L’économie court-circuitée par ses propres préJugés (3)

Publié le par imagiter.over-blog.com

L’économie court-circuitée par ses propres préJugés (3)

Déjà juger semble assez mégalomaniaque mais préjuger, condamner sans rien savoir et se montrer content de soi, dépasse les pulsions de divination dans chacun de nous. Préjuger, juger sans rien connaitre, c’est se prendre pour un dieu déréglé. Autant dire que les résultats négatifs s’avèrent colossaux. Et pourraient être évités, si seulement nous ne nous permettions plus d’avoir de préjugés. Dans l’évolution ceci ressemble plus à une très nette régression qu’à une progression lucide. Nous avons vu en (1) et (2) les dommages sociaux et politiques des préJugés, juger avant. Observons les désastres économiques entraînés par les seuls préjugés. L’économie n’est pas une science mais une idéologie constituée d’un amas non cohérent de préjugés. Ce qui fait méconnaitre les grandes évolutions (les États-Unis c’est, fort heureusement, fini ! Les dirigeants français choisissent très mal leurs modèles. Et contraignent même leur peuple à se détourner de la réalité)…. Et - 2)…les idéologues aveugles ne veulent rien savoir du réel, ils « ignorent » toutes les études très sérieuses qui soulignent qu’ils…s’égarent suicidairement (ainsi, la CNUCED, hier, a prouvé que les politiques d’austérité sont de graves erreurs politiques, qu’elles ne devraient pas exister puisqu’elles n’ont aucun impact autre que se permettre de persécuter les populations). Nous espérons que ce genre d’analyses complètes arrachera les œillères malsaines que portent trop d’humains.

Les BRICS ( Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) changent la face du monde et mettent aux rancarts les États-Unis. Les médias d’argent ne semblent absolument pas l’avoir compris et ne transmettent plus rien de réaliste à « leurs » lecteurs. Le fait : « les BRICS existent et ils se réunissent » est seul « faké » par l’occident qui se croit toujours dirigeant : il aura juste été noté l’événement (ce qui reste à la portée de n’importe quel fainéant !) mais il n’aura RIEN été compris à son sens profond. Au contenu singulier de leurs actions. Complètement fourvoyé pas ses…préJugés ! Voici donc ce qui s’est vraiment passé…la portée incroyable de leurs décisions. Misant sur les États-Unis et l’Allemagne, la France s’est entièrement trompée. Du moins ses seuls dirigeants. C’est nous attacher aux BRICS, la sage décision. États-Unis et Allemagne font partie de la part détruite de la « destruction créatrice »… (ils sont détruits, les BRICS donc créent)…Ils s’agit d’accepter ces faits ! Comment ?

>>> - Nous avions invité à réfléchir sur les liens IMPORTANTS entre 3 informations. La Chine et la Russie s’émancipent complètement du dollar – les BRICS suivent – la privatisation abusive du système monétaire occidental est, aussi, son point le plus faible (toujours à gémir comme un bébé pour que les états le…sauvent)… Les BRICS se présentent bien plus universels, moins ploucs locaux : ils ne se veulent pas impériaux, ils préfèrent apaiser le monde et trouver une économie globale qui ne desserve personne. Même si c’est loin d’être parfait (la Chine a des comportements « colonialistes » en Afrique, et refuse de l’admettre, etc.) la tendance globale est nettement plus adulte et réfléchie. Tandis que l’occident sombre dans ses ridicules infantilismes.

Moscou-et-Pékin-se-préparent-à-s'émanciper-du-dollar-:-le-détail-des-trois-mesures-phares

Un-ancien-de-la-Banque-Mondiale-affirme-que-le-système-monétaire-occidental-est-une-escroquerie

Et, enfin…

La-véritable-bombe-du-BRICS-qui-va-changer-le-monde

« Poutine révèle le concept du «monde multipolaire équitable» dans lequel les contrats pétroliers pourraient contourner le dollar américain et être échangés avec du pétrole, du yuan et de l’or.

Le sommet annuel du BRICS à Xiamen – ville dont le président Xi Jinping fut le maire – ne pouvait intervenir dans un contexte géopolitique plus incandescent. Encore une fois, il est essentiel de garder à l’esprit que le noyau actuel du BRICS est le «RC»; le partenariat stratégique Russie-Chine [[contre lequel les États-Unis  ne peuvent rien sinon trépigner absurdement…]].  Ainsi, dans l’échiquier de la péninsule coréenne, le contexte du RC – avec les deux pays partageant les frontières avec la RPDC – est primordial.

Pékin a imposé un veto définitif à la guerre [[ce qui est un bien pour l’Humanité – dont le Pentagone est très conscient [[ mais pas les médias d’argent sale…]]..

Le sixième test nucléaire de Pyongyang, bien qu’il ait été planifié à l’avance, n’a été effectué que trois jours après que deux bombardiers stratégiques US-B-1B nucléaires aient mené leur propre «test» accompagnés de quatre F-35B et quelques F-15 japonais. Quiconque est familier avec l’échiquier de la péninsule coréenne savait qu’il y aurait une réponse de la RPDC à ces tests à peine déguisés de «décapitation».

Donc, c’est pour faire suite à la seule proposition qui ait été posée sur la table : le “double gel” du couple RC. Gel des exercices militaires américains/japonais/sud-coréens; gel du programme nucléaire de Corée du Nord; la diplomatie prend le relais. [[ce sont bien Russie et Chine qui dictent la politique mondiale…]].

Au lieu de cela, la Maison Blanche a évoqué des « capacités nucléaires » sinistres comme mécanisme de résolution du conflit. [[ridiculement …hors sujet !]].

L’extraction de l’or en Amazonie, ça vous dit ? : Sur le front du plateau de Doklam au moins, New Delhi et Beijing ont décidé, après deux mois de tension, un «désengagement rapide» de leurs troupes frontalières. Cette décision était directement liée à l’approche du sommet BRICS – où l’Inde et la Chine ne pouvaient l’un ou l’autre que perdre la face de manière dramatique.

Le Premier ministre indien Narendra Modi avait déjà essayé de renverser la vapeur de façon similaire avant le sommet BRICS à Goa l’année dernière. Ensuite seulement, il prit une position catégorique pour que le Pakistan soit déclaré «État terroriste». Le RC s’y était fermement opposé. Modi a également ostensiblement boycotté le sommet de l’entente Belt and Road Initiative (BRI) à Hangzhou en mai dernier, essentiellement à cause du corridor économique sino-pakistanais (CPEC). [[dont nous avions déjà parlé dans ce blog : le but de la Chine étant de devenir maîtresse des océans ]].

L’Inde et le Japon rêvent de contrer la BRI avec un projet semblable de connectivité; le corridor de croissance Asie-Afrique (AAGC). Croire que l’AAGC, dont l’inspiration, l’esprit, la portée et les fonds viennent en partie de la BRI – pourrait lui voler la vedette, serait entrer dans le domaine des vœux pieux. Pourtant, Modi a émis des signes positifs à Xiamen; « Nous sommes en mode mission pour éradiquer la pauvreté; pour assurer la santé, l’assainissement, les compétences, la sécurité alimentaire, l’égalité entre les sexes, l’énergie, l’éducation. « Sans cet effort de mammouth, les grands rêves géopolitiques de l’Inde sont mort-nés » [[autre son de cloche donc que de ne parler que de…profits et intérêts des uniques financiers – ce dans quoi s’enlise l’occident, rendu si poussiéreux de conservatisme sans issue…]].

Le Brésil, pour sa part, est plongé dans une tragédie sociopolitique gigantesque, menée par l’usurpateur Temer, une non-entité corrompue de manière Dracula-esque. Le président du Brésil, Michel Temer, a déclaré à Xiamen être impatient de publier « ses » 57 principales privatisations en cours pour les investisseurs chinois – complétées par l’exploitation minière aurifère dans une réserve naturelle amazonienne de la taille du Danemark. Ajoutez-y de l’austérité massive des dépenses sociales et de la sévère législation anti-travail, et l’on a l’image du Brésil dirigé actuellement par Wall Street. Le nom du jeu, c’est profiter du magot, et vite.

La nouvelle Banque de développement du BRICS (NBD) – une contrepartie de la Banque mondiale – est, comme on pouvait le prévoir, ridiculisée dans tout le Beltway. Xiamen a montré comment le NBD commence seulement à financer les projets du BRICS. C’est une erreur de la comparer avec la Banque asiatique d’investissement dans l’infrastructure (AIIB). Elles investiront dans différents types de projets – l’AIIB étant plus axée sur la BRI. Leurs objectifs sont complémentaires.

‘BRICS Plus’ ou l’éclatement : Sur le plan mondial, le BRICS constitue déjà une nuisance majeure pour l’ordre unipolaire. [[ disons, la folie impériale des États-Unis qui est en train de ruiner ce pays…]]. Xi a déclaré poliment à Xiamen que « nous, les cinq pays, [devrions] jouer un rôle plus actif dans la gouvernance mondiale ».

Et, juste après, Xiamen a introduit des «dialogues» avec le Mexique, l’Égypte, la Thaïlande, la Guinée et le Tadjikistan [[soit tout l’inverse des États-Unis]]; cela fait partie de la feuille de route pour le « BRICS Plus » – la conceptualisation de Beijing, proposée en mars dernier par le ministre des Affaires étrangères Wang Yi, pour élargir son partenariat/coopération.

Contrairement au déluge de racontars que l’on trouve en Occident, le RCEP n’est pas «conduit» par la Chine. Le Japon en fait partie – de même que l’Inde et l’Australie aux côtés des 10 membres de l’ASEAN. La question brûlante est de savoir quel genre de jeux New Delhi pourrait jouer pour paralyser le RCEP en parallèle avec le boycott de la BRI.

Patrick Bond à Johannesburg a développé une critique importante, arguant que des «forces économiques centrifuges» étaient en train d’émietter le BRICS, grâce à la surproduction, à la dette excessive et à la dé-mondialisation. Il interprète le processus comme «l’échec du capitalisme centripète voulu par Xi». Il ne doit pas nécessairement être ainsi. Ne sous-estimez jamais le pouvoir du capitalisme centripète chinois, en particulier lorsque la BRI change de braquet.

Voici la triade [[méconnue]] pétrole/yuan/or : C’est au moment où le président Poutine prend la parole que le BRICS dévoile sa véritable bombe. Géopolitiquement et géo-économiquement, l’accent est mis sur «un monde multipolaire équitable» et «contre le protectionnisme et les nouvelles barrières dans le commerce mondial». Le message est clair.

Le changement des règles du jeu en Syrie – où Pékin soutenait silencieusement mais fermement Moscou – devait être évoqué; « C’est en grande partie grâce aux efforts de la Russie et d’autres pays concernés que des conditions ont été créées pour améliorer la situation en Syrie ». Sur la péninsule coréenne, il est clair que RC pense à l’unisson; « La situation se trouve au bord d’un conflit à grande échelle ».

Le jugement de Poutine est aussi cinglant que la solution possible proposée par RC est saine; « Mettre la pression sur Pyongyang pour arrêter son programme de missiles nucléaires est mal avisé et futile. Les problèmes de la région ne devraient être réglés que par un dialogue direct de toutes les parties concernées sans conditions préalables ».

Le concept d’ordre multilatéral de Poutine et Xi est clairement visible dans la large Déclaration de Xiamen, avec les propositions de processus de paix et de réconciliation nationale «menée par les Afghans et appartenant aux Afghans», incluant le format de consultations de Moscou et le « Cœur du processus Asie-Istanbul ». C’est le code d’une solution afghane asiatique (et non occidentale) négociée par l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), dirigée par le RC, et dont l’Afghanistan est un observateur et un futur membre à part entière.

Et puis, Poutine assène l’argument décisif ; « La Russie partage les préoccupations des pays du BRICS concernant l’iniquité de l’architecture financière et économique mondiale, qui ne tient pas compte du poids croissant des économies émergentes. Nous sommes prêts à collaborer avec nos partenaires pour promouvoir les réformes de la régulation financière internationale et surmonter la domination excessive d’un nombre limité de monnaies de réserve » [[fin donc du dollar comme « autorisation à s’endetter sans limites » pour les USA, qui « coûtent trop cher au monde entier »… !]].

«Pour surmonter la domination excessive d’un nombre limité de monnaies de réserve», c’est la façon la plus polie de préciser ce dont le BRICS discute depuis des années; comment contourner le dollar américain, ainsi que le pétrodollar. Pékin est prêt à mettre la barre plus haut. Bientôt, la Chine lancera un contrat à terme de pétrole brut évalué en yuan et convertible en or. Cela signifie que la Russie – ainsi que l’Iran, l’autre élément clé de l’intégration d’Eurasie – peuvent contourner les sanctions étasuniennes en échangeant l’énergie dans leurs propres devises ou en yuan. Ce qui est intrinsèque dans tout cela c’est un véritable gagnant-gagnant chinois; le yuan sera entièrement convertible en or sur les échanges à Shanghai et à Hong Kong.

La nouvelle triade du pétrole, du yuan et de l’or est en fait une gagnant-gagnant-gagnant. Aucun problème, si les fournisseurs d’énergie préfèrent être payés en or physique au lieu de yuans. Le message clé est que le dollar américain est contourné [[et donc vaincu…]]. Une fois que cela aura dépassé le BRICS pour aspirer les membres de «BRICS Plus» et ensuite tout le monde du Sud, la réaction de Washington sera obligatoirement nucléaire (en espérant que ce ne soit pas au sens littéral).

La doctrine stratégique de Washington a décidé que le couple RC ne devrait en aucun cas être autorisé à être prépondérant sur la masse continentale eurasienne [[ le dire n’est pas le faire]]. Pourtant, ce que le BRICS a en magasin géo-économiquement ne concerne pas seulement l’Eurasie – mais l’ensemble du monde du Sud.

Des sections du Parti de la guerre à Washington qui comptaient instrumentaliser l’Inde contre la Chine – ou contre le RC – pourraient avoir un réveil brutal. Autant le BRICS fait face actuellement à diverses vagues de turbulences économiques, autant la feuille de route audacieuse à long terme, bien au-delà de la Déclaration de Xiamen, est en place plus que jamais. »… Voici, toutes les analyses que les médias d’agent sale ne peuvent pas nous transmettre, stagnant dans leur vision puérile du monde. La sanction est implacable : les BRICS ont vraiment les cartes du futur en main – et les USA les auront toutes perdues à cause…des hyper conservateurs trop incultes ! Le néolibéralisme c’est bien fini, entraîné surtout par sa bêtise arrogante…

Source : http://www.atimes.com/article/real-brics-bombshell/

Le monde que nous connaissions va complètement changer. Et, à cause de l’hyper centralisme parisien et du pro américanisme ivre de trop de prétendus dirigeants français – la plupart des citoyen-ne-s n’accèdent à ces informations globales que par des efforts personnels. Et n’ont pas tous les éléments en tête afin de vraiment saisir le grand basculement. De plus, nos dirigeants ont misé sur les très mauvais chevaux (États-Unis et Allemagne). La trop triste leçon ? Lorsque le préjugé seul règne – tout le monde devient perdant. Comment transformer des illusions ? Comment améliorer des chimères ? Comment changer une « fausse » réalité ? Comme vous voyez les voyages, auxquels nous vous invitons, se prouvent toujours gorgés de sens et de solutions accessibles ? Seulement ils n’empruntent jamais les voies piétinées et inutilisables des conformistes…

……………………………******************************************

Et ce n’est pas tout – le cœur nucléaire de l’économie trop privatisée occidentale n’a pas d’issue – et trop peu l’ont compris…« 113 microsecondes. C’est la vitesse estimée à laquelle une opération financière peut être réalisée grâce au trading de haute fréquence. A ce rythme, les opérations peuvent s’enchainer à une cadence effrénée et permettre la manipulation des marchés financiers tout en restant invisible [[ c’est ceci la « spéculation qui doit être considérée comme un crime »…]]. De peur d’engranger une désertion des acteurs financiers, la justice reste aujourd’hui encore largement aveugle à ces fraudes qui pourraient mettre en péril l’économie réelle. [[la prétendue « crise » n’est qu’une gigantesque…fraude criminelle – surtout pas de l’économie ! Et les peuples en sont…rançonnés par toutes les très illégales politiques d’austérité…]].

Pour les acteurs du marché financier, l’adage « le temps c’est de l’argent » est tout sauf une métaphore. L’enjeu de la réduction des délais pour réaliser une transaction est absolument central. Pour repousser les limites de nos capacités humaines, les courtiers et traders disposent désormais d’un ensemble d’outils qu’on nomme le trading de haute fréquence. Chaque seconde, des milliards d’informations sont envoyées par des algorithmes qui évaluent et spéculent sur des intervalles de temps qui avoisinent la vitesse de la lumière.

Trading-de-haute-fréquence-:-la-justice-aveugle-aux-"fausses"-lois-de-la-finance

 

D’après l’Autorité des marchés financiers (AMF), le trading à haute fréquence représente 30 à 35% des transactions réalisées en Europe selon les estimations de marché, et entre 50 et 60 % des transactions réalisées aux États-Unis [[risque d’implosion que les BRICS limiteront cette fois-ci ]]. Après un âge d’or post-crash boursier de 2008, qui a permis au trading haute fréquence de générer au total des bénéfices d’environ 7,2 milliards de dollars (chiffres pour l’année 2009, d’après Le Monde), ces derniers ont chuté ces dernières années (1,8 milliard en 2012) face à la démocratisation du procédé.

Pourtant les transactions à haute fréquence restent largement présentes sur les marchés financiers et ne sont pas sans contenir une part de risque. Ces risques sont la conséquence directe des manipulations du marché permises par cette technologie avancée. Grâce à la vitesse à laquelle ces algorithmes traitent des informations et envoient des ordres d’initiation ou d’exécution, il est possible d’altérer l’information sur l’économie réelle pour en dévier la trajectoire ou l’amplifier [[ l’aveu frénétique que la Bourse ce n’est surtout pas…la loi de l’offre et ce la demande est donc recevable. La Bourse peut donc être abolie pour inutilité collective et nuisances abusives…Rappelons que SANS la loi de l’offre et de la demande la Bourse perd toute légitimité ! Ce n’est plus que du racket gangstérisé »…]].

Ainsi, le « quote stuffing » consiste à envoyer des milliers d’ordres contradictoires ou illogiques pour forcer la concurrence à les analyser et donc leur faire perdre du temps (là où chaque microseconde est importante, ça vaut son pesant d’or). De même, le « spoofing » consiste à faire illusoirement gonfler un marché en envoyant massivement des ordres d’achat d’actions pour attirer d’autres transactions concurrentes, avant de supprimer tous les ordres d’achat… Avec ce procédé du « spoofing », les algorithmes font gonfler un marché alors même qu’il n’existe aucune réalité économique derrière ; or on connait les conséquences dramatiques qu’ont pu avoir la création de bulles financières. [[donc ces jeux de fous pervers pourraient…détruire la planète. Un jeu sans règles vaut mieux…l’arrêter net !]].

Et en effet, si l’on peut craindre à raison le trading à haute fréquence, c’est parce qu’il a déjà été responsable de micro-crash boursiers qui sont passés inaperçus. Dans leur ouvrage Krach machine : comment les traders à haute fréquence menacent de faire sauter la Bourse, Frédéric Lelièvre et Françoise Pilet relatent les fiascos de l’introduction en Bourse de la plateforme électronique BATS et de Facebook :

« Après 1,5 seconde de cotation, le cours de cette plateforme électronique tournée en grande partie vers les traders à haute fréquence ne valait que 0,002 cent contre 15,25 dollars 1 500 millisecondes plus tôt, à cause d’un algorithme. L’introduction en Bourse fut finalement annulée. En mai ce fut le tour de Facebook. Au moment où le réseau social cherchait de nouveaux amis actionnaires en entrant en Bourse, la cotation a d’abord été retardée de 30 minutes, puis est devenue erratique après un deuxième black-out de 17 secondes, mettant en cause une averse d’ordres et une infrastructure boursière débordée… »

Le-trading-de-haute-fréquence-vu-de-l'Amf

.....Le trading haute fréquence vu de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers)

Si ce « flash crash » ne semble pas avoir eu de conséquences (ou alors elles ont été tues) sur l’économie réelle, on imagine bien qu’avec des algorithmes manipulant par pure spéculation des volumes énormes en des laps de temps minimes, si les algorithmes s’emballent, l’homme ne pourra rien faire pour les arrêter puisqu’il les a justement créés pour dépasser ses propres capacités. Et alors ce sera une nouvelle ère de crise économique sans précédent, dont nous pâtirons, par la faute du jeu dangereux auquel se prêtent les courtiers [[ tous les signaux clignotent assez afin d’être garantis de la légalité pour abolir toute spéculation boursière pour « terrorisme économique » bien plus dangereux que toutes les autres formes de terrorisme…]].

Dans le chapitre consacré au trading de haute fréquence du livre-journal de La Relève et la Peste, Jean-François Gayraud évoque des « crimes parfaits » pour désigner ces opérations intraçables par les organismes de surveillance financière. Selon lui :

« Il n’est pas impossible que le trading de haute fréquence soit en train de créer un espace digital sans lois ni régulations effectives. »

Et en effet, la justice est bien démunie face à ces nouvelles techniques de manipulation frauduleuse des marchés [[mais soutenues par les USA et les gouvernements européens]]. Déjà Jean-Pierre Jouyet, président de l’AMF estimait « qu’il était quasiment impossible de démontrer d’éventuelles manipulations de cours liées au High Frequency Trading du fait de sa structure opaque et des manques de données durablement exploitables via le carnet d’ordres. » Si ces phénomènes commencent, timidement, à être reconnus par la justice sur le Vieux Continent, les Etats-Unis à l’inverse – qui sont, rappelons-le le principal foyer de ces ordinateurs boursiers – restent loin de prendre des mesures significatives.

Finissons sur ces mots de Jean-François Gayraud qui dresse le tableau de la réalité qu’implique l’essor du trading à haute fréquence :

« L’impunité pénale assez généralisée de la finance criminelle fait système et se révèle en cohérence avec le nouvel ordre des fausses élites dont elle est à la fois la cause et la conséquence, celui de véritables ploutocraties qui sait organiser son invisibilité judiciaire, plus encore que n’importe quel autre type d’oligarchie. » Face aux pratiques des BRICS ces fonctionnements très criminels des financiers occidentaux semblent bien être…d’un autre âge !

Macron-ne-doit-pas-convoquer-Schumpeter-pour-justifier-des-politiques-de-régression-sociale

Ce mauvais élève ne semble pas avoir compris que « la destruction créatrice » n’existe pas, c’est un fake. Une prophétie auto-réalisatrice, un faux concept inventé après coup afin de justifier le retour du capitalisme sauvage, trop dérégulé et qui étale partout que ses inexcusables immaturités. Rien en ce capitalisme n’est digne de diriger quoi que ce soit.

 …………………………**********************************************

Rip-humains:         Pour l'extinction volontaire de l'espèce humaine

Le Mouvement pour l'extinction volontaire de l'espèce humaine abonde dans ce sens : la seule réduction de l'espèce humaine ne suffit plus. Visons plus haut. Soyons exigeants. Militons pour notre extinction totale et rêvons de l’après-nous : le monde sans humains deviendrait un immense parc d’attractions pour les seules espèces méritant de survivre. De quoi enfin donner du sens à nos misérables existences.
 

« Le feu prit un jour dans les coulisses d'un théâtre. Le bouffon vint en avertir le public. On crut à un mot plaisant et l'on applaudit ; il répéta, les applaudissements redoublèrent. C'est ainsi, je pense, que le monde périra dans l’allégresse générale des gens spirituels persuadés qu’il s’agit d’une plaisanterie. » Søren Kierkegaard.

Digression faite, pour faire court, commenter une publication suppose qu’une partie de vos contacts va la voir apparaître sur son mur Facebook (même si cette partie n’est pas impliquée dans l’échange). Nous en faisons l’amère expérience chaque jour. Le temps que l’on comprenne qui a commenté le média/marque émetteur, que l’on observe le visuel/la vidéo, l’algorithme nous a déjà fiché S dans son dossier de singes hurleurs, en même temps qu’il agrège une vue à ce contenu (trois secondes de visionnage suffisent à une vidéo pour que cela soit considéré comme une vue). Car oui, l’algorithme souhaite notre bien (malgré nous). Il part du principe que si notre attention s’est focalisée autant de temps, c’est que l’on aime la soupe qui nous est servie. Par votre inconsciente bêtise, vous nous marquez au fer rouge et Facebook sera enclin à nous proposer toujours plus de cette malbouffe du contenu.

Les marques et médias paresseux l’ont compris et en profitent, excitant la portion la plus simiesque de leur “communauté” à taguer leur amis et ce pour plusieurs raisons :

- Un community manager pourra vouloir gonfler les stats mensuelles de son reporting pour compenser son travail habituel lamentable et tenter de masquer la misère de ses autres publications (en évitant de faire pâle figure face aux publications crasses d’O’Tacos). »…pendant ce temps, les êtres de talents qui ne sont pas « chiffrés » (frauduleusement) ainsi vont être traités – même par des humains qui « se croient bien »  comme étant très sous-estimés, fort en-dessous de leur impact réel. Ce qui les contraint à se dépenser si injustement. Tout dans les apparences, cela vient, aussi, du mot …paresse ! Conclusion : seuls les contenus comptent, pas leurs habillages !

Thomas-Piketty-:-repenser-le-code-du-capital-et-non-le-code-du-travail

"L’économiste Thomas Piketty (blog), dans une tribune pour Le Monde, regrette que la trop « déforme » du Code du travail ne s’accompagne pas d’une évolution de la gouvernance des entreprises. La réforme du Code du travail du gouvernement augmente le pouvoir des employeurs sans réelles contreparties.[[et l’Histoire de ces 20 dernières années nous averti : ce ne sont qu’abus garantis et troubles sociaux provoqués par ces…employeurs ! Ne pas exiger de « garanties et leurs impératifs suivis » est donc une…inexcusable faute politique dont le motif pourrait faire que le Conseil Constitutionnel annule certaines prétendues déformes… ]]. Elle porte une vision conflictuelle [[ ces employeurs veulent explicitement perturber toute la société ]] et hiérarchique du monde du travail et ne propose aucune avancée vers la démocratisation du pouvoir dans l’entreprise. Or, contrairement à la France, depuis les années 50, l’Allemagne ou la Suède notamment, ont renforcé la codétermination, c’est-à-dire, la participation des salariés aux décisions, notamment en augmentant le nombre de sièges attribués aux salariés dans les Conseils d’administration des entreprises [[donc la France agit de la manière la plus stupidement fainéante qui se puisse imaginer : sans mettre même de…contreparties. Trop se simplisme avoue une…non réflexion préalable !]].

Piketty pointe notamment vers les travaux des juristes Ewan McGaughey (@ewanmcg), de Isabelle Ferreras (qui publie prochainement Entreprises comme entités politiques) et Julia Cagé qui réfléchissent à des modalités pour faire entrer les salariés dans la gouvernance des entreprises. Il y a effectivement là un chantier à ouvrir qui permettrait certainement d’aller au-delà des Coopératives et des entreprises libérées. »

L’actualité, rien que l’actualité, arrachée des ses graves « fake » (faire semblant) des médias dominants – ceux qui n’ont rien compris à la « déforme » du travail par exemple… L’actualité, rien que l’actualité, mais « accompagnée » d’une compréhension vraiment globale de ce qui « se » passe, nous fait vivre en direct

…..à quel point les desservent tant, ces sommets, tous leurs préJugés !

…………............ Tout sera tellement mieux SANS eux. Vite.

 

 

……(à suivre)

 

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 3  "Nul n'est  nul",  "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?»  et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ;  et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui ne prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

Nous sommes la santé de la société

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

L’économie court-circuitée par ses propres préJugés (3)
L’économie court-circuitée par ses propres préJugés (3)
BRICS ou la fin du $...

BRICS ou la fin du $...

ce que va abolir les BRICS

ce que va abolir les BRICS

l'axe du monde n'est plus aux U.S.A.

l'axe du monde n'est plus aux U.S.A.

L’économie court-circuitée par ses propres préJugés (3)
L’économie court-circuitée par ses propres préJugés (3)
L’économie court-circuitée par ses propres préJugés (3)
« L'état est devenu l'instrument du renoncement, devant l'argent, face à la volonté toujours plus insistante des marchés financiers, des milliardaires qui détricotent notre industrie et jettent des millions d'hommes et de femmes de notre pays dans le chômage, la précarité et la misère. Oui il faut en finir avec le règne de l'argent roi ». Quel dirigeant de gauche a prononcé ces paroles ? Marine Le Pen...Troublant non ? Mis en exergue par François Ruffin. Questions ? Depuis quand le parti de Marine Le Pen utilise-t-il cette phraséologie ? Comment le défenseur des pauvres actionnaires s'est-il mué en son contraire ? Qu'est ce qui relève de l'imposture ? Qu'est ce qui est réellement ancré dans le discours de ce parti ? Cet ouvrage passe au crible 40 ans de discours économiques du FN. Biographie de l'auteur : Fondateur du journal Fakir, François Ruffin est reporter pour l'émission Là-bas si j'y suis sur France Inter et collaborateur du Monde diplomatique. Il a publié plusieurs ouvrages, dont Les Petits Soldats du journalisme et La Guerre des classes.

« L'état est devenu l'instrument du renoncement, devant l'argent, face à la volonté toujours plus insistante des marchés financiers, des milliardaires qui détricotent notre industrie et jettent des millions d'hommes et de femmes de notre pays dans le chômage, la précarité et la misère. Oui il faut en finir avec le règne de l'argent roi ». Quel dirigeant de gauche a prononcé ces paroles ? Marine Le Pen...Troublant non ? Mis en exergue par François Ruffin. Questions ? Depuis quand le parti de Marine Le Pen utilise-t-il cette phraséologie ? Comment le défenseur des pauvres actionnaires s'est-il mué en son contraire ? Qu'est ce qui relève de l'imposture ? Qu'est ce qui est réellement ancré dans le discours de ce parti ? Cet ouvrage passe au crible 40 ans de discours économiques du FN. Biographie de l'auteur : Fondateur du journal Fakir, François Ruffin est reporter pour l'émission Là-bas si j'y suis sur France Inter et collaborateur du Monde diplomatique. Il a publié plusieurs ouvrages, dont Les Petits Soldats du journalisme et La Guerre des classes.

L’économie court-circuitée par ses propres préJugés (3)

La fin impérative du dollar - Les cinq banques des BRICS ont signé un accord de coopération financière…

Ce qui place ce "trou noir" entièrement hors de leur compréhension ?

La ville chinoise de Xiamen, située dans la province du Fujian en Chine, aura accueilli, récemment le neuvième sommet des BRICS, à savoir les cinq pays émergents que sont le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud et qui représentent plus de 40% de la population mondiale. Le fait « faké » par l’occident qui se croit dirigeant : il aura juste noté l’événement (ce qui reste à la portée de n’importe quel fainéant !) mais n’aura RIEN compris à son sens profond. Complètement aveuglé pas ses…préJugés suicidaires !

dont ceci…Crises financières, narcobanques, trading de haute fréquence... Financiarisé, mondialisé et dérégulé à l'excès, le capitalisme n'est-il pas devenu criminogène ?

Trading algorithmique et à haute fréquence : le numérique transforme-t-il la bourse en...casino illégal ?

Le rôle des BRICS dans le nouveau Monde

Les experts commentent le rôle des BRICS dans l’économie et la finance mondiale

Poids si écrasant des préjugés ? Les palestiniens se comprennent surtout par toute l’Histoire….Par exemple, Palestine, histoire d'une terre spoliée 1880-1950 part 6 sur 6

comment les banques nous arnaquent en 2 mn

Voici un super petit film d’animation retraçant la vie de l’argent de sa création à aujourd’hui. Intitulé le « Le Rêve Américain », il rappelle quelques principes de base du système monétaire et son fonctionnement au fil des âges …

Publié dans economie et politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article