La langue française est une langue pour le futur ? (1/2)

Publié le par imagiter.over-blog.com

La langue française est une langue pour le futur ? (1/2)

Pourquoi le français appartiendrait-il aux langues les plus universelles ? Permettant donc au mieux de résoudre tous les problèmes de l’Humanité actuelle ? De par sa substance même, de par sa complexité et ses zones d’ombres. De par son historique étymologique et du fait que, durant tous les siècles, les pouvoirs n’aient pas cessé, d’anormalement, tenter de le dévaloriser et déconsidérer. Preuves qu’il y a en la langue quelque chose de bien plus grand qu’eux. La méconnaissance actuelle sur le patrimoine sans matrimoine n’en est qu’un des prolongements.

 

Bon. Devant le gigantisme du synoptique, la problématique appartient encore à la méthode. Nous en avons l’habitude et obtenons, toujours, la chance insolente de dénicher les raccourcis…significatifs…Aussi, au lieu de 100 pages, nous le disons en 3…D’abord, la substance. Loin de n’être qu’une langue d’action, de guerre, de commerce et matérialisme (comme l’anglais qui voudrait tout « fonctionnaliser »), le français englobe sentiments, émotions, sensations et sensualités, etc. Et ce de manière toujours plus vaste que chaque nouvelle découverte le laisse percevoir. Sa complexité vient de ces subtilités sans fin : et subtilités qui savent subtiliser (acte du subtil même) toujours le maximum du Sens. Zones d’ombres, aussi, du fait qu’en très peu de mots, peuvent se voir soulevées des immensités de pourquoi ??? Tel ? Dictons nos dictons. Du genre que dicte la dictature ? Et il y en a des kilomètres, ainsi que tous nos livres gratuits sur « freethewords.org ». L’historique des étymologies qui nous ouvre des milliers et des milliers de cadeaux (les nectars des dieux). Comme ? Les saveurs des savoirs. Les savoirs ont des saveurs différentes. Et le lecteur se dé-lecte sans fin de le découvrir. Les cinq sens s’en mêlent tout autant que les synesthésies. C’est que les conSensualités (le collectif social qui s’enflamme d’un unisson-consensus qui masse tous les cœurs) n’ont même jamais été tentées. En très grand. Tout comme la puissance démonstrative du français ? Trop rarement utilisée ou alors en toute inconscience jamais vraiment lucide…

 

Preuve ? « Oui, ici on raconte l’histoire de l’implacable 7 ème vague. Les 6 premières sont prévisibles et équilibrées. Elles se suivent, se forment l’une sur l’autre, n’amènent aucune surprise. Elles assurent une continuité. Mais attention à la 7 ème vague ! Elle est imprévisible. Elle est longtemps discrète, elle participe au déroulement monotone, elle s’adapte à celles qui l’ont précédées. Mais parfois elle s’échappe. Toujours elle, toujours la 7 ème vague l Elle est insouciante, innocente, rebelle, elle balaie tout sur son passage, remet tout à neuf. Pour elle, il n’y a pas d’avant, mais un maintenant. Et après, tout a changé (p. 183 – La septième vague, 2009). » Et alors ? Bon. Une histoire simple avec des mots courants. Mais la puissance de cette langue la fait parvenir à une clarté métaphysique, à une structure très philosophique, à la compréhension de processus psycho-sociologiques immenses, à la stratégie politique et à des dizaines d’autres savoirs…avec tant de légèreté mais d’extrême précision. Le français ressemble à une langue du précis précieux, oui des resplendissants bijoux aussi heureux dans le commun que dans ce « luxe inouï » de Rimbaud (qui fait se rejoindre toutes les sciences avec tous les arts). Oui…une petite exposition de faits et très peu de mots : « Pour elle, il n’y a pas d’avant, mais un maintenant. Et après, tout a changé » nous synthétisent la distance gigantesque entre les causes et les résultats. Les résonances harmoniques en durent très longtemps. Grâce à une très grande « fluidité » du français (bien manié, rien n’accroche mais, lui, « accroche » tout !). Face aux difficultés embarrassées des langues germaniques à « exprimer » (comme l’orange) les preuves philosophiques. Ou la sécheresse de l’anglais qui ne peut exprimer certains sentiments complexes que par…des mots-valises. Etc. etc. Il ne s’agit pas d’un comparatif exhaustif mais de quelques annotations ponctuelles. De préférence, savoureuses.

 

C’est l’usage ardent qui fait dire de telle chose. Aussi – l’oral, pour la langue française, est un monde qui n’a rien à voir avec son écrit. Ce sont donc bien deux mondes gigantesques. L’Ulysse de Joyce ou le second Céline en auront illustré, et avec génie, les « imitations »… mais en manque le son sensuel…La diction du dictionnaire (que tant de pouvoirs, depuis des siècles, veulent tant cacher) sert autant le livre qui livre ce qui délivre que l’oral qui nous place à l’orée de l’origine (oui, le français c’est toujours écrit ou dit dedans, de toutes les façons). Ce pourquoi, il s’agit d’inscrire le français au Patrimoine et Matrimoine de l’Humanité. Soit ? Prévenir que les oligarchies culturelles, économiques et politiques puissent…l’empêcher !

 

…..……………………………***************************************

Ne nous reste (choix toujours des difficultés comme meilleures preuves de la justesse ou non de notre vision globale !) de prouver ceci par les…actualités, au sens large ! D’abord, Répondons au questionnement « La langue française est une langue pour le futur ? ». Ensuite, décidément c’est tellement difficile « d’être simple » - et cela ne vient pas des individus, non, mais du fait que les exigences des médiocrates soient tellement…insensées -, qu’il faudra une seconde partie (2).

 

Comment-nommer-sans-nom ?

 

Sans entrer dans le supérieur ou inférieur, la langue française démontre une prépondérance pour le futur. En elle, existent de nombreux éléments si aptes à résoudre les problématiques hyper complexes qu’endosse notre futur commun. Oui, le français est à reconquérir parce que c’est la langue de l’universalité ! Il a même pu être parlé d’un « latin des modernes », d’une souche première où viendrait s’aboucher nombres d’autres branches…Ceci peut sembler un immense paradoxe provocateur. Ou des assertions  trop abstraites sans illustrations bien concrètes. Nous allons remédier aux deux grandes séries d’oppositions en commençant par…

 

*** 1) - Cerveau et orthographe. Comment l’orthographe (la graphie droite) peut influencer l’immensité de nos champs d’interrogations ? Oui comment peut-elle rendre fertiles toutes nos pensées ? Comment peut-elle œuvrer comme une science si artiste ? Comment la poésie y est « création » pure et nette et sans main invisible ? Nous parlons de l’orthographie française !

 

Et si nous refusions d’avoir un NOM…juste un pré-nom ? Qui augure d’une toute nouvelle civilisation où l’avoir serait considéré comme le fait d’un grand retard mental ? Nommer les choses ? Qui nomme et qui a le nom oui le nom qui nomme et pas me nomme me…nom ? Comment nommer sans nom ? Le texte, dont le lien se trouve au-dessus, sonne très important. Surtout si nous joignons l’indicatif de l’indicatif (l’indicatif n’est… qu’indicatif…pas péremptoire, il ouvrirait sur autre chose que nous n’aurions jamais considéré ?) à l’infini de l’infinitif, etc.…Oui, si nous refusons d’avoir des…noms, sera-ce plus difficile à nommer, selon les bricolages vraiment si minables de la « nov’ langue » ? Si ridicule dès que nous sommes « dans » le langage…

 

Nommons nos noms ? Nos mon(s) ne sont pas vos leurs ? Valeurs DE nommer oui ce qui va arrêter tous les voleurs trop au pouvoir ? Etc.

 

……………………..********************************************************,

L’ardeur de l’entrée en matière se relie à une certitude physiologique : dans le cerveau le langage relie toutes les zones cérébrales…


« Il s'intéresse aux processus qui sous-tendent le langage (décodage de la parole, compréhension et production des phrases, apprentissage des langues...) et utilise l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle pour explorer leurs bases cérébrales. Ses travaux récents ont portés sur l'identification du réseau cérébral impliqué dans l'analyse des phrases en constituants syntaxiques et sur les marqueurs cérébraux des différences interindividuelles dans la capacité à acquérir les sons d'une langue étrangère. »

 

Progresser-en-orthographe-c'est-devenir-meilleur-dans-toutes-les-matières

Donc les vrais écrivains sont bien les honnêtes hommes de Montaigne. qui possèdent la vision la plus globale du savoir humain complet. Ce n’est pas la diction du dictionnaire qui dira le contraire. Le littéraire ouvert a même l’âme plus scientifique que bien des scientifiques ? Tout ce qui était à l’envers se remet à l’endroit et l’endroit pour enfanter le futur est enfin rendu public…

« C’est désormais démontré : progresser dans la maîtrise de la langue française influe positivement sur les résultats universitaires des étudiants « dans les disciplines aussi bien littéraires que scientifiques ». Tel est en effet l’enseignement d’une étude menée sur les performances des étudiants en première année d’économie et gestion des universités Paris-Est-Marne-la-Vallée et Lille 1 entre 2011 et 2014, publiée en ce mois de mai 2017 dans sa version finalisée.

« Une bonne syntaxe, une bonne grammaire ou une bonne orthographe aident à bien comprendre l’énoncé d’un problème de mathématiques, comme elles aident à le résoudre », résume Yannick L’Horty, professeur des universités et coauteur de cette étude du CNRS intitulée : « Faut-il encourager les étudiants à améliorer leur orthographe ? ». « Le résultat est clair : l’amélioration de la maîtrise de la langue peut produire des effets sensibles sur les résultats et peut être un vecteur de lutte contre l’échec », explique-t-il [[ce qui est vrai face aux dures mathématiques l’est d’autant plus dans tous les domaines du savoir ! Le langage libère véritablement, ce pourquoi les pouvoirs n’aiment pas – illégitimement – ses porteurs et porteuses…]].

Un échantillon de quelque 849 étudiants a participé à cette « expérience contrôlée », en étant d’abord informés en début d’année universitaire de la possibilité d’utiliser la plate-forme en ligne du Projet Voltaire pour améliorer leurs compétences orthographiques, et en les incitant à le faire. Ensuite, les étudiants ont été divisés en deux groupes tirés au sort : seulement la moitié d’entre eux a été fortement encouragée à utiliser le logiciel de perfectionnement en orthographe, grammaire et syntaxe, par des rappels réguliers de leurs enseignants sur l’importance d’une bonne maîtrise de la langue et en mettant en exergue que les notes obtenues sur la plate-forme seraient prises en compte pour l’évaluation finale.

Lire aussi :   Trop d’étudiants fâchés avec l’orthographe

Les étudiants les plus sensibilisés ont effectivement passé plus de temps que les autres sur la plate-forme, améliorant davantage leurs notes en « littératie » mais aussi dans les autres matières : leur moyenne générale est supérieure d’un demi-point à un point à celle des étudiants de l’autre groupe. « Le plus grand bénéfice est obtenu par ceux dont le niveau de départ était le plus faible », détaille Yannick L’Horty.

C’est la première fois que le lien entre la « littératie » et la réussite est étudié dans l’enseignement supérieur, le sujet ayant jusqu’alors été limité à l’école primaire et secondaire. Pour M. L’Horty, « cette étude montre qu’avec peu de moyens, on peut réutiliser des données pour produire des résultats intéressants sur d’autres questions liées à l’échec, comme par exemple l’orientation ».

wikipédia.org/wiki/- Littératie

Voici que nous avons posé, très brièvement, les briques élémentaires sans lesquelles l’édifice ne pourrait tenir. Revenons au Sens, le très combattu (et surtout très déloyalement) depuis la fin des années 1980 (Le livre « Je ne parle plus à qui a raison » est en même le symptôme le plus défavorable aux sphères dirigeantes…oui en le censurant plus qu’arbitrairement, elles ont manqué à tous leurs devoirs envers le futur ! Illégitimités…).

Le-cinquième-scénario-:-dictionnaire-et-arbitraire !

« Petit Larousse, « Scénario 5. : Prévisions réalisées selon certaines hypothèses, et tenant compte des contraintes d’une situation économique, démographique, etc. »
Le second, qui lui répond, signé « Jacques C. », que nous reproduisons en partie seulement…

« Pour ce qui est du Petit Larousse, il propose d’intégrer le cliché à la langue française, prenant acte de son emploi. C’est le rôle classique d’un dictionnaire, issu de l’arbitraire d’un petit groupe et devant tenir compte des effets de mode. Je préfère me référer au travail plus consensuel (= groupe plus large et évitant les tocades personnelles) et plus strict du TLF, qui ne reconnaît que les deux définitions que j’ai données. Et si l’on veut adopter la 5e définition du Larousse, il serait correct d’y ajouter qu’il s’agit d’un cliché journalistique et d’une dérive sémantique. »

>> <<<< - Nous sommes d’accord avec cela. Les dictionnaires ne sont pas juges de tout [[ On le dirait pourtant, sinon d’où sourd l’arbitraire ?]], et ils ne sont pas infaillibles [[pourquoi, alors, utiliser l’infaillibilité des bulles papales ? Telle l’édition depuis les années 1990 ?]]. Ils sont certes la dernière autorité qui reste en matière de vocabulaire puisque l’Académie est aux abonnés absents : elle est incapable de produire un dictionnaire usuel du français contemporain, alors qu’elle a été créée pour cela. Existe-t-il institution plus inutile ?

Si l’on prend les deux principaux dictionnaires usuels du français, le Larousse et le Robert, ce sont des entreprises privées qui agissent à leur guise, sans le contrôle de quiconque. On peut imaginer que seule une poignée de personnes y prend les décisions importantes [[oh que oui !]] : en fonction de quels critères [[ du grec « krinein », discerner » et non jouer au critérium des puérilités cupides…critère : aucun, non aucun, en fait ! ]] ? A chaque livraison, des mots disparaissent, d’autres les remplacent. Mais pas seulement des mots, des définitions aussi. Ainsi sans doute de la définition 5 de scénario dans le Petit Larousse. » Etc…Mettez plusieurs raccourcis côte à côte vous frottez à fond les compréhensions…

………………….************************************************************

Pour terminer cette toute 1ère partie, un très avant goût de la seconde et un rébus affectif :

*** 2) – Son et sens :- pourquoi le français est bien plus universel que d’autres langues ?

Le français et son excellence pour l’oralité ?

 

Avec 2 visions complètement irréconciliables et qui semblent (de l’extérieur) avoir fortement raison en même temps (comment est-ce donc possible ? ) : l’humain et le commerce.

 

** 1)

Aux-États-Unis-des-cafés-débranchent-le-wi-fi-pour-que-leurs-clients-se-parlent...

 

L’expérience existentielle est que si les humains ne se parlent plus, tout…recule. La barbarie revient, disparaît la vraie civilisation,  la technostructure ne sait rien du futur, sa glaciation ne permet aucune décision sociale, et la vérité est : la Vie et l’Humain au centre… Le langage est plus « important » (qui importe tant de nourritures affectives et intellectuelles qui manquent tant. Et, en qui, l’importation trie l’importance de l’établi sans établi d’œuvre !) oui le langage « importe » plus que l’argent !

 

** 2)

HEC-=apprendre-à-désapprendre

 

HEC (Hautes Études Commerciales (qu’est-ce que ce serait si elles étaient plus Basses ?)). oui H.E.C. : c’est se déscolariser, oublier tout des enseignements de culture générale et des « humanités » et zoomer sur la seule asentimentalité « managériale.

………………………………………………Où y est donc le Dire de Diriger ?

 

Qui maîtrise la langue (oui de l’intérieur) maîtrise tous les domaines de pensées !

Les-littéraires-savent-donc-bien-penser

 

Pendant tant d’années, rejetés, les esprits de culture générale sont de plus en plus quémandés. Pourquoi ? C’est ce que le texte fait découvrir ! Entre autres : le fait central saillant que notre société manque toujours plus d’humanité. Et qu’à cause de cela, tellement maladroitement, elle balbutie qu’elle a tant soif d’amour. Leur culture générale permet, aux littéraires, de prendre du recul par rapport à toutes les situations, de s’adapter à tous les contextes. Cela peut devenir très utile et efficace dans le cadre du monde réel. Ainsi, les possesseurs de culture générale savent se débrouiller, chercher et trouver l’information, la synthétiser et se mouvoir dans tous les environnements complexes. Ils ont une grande autonomie d’actions. Tout en demeurant bien collectifs : collecteurs de collectif…De vraies perles : ils/elles se démerdent tous seuls, peuvent aider les autres et apporter des plus-values toujours supérieures aux attentes. Et donc le secret que la société ne veut pas cracher ? Que, pour affronter la complexité globale, ce sont les seuls êtres qui restent pleinement…HUMAINS !

 

Et que, face à tous les technocrates désymétrisés,

 

……………………………..ils sauront toujours tellement bien mieux diriger la Terre.

 

 

Rapports-compréhension-des-mots-et-grande-lucidité ?

 

L’étude d’évaluation des rapports de compréhension interne de la langue et de progressions dans tous les domaines intellectuels.

 

..............Former pour le 3ème millénaire non que pour le XXI ème siècle !

 

 

……….………(à suivre)

…………………………….**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

Nous sommes la santé de la société

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

La langue française est une langue pour le futur ? (1/2)
Qui connaît tous les raccourcis, qui sait abréger tout en conservant une extraordinaire vision d’ensemble. Et le tout nous restitue l’essentiel, chacun à son goût…

Qui connaît tous les raccourcis, qui sait abréger tout en conservant une extraordinaire vision d’ensemble. Et le tout nous restitue l’essentiel, chacun à son goût…

La langue française est une langue pour le futur ? (1/2)
écrire ou parler c'est TOUT le corps...

écrire ou parler c'est TOUT le corps...

et pour déNominations ?

et pour déNominations ?

nominate

nominate

Les compétences transversales qui raccourcissent toutes les séparations artificielles entre les domaines de savoirs….que l’on jugeait auparavant comme des compétences cognitives et des attitudes très avancées, soi-disant hors de la portée du plus grand nombre – oui ces transversalités offrent un total de plus en plus considéré comme un énorme.

Les compétences transversales qui raccourcissent toutes les séparations artificielles entre les domaines de savoirs….que l’on jugeait auparavant comme des compétences cognitives et des attitudes très avancées, soi-disant hors de la portée du plus grand nombre – oui ces transversalités offrent un total de plus en plus considéré comme un énorme.

La 7 ème vague

La 7 ème vague

La langue française est une langue pour le futur ? (1/2)
La langue française est une langue pour le futur ? (1/2)
oralité ou tous les gestes de la voix

oralité ou tous les gestes de la voix

La langue française est une langue pour le futur ? (1/2)
l'émerveillante polysémie du français...

l'émerveillante polysémie du français...

La langue française est une langue pour le futur ? (1/2)
La langue française est une langue pour le futur ? (1/2)
La langue française est une langue pour le futur ? (1/2)
La langue française est une langue pour le futur ? (1/2)
Vieux système si obsolète et si éloigné des humains : un bunker qui ne sait ni lire ni écouter...

Vieux système si obsolète et si éloigné des humains : un bunker qui ne sait ni lire ni écouter...

La langue française est une langue pour le futur ? (1/2)
La langue française est une langue pour le futur ? (1/2)

Nommons nos noms ? Nos mon ne sont pas vos leurs ? Valeurs DE nommer oui ce qui va arrêter les trop voleurs au pouvoir ?

Parle-moi et je te dirais qui tu es. Saviez-vous que la langue que nous parlons influence notre façon de penser et de concevoir la réalité ? Parlons-en... Notre façon de parler influence notre façon de penser et de percevoir le monde : le français permet de parler de tout, de tout paraphraser.

Dans le cerveau le langage relie toutes les zones cérébrales… Il s'intéresse aux processus qui sous-tendent le langage (décodage des la parole, compréhension et production des phrases, apprentissage des langues...) et utilise l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle pour explorer leurs bases cérébrales. Ses travaux récents ont portés sur l'identification du réseau cérébral impliqué dans l'analyse des phrases en constituants syntaxiques et sur les marqueurs cérébraux des différences interindividuelles dans la capacité à acquérir les sons d'une langue étrangère.

Une vidéo supprimée – où nous voyons un chat qui apprend à « articuler » les sons (et bien) dans le but de « se » faire comprendre…

Lire dire écrire sans un domaine négligé…rapport langues et savoirs (ouvrir c’est œuvrer). C’est l’élève que l’on élève. Surtout pas le narcissisme des enseignants qui ne sont plus « élévateurs » alors…

James Joyce - Ulysse - témoignages directs...

Ceci est mieux dit en français

Lorsque la culture n’est plus « qu’une » industrie – nous en perdons déjà 80 % (loi de Pareto). L’industrie culturelle manque carrément de culture !

Contraintes des institutions par rapport à la maitrise de la langue

De la bouche des Sons, de la Langue en Cliquant sur, faire Claquer ses Lèvres, un peu de baisers. TMNA des EFFETS. Retrouvons ce qui se vivait dans les cavernes préhistoriques.

Publié dans corps des langages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article