Un éloge délogé ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Un éloge délogé ?

En prenant l’air de nous plaindre – nous pouvons faire le joyeux éloge de tout ce qui s’éloigne du trop toxique style de vie, tonitrué par tous les vacarmeux de la pub & marketing. Un exemple ? Suite au séjour de ses enfants dans la nature (soit l’exact opposé du monde factice et destructeur de la publicité) la mère fait semblant de se plaindre mais pour terminer tout ainsi…

« Quand ils rentrent, je ne les reconnais plus... ils pleurent. Car rentrer est douloureux, parce qu'ils viennent de passer les 15 plus beaux jours de l'année, parce que leurs amis ne sont pas là, parce que c'était bien plus cool là bas et qu'ici il fait trop chaud, et que la télé ça les saoule, et que le lit est trop dur. Je ne les reconnais plus parce qu'ils ont grandi, parce qu'ils ne sont plus exigeants, parce qu'ils ont appris l'entraide, le courage, la débrouillardise et qu'en fin de compte, pas besoin de technologie pour passer du bon temps. [[bref, que de très graves blasphèmes et outrages face à la Religion du capitalisme, cette immense plaie mondiale…Se passer de la technologie et de la consommation, non mais, vous n’y pensez pas : trop grave hérésie et schisme ! Au secours, ouvrons les bouches…d’incendies ! Afin de faire taire les ceûsses qui parlent…]].

Lorsque-ses-enfants-apprennent-la-survie-dans-la-nature ?

Je ne les reconnais plus parce qu'à table ils s'expriment, racontent, s'émerveillent [[autre hérésie, autre blasphème impie…il est interdit de s’émerveiller, d’être heureux GRATUITEMENT…il faut payer et toujours plus, braillent ces sinistres à la mine amère et si peu…séduisante. Se permettre, non, de s’émerveiller sans acheter de la technologie à rabord, non mais, faut pas y penser, dégoisent ces âtres penseurs !]]... Dans 20 ans, ils en parleront à leurs enfants et les enverront au camp, se souviendront et attendront avec impatience leur retour pour s'émerveiller à nouveau.[[ alors que, dans 20 secondes, ils ne se souviendrons plus jamais de la pub. Ne s’émerveilleront jamais de ce financier, de ce politicien, et de ce média menteur mentor ! ]]

Alors aujourd'hui, « mauvaise nouvelle », je ne critiquerai pas les mouvements de jeunesse, je dirai juste merci à ceux qui font de ces institutions des moments de vie merveilleux….[[voici, que sont félicités les fauteurs de troubles, les désobéissants, les insoumis, les graves sacrilèges ! C’est un monde ça…oui un tout nouveau monde même !]].

Et c’est quoi cette « mauvaise nouvelle » ? Toute l’habilité de cette mère qui présente le bienfait en récit d’une catastrophe (imitant les sournois libéraux et les insidieux capitalistes) mais pour mieux, au final, tirer, d’un coup, sec, la couverture sous leurs  pieds.

…………………………………*********************

Voici la fin du récit (qui en est le début, en réalité)… « Je n'ai malheureusement pas de bonnes nouvelles [[ la cata…]]. Certaines unités se permettent d'emmener nos enfants au milieu de nulle part, un champ, un bois, un ruisseau. Ils n'ont pas accès aux commodités ni aux facilités. [[ prétendues « facilités » qui nous compliquent tant la vie]]. Nos enfants sont obligés de construire leurs maisons à partir de quelques bouts de bois et de cordes, de se laver dans la rivière avec des savons sans produits chimiques pour ne pas polluer  [[ c‘est quoi, encore cette lubie : il faut acheter « ce que nous vous disons » sans réfléchir et sans rechigner. Point barre !]], de construire leur propre cuisinière et de cuisiner eux-mêmes [[mais ce sont pas des loisirs, ça !]], de dormir sur des lits en cordage qu'ils auront tressés, de marcher de longs kilomètres au milieu des campagnes et des bois, [[ l’apprentissage de l’arriération…inventer le smartphone pour en arriver là…mais quelle catastrophe !]], un sac sur le dos ou de porter ceux de leurs amis pour qui c'est trop, de supporter le soir de ne s'éclairer et de se réchauffer qu'au coin d'un feu de camp, avec comme seule animation une guitare et des chants [[ quelle misère, vraiment !]]. Voilà ce que doivent supporter nos enfants. »…en effet, que de très « mauvaises nouvelles » pour qui ? Pas pour les enfants qui auront vécu intensément, pas pour les parents pour une fois d’accord avec la « qualité » des loisirs qui, en plus, construisent la maturité. Non, mauvaises nouvelles « que » les grincheux acariâtres de toujours acheter, pour les colériques hideux du faut consommer sans cesse et sans repos ou pour les cupides soufrés du je dois m’enrichir sans cesse, allez allez, enrichissez moi et au trot]]…oui des « mauvaises nouvelles » (ça dépend pour qui ?) à Vivre de rire, VDR, Vivants De Rire lorsque nous connaissons la fin de l’histoire. Les religions meurent à cause du rire

La pire de toutes, la Religion capitaliste (dont c’est un honneur d’en être un athée), va vivre le très même sort…un très prochain jour  –

        **** - ne soulevant plus  qu’un tsunami de rires inextinguibles ! ***

 

……………………….************************************

Non ils ne s’en sortiront plus…il y a des révoltes sans paroles qui vont très loin dans les actes mis en pratique. Mentalement, foutre le téléphone portable (comme si c’était à nous de le porter ?) à la poubelle est bien plus dangereux que d’en parler longuement afin de dire que nous allons le faire. Là c’est fait sans passer par la case parole. Oui, c’est très d’actualité

Je-n'ai-plus-de-téléphone-:-je-ne-vis-qu'en-réel

ou bien…

Faites-comme-Aziz-Ansari-effacez-internet-de-votre-téléphone

« La désintox numérique, comme autrefois pour des substances illicites, est un concept qui a accompagné l’avènement des sociétés ultraconnectées. La préoccupation de voir les écrans envahir [[ clairs « occupants » pas très amicaux !]] notre vie et le constat des conséquences désastreuses que cela entraîne existent dans toutes les sphères : familiale, éducative, professionnelle…[[oui tout ceci mérite une grandiose désintoxication ! ]]. « Je n’ai pas l’impression qu’on s’informe pour les mêmes raisons qu’avant, qui étaient d’avoir une meilleure idée du monde dans lequel on vit et de s’enrichir en étant informé.[[ ce qui était très sain – non, nous avons glissé dans le toujours malsain maladif, d’où urgence de se sevrer et de quitter les dealers illégitimes que sont les médias d’argent sale !]]. Dans un entretien au magazine GQ, l’acteur américain Aziz Ansari raconte les sensations et dilemmes auxquels la technologie le confronte. Ses conclusions ont certainement traversé l’esprit de nombre d’entre nous. Prenant conscience que nous nous « auto-désinformons, prenant plus d’intérêt aux rumeurs tumeurs qu’aux démonstrations rationnelles et aux arguments logiques. » [[ à croire nous lire nous-mêmes ? Effectivement, devant cette écume toxique, il s’agit de ne plus faire ni une ni deux mais bien de QUITTER complètement le nid si nuisible de ces soi-disant dominants. Emplis de leur propre fin, ils ne dominent plus rien. Et rien ne peut nous contraindre à disparaître avec eux. Fondons, à la place, une grande et forte nouvelle civilisation]].

 

Plus-les-médias-sont-tapageurs-plus-notre-vie-intellectuelle-se-dégrade !

Une autre preuve pour qui en a bien besoin, c’est bien nous ou eux (leurs écrans si à crans où nos têtes paisibles et sans cupidités aucunes…) – les prétendus dominants sont toujours mieux poussés dans les cordes. Ils risquent d’être très vite mis K.O.. Out !

La-pression-sociale-nous-coupe-de-nous-même !

« Dans un monde d’apparences, [[ce qui est l’opposé de la raison, du sens des mesures, de la maturité adulte – bref, mais qui fait que ces apparences » ressemblent par trop à une…maladie mentale]] certains individus sont poussés à faire des choix de vie qui leur sont étrangers. [[ thème profondément répété et que nous nommons les « instrumentalisations », nous faire passer par des actes machinaux et irréfléchis qui nous déconstruisent nous-mêmes et nous « séparent » de nous !]]. Rompre avec ces habitudes de drogués exige une profonde remise en question [[ qui commence par tourner le dos aux médias drogués durs !]], explique la psychiatre.

 

La vie change, la vie nous change, et il faut parfois changer de vie pour pouvoir enfin se trouver. Tout plaquer pour vivre une vie plus en adéquation avec ce que nous sommes ou voulons être, ce n’est pas qu’un fantasme, c’est souvent une aspiration vitale. [[ comme de se débarrasser de la greffe que la hideur spectaculaire- marchande nous a collé, illégalement, dessus !]] . Il semble toujours plus aisé de rester dans une situation connue, même si elle est inconfortable – mais c’est faux, il en va de notre survie. Assez des parasites au sommet qui parasitent et bouffent nos vies. Certains auront franchi le pas, d’autres restent sur le bord bordel.

Il n’est jamais facile de changer de vie, et cela ne peut se faire sans effort et sans une remise en question fondamentale. Il est donc normal d’avoir peur : « Suis-je capable de renoncer au confort et à la sécurité de ce qui est familier, pour aller vers l’inconnu et un avenir incertain ? »

Dans un monde de plus en plus normé, [[alors qu’il est prétendu « dérégulé ». Ce qui avoue le si mesquin mensonge : dérégulé que pour les seuls vils profiteurs et sur-réglementé pour les autres !]]  nous n’avons plus d’espace pour être nous-mêmes, et cela ne peut que nous amener à aspirer à une vie plus en adéquation avec ce qui est pour nous essentiel [[ et qui est : qu’est devenu très accessoire cette fausse « civilisation du profit »…que pour quelques uns (les marginaux capitalistes). Et de la toujours plus illégale austérité pour le toujours plus grand nombre !)]]. »

Les solutions fleurissent donc partout et les problèmes…ne sont que les leurs. Pas les nôtres.

Pour-avancer-vers-des-changements-profonds-l'auto-organisation-de-la-population-et-la-pression-populaire-sur-les-gouvernements-sont-indispensables

« Pour avancer vers des changements profonds, l’auto-organisation de la population et la pression populaire sur les gouvernements sont indispensables. C’est pourquoi, si nous voulons avancer vers une transition écologique, il est surtout nécessaire de contrôler la production et la distribution de l’énergie. Démanteler les centrales nucléaires ou thermiques implique que l’État prenne le contrôle du secteur énergétique et le transforme en service public. Dans le cas des banques, il en va de même, tu dois affronter le secteur bancaire dominant, même si on peut développer aussi la banque éthique. Ce sont les tâches d’une co-gestion soutenue par le peuple. L’économie sociale et solidaire est très importante et nous devons nous y impliquer, mais sans laisser de côté la lutte institutionnelle pour des changements structuraux. »

 

Qui a parlé de « système dominant » lorsque nous n’y décelons qu’un faux système en passe d’être…dominé. Et maîtrisé dans sa barbarie d’incultes !

…………………..**********************************************

 

Un éloge délogé ? En fait plusieurs éloges, de nombreux, des masses,  une abondance d’éloges délogés. Puisque - d’éloges en éloges et puis, encore, d’éloges en éloge c’est tous qu’on déloge. Des éloges délogés !

 

Oui, s’il y a une dette (et il n’y pas d’autre) c’est de faire l’éloge des autres, que nous leur devons. De faire des compliments accomplis : des accompliments. Tous ces éloges, enfin délogés de leur silence et de leur immobilisme, coulent à flots. Afin de réparer tous les dégâts, humains et sociaux, qu’a causé la grave maladie mentale du capitalisme (que de purulentes déraisons et aucune saine raison, même une, en lui !). Voici venu le temps de la fin de toutes les censures sur les …éloges.

 

Seuls sont mal sentis les faux éloges (fake praises) trop addictifs à l’argent fou. Sinon- puisque nous dépendons les uns des autres, répandons partout des éloges gratuits. Les exclus des médias mercenaires méritent tous les éloges, pour leurs idées que nous devons répandre et éteindre le vacarme illégal des médias d’argent. Pour leurs résistances et leurs inventivités face aux indécences insupportables des stars systèmes. Pour leurs cœurs et leur attentions aux autres…oui nous leur devons (donc nous devons…) transformer toute l’organisation sociale

 

…………….….par des éloges bien logés !

 

……….........(à suivre)

…………………….....**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

autonomie

autonomie

Un éloge délogé ?
dormir avec ce nous trouvons dans la nature…

dormir avec ce nous trouvons dans la nature…

Un éloge délogé ?
Un éloge délogé ?
la technologie n'est pas un Dieu, plutôt une tremblante servante...

la technologie n'est pas un Dieu, plutôt une tremblante servante...

Et très très insidieusement et comme toujours (avec l’escroquerie capitaliste) « pour défendre la bonne cause » - à partir de l’humour, oui…comment ils voudraient « tout » nous interdire en fait. Que du SENS interdit (oui l’humour qui terrorise tant que tout le monde préfère ne plus l’employer !). Ceci principalement parce qu’ils savent tant « qu’un » des signes forts de l’abolition du capitalisme ? Ce seront l’effusion des rires…libérateurs ! Puisque nous avons la Raison, nous avons aussi les rires et les bonnes raisons pour…!:

Et très très insidieusement et comme toujours (avec l’escroquerie capitaliste) « pour défendre la bonne cause » - à partir de l’humour, oui…comment ils voudraient « tout » nous interdire en fait. Que du SENS interdit (oui l’humour qui terrorise tant que tout le monde préfère ne plus l’employer !). Ceci principalement parce qu’ils savent tant « qu’un » des signes forts de l’abolition du capitalisme ? Ce seront l’effusion des rires…libérateurs ! Puisque nous avons la Raison, nous avons aussi les rires et les bonnes raisons pour…!:

Toujours penser à ce que sont les « vrais » pays vus du ciel – et non écrasé dans la fange des intérêts trop privés !

Toujours penser à ce que sont les « vrais » pays vus du ciel – et non écrasé dans la fange des intérêts trop privés !

Face aux intérêts trop privés, utiliser le bon bouton pas mouton…

Face aux intérêts trop privés, utiliser le bon bouton pas mouton…

changer sa vie chaque jour

changer sa vie chaque jour

Un éloge délogé ?
Un éloge délogé ?

Fabrication d'un abri de survie sans aucun outil. Du plus simple au plus complexe.

Comment faire un abri de survie / bushcraft, par étapes

En plus étoffé - la confection d'un abri naturel, malheureusement la pluie m'a beaucoup ralenti

Le quotidien, ce continent non connu ?

Moi, c'est bien connu, je ne pratique jamais, au grand jamais, l'ironie ni le sarcasme... Et vous ?

dream nature

Cet homme commencé par fabriquer une rampe en bois puis il y dépose des bûches. La raison est juste incroyable ! Intelligente technique de survie dans la nature...

Changements salubres d’éloges délogés…éloge de la Plante

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article