Comment les préJugés des dirigeants les font tomber ? (2)

Publié le par imagiter.over-blog.com

Comment les préJugés des dirigeants les font tomber ? (2)

Le Rêve américain ? Rien ne ferait tiquer ? De prétendus ultra réalistes courent après un rêve, toujours un Rêve. Pire ? Étalent à chaque seconde In god we trust et font des trusts privatisés de tout ceci. Ce qui est une façon bien « pragmatique de nier dieu » puisque dieu reste un concept très public, qui ne peut privilégier que les riches, qui appartient à absolument tout le monde, une publicité dans le sens véritable – seul ce qui est « public est licite », publiclicité - ce qui transforme la publicité, « ce délire de la personnalisation » était-il lancé contre Mao Tsé Toung, comme un délit direct contre « la chose publique »). Le Rêve américain ? Rien ne fait tiquer ? C’est que ce Rêve empêche, interdit, prohibe, escamote toute possibilité aux autres pays de poursuivre, eux aussi, un Rêve. Le Rêve américain trop privatisé est le seul qui puisse exister. Son exclusivité exclut tout, fait le vide avide. Ce qui clarifie qu’il n’est certainement pas un rêve mais tout autre chose…un rêve véritable les accueillant tous

…..……………..*********************************************************

« Il dit que pour les gens de la route la réalité des choses a toujours de l’importance. Il dit que le stratège ne confond pas ses stratagèmes avec la réalité du monde. Il dit que le menteur doit d’abord savoir la vérité (p. 450 – Cormac McCarthy  - Le grand passage (The crossing), 1994). » Le menteur doit d’abord savoir la vérité ? Évident. Puisque si tout devient mensonge, il n’est plus possible de trier entre ce qui serait mensonge et ce qui ne le serait pas. L’indifférenciation empêche toute pensée claire et séparée. Le mensonge qui appartient au couple du réel vérité-mensonge (il n’y a que la réalité et le langage qui soient seuls,  qui n’aient pas d’opposés bien tangibles, bien palpables, bien formulables et identifiables !). Pas de mensonge sans vérité. Et donc un menteur (ce blasphémateur du réel, cet hérétique qui sombre dans le burlesque de censurer plus que son ombre, etc.) ne peut exister que PAR RAPPORT à la vérité…pas de vérité, pas de mensonge possible. D’où, le ridicule mortel de la post vérité, encore une stupide invention des médias de corrompus, qui n’en ratent pas une pour avoir toujours l’air plus miteux et piteux. Sans vérité pas de post-vérité puisque ce sont les gesticulations médiocres d’un lourdingue empoté qui ment tellement qu’il croit que CELA NE SE VOIT PLUS. Halluciné, le pauvre, ultra drogué jusqu’au cil, devenu un dur rêveur, du genre qu’il fait annihiler, mettre hors état de…nuire ! Que nous regrettons les prétendus « doux rêveurs »…ces guides si efficaces ! Et sans un milligramme d’arrogance…tout ceci évidemment concerne, surtout, le haut de la société – là, où il y a le plus de préJugés !

Et donc le Rêve américain ? Bien bien, nous pouvons conclure en force. « Nous combattons, pour la Poésie, la Culture, l’Éducation et les Plus Belles Choses de la vie

----- – Vous combattez donc pour me sauvegarder, puisque c’est à cela que j’ai consacré ma vie. Or que faites vous de moi ? Vous me persécuter, me flanquer en prison.

--- Vous avez été convaincu de sympathiser avec l’ennemi et de marcher dans ses voies

--- Faux. J’ai été convaincu de croire au Rêve américain. Ce qui est une autre manière de dire que j’ai des idées personnelles ( Alfred Bester - Un numéro d’escamotage, 1960). » Oui ? L’histoire ? Afin de trouver une solution globale à un problème où aucun spécialiste, non nul expert (il y a une tâche pour chacun, et chacun doit rester à sa place !) n’entrevoit ne serait-ce que le premier pas d’une solution – un « vrai historien », consulté en tout dernier recours, résume la problématique en ceci : « ce concept est presque au-delà de la compréhension. Ces gens ont découvert la manière de transformer les rêves en réalité. Ils savent entrer dans ces réalités rêvées (…). Bon sang, mais c’est cela votre Rêve américain, c’est la victoire de l’esprit sur la matière. » Aussi, à la question « Eh bien pouvez-vous le faire ? » -- « Non, je ne peux pas. Je suis historien. Je ne suis pas créateur, c’est au-delà de mes moyens. Ce qu’il vous faut, c’est un poète…un artiste, qui comprenne la création des rêves. Il passerait des rêves sur le papier ou la toile à la création des rêves dans réalité.

--- Un poète ? Vous êtes sérieux ?

-- Bien sûr, je suis sérieux. Ne savez-vous pas ce qu’est un poète ? Depuis tant d’années que vous nous dites que nous menons cette guerre pour sauvegarder, entre autres, les poètes (ibidem). »…Et de se mettre à la recherche d’un poète qui existerait à la chaîne, comme un des millions de millions « d’experts trempés et aiguisés en vue de défendre le Rêve américain de…Beauté et de  Poésie »…partout…le récit nous récite cette recherche et nul « ne comprenait ce délai sans fin » oui, oui « cette finale et fatale disparition complète »…Disappearing act, le numéro d’escamotage par les…suiveurs en guerre folle du Rêve même…impossible de trouver un seul poète, un seul, ces spécialistes sans l’être, de tous les rêves. « Faute de connaître la nature des rêves, le Rêve américain n’avait fait que virer au Cauchemar », détruisant chaque gramme de poésie et de vie vibrante sur son espace…Les fous cupides détruisent toujours la « valeur » de leurs propres avidités. La monnaie du rêve a bien complètement disparue, envolée, ravie…par qui ravie ? Par les nouveaux poètes qui jamais n’admettront de l’être, mais changent tous les concepts avec une élégance introuvable ailleurs.. Admettrons, mitrons…

Qui-a-la-parole-:-communauté-des-communs ?

En gros, qui "a" la parole est qui "n'est pas" la parole ? Qui seraient les imposteurs, alors ?

………………………******************************************************

Comment les préJugés des dirigeants les font tomber ? Dans le sens de crédibilité, d’autorité et de respect. Une vidéo inattendue et un commentaire approfondi vont contribuer à bien nous faire comprendre et ressentir ceci (nous sommes concrètement en train de changer vraiment d’époque !)…

C’est une chose de dire les dirigeants n’en ont rien à foutre de nous, nous ont réellement abandonnés. Et c’en est une autre de les prendre la main dans le sac, de ressentir tous les détails des faits tangibles, ainsi que la mise en scène (toujours plus ratée, toujours moins crédible) pour (nous) faire croire tout l’inverse. Gavés de trop de mépris sans justifications à notre égard – ils ne sont certainement pas capables de compassions spontanées (tout est si mesquinement « calculé » !), leurs personnalités se congèlent et leur narcissisme malade les plastifie de l’intérieur. Ils n’ont absolument plus aucune expérience concrète (mais plus aucune) des peuples qu’ils prétendent diriger. Ils ne fonctionnent donc plus qu’aux préJugés. Et ce sont eux qui en ont le plus !

Ce qu’il y a de très traumatisant, oui traumatisant dans ce document n’est pas tant l’obsession de Macron pour son « image », ce qu’il va être pensé de…mais bien  l’égarement des médias « hors sol », hors tout réel. Addictifs à la seule image, ils semblent perdus sans ce ressassement…d’obsédés. Ne plus transmettre « les faits » en haute fidélité mais montrer de « l’idéologie sur pied ». Ce qui reste « impossible » (l’image d’un personnage n’est pas la réalité de tous !) sauf comme des fantasmes, des déformations illusionnées…Comme si ces médias « perdus pour la réalité » dépendaient totalement de l’image et plus du tout de la vérité. Ou comme si tous ses membres « croyaient » à ces images « divines » (plus importantes que la réalité vécue par tous!)…oui, cela secoue de vérifier qu’ils sont tombés aussi bas ! Voici la vidéo dont nous avons augmenté la portée par ce large commentaire. Qui n’existe que parce que la vidéo est venue avant. Merci.

Macron et le fake

Irma, Macron & les médias – « Le système du fake ». Les médias n’ont évidemment rien compris (fake = faire semblant)…Et donc ils ont…. PERDU ! Comme les dirigeants, ils tombent oui…à cause de leurs préJugés :-

Un ouragan. Il s’agit tout de même d’une catastrophe, il faut parer au plus URGENT, il ne s’agit que de rester très concrets, de s’oublier soi-même. Les images passent bien après. Il n’y pas de place ni de temps pour…mettre en scène. Il y a tant d’actes pratiques à effectuer et non pas à « montrer que l’on contrôle une situation », qu’à l’évidence, on n’empoigne même pas. Même pas du bout d’un doigt. Ils restent (images statiques de dirigeants et médias plus qu’égarés) très loin de nous, perdus dans une bulle hors concret…Comme s’il suffisait de dire je suis le…président pour que les faits…disparaissent. Oui reculent et s’en aillent. Que tout ce qu’il y a à faire se fasse dans…l’invisible même (le prétendu nouvel esprit des lois !). Sans plus de manifestation humaine…Écoutez, écoutez, c’est pourtant ce qui est dit. ! Le malaise corporel, affectif et émotionnel est très puissant : nous sommes hors de ces bulles à délires, nous voyons calmement ce qui s’y passe et nous conservons la lucidité complète…ces médiatiques ne peuvent plus être identifiés comme faisant partie de la réalité (les besoins urgents des humains meurtris par une catastrophe) mais bien divaguant dans d’autres impératifs …si artificiels (monter puis montrer le…faire semblant). La réalité n’existe plus – seule l’image a entièrement bouffée leurs têtes…Comme si les paroles complètement hors de propos « on sait on commence par un joint et on finit par de l’héroïne » - trouvaient, là, leur véridique destination : « on commence par les artifices des médias de montages, oui qui ne montrent pas directement les faits, mais « montent » une version complètement coupée et découpée puis recoupée de « morceaux de réels décontextualisés » (les fake), afin d’aboutir à une image de…faire semblant. Un petit « film » qui est le produit d’une salle de montage non de la réalité. Ainsi que la dure conclusion se crashe : on commence par un tout petit préjugé et on finit complètement …hors sol. Incontrôlables. Perdus pour les facultés du réel. Et les besoins concrets de ses ex-semblables !

La com’ est une bulle extrêmement toxique qui n’intoxique que qui est dedans. Ce sont les « images » qui sont attaquées (disent ces déréalisé(e)s !), or les images…n’existent pas, comme concrétions ou sécrétions du réel. Ce ne sont que des constructions artificielles humaines. L’image est un vernis plastique qui ne peut que s’attaquer lui-même. Personne ne peut effacer un film …plastique. La com’ c’est l’image pas du tout…l’écoute. Entendre l’image c’est démasquer leurs explosives folies…Oui, la folie d’irréalisation c’est qu’on puisse « montrer » de l’empathie. Sans l’éprouver réellement. Oui vous entendez bien, « montrer » (soit faire semblant, acteur dans un film qui n’est que…fiction !) un fake sentiment. Le déguisement déloyal pour être juste…vu comme…pas l’être vraiment. Fiction, c’est rien ne bouge, rien ne participe au mouvoir et émouvoir de la vraie vie – donc préférer l’image aux vrais gens ce n’est possible que dans l’IMMOBILITÉ. Des statues, tel que Baudelaire les voit. Oui, une catastrophe n’est pas un…décor, et aucun « acteur » ne peut se faire croire sur le devant de la scène. Si brillant qu’il « efface » toutes les autres réalités (dont il devient inutile de parler…inutile de parler même de l’ouragan !)…Les seules postures adaptées : celles de qui, sans le savoir, est dans le se courir de secourir. Conclusion ? Comment détruire l’image ? C’est l’image qui se détruit…elle-même. Lorsqu’elle est en inadéquation très dérangeante…avec la réalité. Le complot c’est donc soi-même qui se le fomente contre soi-même : soit en se submergeant de ridicule par une « image fausse ». Une fausse image c’est comme une fausse note…cela s’entend très bien. Et voilà le centre de la santé mentale et affective par rapport à l’image : il s’agit d’entendre et d’écouter l’image. Non de la regarder. La com’ est trop conne ! Mettre en scène que l’on contrôlerait la situation au lieu de la contrôler réellement. Ce très traumatisant hiatus nous est tous entré dedans : faux et usages de faux ! Voici comment les préJugés des dirigeants les font tomber : croire que la com’ c’est important, essentiel. Alors que, pour nous, c’est juste bon pour la poubelle. De la connerie en barre. Être soi-même sans mise en scène suffit plus que largement. Pas de se…nuire à soi-même en se trouvant démasqué du fait même d’avancer…masqué ! 

Il y a donc une désastreuse perception des choses (propre au prétendus dirigeants incapables de capter qu’il y a quelque chose de bien plus grand qu’eux, qui leur échappe totalement et que de nouveaux humains…entendent très bien, eux ! Donc des phénomènes qui sont toujours en avance sur eux…) qui fait que qui ne fait rien (ou fait semblant de faire) obtient bien plus d’impact que qui CRÉE. Oui dans le court terme, celui qui reste juste bon pour égaré(e)s. Dans les apparences justes bonnes pour les gogos aux appâts surannés. Apparences qui CACHENT toujours l’essentiel : ce pourquoi la bêtise bestiale, nommée capitalisme, se trompe à fond de richesses. N’ayant de cupidités que pour la fausse monnaie. Et ratant tous les véritables trésors. Ainsi donc ? Le capitalisme ne connait RIEN (gens de rien) aux véritables affaires. Autre ? C’est qu’il y tellement d’arguments qui détricotent ces faux semblants de dirigeants ( ils dirigent surtout leurs images pas une réalité…partagée !). Sur 1 000 arguments, il faut n’en garder qu’un seul. Œil de lynx de l’esprit. Voyageons dans l’œil des prétendus dirigeants. Il/elle ne va voir que des « utopistes » (l’utopien c’est le spécialiste des possibilités complètes du réel !) là où des humains très réalistes expérimentent, observent, analysent et comprennent…oui, oui prenant son préJugé qui ne sait « rien » pour de la réalité. Et c’est donc elle/lui qui se comporte bien en utopiste complètement fondu…si pauvres faux dirigeant-e-s. Tout de même « croire à la com’ (l’enfumage), faut vraiment plus que planer dans les nuages nus ». De plus, n’écoutant jamais, ne côtoyant jamais la diversité sociale, n’analysant guère le réel hors d’une armure de préJugés (ce qui ne sait « rien »), ne pratiquant pas surtout le « feedback » - ce qui « nourrit en retour » -, cette intelligence reste inerte, congelée dans son auto-admiration, ne donc fait rien sinon du néant, fait néant complet. Jamais en prise avec le réel, le crochant dedans, en préhension sensible, l’agrippant, bref…oeuvrant ! Non, uniquement la paresse qui apparaisse…Oui vraie paresse que les apparences (c’est écrit dedans)…Et prendre les vieilleries de ses anciennes réflexions comme des éclairages sur le futur. Ceci ne vous dit rien ? Un humain auto-piégé, complètement enfermé, aliéné (alien ce n’est pas extra terrestre mais bien l’Autre radical – celui qui ne peut devenir l’aliud du latin. Entendre Lucien Sfez – « Leçons (jamais, écoutées) sur l’égalité »)…qui aura loupé ces leçons ratera, aussi, le fait de parvenir à vivre d’humeur …égale (quel régal que l’égal !), à qui tout lui soit bien…égal (donc infiniment gorgé de plénitudes, toutes choses égales par ailleurs), etc. Bref - la paix intérieure complète. La sérénité (tiens, un mot qui disparaît de la tête creuse des hyper médiatiques). Bref, la force tranquille, qu’un vil escroc du passé a volé pour lui, sans jamais l’être…alors qu’il est évident que la Force tranquille c’est nous ? Force qui sait trouver dans ce qui inForme tout ce qui transforme. La formation même aux formes qui les rend…forces. Bref, le feedback si négligé, la prétendue utopie qui est l’usage expérimenté des forces/formes de tout l’Univers ICI. Oui, ici, ici, loin de l’atopos, atopie des conformistes qui vivent sans la vraie vie…Clair ? Les préJugés privent qui en est devenu taré – et ce, dès le départ, de 80% du potentiel du réel. 80 % oui. A l’arrivée, il n’en reste plus lourd chez ces déréalisés, ces lunatiques qui croient tout savoir. Mais nous prouvent, par des comportements infantiles et des paroles immatures, qu’il ne le reste, parfois, que 2 % du réel. Les grands perdants ? Ceux qui accusent les autres d’être des loosers…oui « être » et non « avoir » la loose. Déviances qu’ils s’acharnent carrément à dé-vier, la vie dévie….2 % d’être pour 98 % de faux avoirs, qui s’est donc fait arnaquer ? Vie de frimes avec tous les frimas qui congèlent les qualités ? Ou extases que nulle caméra ne peut saisir au bond. Ah bon !  Tout de même avec à peine 20 % de réalité en soi peut-on faire croire que l’on « sait » diriger les autres ? Les trop pauvres faux dirigeants n’ont jamais compris le…fondamental ! En langage décrypté : ce ne sont pas des dire dirigeants !

Ce ne sont pas des dire dirigeants !...ils font juste semblant de l’être : donc toujours trahis par les montages et montrages mêmes, tel que Duchamp l’avait perçu…Finissons sur ces mots de Jean-François Gayraud qui dresse le tableau de la réalité qu’implique l’essor du trading à haute fréquence (que nous développerons en (3), les préJugés de la finance folle à laquelle nous allons échapper carrément…eh oui les préJugés des dirigeants les font, seuls, tomber. Ils/elles n’ont qu’à s’en prendre à eux mêmes. Ou à ceux qui les ont conseillés…) :

« L’impunité pénale assez généralisée de la finance criminelle fait système [[ou »croit » le faire ]] et se révèle en cohérence avec le nouvel ordre des élites dont elle est à la fois la cause et la conséquence, celui de véritables plou©tocraties qui sait organiser son invisibilité judiciaire, plus encore que n’importe quel autre type d’oligarchie. »

……..Si c’est juste judiciaire  ils ne sont pas sortis de l’auberge, alors !

 

……….........(à suivre)

 

…………………………%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 3  "Nul n'est  nul",  "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?»  et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ;  et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui ne prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

Nous sommes la santé de la société

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Comment les préJugés des dirigeants les font tomber ? (2)
le big crash des médias de masse ?

le big crash des médias de masse ?

Le pauvre est de… trop. Pourquoi ? Parce que, par sa seule existence, il fait s’écrouler toutes les prétentions délirantes des trop riches !

Le pauvre est de… trop. Pourquoi ? Parce que, par sa seule existence, il fait s’écrouler toutes les prétentions délirantes des trop riches !

un ministère de prohibition des rêves est en gsatation : leur problème ? Ils ne savent pas quoi faire du Rêve américain auprès du peuple des Rêves...

un ministère de prohibition des rêves est en gsatation : leur problème ? Ils ne savent pas quoi faire du Rêve américain auprès du peuple des Rêves...

banqueroute sur la banquise des banques...

banqueroute sur la banquise des banques...

Comment les préJugés des dirigeants les font tomber ? (2)
le Rêve américain n'accepte pas les dreamers - est-il vraiment un rêve ?

le Rêve américain n'accepte pas les dreamers - est-il vraiment un rêve ?

un chaos désorganisé  par les trop incompétents dirigeants ?

un chaos désorganisé par les trop incompétents dirigeants ?

Les vrais "utopistes" au pouvoir sauf que... Lucien Sfez – « Leçons sur l’égalité »

Les vrais "utopistes" au pouvoir sauf que... Lucien Sfez – « Leçons sur l’égalité »

Comment les préJugés des dirigeants les font tomber ? (2)
Comment les préJugés des dirigeants les font tomber ? (2)
échelle d’Allport qui mesure les catastrophes créées par les inégalités...

échelle d’Allport qui mesure les catastrophes créées par les inégalités...

Comment les préJugés des dirigeants les font tomber ? (2)
Comment les préJugés des dirigeants les font tomber ? (2)

La crise est une grande fraude criminelle -

La fin impérative du dollar - Les cinq banques des BRICS ont signé un accord de coopération financière…en pré-vue du (3)

3 minutes d'honnêteté avec Georges Carlin sur le prétendu Rêve américain (mot, en fait, volé aux...amérindiens!).? EN FA

Comment ignorer la réalité à ce point ? De tout rêvasser…

L'économiste Olivier Delamarche, viré de BFM Business en mai dernier pour ces prises de positions dérangeantes, fait une vidéo pour alerter les Français sur la mesure prise en catimini par l'Union Européenne pendant que les Français sont en vacance. L'Etat à maintenant le droit de geler nos comptes en banque pour renflouer les banques en faillites. Votre argent ne vous appartient plus ! Ceci touche au délire pur et simple….Toutes leurs décisions deviennent si…nuisibles quelles ne peuvent plus que précipiter leur fin.

ce qui place ce "trou noir" entièrement hors de leur compréhension, - nous verrons ceci en (3)

Lucien Sfez rend compte dans sa conférence de l’enquête qu’il a menée aux Etats-Unis, en Europe et au Japon sur l’utopie de la santé parfaite – qu’adorent les incroyables utopistes qui se prennent pour des dirigeants alors qu’ils demeurent incapables de déceler les grands réalistes de l’époque….

Cormac McCarthy …L’inconscient est plus ancien que le langage

Science Fiction Godfather - Alfred Bester pt1 science fiction writer of Demolished Man

Beaucoup a été dit sur la crise immobilière américaine, les saisies, les centaines de milliers de citoyens qui ont perdu leur logement depuis que la récession a frappé, en 2008. Mais que sont devenues ces familles ? L'équipe de réalisation a sillonné les Etats-Unis, à la rencontre de ces Américains issus de la classe moyenne. Ainsi ces deux familles qui vivent dans des motels, en Floride. Ceux qui ne peuvent plus payer leurs nuitées se retrouvent dans leur voiture et migrent vers des Etats où subsiste un minimum de services sociaux, comme la Californie. Des centaines de familles dorment dans leur véhicule sur la côte ouest du pays. Elles sont si nombreuses que des parkings ont dû être ouverts la nuit pour qu'elles puissent se garer dans un endroit plus sûr que la rue

rêve hors de prix – sauf pour les enfumeurs enfin enfumés ?

Publié dans Victoires**

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article