Comment d’être trop riche pourrait AIDER la société ? Impossible ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Comment d’être trop riche pourrait AIDER la société ? Impossible ?

Apparemment tout est fait pour que ceci ne puisse pas être. Qu’il n’aide pas. Et que le trop riche ne fasse que nuire à toute la société. L’amenant vers la rupture. Les bénéfices des plus riches ne retombent pas sur les plus pauvres (aucun ruissellement). Avec une attitude si entêtée de classe que nous ne retrouvons pas ailleurs – le gouvernement actuel s’obstine à nier et renier toutes les études qui prouvent que ses « solutions » ( !) vont désavantager le pays « légal »…Rarement, autant de mauvaises volontés ne se sont vues rassemblées. C’est que de très rapides et substantiels enrichissements ne peuvent pas provenir de son seul travail. La seule solution devient qu’ils s'enrichissent (vite et trop) parce qu'ils exploitent le travail des autres. Le capital n'est que cela : du vol accumulé. et pourquoi doivent ils capter seuls le fruit du travail commun et décider seuls de son affectation ? Ceux qui travaillent dans toutes les entreprises devraient siéger à 50% dans les conseils d'administration, comme en Allemagne, avec voix délibérative, et les bénéfices non réinvestis devraient être redistribués.

Alors pourquoi les nantis ont la même stratégie d‘évitement envers les pauvres ? Afin de répondre exhaustivement, il suffit de trouver quelles autres catégories sociales usent de tous les évitements imaginables ? Eh bien, les délinquants, les voleurs, les fraudeurs, les receleurs, les…hors-la-loi, etc.…Et donc ? Ceci accrédite l’évidence que les pauvres représentent l’autorité de la police pour les riches, leur très mauvaise conscience, le rappel caillou dans la chaussure qu’ils n’agissent certainement pas bien envers eux. Le faux alibi de « malpropres, répugnants et violents » c’est la « part maudite de Georges Bataille – la saleté de leurs cœurs et de leurs calculs sont, seules, visibles…Oui carrément pris la main dans le sac par la puissance des déductions et recoupements d’analyses antérieures ! Mouchés nets ! Ce texte rassemble un nombre incroyable de documents qui contredisent, par les raisonnements argumentés,  toute la politique actuelle !

 

…………………………….**********************************

«Emmanuel Macron s'apprête à faire un cadeau fiscal de 4,5 milliards d'euros aux plus fortunés, avec l'espoir que cet argent soit réinvesti dans l'économie française. [[rengaine absurde qui est servie à chaque fois qu’il y a une nouveau cadeau abusif envers ces non-contribuables. La honte…]]. Un pari très risqué [[pour qui ? Il faudrait encore reconnaître ses torts !]], qui relance le débat sur les priorités du président, trop favorables aux riches [[ soit la véritable frontière morale qui existe entre les pauvres, et les riches (dont Macron fait partie) ]]. "L'Obs" a sollicité les points de vue contradictoires du sociologue Serge Paugam qui vient de publier au seuil "Ce que les riches pensent des pauvres" (Seuil) et de Pascal Bruckner, essayiste et romancier.

 

Serge-Paugam-:-partout-les-nantis-ont-la-même-stratégie-bêtement-éviter-les-pauvres

Tous les riches ne sont pas hostiles à la solidarité, à condition qu’elle se pratique à distance [[ Voir notre livre « Comment devenir un(e) athée du capitalisme » !]]. Ils paient des impôts et en contrepartie exigent qu’on ne leur impose pas, en plus, le spectacle obscène [[ ? Qui le provoque ?]] de la misère. Ils revendiquent le droit de pas être importunés [[quelles chochotes incroyables, gavés de caprices d’inadaptés !]] par la fréquentation des classes populaires, plus ou moins perçues comme répugnantes et violentes. »

https://www.marianne.net/economie/video-daniel-cohen-faire-passer-le-suppositoire-de-la-suppression-de-l-isf

Article d’hier où il semble que ces riches ne sachent que répandre souffrances et violences autour d’eux…

……………………..********************************************************

Comment de trop s’enrichir pourrait AIDER la société ? Oui comment ? Allons, allons, un peu de raison. Il est interdit de partager. Le tout en unidimensionnel et en unilatéral, en monoculturalisme et non en multiculturalisme. Il est interdit de partager ? Cet ordre qui détruit tout ce qui a tissé la civilisation, qui a bâti tous les savoirs par mutualisations collectives est, là, nié par de bourgeoisie toujours plus inapte à la réalité. Qui aura fait de l’argent commun une véritable malédiction. Salissant tout ; souillant les cœurs, et polluant la vie - cette bourgeoisie est en train de devenir une évidente barbarie. Où en sont t-ils donc parvenus ? Des mesures juridiques dote la « classe » des riches de « mesures anti-redistribution ». Donc qui empêche tout partage ! Ces mesures sont le fait d’esprits détraqués et de cœurs détraqués pour pondre de tels simplismes barbares qui nient et renient toute civilisation de base. C’est la classe fermée sur elle-même, adonnée au protectionnisme mental le plus rétrograde, qui est détraquée, en fait. La société doit se protéger de leur épidémie néfaste. Il est interdit de partager ? Pour le moment, ce diktat n’infecte à fond que les riches.

L’aliénation accélérée du haut de la société (pressentie par Michel Foucault) qui « interdit » à chacun de ses membres de s’en différencier joue à plein ? Notre grande expérience de la vie, alliée à notre sociabilité très ouverte et à notre curiosité des autres nous ont permis de rencontrer des personnages issus de toutes les parties de la société. Des clodos jusqu’aux millionnaires (les seconds à travers nos peintures). Eh bien ? Oui, il y a des riches sympathiques, qui veulent exploser les séparations artificielles de leurs classe, transcender ces fausses frontières, bref, supprimer l’arriération globale des « riches comme classe ». Ils en sont brutalement empêchés par l’aliénation du groupe. J’ai pu le vérifier en direct. Et donc le détraquement de ce groupe devient complet. Des mesures anti-redistribution vous vous rendez compte ? Comme s’il devenait interdit aux pauvres de ne plus être pauvres. L’intouchabilité revient. Et les castes aussi. Tout en incastable ….

Délocalisations-et-licenciements-boursiers-:-le-beau-cadeau-du-gouvernement-aux-multinationales

Tristes réalités encore renforcées par…

Pourquoi-Macron-donne-tant.aux-riches ?

Mais à certains seulement…tous ceux coupables du crash de 2008, pour faire caricature, reçoivent ces gâteaux gâteux… « l'ISF ne disparaîtra que partiellement pour se transformer en super-impôt foncier : l'impôt sur la fortune immobilière (IFI). Il continuera à taxer la pierre et les bois. En revanche, il épargnera tous les autres biens : actions, obligations, assurance-vie et même bateaux… ». Bref, sélectionnés ceux qui ont soi-disant réussi et ne « sont donc rien ». Ils « ont » ils ne sont plus…Tout est sans, chez eux, au niveau des…qualités !

…des gâteux gâteaux…Faire comme si la mondialisation n’existait pas ? « Ce droit de regard du pouvoir judiciaire sur les licenciements économiques a pris une importance croissante. Il n’est pas étonnant que ce pouvoir de contrôle soit dans la ligne de mire des lobbys patronaux. Les désordonnances de déforme du code du travail finalisées par le gouvernement leur donnent entièrement gain de cause. Les syndicats reprochent à ces désordonnances, dans leur globalité, d’affaiblir les garanties et le pouvoir de négociation des travailleurs individuels et de leurs représentants face aux employeurs. Elles ont aussi un second fil conducteur : réduire autant que possible le pouvoir des juges en matière de droit du travail, et leur capacité à remettre en cause de plans sociaux à la fois sur la forme et sur le fond.

Selon le gouvernement, ce droit de regard judiciaire nuirait à la « sécurité (sic) juridique »  [[toujours le vocabulaire qui démontre le manque de regard droit envers le Droit !]] des investisseurs. C’est la justification du plafonnement des indemnités prudhommales (lire notre décryptage) [ mais le plafonnement des patrimoines ou des trop hauts revenus, qui « appartiennent » pourtant à ces mêmes logiques, ne semble pas…envisageables par ces étranges esprits « dérégulés » (donc déréglés en français courant ;) ?]]. Les ordonnances prévoient aussi que les juges appelés à se prononcer sur la légitimité de licenciements économiques dans le cadre de plans sociaux - comme prochainement dans le cas de Whirlpool - ne devront plus se baser sur la situation économique du groupe au niveau mondial [[ce qui est « dicter la loi », donc marque d’un empiètement anticonstitutionnel du législatif sur le judiciaire !]], comme c’était le cas jusqu’à présent, mais seulement sur sa situation au niveau national. Une différence apparemment technique, mais dont la portée est énorme dans un contexte où les établissements industriels sont désormais contrôlés par de grands groupes multinationaux structurés en une multitude de filiales et de sous-filiales. Un peu comme si l’on enjoignait aux juges de faire comme si la mondialisation n’existait pas. La mesure figurait déjà en 2016 dans la première version de la loi El Khomri, soufflée – déjà – par Emmanuel Macron. Elle avait finalement été retirée du texte [[clair ?]]…

Un déni de la réalité des multinationales : Faut-il y voir une porte grande ouverte aux licenciements boursiers ? Certains groupes avaient dû renoncer à des plans sociaux insuffisamment justifiés – comme Geberit qui voulait fermer les usines françaises Allia (177 emplois en Saône-et-Loire), avant de faire marche arrière début 2017. Ces entreprises auront davantage les coudées franches. Selon Fiodor Rilov, la direction de Whirlpool attend délibérément la validation des ordonnances pour procéder formellement aux licenciements qu’elle projette. « C’est du sur-mesure pour Whirlpool, estime-t-il. En France, la filiale affiche des comptes médiocres tandis qu’au niveau mondial, le groupe en est à plus d’un milliard de bénéfices nets, après impôts. La direction a donc tout intérêt à attendre que les ordonnances entrent en vigueur pour envoyer les lettres de licenciement car il ne faut normalement que quelques jours pour faire partir ces courriers. Personne ne peut être dupe de cette stratégie du sordide. »

Bonus pour la finance : Est-ce à dire que d’un côté, la responsabilisation des multinationales progresse en ce qui concerne le respect des droits humains fondamentaux, tandis qu’elle régresse pour les travailleurs eux-mêmes ? En réalité, les désordonnances font peser une hypothèque sur la mise en œuvre effective de la loi sur le devoir de vigilance, qui risque fort de se restreindre à un exercice de communication. Officiellement présentées comme « donnant la priorité aux TPE/PME », les désordonnances contiennent quelques cadeaux de choix pour les multinationales. La restriction du droit de regard des juges en cas de licenciement collectif fait sauter l’un des derniers garde-fous judiciaires. Elle entérine la course au moins-disant social qui prévaut dans les multinationales du secteur industriel, où les directions mettent en concurrence les usines entre elles pour réduire les coûts, sur fond de menace permanente de suppressions d’emplois. Ces désordonnances risquent de renforcer encore le pouvoir si nocif de la finance sur la gestion des entreprises [[qui, depuis Raffarin, a montré toute son extrême…régression par rapport aux progrès passés !]]. »...Comme quoi dire simplement ce qui se passe sans le moindre déguisement hypocrite. Et en l’appuyant sur des raisonnements liés les uns aux autres – démasquent si puissamment tous ces si dérisoires montages. Les mots sont contre eux : et tous leurs discours dénaturés sont détricotés grâce à eux. Comme ceci…

…………………….*****************************************************

Budget-2018-les-ménages-les-plus-aisés-bénéficieront-de-mesures-anti-redistributives

« Le projet de loi de finances (PLF) pour 2018 traduit des choix politiques délibérément orientés uniquement en faveur de « la finance ». La baisse du taux de l’impôt sur les sociétés (IS) à 25 % d’ici 2022 (- 11 milliards d’euros), la suppression de la dernière tranche de la taxe sur les salaires et la suppression de la contribution sur la distribution de dividendes (- 2 milliards d’euros) sont justifiées au nom de l’attractivité et de la concurrence fiscale. Le taux nominal français de l’IS est certes plus élevé qu’ailleurs, mais il s’applique sur une assiette plus étroite. Une véritable réforme eut consisté à élargir l’assiette de l’IS. [[bien évidemment, comme toute « justice fiscale » le dit clairement…]]

Le gouvernement ne l’a pas voulu : ce sera donc une baisse « sèche ». Dans un environnement prédateur qui ne se soucie guère de l’investissement mais surtout de la valeur actionnariale, la réduction de l’IS fera croître la distribution de dividendes et ce sans effet notable sur l’emploi et l’investissement, mais avec une hausse des inégalités à la clé (en 2016, 45,8 milliards d’euros ont déjà été distribués sous la forme de dividendes, soit 57 % des bénéfices des entreprises) [[la pire des impasses que de désindustrialiser, privatiser et étouffer les investissements pour les rentes passives des sommets non ruisseleurs !]].

La transformation de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en impôt sur la fortune immobilière (IFI) exonérera les actifs financiers et profitera aux redevables les plus aisés car le taux de détention des actifs financiers augmente avec le revenu et la valeur du patrimoine. Le patrimoine mobilier (notamment financier) représentait 40 % du patrimoine global des ménages en 2012 mais 60 % pour les 5 % les plus aisés et plus de 80 % du patrimoine des 30 000 ménages les plus riches. [[plus l’ »on est riche, moins l’on paie !]]

Des montages [[donc déloyaux envers les lois ]] pour éviter l’IFI : Ces derniers seront les grands gagnants [[mais à quel prix ? A celui de la destruction nihiliste et cynique de la société…]] de cette mesure qui coûtera plus de 2 milliards d’euros et alimentera la rente financière sans taxer la rente foncière. Déjà les conseils imaginent des montages pour éviter l’IFI par la création de sociétés immobilières…[[le tout se poursuivant dans toujours plus de sordidités qui unissent, toujours plus, la cupidité à l’avarice la plus hideuse et…obsolète !]]. »

 

…………………………***********************************

pourquoi-y-a-t-il-de-plus-en-plus-de-connards-un-prof-de-stanford-répond

« Un "connard" est "une personne qui laisse les gens avec l'impression d'être rabaissé, sans énergie, de ne pas avoir été respecté", assure l'universitaire dans l'édition du 18 septembre du "New York Magazine".  Robert Sutton estime que la population de connards a non seulement "augmenté ces dernières années" mais a en plus "engendré des mutants nouveaux et plutôt alarmants". Exemples de "connards célèbres", selon Sutton : le président américain Donald Trump, qui insulte à tout-va sur Twitter. Mais aussi Martin Shkreli, tristement célèbre pour avoir augmenté de 5.400% le prix d'un médicament utilisé par les malades du sida. Robert Sutton ? Auteur du best-seller américain "Objectif zéro sale con". Dans un nouvel opus, "The Asshole Survival Guide : How to Deal with People Who Treat You Like Dirt" ("le Guide de survie anti-connards : comment faire face aux gens qui vous traitent mal"). »

 

Donc, massivement, les riches sont ces personnages sans éducation. Sinon ils ne supporteraient pas l’esclavage, le travail des enfants, le fait que plus d’un milliard d’humains sont sans eau potable. Et que le coût pour les y raccorder est du…dixième des bénéfices des ventes d’armes sur un an. Un si petit coût pour un raccord définitif à l’eau saine…mais autant de…massifs connards qui refusent. Cupides et avares cela va ensemble. Il y a du boulot avec les riches si mal  éduqués qui excluent d’arrêter d’exploiter les autres, de leur voler leur travail (non partages des plus-values trouvées par la productivité), ou leur argent (détournement de l’argent des impôts par sur-assistanat des trop riches), etc.

 

En tout cas nous savons que c’est ce sur-assistanat des trop riches qui augmente les dépenses. Publiques. Puisque, pour le reste, elle demeurent uniformément et illégalement si stables (oui les experts de l’ONU l’ont bien expliqué : « l’austérité que pour les pauvres, c’est illégal ! »), dépenses publiques stables depuis 35 ans. Le mensonge scandaleux sur la réduction des dépenses cache juste une…augmentation des ponctions. Oui aucunes augmentations courantes (parfois même de légères baisses) des dépenses publiques. Sauf donc envers les dépenses pour les trop riches qui, elles,…s’envolent !

 

Les-gardiens-de-Bruxelles-préviennent-Macron-et-la-France-:-les-français-dépensent-trop

 

Quels français ? Qui donc ? Certainement pas les pauvres…globaliser le mot « français » paraît très délinquant : a été étalé, partout, que qui fait voter « l’austérité pour les autres » (les élus politiques) ne l’appliquent absolument pas pour eux-mêmes. La frauduleuse Commission européenne, ici, porterait atteinte à l’intérêt général !

 

Plus-de-40-millions-de-personnes-dans-le-monde-sont-victimes-de-l'esclavage-moderne

Comment un riche – qui se prétend “supérieur” – peut admettre et renforcer à fond l’esclavage ? Régressant de plusieurs siècles à lui tout seul. Ses évitements ont, évidement, tout à…cacher. L’extrême honte sur eux…

...ils-ne-savent-pas-vraiment-ce-qu-ils-disent.

C’est vraiment l’impression persistante tant pour les politiques que les médiatiques aliénés. Ils disent une chose (en la copiant sur les esprits droits et les cœurs honnêtes, d’ailleurs) mais font…très exactement l’inverse, le contraire.

Rutger-Bregman/tout-prouve-que-nous-devrions-donner-gratuitement-de-l'argent-à-tout-le-monde

Tellement plus que d’exonérer, absurdement, les seuls trop riches qui ne réinvestissent jamais dans la société – donner directement aux pauvres est bien plus RENTABLE pour la société globale !... « Nous avons tendance à présumer du fait que les pauvres sont incapables de gérer leur argent. S’ils en avaient, se disent bon nombre de gens, ils le dépenseraient probablement en fast-food et en bière bon marché, pas pour acheter des fruits ou se payer des études. Ce genre de raisonnements calomnieux président à la myriade de programmes sociaux, de jungles administratives, d’armées de coordinateurs de programmes d’aide sociale, ainsi qu’aux légions d’équipes qui veillent à la marche de l’État-providence contemporain. Depuis le début de la crise, le nombre d’initiatives qui combattent la fraude aux allocations et aux subventions est en nette augmentation [[sauf pour les riches où le laxisme envers fraudes, évasions et enfers fiscaux dépasse toutes les bornes…]].

Les gens doivent « travailler pour leur argent », incline-t-on à penser [[et les dividendes et le non partages des plus-values de productivités, et les spéculations et autres spoliations sont-ce « travailler pour cet argent de riches » ?]]. Au cours des récentes décennies, l’aide sociale a été réorientée vers un marché du travail qui ne crée pas assez d’emplois. Le passage du welfare au workfare – soit d’un système d’aide sociale redistributive en faveur des populations défavorisées à l’octroiement d’allocations à la condition d’une recherche d’un travail [[qui devrait, logiquement, être symétrisée avec des sanctions envers les riches qui ne respectent pas ces règles…]] – est international. Il faut obligatoirement rechercher un emploi au plus vite, songer à des trajectoires de réinsertion, voire obligatoirement s’investir dans des activités bénévoles. Le message sous-jacent ? L’argent distribué gratuitement rend les gens paresseux [[or, pour la moment « l’argent gratuit » ce n’est que pour les…trop riches…et nous avons affaire à une claire…diffamation !]].

Sauf que ce n’est pas le cas. Il s’appelle Bernard Omandi. Pendant des années, il a travaillé dans une carrière, quelque part dans la région inhabitable de l’ouest du Kenya. Bernard gagnait deux dollars par jour, jusqu’à ce qu’un matin, il reçoive un texto des plus inhabituels. « Quand j’ai vu le message, j’ai sauté de joie », se rappelle-t-il. Il avait une bonne raison de réagir de la sorte : son compte venait tout juste d’être crédité de 500 dollars. Pour Bernard, cette somme équivalait à presque un an de salaire.

Deux mois plus tard, un reporter du New York Times s’est promené dans son village. C’était comme si tout le monde avec décroché le jackpot, mais personne n’avait gaspillé l’argent [[en effet, nous ne sommes pas chez les trop riches…]]. Les gens réparaient leurs maisons et lançaient de petites entreprises. Bernard gagnait entre six et neuf dollars par jour au guidon de sa Bajaj Boxer neuve, une moto indienne qu’il utilise pour assurer le transport des habitants du coin. « Le choix revient aux défavorisés, pas à moi », explique Michael Faye, le co-fondateur de GiveDirectly. « La vérité, c’est que je ne pense pas savoir très bien ce dont les personnes défavorisées ont besoin. » Quand Google s’est penché sur les résultats de l’opération de GiveDirectly, la firme de la Silicon Valley a immédiatement décidé de leur donner 2,5 millions de dollars.

Les-milliardaires-empochent-les-prolétaires-décrochent

A un système qui fait donc ses preuves …nous est opposé celui des PLUS GRANDS GASPILLAGES : celui des trop riches qui coûtent une colossale fortune à toute la société. Pour un riche « il faut 20 000 pauvres » calculait Adam Smith, en 1750. Comme on n’arrête pas le déprogrés, nous en sommes, en 2017, à 2 millions de pauvres de « gaspillés » pour un seul minuscule trop riche qui…ne réinvestit pas…mais « patrimoinise » à l’excès !

Quand-une-certaine-fausse-gauche-agit-dans-le-sens-de-la-haute-finance ?

 

Le parti « unique » de la finance, sa scandaleuse soviétisation, qui fait qu’elle déguise des imposteurs du nom de « gauche », qu’à l’évidence, ils ne représentent pas du tout, afin de jouer à faire semblant qu’il y ait une…alternance – prouve à quel point la capitalisme a TORT. Qui a raison est, fort évidemment, pour la « libre concurrence dans le domaine des idées ». Il est pour le monopole fermé. Pas de concurrence des idées = perte de crédibilités (crédit) et de valeurs (d’usage) de ces idées mêmes. Toutes les fausses idées du capitalisme sont pires que pitoyables. Au niveau de cancres qui prennent un mot par ci et un autre par là – et prouvent, dès le début d’une phrase, qu’ils n’ont…strictement rien compris. Tel le gouvernement actuel ?

……………………..*********************************************

 

Un-impôt-s'éteint-une-taxe-s'éveille-et-la-dette-grossit

 

« Moyennant quoi, 80% de ceux qui paient actuellement cette taxe rejoindront les 12 millions de personnes qui en sont déjà exonérées. Cela semble si magique : avec cette loi fiscale, l’Etat français se sépare subitement d’un nouveau tronçon de contribuables qui auront le bonheur sucré de ne plus participer à l’impôt local [[la démocratie admet, elle, qu’il y a de justes impôts dont c’est un honneur que de les payer…les graves corruptions commencent toujours par essayer de faire croire l’inverse !]].

(...) Car tout peut arriver. Y compris un abandon en rase campagne ou des gros coups de rabots politiquement corrects. Ce ne serait guère surprenant lorsqu’on voit les subtils rétropédalages de l’actuelle équipe lorsqu’il s’agit d’abandonner les contrats aidés dont sont malheureusement trop férues les communes et les collectivités territoriales. Leur grogne [[mot complètement inadapté et qui reflète un mépris complètement illégal ]], que la presse relayait complaisamment, a fini par payer puisque le gouvernement a finalement repris une louchée de ces contrats qu’il avait pourtant décidés, scrogneugneu et mordicus, qu’il les arrêtait une fois pour toutes (ou presque).

(…) : faire sauter la taxe d’habitation, c’est très bien, mais personne ne sait exactement comment les communes vont financer le différentiel. Eh oui. N’oublions pas le fameux Mankagagner ! Parce que, voyez-vous ma brave dame, il faut compenser cette belle taxe qu’on vient de sucrer ! D’un côté, vous avez des dépenses, souvent aussi « utiles » qu’ « indispensables », et de l’autre, vous aviez cette jolie taxe pour les financer. Maintenant, comme il est absolument impossible d’envisager même de loin la moindre diminution des dépenses, on risque bien de se retrouver avec un trou causé par cette évaporation rapide des entrées.

Oh, certes, je n’écarterais pas complètement la possibilité que l’une ou l’autre commune se décide à faire des efforts drastiques pour réduire ses dépenses ; un coup de lucidité folie du maire est toujours envisageable. Cependant, compte tenu des annonces entourant cette évaporation fiscale médiatique, je doute que ces collectivités fassent spontanément des efforts. En effet, d’après Macron et sa fine brochette de clowns ministres, la diminution des rentrées fiscales sera compensée « à l’euro près » par l’Etat. Qui peut tout, apparemment. Y compris trouver 22 milliards d’euros sur son budget sans déclencher de petits mouvements nerveux dans la population qui pourrait estimer qu’on vient encore une fois de l’enfumer.

Pour éviter cela et comme pour le plumage des oies, il faudra procéder doucement. Par exemple en augmentant discrètement la collecte de la CSG (assiette, quotité, on a le choix). Eh oui : on a tabassé une tranche de population qui finissait par se plaindre, on va à présent en tabasser une autre et pas de bol pour ceux qui sont dans les deux populations à la fois ; leur sort ne va pas s’améliorer, mais que voulez-vous, en France, on ne peut pas toujours bien tomber [[effectivement, nous sommes bien là dans les modes de « peu penser » des si irrationnels bourgeois…]].

Ou bien que pensez-vous, par exemple, de contracter de la bonne grosse dette bien dodue ? Evidemment, cela reviendrait à transformer une taxe immédiate en impôt futur dans une espèce de jeu de vases communicants (et communiquer, ça, nos gourdes ministérielles savent le faire), mais est-ce vraiment un gain pour le contribuable lambda ? Une fois qu’on a compris que cette disparition de la taxe d’habitation n’est qu’un report des impôts d’une population à une autre ou, pire, d’une génération à une autre, en quoi tout ceci est-il une réforme fondamentale, un changement structurel dans la façon d’envisager la ponction fiscale dans le pays ? En rien.”…que cela est donc salubre de penser à l’air libre ? De réfléchir spontanément puisque et lorsque…nous n’avons rien à cacher ?

La-preuve-que-Bercy-mentirait-aux-juges-pour-étouffer-les-pratiques-déloyales-d'Euronext ?

 

« Son nez s’allonge comme celui de Pinocchio. Le Ministère des finances ment depuis des années pour étouffer une enquête de la répression des fraudes sur les pratiques anti-concurrentielles de la société qui gère la Bourse de Paris, Euronext. Deontofi.com a été le premier média à révéler les détails hallucinants de ce scandale. Le site de la déontologie va plus loin, en publiant en exclusivité une nouvelle preuve accablante des mensonges de Bercy.

Depuis des années, les preuves s’accumulent sur les contradictions, maladresses et mensonges éhontés du Ministère des finances, d’abord pour nier, puis pour étouffer et finalement escamoter la véritable enquête embarrassant le pouvoir sur les pratiques anti-concurrentielles d’Euronext, la société qui gère la Bourse de Paris.

(…) Des éléments ont été signalés à l’attention du Conseil d’Etat dans les conclusions déposées par Maître Julien Occhipinti, avocat de Sébastien Robert, à l’audience du 14 septembre dernier :

Il sera précisé que M. Robert, gérant de la société Alter Négo, a pu avoir de façon verbale confirmation de l’existence du rapport établi par la DGCCRF en 2009. L’Autorité de la concurrence, alertée par un article de presse, avait souhaité commencer une enquête en 2011 et avait demandé communication de ce rapport. Il ne sera donné aucune suite à cette demande, et, de façon tout à fait illégale et choquante, le chef du bureau des pratiques anticoncurrentielles à la DGCCRF a expressément fait savoir par un appel téléphonique au rapporteur en date du 21 septembre 2011 qu’il s’y opposait formellement.

> > En l’état, aucune preuve écrite de ce comportement illégal n’existe, mais il devait tout de même être signalé au Conseil d’Etat, eu égard à la déloyauté manifeste des services du ministre dans cette affaire.

Pour aller plus loin, voici la synthèse de sa conversation téléphonique avec l’Autorité de la concurrence, qu’en a fait M. Sébastien Robert, victime des pratiques d’Euronext qu’il demande à la justice de reconnaître :

« L’enquête a pour origine la consultation d’un article de presse mentionnant notamment des faits potentiellement commis par la société Euronext dans le cadre de ses activités de société de bourse. Il était fait mention notamment de manœuvres anticoncurrentielles et discriminatoires.

Il y a eu une enquête initiée par les services de la DGCCRF de Lyon qui n’a pas abouti et a donné lieu à une décision du tribunal administratif de Paris aux termes de laquelle il est enjoint au ministre de l’Economie et de l’Industrie, dans un délai de 3 mois suivant la notification du présent jugement, d’engager la reprise des investigations diligentées par ses services. La Cour administrative d’appel de Paris qui a été saisie en appel a invalidé la décision du tribunal administratif.

(…) D’autre part, la société Alter Nego dont le gérant est Monsieur Sébastien ROBERT a également attrait Euronext Paris en réparation du préjudice tiré des manquements contractuels et réglementaires dont ils s’estiment victimes de la part de l’entreprise de marché. Par un jugement rendu le 21 janvier 2011 le tribunal de commerce de Paris a débouté les intéressés de leurs demandes. Alter Nego et Monsieur Sébastien ROBERT ont interjeté appel.

Par décision du 20 septembre 2011, Monsieur PIERORAZIO a été désigné rapporteur pour enquêter dans le secteur des relations commerciales entre les entreprises de marché et leurs membres.

Les pièces du dossier initié par les services d’enquête de la DGCCRF de Lyon ont fait l’objet d’une demande par courriel du 21 septembre 2011. Cette demande ne sera jamais satisfaite, le chef du bureau des pratiques anticoncurrentielles à la DGCCRF ayant expressément fait savoir par un appel au rapporteur en date du 21 septembre 2011 qu’il s’y opposait formellement. »

Écouter l’enregistrement de cette conversation ici pour vérifier l’authenticité des propos résumés ci-dessus :

Plus-les-riches-sont-riches-moins-la-croissance-est-forte-:-c'-est-le-Fmi-qui-le-dit

Les bénéfices des plus riches ne retombent pas sur les plus pauvres (aucun ruissellement)...Selon cette étude, "l'assouplissement" des réglementations du marché du travail et le déclin syndical auraient ainsi renforcé les inégalités de revenu en limitant les capacités de négociation des salariés. "Des règles plus souples d'embauche et de licenciement, des salaires minimums plus bas (...) et des syndicats moins puissants sont associées à de plus grandes inégalités", indique cette étude, qui ne reflète pas la position officielle du FMI. 

Taxer le patrimoine et lutter contre l'évasion fiscale demeurent les solutions majeures...inemployées !

 

……………………**************************************************

21-millions-de-victimes-150-milliards-de-bénéfices-le-marché-d'esclaves-se-porte-mieux-que-jamais

Aucun pays n’est parfaitement libéral. Heureusement d’ailleurs.  C’est un libéral qui le dit, soulignant bien que ce serait une catastrophe mondiale que le libéralisme capitaliste…Alors pourquoi ne pas stopper les frais tout de suite ? Avant toute escalade sans issue ? « Comme théoriciens de l’économie, tout ce que nous pouvons dire c’est que dans certaines circonstances, le marché va fonctionner et dans d’autres non. Réponses de normands de personnages qui ne savent rien sur le fond….Impossible de leur faire confiance ! On aimerait bien que, lorsque des dysfonctionnements sont à craindre, il y ait des mesures d’intervention appropriées et que dans le cas contraire on laisse le marché libre. Malheureusement cela ne marche pas exactement ainsi dans aucun pays [[justement à cause des interventions intempestives de ces libéraux aveuglés du… « non-interventionnisme »…]].

Autre absurdité absolue ? – « pourquoi et comment un pays sans riches est un pays pauvre »…puisqu’un pays sans pauvres serait un pays…riche (selon nous…)? Autre irruption dérisoire d’un libéral…Non seulement ils ne savent pas penser mais ils insistent pour l’étaler partout…alors qu’il y a bien 2 voies - le trop de richesses pour peu et la prospérité pour tout le monde…où la maladie mentale d’être « trop » riche donc avec un taux de nuisance élevé n’existerait plus.

Mieux vaut donc lutter pour qu’il n’y ait plus de pauvres…les trop riches semblent incapables

………….d’arriver à un niveau de pensée complexe de cet ordre.

 

……(à suivre)

 

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 3  "Nul n'est  nul",  "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?»  et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ;  et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Comment d’être trop riche pourrait AIDER la société ? Impossible ?
Comment d’être trop riche pourrait AIDER la société ? Impossible ?
Comment d’être trop riche pourrait AIDER la société ? Impossible ?
versement direct de donner de l'argent aux pauvres...

versement direct de donner de l'argent aux pauvres...

Comment d’être trop riche pourrait AIDER la société ? Impossible ?
Comment d’être trop riche pourrait AIDER la société ? Impossible ?
Strictement faux : depuis 35 ans les dépenses publiques n’ont pads bougées. Seules nouveautés les ponctions abusives des trop riches et les très illégales privatisations pleuvent…

Strictement faux : depuis 35 ans les dépenses publiques n’ont pads bougées. Seules nouveautés les ponctions abusives des trop riches et les très illégales privatisations pleuvent…

Comment d’être trop riche pourrait AIDER la société ? Impossible ?

Les ménages les plus aisés bénéficieront de mesures anti-redistributives – ce qui renie l’esprit même de l’impôt…

Ce qui n’est jamais dit dans les médias…Que la City of London soit la ville la plus riche du monde. Plus de la moitié des fonds internationaux transitent par la City, à Londres, et près de 80% des actifs des "hedge funds" européens y sont brassés. Ce leadership, la City le tient de son savoir-faire et de sa réputation. Avec la bénédiction de Westminster, la place financière a essaimé ses ramifications à travers le monde en créant des satellites offshore, qui pratiquent souverainement le secret bancaire et la soustraction d'impôts. Gibraltar, les îles Vierges, les îles Caïmans, les Bermudes, les îles Anglo-normandes : près de la moitié des paradis fiscaux du monde battent pavillon britannique. A Londres, un bataillon de banquiers, fiscalistes et juristes s'affaire pour construire des montages via ces territoires plus avantageux fiscalement et moins contraignants juridiquement...

Où sont les riches - Combien ça coûte ?

La dette de la France résulte des…. cadeaux fiscaux fait aux riches, révèle une étude. Le poids serait d’au moins 24 % du PIB et 59 % selon les secteurs socioéconomiques.

Néolibéralisme ou l'art de plumer les étudiants

5 différences entre riches et pauvres

pratiques anti-concurrentielles d’Euronext…voir le paragraphe joint avec toutes les conditionnalités possibles…

Marc Fiorentino: Quel avenir pour Euronext ? En fin d’article et au conditionnel : « La preuve que Bercy mentirait aux juges pour étouffer les pratiques déloyales d’Euronext » avec le dossier de la DGCCRF

Le rapport de printemps de l'OCDE souligne notamment que les inégalités sont à leur plus haut niveau depuis des dizaines d'années dans de nombreux pays. La croissance est donc bien alimentée par les…contribuables. Aucun retour sur investissement pour eux. La politique fiscale actuelle spolie donc les contribuables payants au profit des exemptés . il ay aune guerre économique mais ceux qui n’en bénéficient pads du tout sont en lignes de front. Et les planqués tirent, frauduleusement, les marrions du feu

Voici ce que les « désinformés » ressentent…

absurdité absolue - pourquoi et comment un pays sans riches est un pays pauvre…puisqu’un pays sans pauvres serait un pays…riche. Non seulement ils ne savent pas penser mais ils insistent pour l’étaler partout…alors qu’il y a bien 2 voies le trop de richesses pour peu et la prospérité pour tout le monde…où la maladie mentale d’être « trop » riche donc avec un taux de nuisance élevé n’existerait plus. Mieux vaut donc lutter pour qu’il n’y ait plus de pauvres…les trop riches semblent incapables d’arriver à un niveau de pensée complexe de cet ordre.

COMMENT LES RICHES SE SENTENT - TROLL #5

Si les riches avaient gagné ? L'Angle éco reportage – c’est à quel énorme prix pour la majorité qui « finance » ce trop de richesses pour quelques uns ? Le fait que certains de ces riches « partagent » est une preuve flagrante que les autres ne le font pas. Alors qu’ils devraient le faire…il faut jouer loyal, et eux jouent…. toujours déloyal…

Publié dans qui fuit le réel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article