitalisme a complètement tort, il doit s’effacer.

y penser c'est ne plus dépenser pour rien...

y penser c'est ne plus dépenser pour rien...

Trier c'est le respect - jeter c'est le bourgeois bien voyou !

Trier c'est le respect - jeter c'est le bourgeois bien voyou !

Les déchets de chutes de production représentent environ 34 millions de tonnes par an – autant que nous devons, et EN DOUBLONS, extraire de la Terre qui mérite de meilleurs soins…

Les déchets de chutes de production représentent environ 34 millions de tonnes par an – autant que nous devons, et EN DOUBLONS, extraire de la Terre qui mérite de meilleurs soins…

il n'y a pas un secteur où le zéro déchet soit impossible - la seule vieillerie qui encombre c'est la désorganisation capitaliste.

il n'y a pas un secteur où le zéro déchet soit impossible - la seule vieillerie qui encombre c'est la désorganisation capitaliste.

Ce qui ressemble à la nature qui n'est que...régulations et surtout pas dérégulations (qui vient de dérégler, ne plus être réglo, régulier, honnête)

Ce qui ressemble à la nature qui n'est que...régulations et surtout pas dérégulations (qui vient de dérégler, ne plus être réglo, régulier, honnête)

Lorsque l’homme devient « esclave » des structures mentales qu’il a lui-même créé, où pourrait-il se dire maitre de quoi que ce soit. ? Maitrise d’abord le contenu de ta tête avant de délirer sur des possessivités (autre sens déviant de maitre). Ce pourquoi nul être cupide ne sera jamais intelligent. Cet être ne peut jamais décider pour personne sans nuire : dont acte !

Lorsque l’homme devient « esclave » des structures mentales qu’il a lui-même créé, où pourrait-il se dire maitre de quoi que ce soit. ? Maitrise d’abord le contenu de ta tête avant de délirer sur des possessivités (autre sens déviant de maitre). Ce pourquoi nul être cupide ne sera jamais intelligent. Cet être ne peut jamais décider pour personne sans nuire : dont acte !

Produire trop de déchets est bien une preuve d’inefficacité productive. Le parasitisme incompétent, nommé capitalisme, fait payer ceci par l’argent public des contribuables. Se comportant donc en anarchiste, crachant sur l’Etat et ses si utiles services publics et en causant de graves troubles publics (chômages, inégalités galopantes, misères, injustices, spoliations, corruptions, etc.). Un autre système doit être mis à la place de ces graves gaspillages tant humains, naturels que sociaux !

Produire trop de déchets est bien une preuve d’inefficacité productive. Le parasitisme incompétent, nommé capitalisme, fait payer ceci par l’argent public des contribuables. Se comportant donc en anarchiste, crachant sur l’Etat et ses si utiles services publics et en causant de graves troubles publics (chômages, inégalités galopantes, misères, injustices, spoliations, corruptions, etc.). Un autre système doit être mis à la place de ces graves gaspillages tant humains, naturels que sociaux !

Impossible de vivre HORS de l’environnement, l’environnement n’existe vraiment pas – c’est exactement la même vie que la notre qui le traverse. Parler d’environnement comme éloigné et étranger c’est comme se couper les 2 bras – nous ne pouvons pas vivre sans l’environnement… qui ne nous environne pas du tout : il est déjà dedans nous !

Impossible de vivre HORS de l’environnement, l’environnement n’existe vraiment pas – c’est exactement la même vie que la notre qui le traverse. Parler d’environnement comme éloigné et étranger c’est comme se couper les 2 bras – nous ne pouvons pas vivre sans l’environnement… qui ne nous environne pas du tout : il est déjà dedans nous !

l'égoïsme est toujours perdant - il est une désorganisation...

l'égoïsme est toujours perdant - il est une désorganisation...

La bonne société c’est Zéros Déchets : les déchets sont des ressources…inemployées. Inexcusable !

La bonne société c’est Zéros Déchets : les déchets sont des ressources…inemployées. Inexcusable !

que des questions très mal formulées – les orthodoxies ressemblent tellement trop souvent à de dangereux enfantillages…

que des questions très mal formulées – les orthodoxies ressemblent tellement trop souvent à de dangereux enfantillages…

Ici nous avons n’aucun assistanat des trop riches (qui défont les états !) mais bien la rationalisation de tout le circuit vital de la société. Qui par le fait de redevenir rationnel nous «économise» toute présence du capitalisme…

Ici nous avons n’aucun assistanat des trop riches (qui défont les états !) mais bien la rationalisation de tout le circuit vital de la société. Qui par le fait de redevenir rationnel nous «économise» toute présence du capitalisme…

que du vrac pour ne pas nous laisser tous en vrac !

que du vrac pour ne pas nous laisser tous en vrac !

Vers le zéro déchet, ces magasins qui proposent des solutions aux consommateurs.

Ne pas omettre : Quand économie rime avec écologie - Entretien avec Martino Nieddu, directeur du laboratoire d’économie et gestion REGARDS à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

L’écologie industrielle fait fonctionner les entreprises comme des écosystèmes naturels

Écologie industrielle: rien ne se perd... exactement comme dans la nature qui ne connait que les « régulations » jamais les dérégulations, complètement mégalomaniaques !

Très mauvaise nouvelle pour les aliénés complets qui se croyaient maîtres et possesseurs de la Nature. Et qui ont dérangé le monde entier pour cette inexcusable lubie…Vincent Message - Défaite des maîtres et possesseurs

La Green Valley est une démarche concrète d’Ecologie industrielle et territoriale déployée sur le territoire d’Epinal-Golbey dans les Vosges, terroir de l’industrie française. Elle s’articule notamment autour d’un des plus gros sites papetiers européens, celui de Norske Skog Golbey (600 000 tonnes de papier journal – 400 salariés).

Emmanuel Delannoy - Maîtres et possesseurs de la nature ? Vraiment ? A part être fous, vous faites quoi ?

Nouveau droit à l’initiative citoyenne : ordonnance du 17 juillet 2017 - concertation approuvée. Il y a 7 ans le concept aura été inventé par les Départements ?

Lorsque les initiatives individuelles ne demandent plus aucun autorisation et vont...tellement plus vite que les états absents.

Un peu que le zéro déchet global est très possible !

Publié dans Victoires**

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article