Par bonheur, le bonheureusement …

Publié le par imagiter.over-blog.com

Par bonheur, le bonheureusement …

Le bon heureusement ? Oui le bon heur, pour rester très précis, où « heur » vient de l’ancien français : chance. Favorable et très heureux hasard. Et non de heurt, cet autre présage où deux télescopes se rencontrent sur la page.  Par bonheur quoi donc ? Un dictionnaire actionnera : « par bonheur = heureusement ». D’où : « bonheureusement ». Nouveau mot-valise, et de très grande valise. Puisque nous découvrons que heureux, lui de même, naquit de ce « heur » chanceux. Et en fit l’extension tous azimuts. Ce qui, tout de même, change toute la topique que nous croyions connaître en : une faveur du sort. Ce n’est plus l’état favorable intérieur qui importe seul - ce sont, directement, les extérieures dispositions de la bonne fortune. Quoi que, dialectiquement, la « richesse intérieure » parvienne aux prédispositions des bonnes dispositions. Qui, ayant l’air de disposer de nous, en fait, nous laisse entrevoir que nous sommes dans la lignée des bonnes dispositions. Est-ce pourquoi nous disons « porter » bonheur comme participant d’un même et seul service de transporter et « porter » chance (jusqu’au domicile ?) ? Châteaubriant, dans ses Mémoires d’outre-tombe nous en avait averti ; « Le vrai bonheur coûte peu ; s’il est cher, il n’est pas d’une bonne espèce ». Espécialement, celle de la seule « satisfaction », bonheureusement rien à voir avec cette factieuse faction guère unanime !

Par bonheur, le « par », limpidement issu de « part » ce qui énonce un « de la part de…». C’est parce qu’il y a partage, et pas qu’une seule part, un monopole ou une oligarchie que le langage existe, par bonheur. Le bonheureusement, par bonheur signifie, alors, de la part de TOUTES les parts à la fois. L’universalité fait tout l’univers…Voici qui fait consensus, voilà qui va le développer en consensualité ! Par bonheur où le par(t) propulse, donne l’élan, lance, heurte à bon escient le bonheur…Comme si le langage nous parlait directement, nous tombait dessus à la vitesse du son, nous submergeait de partout à la vitesse de la lumière… Par bonheur, le bonheur…Un éclair qui rend tout plus clair éclair. Éclairement éclair. Pour les éclaircissements il faudra attendre le tonnerre. Oui, il y a de ces expressions prestes qui nous surgissent si vite. Un petit paquet ? Je ne les ai pas tous en cœur, en mémoire aux milles moires-mémoire.  Prestes prestances, prestidigitations digitalisées. Pire ? Prestes prestations, illico presto. Prestiges…?

C’est que, vu que les élus ne sont plus « représentatifs », ce qui, en « démocratie représentative » est …plus qu’illégitime – nous sommes les véridiques responsables du monde et devons agir comme tels. Très majoritaires, nous devons embrasser tout le futur et lui offrir des solutions à sa taille. Et ne plus nous attarder dans des comportements d’enfants contestataires. C’est, en face, qu’ils paraissent des immatures illégitimement pinailleurs. Le langage est tout de nos côtés, par bonheur. Retrouvons-en donc la Verve (la métisse de la vie et du verbe, que la verve !), les mots, trop rouillés d’immobilisme, n’attendent que cela. Nous avons le Devoir de créativités et d’imagination. Avec joie, créons ensemble notre futur et laissons les grincheux au pouvoir dans leurs illusions…Bonheureusement !

……………………..............*****************************************

Wiktionary.org//-;-par_bonheur

 

A ce point ?  Par bonheur, le bonheur…Comme cela il y aurait des « expressions toutes faites » ? Créées, sans doute, par la main invisible de la sinistre métaphysique de la trop régressive religion capitaliste qui ose que « en Dieu ils ont confiance » – symétrisant parce que lui a tellement confiance…en eux.

Au point de « récompenser » les riches en les faisant toujours plus riches. Et en « punissant » les pauvres en les rendant toujours plus pauvres. Quel simplisme trop primaire…Le dieu Baal oui, à la « rigueur ». Mais le christianisme dit plutôt l’inverse. Carrément sans doute…même si leurs prêtres osent leur marché d’indulgences à sens unique (où seraient les indulgences pour les moins solvables ?). Ce qui flaire la haute (et basse) corruption. Bref, un simple simplisme de simplets : ces très déchus capitalistes osent, enfin, dire que leur économie serait « la plus rationnelle qui soit » (où cela, près des côtes flottantes ? quand cela, le 30 Février ?)… Par bonheur, les mots nous transmettent un tout autre bonheur, bonheureusement. Qui ressemble comme deux gouttes d’eau à une expression « heureuse ». Et sûrement pas de « toutes faites expressions », comme si elles étaient nées avant d’avoir été conçues ? Faites avant que qui que ce soit les fassent : génération spontanée. Le confusionnisme métaphysique des bourgeois n’est plus à démontrer, triste clan : ils ne savent que mettre le chaos partout…parce qu’ils ne sont jamais clairs avec eux/elles mêmes ! Ici, même les expressions sont heureuses ! C’est dire.

« Le bonheur, c’est peut-être ça : l’imagination. Quand on en manque, il ne reste que les platitudes de la vie (Henri Duvernois). » Ce pourquoi l’esprit de la Fête semble s’être égaré en chemin. La Fête, oui, on ne peut pas faire semblant, cela pétille spontanément dans la tête. Ou non. Et fait sauter le bouchon du cœur offrant les nectars de plaisirs…Hectares de nectars. L’imagination c’est la base du dévoilement d’une discrétion insistante : elle dit, imaginer c’est aimer les autres. Les platitudes c’est le profit pour soi tout seul, refusant le potlatch, si nécessaire au grand corps de la société, à la grande santé collective. Il a besoin, cycliquement, de se dépenser ce grand corps, de faire jaillir ses excès, de se sportiver les pulsions. Etc. La Fête est là pour cela : mais la vraie celle qui gicle de : la sincérité ardente et de l’imagination en feu. Surtout pas des glaciations de l’argent aux yeux vitreux, aux sourires glacés sans vie et aux mains mornes de désœuvrements. Le « sans » Fête comme le glas d’une fin de civilisation – enfin, surtout, la « leur », nous n’en avons jamais fait partie, ni n’y avons surtout jamais adhéré ; très impossible de nous en avoir aliéné. Pour la santé de tous : il faut que la joie collective jaillisse…Donc fringants et frais neufs, nous surgissons de ces cœurs vieillis de n’avoir jamais aimé…jusqu’au bout des mots

« J'ai fait la magique étude

Du Bonheur, que nul n'élude ».

…..le mot "Bonheur", en surrection dans le poème avec majuscule. Oui vraiment. Mot qui semblerait donc avoir été envisagé, présagé comme un titre par Rimbaud ?

 

Sourires-contagieux

Ces sourires qui, par bonheur, se montrent contagieux (source : Pinterest)

…………………….......******************************************

Le bonheur se dévoile tel une « magique » étude. Ce qui signifie ? Que comme toutes les sagesses le soulignent et le lignent surlignées : c’est le chemin qui compte le plus, non le but ! Pas le…terme final, lui, qui n’est constitué que de tous les termes de la terminologie…terminatrice. Qui n’est donc par « le » terme au sens fort : puisque nul qui puisse le prononcer ce terme-germe…Le trajet, la pérégrination, la progression, la route, le périple, le voyage. C’est de vivre complètement la distance, le « déplacement » ( ce qui dé-place le prétendu « établi »…) qui nous enrichit tant. Le but est ce qui se butine tout le long de la voie - non ce qui se congèle, hors vie, en butin-but…. Ne pas « donner » assez d’attentions au bonheur semble bien le faire disparaître, s’évanouir, s’oublier, se fuir même. Le but butiné c’est tout le temps – jamais nous ne perdons de temps puisque le temps c’est de vivre. Le temps de vivre tout le temps : c’est bien l’heure d’être heureux. N’y manque qu’un gigantesque Mouvement commun. Qui fonde l’Humanité et l’installe sur la Terre tenue puisque…promise (tous les pays unis pour plus qu’eux !)…Non de permettre à l’argent mort de le ressentir…à notre place. Plus de placements que des déplacements !

« Le bonheur n'est pas seulement un état passager de plaisir, de joie, il représente un état d'équilibre qui dure dans le temps. » (Wikipédia). Permanent. Le bonheur à même sa permanence : et c’est tout le langage en fête. Bonheureusement. La différence entre bonheur et désir ? Le vrai bonheur ne s’occupe plus de sa satisFaction. Il l’a déjà…Le désir ne voit, souvent, que cela, donc s’aveugle en croyant voir. Et ne le « vit » comme un manque non un plein, et sa féminine plénitude (vivre le plein !)… Donc, sur le seul court terme, un désir peut influencer autrui – dès le moyen terme, vraiment tellement moins d’influence. C’est véritablement mieux de viser le durable : le bonheur bien mastoc.  Qui s’en prend de la place. Entre un CDD et un CDI le choix reste ouvert ?

Le-bonheur-n'est-pas-celui-qu'on-nous-vend-:-la-preuve-par-le-flow

 

Texte hyper branché qui est (en fait - les apparences ne « trompent » plus que les faux pouvoirs…) comme le faire-part du décès de la société de consommation, toujours trés en-dessous d’elle-même…

 

Pablo Krantz, …le bonheur en musique...

Le bon heur

 

…………………………****************************************

Je voudrais vraiment rassurer les faits. Oui les rassurer, l’étude du bonheur, oui ça a marché. Une preuve ? L’honnêteté créerait le bonheur ? Impossible, se désaccordent un bon nombre d’entre nous…il faut rester avides, cupides, cannibales, goinfres, nauséeux, dans le mal-être gavé…or, très justement, le secret demeure bien de « ne jamais se mentir à soi-même ». Donc de rester honnête. Comme quoi le futur d’une partie de la société va chuter d’amertumes en amertumes. Ah, si je ne puis plus faire chier les autres, quelle triste vie. Honnêtement ? Oui faut carrément rester con, mais con pour construire toute sa vie sur les malheurs des autres. Le libéralisme n’aura été qu’une barbarie

 

Comment-penser-rend-heureux-2 ?

 

Penser aux autres avoue le but de la pensée…Une étude du Harvard Study of Adult Development a examiné le bonheur en analysant, depuis 1938, les vies de 724 hommes, de leur adolescence jusqu’à leur vieillesse et leur mort. Cette étude vient d’être rendue publique et avance que ce n’est ni l’argent ni la célébrité qui rendent heureux mais les…bonnes relations sociales ! Devant ce mystère nous avons été vérifier. L’étude du « bonheur sur 80 ans » oui pêche par manque de concret….elle stoppe à « ce qui » rend heureux, règne des choses et du bas-matérialisme – mais ne poursuit pas vers « Qui » rend heureux…Soit les êtres …sociables ? Partageurs. Héros des gratuités… Oui ces humains là ne se peuvent décourager. Rien ne peut les décevoir, démoraliser, dissuader, détourner, dégouter. Rien. La route de la sociabilité se suffit à elle-même. Elle rend plus fort et à vie. Rien n’est plus durable qu’elle – la sociabilité. Solide reste le solidaire…Ce pourquoi ces personnages somptueux répandent tant la joie de vivre. Pourquoi ils sèment le réconfort, le bon goût, la force de l’apaisant, le moral, la bonne humeur, etc. Pas de mystère. Et qui d’entre nous – en toute sincérité – ne va pas dire que oui «nous avons tous eu des élans pour pourrir injustement la vie de ces êtres réussis» ? En les diffamant de rêveurs (–ils ne rêvent pas, ils vivent le social en vrai !), de prétentieux (la verve joyeuse afin de partager le meilleur n’est pas…professorale. Les teachers sont ceux qui accusent si faussement, eux les « teachers du fric » comme seule …éducation !), d’élitiste (les sociables sont bien les seuls à aller dans toutes les merdes, partout, et à réparer, à mains nues, les dégâts des couards irresponsables !)…Refuser lâchement toute responsabilité et toute conscience exigeante cela est…élitiste, je trône sur ma montagne, ne fous rien, et juge tout le monde du haut de mon néant antisocial, etc. Tout glisse sur les sociables - à l’évidence – puisqu’ils ne méritent réellement aucun reproche.

 

La preuve vivante que penser rend vraiment…infiniment heureux. Allons voir de près. Par bonheur, « Le plus grand secret du bonheur, c’est d’être bien avec soi » (Fontenelle)…Ce qui nous ramène au point de dé-part donc d’arrivée du partage - où c’est l’état favorable intérieur qui importe - à condition de se bien lier et allier avec les extérieures dispositions de l’heureux hasard. Le plus grand secret du bonheur, était déjà d’être bien avec soi. ( Diapason précieux de l’univers uni vers…)

……Par bonheur, la distance est si courte et nul intermédiaire ne s’intruse !

 

 

………(à suivre)

……………………..........**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

la végétation en fête

la végétation en fête

quittons nos cartons pâles...

quittons nos cartons pâles...

parole en bulle au-dessous...

parole en bulle au-dessous...

Par bonheur, le bonheureusement …
Par bonheur, le bonheureusement …
et, en plus, c'est avoir raison sans le chercher...

et, en plus, c'est avoir raison sans le chercher...

que nul n’élude, prélude à ce…

que nul n’élude, prélude à ce…

Certains flow-s pourraient se représenter ainsi ( l’artiste de cette image : http://www.deviantart.com/art/Focus-24944584 )

Certains flow-s pourraient se représenter ainsi ( l’artiste de cette image : http://www.deviantart.com/art/Focus-24944584 )

Par bonheur, le bonheureusement …
Par bonheur, le bonheureusement …
Par bonheur, le bonheureusement …
Par bonheur, le bonheureusement …
Par bonheur, le bonheureusement …
Par bonheur, le bonheureusement …

Évolution & Involution_ Accepter le côté obscur pour être heureux (et permettre aux autres de l’être) ? Guillaume Andreux "Il est ou le bonheur il est ou ?... En compagnie du côté obscur peut-être ?". Et si le secret pour s'autoriser à être bien, là maintenant, pour davantage kiffer sa vie, consistait simplement à savoir arrêter …d'idéaliser à outrance, d'attendre toujours plus de perfection, de positif, de résultats, sans se…culpabiliser, se mésestimer ou se mépriser pour autant ? Et si le secret pour être bien consistait à accepter dans une juste mesure, le principe d'involution, de destruction, le côté obscur qui œuvre en chaque être humain avec plus ou moins de force, et qui semble indissociable du principe d'évolution (yin/yang), sans le juger et le condamner trop sévèrement, alors même que l'on n'en comprend pas toujours le sens, l'utilité dans l'écosystème complexe de la nature (Humaine) ?

En quittant le bien trop de poids, le Boulet vous présente son ouvrage "Par bonheur, le lait" de Neil Gaiman.

Petite philosophie du bonheur par Boris Cyrulnik - qui n'est pas ce que l'on croit...

Que du bonheur ... Vraiment ? Par bonheur, il ne suffit de pas de « grigriser » le mot pour que le bon heur nous heurte bien…Les expressions toutes faites seraient surfaites ? C’est le commencement d’une autre civilisation. Point barre.

L’honnêteté créerait le bonheur ? Impossible, se désaccordent un bon nombre d’entre nous…il faut rester avides, cupides, cannibales, goinfres, nauséeux, dans la mal-être gavé…or trop justement le secret demeure bien de « ne jamais se mentir à soi-même ». Donc de rester honnête. Comme quoi le futur d’une partie de la société va chuter d’amertumes en amertumes. Ah, si je ne puis plus faire chier les autres, quelle triste vie. Honnêtement ? Oui faut carrément rester con, mais con pour construire sa vie sur les malheurs des autres.

La différence entre bonheur et désir ? Le vrai bonheur ne s’occupe plus de sa satisFaction. Il l’a déjà…Le désir ne voit, souvent, que cela… Donc sur le court terme un désir peut influencer autrui – dès le moyen terme, tellement moins. C’est véritablement mieux de viser le durable : le bonheur massif. Entre un CDD et un CDI le choix reste ouvert ?

Le bonheur démarre là où ne le supposons pas. « L’argent ne fait pas le bonheur…mais il contribue ». C’est donc juste une…taxe de contribution directe ? Pas terrible, non pas terrible, quelle ridicule bouffonnerie… Même lorsqu’il se défend, cet argent s’empêtre dans sa lourdeur vraiment jamais joyeuse. Par bonheur…

Trailer du film « C'est quoi le bonheur pour vous? » Bande Annonce…oui, ils en sont à nous interroger. Peut-être, ne connaissent-ils même pas le sujet ? Ils nous suivent donc en faisant semblant de nous diriger ? Ah oui ! C’est donc cela…

Le top 5 des études surprenantes sur le bonheur ? Notons que Rimbaud a déjà fait la « magique » étude. Et depuis le temps, il n’est plus du tout le seul…

A Silver Mt. Zion - stumble then rise on some awkward morning. Le lèvement du jour est un soulèvement…

Histoire du bonheur en France depuis 1945 « Suis-je heureux ? » Nos existences et nos actions sont souvent régies par cette interrogation lancinante. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale pourtant, le bonheur ne figure pas au panthéon des valeurs en France. Ce n’est que progressivement qu’il va triompher de ses concurrents : la religion, le travail, la culture académique, l’engagement politique. Le monde social s’en trouve profondément modifié. De l’après-guerre jusqu’à nos jours, nous avons traversé différentes conceptions du bonheur, éprouvé des sentiments plus ou moins heureux, et nous sommes convaincus qu’en matière de bonheur comme dans d’autres domaines, l’idée et l’expérience s’influencent mutuellement. De la recherche du moindre mal jusqu’à l’épanouissement personnel, idéal promu à partir des années 1970, les voies du bonheur empruntent bien des chemins. Son apparente irrésistible ascension ne conduit-elle pas à un nouvel impératif catégorique hédoniste celui-là : sois heureux dictatorialement ou ferme ta gueule dictatorialement…Heureux dicté par la dictature des médiocrates ne semble plus…rendre heureux !

Et n'oublie pas d'être heureux, un Entretien d'Issy avec Christophe André. Le psychiatre du service hospitalo-universitaire de l'hôpital Sainte-Anne à Paris, a ouvert le nouveau cycle des Entretiens d'Issy sur le Bonheur, à l'Hôtel de Ville le 2 octobre. Il a notamment présenté la « psychologie positive » et l'idée selon laquelle le bonheur peut être facilité par nos efforts : penser à sourire plus souvent, s’endormir en pensant à trois moments agréables de la journée...Faisant du bonheur un trou de mémoire quasi permanent sauvé, parfois, par des éclairs de lucidités !

Publié dans sentez la santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article