Curieuses et curiosités (2)

Publié le par imagiter.over-blog.com

Curieuses et curiosités (2)

Curieux mot qui se raisonne à l’envers. Oui c’est « parce que » nous sommes guéris, devenus pleinement humains, que nous sommes curieux. Complètement réussie la cure qu’est la curiosité. Curieux c’est un net progrès commun. Et pas curieux une désastreuse régression. Le texte montre, ainsi, que les curieuses et les curieux aident tellement plus et mieux les autres. Car ils comprennent plus vite ce qui se passe derrière les apparences.

En effet, si les pouvoirs sont traités comme ils osent traiter le genre humain, leurs inutiles prétentions redescendent de plusieurs degrés à la fois. Ils insultent les peuples et  injurient leurs compréhensions et délirent – ensuite - qu’ils doivent subir de la haine. Sans jamais rien prouver, d’ailleurs, sinon que nous les voyons, comme des voleurs, brouiller les cartes. Et puis ils disent que ceci viendrait de la gauche « alternative ». Ce qui est un si clair éloge. C’est qu’il y a donc une possibilité autre que leur système unique, soit le même parti avec des labels frauduleusement trop identiquement distincts, la soviétisation des élections. Bref – ils s’embrouillent dans leur mégalo-maniaqueries. Leurs incohérences errances. Nous, nous maintenons nos curiosités ouvertes. Tout nous passionne et rien ne nous trouve indifférents. Rien de ce qui reste humain ne nous est étranger. En voici, les moissons sons des mois…

Qu’émouvant qui se plante une tâche à accomplir, un projet à poursuivre jour après jour, une œuvre à continuer dare-dare, s’attache à accomplir des actions pour tous. La première vidéo jointe nous montre un homme qui découvre à quel point la musique a des pouvoirs sur les animaux et sur les végétaux. Il étend, sans cesse, la diffusion de la musique et sa puissance cachée sur eux. En nous parlant si bien de ses découvertes continues.

« Et si on utilisait les arbres pour éclairer les rues à la place des lampadaires électriques ? » Antony Evans ne parle pas de décorer les platanes des trottoirs avec des lampions. Non, ce chercheur entend créer des végétaux génétiquement modifiés pour briller dans le noir. Il veut relever le défi énergétique avec les armes de la biologie de synthèse, en jouant avec l’ADN.

Pour y parvenir, il vient de lancer avec deux autres scientifiques à l’esprit brillant, Omri Amirav-Drory, et  Kyle Taylor, le projet Glowing Plant.

 

Les-arbres-vont-servir-de-lampadaires

 

Dans un labo californien, ils ont tout programmé. L’ADN de la plante lumineuse est fin prêt. Enfin, sur le papier. Il manquait à ces trois chercheurs suffisamment d’argent pour le synthétiser et l’injecter dans une plante. Sur Kickstarter, un site de crowdfunding (financement collectif sur Internet), ils ont démarré en avril dernier une levée de fonds.

Des milliers d’internautes ont mis au pot plus de 400 000 dollars (six fois plus que les 65 000 nécessaires), avec l’espoir de voir un jour les arbres briller comme dans le film Avatar. Un gène de luciole à tout faire : en 1986, déjà, des chercheurs de l’université de San Diego, en Californie, avaient tenté l’aventure en insérant le gène d’une luciole dans un plant de tabac.

Chez ces insectes lumineux, une réaction chimique a lieu entre trois éléments : une enzyme (la luciférase), une molécule baptisée luciférine et une sorte de carburant qu’est l’adénosine triphosphate (ATP) [[Rappelons que Lucifer veut dire « porteur de lumière », de lux, lucis ]]. C’est lors de cette réaction chimique que la lumière est émise. Les scientifiques de San Diego nourrissaient leur plant transgénique d’ATP pour le faire briller.

Une « imprimante à ADN » : la biologie de synthèse fait chaque année des pas de géant. Aujourd’hui, c’est grâce à l’informatique qu’on peut, en quelques clics, créer un nouvel ADN. « La biologie est juste une autre technologie de l’information », commente Omri Amirav-Drory. Les chercheurs de Glowing Plant ont conçu leur ADN à l’aide de Genome Compiler. Ce logiciel est doté d’une base de données de séquences génétiques de végétaux et d’animaux, et d’une interface permettant de combiner le tout. Sur l’écran, les trois scientifiques ont inséré le gène bio­luminescent de luciole dans celui de l’ Arabidopsis, une plante de la famille de la moutarde.

Les fonds levés sur Kickstarter vont leur servir à « imprimer » cet ADN. Imprimer de l’ADN ? C’est ce que fait Cambrian Genomics, le premier système commercial pour synthétiser de l’ADN à l’aide d’un laser. « Notre ADN imprimé sera inséré dans un type spécial de bactérie qui peut introduire son ADN dans la plante. Les fleurs de la plante seront trempées dans une solution contenant les bactéries transformées. La bactérie injecte notre ADN dans le noyau cellulaire des fleurs, qui les transmettent à leurs graines que nous pourrons faire pousser jusqu’à ce qu’elles brillent ! »

Pas même besoin, en théorie, de la nourrir d’ATP : elle fabriquera elle-même son carburant grâce à la photosynthèse. Un projet qui a de quoi donner le tournis. Et inquiéter les écologistes. Il a fait réagir une ONG canadienne, Action Group on Erosion, Technology and Concentration (ETC Group), et Friends of the Earth (Amis de la Terre) aux États-Unis. Elles réclament l’abandon du projet, au motif qu’il «entraînera probablement une libéralisation généralisée, aléatoire et incontrôlée des semences et des plantes produites ».

Bidouille génétique : L’équipe de Glowing Plant se veut rassurante, d’autant qu’elle promet aux donneurs américains de plus de 40 dollars sur Kickstarter de leur envoyer des graines de la plante transgénique (en dehors des États-Unis, ce ne sera pas possible pour des raisons réglementaires, expliquent-ils).

« Même si nos graines s’échappent dans la nature – comme cela est arrivé avec d’innombrables bactéries et levures génétiquement modifiées pendant les quarante dernières années de recherche sur le sujet –, elles ne pourront pas prospérer. »

Mais la science avance à une telle vitesse qu’elle semble échapper à tout contrôle. «Les coûts continuent de s’effondrer et, d’ici quelques années, des centaines d’amateurs de biologie pourront fabriquer leurs propres créations », avance l’équipe de Glowing Plant. On bidouillera alors dans les garages des arbres éclairant les rues, entre autres créations génétiques… »

…………………….********************************************************

Pendant ce temps, les animaux sauvages cherchent le contact. Exprès ! Ils multiplient les initiatives en ce sens…Ici, une famille de lynx, menée par la mère, insiste pour que l’homme ouvre sa porte et participe à leurs gambades…il en a pris les clichés suivants :

Lynx,  tous les 8 oui…

Lynx, tous les 8 oui…

ils se sentent comme chez eux...

ils se sentent comme chez eux...

mais c'est qui çui-là ?

mais c'est qui çui-là ?

Il-se-réveille-un-matin-entendant-du-bruit-dehors-et-découvre-une-famille-entière-de-Lynx-sur-le-pas-de-sa-porte

 

Découvrez la suite à votre goût !

 

C’est pourquoi l’entreprise de design Ant Studio, située à New Delhi, a eu l’idée géniale de créer « The Beehive » (en français, la ruche) une structure en forme d’alvéoles capable de rafraîchir l’air ambiant sans nécessiter d’énergie, grâce à un ingénieux système à base d’argile et d’eau.

 

The-beehive-ruche-:-climatisation-eau-argile-en-Inde-:-explications

 

Bien qu’encombrant, ce système (voir les photos ci-dessous) reste néanmoins très prometteur afin de climatiser un espace de manière éco-responsable. Il ne reste plus qu’à adapter ces ruches d’argile pour qu’elles puissent rejoindre tous les foyers indiens, et même les habitations des personnes les plus pauvres. » Une idée si simple qui risque d’améliorer le quotidien de nombreux habitants en Asie qui souffrent tant de la chaleur ! Et qui mérite même de conquérir tous les autres continents.

The-beehive-ruche-climatisation-eau-argile-en-Inde-:-image.

 

Toutes les idées sont bonnes, lorsque nous persistons à rester curieux. Et curieuses. Après tout écolo c’est une bonne école qui mène à tout…comme, avec humour, la bande dessinée suivante nous l’ouvre.

 

...écoleresponsable

 

…………………..*....*******************************************

« Pablo Maurer est un photographe qui a, un jour, il est tombé par hasard sur une vieille carte postale d'un village de vacances des années 1960, et, pris de curiosité, il s'est demandé ce que ces lieux étaient devenus… Cela lui a donné l'idée de réaliser une série photo intitulée « Abandoned States ».

Un-photographe-mène-l'enquête-pour-découvrir-ce-que-sont-devenus-ces-paysages-de-carte-postale-des-années-1960

En collectionnant les vieilles cartes postales et en menant l'enquête pour tenter de retrouver les lieux, il a découvert des scènes assez stupéfiantes… « Le plus dur, avoue-t-il, c'est de réussir à aligner parfaitement les photos et de retrouver le même angle que la carte postale ». On vous laisse découvrir son travail de superposition clignotante des deux photographies réunies… 

La piscine olympique extérieure. Construite en 1949, elle aura coûté 5 millions de dollars. Les cabanons et bars qui l'entouraient ne sont plus qu'un très lointain souvenir…

La piscine olympique extérieure. Construite en 1949, elle aura coûté 5 millions de dollars. Les cabanons et bars qui l'entouraient ne sont plus qu'un très lointain souvenir…

Ce bowling au « Homowack Lodge » a été repeint, oui mais dans un tout autre style…

Ce bowling au « Homowack Lodge » a été repeint, oui mais dans un tout autre style…

En une cinquantaine d'années seulement, la nature a repris ses droits et les arbres ont bien poussé !

En une cinquantaine d'années seulement, la nature a repris ses droits et les arbres ont bien poussé !

De manière assez incroyable, la chaise du maître-nageur demeure encore debout, seule au milieu des flots.

De manière assez incroyable, la chaise du maître-nageur demeure encore debout, seule au milieu des flots.

Le grand jardin qui se trouvait devant ce grand hôtel a été complètement reconquis par la nature sauvage.

Le grand jardin qui se trouvait devant ce grand hôtel a été complètement reconquis par la nature sauvage.

« Ces réseaux mycorhiziens ont des points nodaux, des hubs si l’on veut : les arbres les plus anciens ou « arbres-mère », qui sont une réserve de mémoire sur les maladies, les températures, les périodes de sécheresse ou de froid, en bref une réserve d’expérience de tout ce qui pourrait nuire à la forêt dans le futur.

Des « forêts simplifiées qui manquent de complexité » : Or, ces connaissances sur les connexions qui relient les arbres entre eux, les constituant en système d’interdépendance, sont très mal connues de l’industrie forestière [[ qui ne cherche pas vraiment à apprendre !]], et c’est un réel problème tant pour Peter Wohlleben que pour Suzanne Simard qui déplore la pratique de la coupe claire.

Les-arbres-se-parlent-:-nous-ferions-mieux-d'écouter

 « En 2014, l’Institut des Ressources mondiales a rapporté que dans la décennie passée, le Canada avait eu le plus haut taux de perturbation des espaces forestiers du monde. (…) Au Canada, c’est 3,6% par an. Selon mes estimations, c’est environ 4 fois le taux acceptable ».

Lorsque l’on parle de perturbation ou de dégradation des forêts, c’est d’abord aux coupes claires que l’on fait référence, c’est-à-dire l’abattage de la totalité des arbres dans une zone donnée. La déforestation est certes un problème épineux puisque chaque année dans le monde, environ 15 millions d’hectares de forêt disparaissent, mais la replantation est tout aussi problématique et ne peut être résumée à un chiffre qui indiquerait le nombre d’arbres plantés. Il s’agit trop souvent de replanter une ou deux espèces seulement, négligeant la biodiversité végétale initiale de la portion de forêt déboisée, favorisant la propagation de maladies ou l’absence de résistance aux changements climatiques.

Peter Wohlleben compare les monocultures et les forêts intactes, et le constat est assez flagrant : « Des recherches ont été faites sur des forêts de hêtres. Les chaudes journées d’été, celles laissées intactes sont plus fraîches de 3,5°C en moyenne que celles exploitées ». Or, selon l’ONF, en 2005 il n’y avait déjà plus que 36,4% de forêts primaires dans le monde, soit des forêts dont la biodiversité végétale est intacte ! [[ l’alibi simpliste de replanter n’est donc pas valable : l’essentiel est de replanter BIEN et intelligemment. Sinon le résultat est pire puisqu’il ajoute de la bonne conscience à peu de frais. Le fait flagrant est que le capitalisme ne gère pas bien du tout les ressources communes. C’est un pataud cupide qui gaspille beaucoup et maltraite tant pour le pire, tellement son obsession malsaine le rend malade et hors réel…Il n’a aucune des qualités requises pour gérer les biens communs. Il doit être démis de ses prétentions !]].

Le mode d’exploitation des forêts doit changer : Peter Wohlleben et Suzanne Simard en sont convaincus, changer notre regard sur les forêts et surtout notre manière de les exploiter est capital avant qu’il ne soit trop tard.

Les engins utilisés pour tracter le bois coupé tassent le sol de manière irrémédiable et il faut attendre la glaciation suivante pour que celui-ci retrouve ses qualités originelles. Ainsi, les chevaux sont de plus en plus préférés aux machines pour ces travaux de tractage. Moins de machines cela signifie également davantage d’emplois.

Peter Wohlleben nous en donne un exemple pratique dans la forêt qu’il gère en Allemagne. « Dans notre village de 470 habitants, avant de changer de méthode, la forêt engendrait un emploi, celui du forestier. Contre sept aujourd’hui. (…) L’écoforesterie permet également de gagner plus d’argent. Car plus une forêt est saine, plus elle produit de bois, et de plus grande valeur. Notre municipalité perdait 75 000 euros par an, elle en gagne désormais 300 000 à 500 000 ». [[ le capitalisme ne connait rien aux vraies affaires, il tente de le dissimuler par des monopoles illégaux. Sa réflexion est tellement étroite et d’un ridicule cynique (le ruissellement, par exemple : dont la méchanceté extrémiste est : les pauvres n’ont qu’à la fermer, ils reçoivent les infimes miettes des trop riches. Or ceci même est une …fable éhontée !)… « si je suis riche, tout le monde s’enrichit ». Depuis le temps que cet ivre de lui-même délire la population s’appauvrit, elle…]].

L’industrie forestière doit donc profondément se renouveler afin de ne pas continuer à taper à l’aveugle [[plus ils se disent « professionnels, moins ils agissent en…professionnels !]] dans une ressource beaucoup plus complexe en profondeur qu’en apparence. Il ne suffit pas de replanter n’importe comment après avoir déboisé, c’est tout le système d’exploitation qui doit être refondé, en supprimant notamment la pratique des coupes claires, désastreuse pour les écosystèmes. » Au lieu de la maniaquerie détraquée du profit à tout prix, ils devraient apprendre à comprendre. Bref, arrêter de se conduire en enfants attardés. Et agir, enfin, en adultes !

………………………************************************

En forme d’au revoir (donc on se revoit) les paroles d’une  chanson et des clichés de pourliches…Voyons, d’abord : « Pour les femmes les clichés ont la vie dure »…

 

Si les clichés ont la vie si dure ils auraient déjà disparu, complètement épuisés – la diction est donc fausse. Fake raisonnement…C’est, en fait : « les clichés rendent la vie dure aux femmes » qu’il est préférable de dire. Parce que ? Les médias d’argent rendent la vie « trop facile » à tous les toxiques préJugés, cette honte de juger avant, donc sans rien connaître, examiner ni chercher même à…comprendre. Ce délire de se prendre pour un dieu, l’individu gavé de préJugés n’a pas besoin de savoir. Il sait déjà TOUT en naissant ! Mesdames, à vos frimas pour les frimeurs…

 

Pour-les-femmes-les-clichés-ont-la-vie-dure

 

« Le besoin crée l’envie. Pas étonnant donc que les entreprises ayant un besoin crucial de se développer et d’embaucher dans les secteurs scientifiques et techniques – du numérique particulièrement – redoublent d’attention envers les femmes. Problème : à force d’avoir été dénigrées ces dernières années, les femmes, qui furent les premières à programmer – à l’époque où cette fonction n’était ni valorisée ni valorisante –, se détournent désormais de ces métiers [[ pas de bol donc : l’humour grandiloquent se retourne contre le machisme et les machistes déconfits. Le bec dans l’eau et la crête qui décrète…]].

Les raisons de cette désaffection sont multiples, comme l’expliquaient [[ mais sans inclure que c’est à eux de changer en toute urgence…]] les représentants de Lenovo, ABB, ExxonMobil, Michelin, Alliance Renault Nissan et P & G, regroupés à l’occasion du Women’s Forum qui se tenait à Paris jeudi 5 et vendredi 6 octobre pour redorer le blason des sciences, technologies, ingénierie et mathématiques, les STEM, selon l’acronyme anglo-saxon. La solution du problème est complexe. Non seulement le nombre de filles s’engageant dans des études scientifiques décroît fortement [[grâce à qui ?]], mais la grogne s’accroît chez les hommes [[certains seulement], que les discours sur la parité et la concurrence potentielle qui en résulte affolent. »…et nous voici avec ces coqs à la coque…Tel est frit qui croyait pendre

C’est que d’autres gardent, eux, leur spontanéité d’enfant…Pourquoi ? Parce que les bébés sont naturellement altruistes. Des expériences magnifiques le font admettre.

Vers-un-monde-altruiste-:-les-bébés-nous-y-précèdent

« Beaucoup pensent que l’homme est naturellement mauvais. Que c’est dans sa nature de prendre plutôt que de donner, d’envahir plutôt que d’accueillir, de déranger plutôt que d’aider. Eh bien ils se trompent ! Et lourdement ! Du moins, c’est ce que nous suggèrent ces expériences passionnantes réalisées avec des bébés de 3 à 18 mois. Une vidéo qui nous rappelle l’importance de rester un enfant coûte que coûte.

Comment un bébé qui ne sait même pas encore parler réagit face à un adulte en difficulté ? Pour avoir la réponse à cette question, ils ont mis les mômes en situation… et ont observé. Résultat ? Un altruisme à toute épreuve et une étonnante aptitude à concentrer son attention sur la personne qui aide plutôt que sur celle qui embête. Regardez, cette curieuse vidéo est extraite de Vers un monde altruiste, un formidable documentaire produit par Arte : [[ qui a bien pu leur faire perdre cette merveilleuse…spontanéité, après ? Qui est le modèle maudit dans cette société qui s’effondre alors que jamais, collectivement, nous n’avons été aussi riches ? Donc ayant les moyens concrets de tout solutionner ?]]…

[[Tellement cette vidéo surprend. Elle affiche, par exemple, une si tranquille supériorité des bébés sur nous. En ceci…]] « Ils se fichent pas mal qu’on les regarde ou pas. Ils aident naturellement. »

 Alors même qu’il ne retire aucun bénéfice de son action, l’enfant fait preuve d’altruisme. »…. Lorsque non bridés, ni déformés ou détournés, la preuve affleure que nous naissons naturellement bons !

La-prétendue-loi-du-marché

 

Comme le signent  les « Paroles de la chanson La loi du marché par Cyril Mokaiesh »…celles qui prouvent que la dignité et la grandeur ne sont pas vraiment chez les vils et déchus exploiteurs…

 

On vous laisse la tribune
Les honneurs du pouvoir
On vous laisse voler la victoire
On vous laisse le soin de bien ingurgiter
Notre part de votre marché
On vous laisse notre âme sur le bas-côté
Endetté, endetté, en détresse
A genoux de chagrin
D'avoir fait le baisemain
A l'austérité, son altesse

On vous laisse nos hivers
On vous laisse nos étés
De quoi vous distraire
Et nous faire tomber

On vous laisse libéral démocratisé
Chômage à volonté
On vous laisse nos destins s'ouvrir les veines
En commission européenne

On vous laisse s'allonger la peur dans votre lit
Mais faut pas toujours croire ce qu'on dit
A Athènes Apollon a raison de chanter
Ma liberté

On vous laisse nos hivers
Et notre dignité
De quoi vous distraire
Pour quelques années

On vous laisse Arcelor Mittalisés
Par Florange, l'or et l'acier
On vous laisse cet étrange capitaliser
Sur la précarité
On vous laisse à vos super hyper profits
Oh la belle vie
Chez Lidl le pack de bières
A des pulsions suicidaires

On vous laisse nos hivers
On vous laisse nos étés
De quoi vous distraire
Et nous faire tomber

On vous laisse nos frontières
Se refermer
Homme à la mer, émigré
Cap sur l’Angleterre
Depuis la Guinée
T'as le temps d’apprendre à nager
On vous laisse nos frontières
Se refermer
Sur la Méditerranée
Enfant de la guerre
Cherche un bout de terre
Pour apprendre à marcher

De quoi vous distraire
Pour quelques années

De quoi vous distraire
Pour vous en aller

………………………………….De quoi vous distraire

 
…………………………………..Et vous en aller. »


 

…………………………………..Serait temps, n’est-ce pas ?

 

 

 

 

…….......(à suivre)

 

.......…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 3  "Nul n'est  nul",  "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?»  et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ;  et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

A terme, le projet Glowing Plant permettra à tout un chacun de concevoir ses propres plantes luminescentes... Et pourquoi pas éclairer les rues avec des arbres ? Cambridge iGEM

A terme, le projet Glowing Plant permettra à tout un chacun de concevoir ses propres plantes luminescentes... Et pourquoi pas éclairer les rues avec des arbres ? Cambridge iGEM

ballet sauvage devant chez soi…

ballet sauvage devant chez soi…

Le souci : les climatiseurs nécessitent d’avoir accès à l’électricité, ce dont beaucoup sont privés. A que cela ne tienne : problème contourné…l’eau existe.

Le souci : les climatiseurs nécessitent d’avoir accès à l’électricité, ce dont beaucoup sont privés. A que cela ne tienne : problème contourné…l’eau existe.

Les tubes d'argile sont installés sur une structure métallique circulaire qui est ensuite déposée dans un bassin qui permet de recueillir l’eau, sur le même principe qu’une fontaine en circuit fermé.

Les tubes d'argile sont installés sur une structure métallique circulaire qui est ensuite déposée dans un bassin qui permet de recueillir l’eau, sur le même principe qu’une fontaine en circuit fermé.

L’eau versée manuellement au sommet de la structure ruisselle sur les tubes d’argile et les imbibe de son humidité. L’air qui pénètre dans les tubes est alors rafraîchi, tout simplement.

L’eau versée manuellement au sommet de la structure ruisselle sur les tubes d’argile et les imbibe de son humidité. L’air qui pénètre dans les tubes est alors rafraîchi, tout simplement.

Avant, c'était une belle piscine couverte, avec des chandeliers, un plancher chauffant et l'air conditionné. Aujourd'hui, il ne reste que le fantôme de cette gloire passée

Avant, c'était une belle piscine couverte, avec des chandeliers, un plancher chauffant et l'air conditionné. Aujourd'hui, il ne reste que le fantôme de cette gloire passée

Photo du passé où glisse aujourd’hui….Ce bâtiment au style ultramoderne, semblable à un vaisseau spatial, semble désormais échoué en pleine forêt

Photo du passé où glisse aujourd’hui….Ce bâtiment au style ultramoderne, semblable à un vaisseau spatial, semble désormais échoué en pleine forêt

Cette plage artificielle a été complètement effacée, au point que le paysage est devenu méconnaissable. Derrière la carte se trouvait écrit ce message :  « Chère Jonnie : si tu étais là, je t'emmènerais faire une promenade en cheval ou jouer au golf. Sois sage jusqu'à mon retour. Signé : Dr Waterman »

Cette plage artificielle a été complètement effacée, au point que le paysage est devenu méconnaissable. Derrière la carte se trouvait écrit ce message : « Chère Jonnie : si tu étais là, je t'emmènerais faire une promenade en cheval ou jouer au golf. Sois sage jusqu'à mon retour. Signé : Dr Waterman »

La première chose que nous apprend ce documentaire « L’intelligence des arbres » c’est que les arbres communiquent par un réseau dense de mycorhizes : l’association symbiotique des champignons et des racines des arbres. Les champignons sont composés dans leur partie souterraine par des hyphes, des filaments très fins qui deviennent visibles une fois entrelacés et forment le mycélium. Ce mycélium colonise les racines des arbres environnants et finit par relier différentes espèces les unes aux autres, formant un réseau très fourni.

La première chose que nous apprend ce documentaire « L’intelligence des arbres » c’est que les arbres communiquent par un réseau dense de mycorhizes : l’association symbiotique des champignons et des racines des arbres. Les champignons sont composés dans leur partie souterraine par des hyphes, des filaments très fins qui deviennent visibles une fois entrelacés et forment le mycélium. Ce mycélium colonise les racines des arbres environnants et finit par relier différentes espèces les unes aux autres, formant un réseau très fourni.

Ces forêts simplifiées sont à l’image de ce qu’une partie d’entre nous sont devenus : des bourgeois non durables !

Ces forêts simplifiées sont à l’image de ce qu’une partie d’entre nous sont devenus : des bourgeois non durables !

« Ils se fichent pas mal qu’on les regarde ou pas. Ils aident naturellement. » « Alors même qu’il ne retire aucun bénéfice de son action, l’enfant fait preuve d’altruisme. »

« Ils se fichent pas mal qu’on les regarde ou pas. Ils aident naturellement. » « Alors même qu’il ne retire aucun bénéfice de son action, l’enfant fait preuve d’altruisme. »

faisons du savoir une vraie universalité...'

faisons du savoir une vraie universalité...'

Deux mathématiciens viennent de prouver que deux infinis étaient égaux, et c'est une révolution

Deux mathématiciens viennent de prouver que deux infinis étaient égaux, et c'est une révolution

ville à quai ?

ville à quai ?

Comment la musique a des pouvoirs sur les animaux et sur les végétaux.

Cette climatisation écologique fonctionne à l’eau

Comment être curieux, touche à tout et EFFICACE à la fois ?

Présentation qi gong des méridiens curieux

cette affirmation ne peut vraiment pas être vraie...alors ?

Jacques Halbronn - L'enseignement moral des plantes

attention, ATTENTION…non, ce film n’est pas un film sur le cyclisme

Le rêve d'un curieux - Charles Baudelaire lu par Yvon Jean

Publié dans curieux et curiosités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article