Les arbres, les humains du monde végétal ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Les arbres, les humains du monde végétal ?

Ces dernières années nous découvrons véritablement les arbres sous un jour complètement neuf. Ce qui reste le plus lancinant est cette vigilance des arbres les uns envers les autres. Attentions aux autres que peu d’humains montrent. Alors les arbres, parfois, plus « humains » que nous ? Ce don ininterrompu d’eux–mêmes (donner de leur force aux plus faibles), ce souci constant du bien des autres nous soulève d’admiration. Face à un réseau collectif d’entraides qui surpasse les ambitions humaines, nous pouvons même ressentir ceci : que les arbres, qui vivent ben plus longtemps que nous en général, se préoccupent vraiment de la globalité de la vie, de sa survie, de sauver les écosystèmes oui. Grand altruisme, s’il en est ! Même plus, de réparer, de leur propre initiative collective, toutes les destructions, irresponsablement infantiles que les humains commettent. Oui les arbres réparent les conneries des humains. Sans jamais s’occuper des blessures bestiales que ceux-ci abattent sur eux. Montrant, ainsi, tellement plus de bienveillance constructive que bon nombre d’humains. Non pas d’idéologie chez eux ! Pas de guerres abusives non plus (uniquement de la chimie de protection ciblée)… Aussi – au point de vue civilisationnel, les arbres seraient, parfois, comme plus « évolués » que les humains ? On peut voir ça comme cela. En tout cas c’est notre fil conducteur pour ce texte.

Les arbres prennent soin des uns des autres et communiquent sans cesse, soit n’écoutent pas passivement des chefs en oubliant de se préoccuper les uns des autres – dans la hiérarchie de la supériorité indéniable, un certain nombre d’humains descendent de beaucoup de barreaux, d’un coup – les arbres font mieux qu’eux ! Pas de bestialités cupides ? Ce que font faire, aux humains, les illégales inégalités ; plus les destructions de véritables brutes qui les rétrogradent de combien d’échelons ? Décidément, un costard-cravate devient un vivant tellement bien moins attrayant…Surtout sur l’échelle de l’ Évolution ! D’autant plus, que ces mêmes arbres se « préoccupent » de toute la vie sur Terre, la relaie, la soigne sans la moindre discrimination. Nous pouvons, sans faille, compter sur eux. Absolument fiables. Toujours là ces arbres dont il faudrait souhaiter que je m’arbre d’eux un jour !

C’est donc qu’ils nous font voir, avec une autorité tranquille, la vie d’une toute autre façon !

…………………….     *******************************************

Ils ajoutent toujours, ils ne retranchent pas. Par exemple, et en plus, comment la vie secrète des arbres est un grand Poème ?

Intelligence-des-arbres-:-découvrir-leur-allaitement-:documentaire/

>>> *** -- « Certains trouveront l’analogie trop audacieuse et, à l’heure actuelle, la science ne saurait leur donner tout à fait tort. Mais les études en cours semblent toutes concorder : les arbres prendraient soin les uns des autres, les plus vieux allant jusqu’à « allaiter » les plus jeunes. Une révélation étonnante qui vaut bien quelques explications.

Le 27 septembre prochain sortira L’Intelligence des arbres, un film consacré aux relations qu’entretiennent les arbres. On y découvre notamment que, grâce aux racines reliées entre elles par des champignons, les arbres seraient capables d’échanger les substances dont ils ont besoin et, plus fort encore, que ces échanges se feraient essentiellement des arbres les plus anciens vers les arbres les plus jeunes. Une démarche qui ressemble furieusement à celle de l’allaitement. »

Les-arbres-des-humains-du-règne-végétal

>>> *** -- Consacrer un temps à l’apprentissage des arbres et de la forêt dans les écoles ? On pourrait multiplier les exemples de bienfaits mis en avant par l’auteur de ce qu’apporte le bois matériau, qu’il s’agisse de se loger, de se chauffer, voire de cuisiner (une planche à découper en bois est bien plus hygiénique que le polyéthylène à cause de l’effet bactéricide de la lignine et des constituants naturels du bois). L’auteur ? Qui dit cela ? Ernst Zürcher, dessins de David Dellas, préface de Francis Hallé - Les Arbres, entre visible et invisible, septembre 2016.

Si l’on devait adresser un reproche à l’auteur, c’est d’en faire trop dans son ode à l’arbre et à la forêt. Dans la préface (élogieuse) du livre, le botaniste Francis Hallé ne se prive d’ailleurs pas de lui lancer quelques piques. « Dans les zones polluées dont la faune a disparu, est-il vrai que les jeunes arbres “ressentiraient comme un manque” l’absence des chants d’oiseaux et des bruissements d’insectes », s’interroge-t-il ? Hallé n’y croit pas. Mais ces réserves sont peu de choses. Le livre de Zürcher est celui d’un amoureux des arbres qui sait communiquer sa passion. Lorsqu’il clôt son livre en préconisant d’apprendre les arbres et les forêts dans les écoles, ou de protéger les arbres les plus vieux, ceux qui sont porteurs de mémoire, au même titre qu’un être humain, on ne peut que lui donner raison [[ d’autant que les arbres, eux-mêmes, « protègent » les arbres morts, leur prolongent en quelque sorte leur mémoire vivante, en leur offrant une sorte de sucre !]]. » Et donc ? Les plus que stupides abatteurs d’arbres que pour du trop vil argent – s’attaquent à bien plus grand qu’eux. Au patrimoine et matrimoine de l’Humanité. Toute destruction de forêt sans précautions (de perpétuation de la forêt) et sans nécessité prouvée - doit donc être traitée comme un crime écologique : les destructeurs sont les payeurs. Remboursez. Privés de gains et même ponctions sur leurs avoirs personnels – la dissuasion s’avérerait efficace. Une volonté suffit : ce qui fait que les fausses élites sont inexcusables dans leur peu d’entrain à protéger notre bien le plus précieux : la Nature tant gratuite. Jean-Marie Pelt, entre autres, n’a–t-il pas prouvé que le végétal est une véritable…civilisation ? Et que l’arbre est le sommet de cette civilisation ? Assez des incitations à cupidités. Rendre rébarbative toute atteinte abusive à la nature – n’est même pas difficile à mettre en place !   Un acte juridique faisant de la nature une personne morale suffit afin d’enclencher le cercle si vertueux !

Un-des-mystères-des-arbres

À l’intérieur des tissus et des structures cellulaires de l’arbre se déroule le miracle du cheminement de l’eau et des sels minéraux, dilués à travers des vaisseaux parfois interminables.
………………….........*************************************************

Ingénieur forestier de formation, docteur en sciences naturelles, Ernst Zürcher est un amoureux des arbres qui nous prouve ceci : « On croit tout connaître des arbres. Des montagnes de livres existent qui nous expliquent ce qui les distingue les uns des autres ; d’autres révèlent les secrets de leur reproduction sexuelle ou les outils qu’ils ont créés au fil des millénaires pour se défendre contre les agressions extérieures ; d’autres encore racontent pourquoi certains arbres vivent des milliers d’années et d’autre pas…

En réalité, on sait peu de choses sur eux. Dans ce XXIe siècle qui prétend tout connaître ou presque, les arbres conservent l’essentiel de leur mystère. Comment font-ils pour résister au vent, à la neige ? Quelle force les anime qui maintient horizontales les branches d’un séquoia qui pèsent des centaines de kilos ? Comment réussissent-ils à alimenter en eau une cime parfois située à plus de cent mètres du niveau du sol ?

Les-arbres-:les-humains-du-règne-végétal

D’autres questions renvoient à des notions plus mystérieuses. Pourquoi, gamins, éprouvons-nous le besoin de grimper aux arbres, d’y construire des cabanes ? Comment expliquer que les hommes, aussi loin que l’on remonte dans la nuit des temps, ont investi certains arbres — comme l’if ou le chêne — de pouvoirs mystérieux jusqu’à en faire des « arbres sacrés » ?

Des millions de Japonais qui pratiquent chaque année, et sous contrôle médical, des « bains de forêt » : le but reste de diminuer le stress et de renforcer les défenses immunitaires, grâce à l’effet très positif des substances aromatiques volatiles dégagées par les arbres et les sols forestiers. Voilà le type de questions disparates auxquelles s’efforce de répondre Ernst Zürcher. Car, ce qui intéresse l’auteur, ce sont les liens à la fois visibles et invisibles qui unissent l’arbre à son environnement. Il y a beaucoup à apprendre d’eux. Les arbres, écrit-il, « peuvent être vus comme semblables à des “humains du règne végétal”, qui nous aident à sentir battre le cœur du monde — hors de nous et en nous. Par la prise de conscience d’une appartenance à un même monde, nous pourrons retrouver nos rythmes profonds et recevoir des forces nouvelles ».

L’auteur n’est pas un doux rêveur, mais un scientifique qui a beaucoup lu et médité. Lorsqu’il invite, par exemple, le lecteur à un voyage à l’intérieur des tissus et des structures cellulaires de l’arbre pour comprendre le miracle du cheminement de l’eau et des sels minéraux dilués à travers des vaisseaux parfois interminables, il le fait avec rigueur et compétence. Un souci identique transparaît lorsqu’il met en évidence l’influence sur la germination et la croissance des arbres des mouvements de la Lune (et sa position par rapport aux autres corps célestes). À défaut d’être toujours aisée à suivre, la démonstration est solide. Les conclusions qui en découlent accréditent d’ailleurs souvent des dictons anciens, qu’il s’agisse d’abattre des arbres à la meilleure période ou de construire une habitation en bois.

………………….............***************************************

Dans ce voyage au long cours illustré des magnifiques dessins au crayon de David Dellas, où il est autant question des forêts que de l’arbre en tant que tel, le lecteur va de surprise en surprise. La capacité de certains arbres à annoncer le temps des prochains jours. Un épicéa desséché, en pleine terre, lève ses branches par beau temps, mais les baisse avant l’arrivée de la pluie. Plus étonnant, des expériences récentes conduites dans des universités japonaises, à partir d’électrodes implantées dans le tronc, ont mis en évidence chez certaines variétés d’arbres une capacité à prédire les tremblements de terre. Le mécanisme (déjà observé chez des animaux) est encore inexpliqué. Comme dotés d’antennes, les arbres enregistreraient les perturbations électriques corrélées aux mouvements de la croûte terrestre [[ ils sont une « technologie naturelle », sans effets secondaires nuisibles, dont aucune excuse ne justifie de les écarter en tant que capteurs de vigilance et de veille – ce qu’ils ont toujours été !]]. »

Tout comme une vidéo intelligente le montre "Faire participer les arbres aux activités humaines. Une solution au changement climatique" Encore faut-il que les arbres restent bien vivants…Les protéger devient le premier acte sensé ! Le capitalisme a tout faux : non, la nature n’est pas un hangar inerte où se servir sans discernement. Elle nous contraint à avoir des DEVOIRS impératifs envers elle. Elle participe à un processus qui nous dépasse complètement. Et dont nous entrevoyons à peine ceci : le capitalisme est bien un âge infantile de l’organisation humaine. En symbiose avec la Nature, nous surpasserons toutes ses prétendues prouesses…et ce sans absolument sans effets secondaires. Que des bienfaits et de l’enrichissement…collectif. Oui, pour tout le monde ! La bestialité capitaliste qui ne sait que semer les graves désordres des inégalités, inégalités qui coûtent si cher à la société, ne peut sûrement pas en dire autant. Il ne sait pas du tout gérer comme la nature le fait. Il est absolument obsolète et ces derniers représentants n’ont absolument plus rien d’attirants (d’ailleurs plus aucun enfant ne rêve d’être comme eux !) : comme des "mégers" (le masculin de mégères) qui ne savent plus que crier et criailler. Beûrk !

Grâce aux arbres ? Un basculement gigantesque des savoirs qui transforme les mentalités et donc les comportements ne peuvent que conduite à des mutations radicales : abolition du capitalisme pour inadéquation complète avec les besoins de la nature. A quoi s’ajoutent un infantilisme évident, des perversions, dont la compulsivité obsessionnelle, la perversion narcissique, le dualisme de l’indivis-dualisme, etc. Ce qui exacerbe la négativité humaine (cupidités, bêtises, entêtements idéologiques, irresponsabilités, égoïsmes monstrueux, immoralités). Afin d’éviter ces déviances (trop incitées par l’inculture capitaliste), les arbres doivent participer à fond à …l’éducation. Ils sont ce que nous ne devons jamais oublier d’être. Outre leurs bienfaits formateurs, les questions essentielles demeurent encore sans réponse : pourquoi d’aller en forêt, nous procure, et ce malgré nous, un grand sentiment de paix ? Un apaisement nerveux et corporel mais aussi une paix mentale, les idées qui « se sentent mieux et ne veulent plus des conflits mais de l’harmonie » - comme s’il y avait une aura « supérieure à chaque humain » qui s’élèverait…

……………….du cerveau plus évolué que nous des forêts ?

 

 

……(à suivre)

 

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que le vaste émerveillement vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 3  "Nul n'est  nul",  "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?»  et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ;  et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

Nous sommes la santé de la société

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Les arbres, les humains du monde végétal ?
Les arbres, les humains du monde végétal ?
Les arbres, les humains du monde végétal ?
Les arbres, les humains du monde végétal ?
Les arbres, les humains du monde végétal ?
les mangroves à sauver...

les mangroves à sauver...

Le réseau social de la forêt : "L'intelligence des arbres". Il expose les découvertes de chercheurs qui ont démontré des échanges de nourriture et d'informations entre les arbres d'une forêt, témoignant d'entraide, de stratégies collectives et de mémoire.

L’arbre le modèle du futur Ernst Zürcher

Retrouver sa paix intérieure grâce aux bains de forêts

L'arbre, l'air et l'eau - Solutions pour le climat - Ernst Zürcher "Faire travailler les arbres. Une solution au changement climatique".Ernst Zuercher, chercheur à la Haute Ecole Spécialisée de Berne Octobre 2011, Etats Généraux de l'Arbre, Brive. Encore faut-il que les arbres restent vivants…Les protèger devient le premeir acte sensé !

Les Arbres entre visible et invisible On découvre ainsi comment certains savoirs traditionnels apparaisent aujourd’hui visionnaires à la lumière des connaissances de la biologie moderne. Peuples de l’arbre, nombre d’or, influence des marées et bois de lune, l’arbre se révèle comme un trait d’union dressé entre la terre et le ciel, entre le visible et l’invisible. Notre époque (saturée d’auto-admiration vraiment sans fondement) est une époque très REPLIÉE sur elle-même, isolationnisme, oui maladivement conservatrice, vraiment très coupée du passé vivant, si entêtée à ne rien comprendre ni apprendre, se mentant trop à elle-même, oui ivre de sa stupidité flagrante. Et donc ? Les fausses élites, tellement plus incultes que nous pensons (n’ayant que rarement vécu et ressenti ce quelles disent et fuyant si lâchement toute expérience directe – donc ne produisant que des fruits desséchés, amers et impropres au bien des corps), nous entraîneraient dans les impasses suicidaires…si nous les suivions. Elles nous font louper, ces fausses élites, ce qu’il y a de bon dans les traditions, de visionnaire dans d’autres pratiques et de super efficace pour nos solutions globales. La santé nous conseille ceci : tournez leur le dos, ne les écoutez surtout plus. Ils sont trop nuisibles et des relations de haute négativité…La civilisation des forêts les remplacera très bien.

allaitement des arbres : « Les arbres sont des êtres sociaux. Les arbres-mère veillent sur leur progéniture. En reliant leurs racines sur celles des jeunes, ils leur transmettent des glucides. On pourrait aller jusqu’à comparer cela à de l’allaitement. »

ERNST ZÜRCHER, EXPERT EN LANGUE DES BOIS

Bande annonce L’Intelligence des arbres

Que de l’audio - L'intelligence des végétaux

Publié dans sentez la santé

Commenter cet article