Il y a tout de même une logique…

Publié le par imagiter.over-blog.com

Il y a tout de même une logique…

Il y a des décisions et des argumentations : la rencontre cohérente des deux c’est la logique. La logique (ce qui structure – ce qui rend adéquat le discours) se retrouve dans tous domaines. Pour la fiscalité c’est, par exemple, la justice de redistribuer les richesses d’un pays. Si ce n’est pas le cas, c’est que les écarts, les déviances, les détournements ne répondent plus à cette logique essentielle. Mais à tout autre chose qui peut virer à l’illogisme : dans ce cas ne plus redistribuer, ne plus être juste, mais s’approprier, se monopoliser, s’emparer, s’accaparer. Tous les arguments pour le faire sont donc faux par rapport à la structure de l’état de Droit - celle qui applique la même logique pour tous. La rationalité permet de vérifier la bonne tenue des paroles par rapport aux comportements. Ainsi, pour les activités qui répondent à la modalité de contrat (contrat qui ne peut exister que si les deux parties ne sont pas lésées), nous pouvons vérifier que la séparation des pouvoirs (afin qu’aucun ne puisse…dysfonctionner…désastreusement) est elle, aussi, corrompue. Les ordonnances avaient surtout pour but masqué que le pouvoir judiciaire soit écarté de la gestion de tous les litiges. Ce qui les livre à l’arbitraire des patronats : alors que tout l’état de Droit avait lutté contre cela. Et disqualifie tous les discours qui aboutissent à un tel état de …non droit. Tout ce qui parait plus obscur sera éclairé dans la seconde (2) partie de ce texte.

Les linguistiques trop abstraites et ne répondant à aucune des questions du sens, ne répondent pas à une véridique logique (le rapport discours et structure d’actions). Aussi, nous voyons la logique des mots dans une toute autre approche. Qui serait ? En très schématisée…Chaque mot vient d’un verbe et les langues, dans le passé, usait plus de verbes que de mots-noms. La dilution de l’action collective dans les substantifs, adjectifs, nominations ou préséances absurdes (puisque sans nom comment nom-mer ?) a plutôt ensablé tout ceci : ce qui fait que ce n’est pas toujours évident de saisir rapidement les filiations. Ainsi, logique vient de « loger » - nous le démontrerons une autre fois – et que l’essentiel devient, alors, que logique est un concept très englobant, immense, unificateur et maternant. Il relie tout et, en plus, sait pourquoi. Et peut, aussi, nous l’expliquer…

La logique est un art qui se vit comme une science. Et inversement. Le faire vivre le démontre bien mieux que toute autre méthode. Prendre la partie pour le tout ? Ainsi, des prétendus dirigeants, souvent hors sol, toujours coupés du réel et enfermés dans une classe particulièrement aliénée, veulent faire croire qu’ils demeurent « représentatifs » de tout le monde. Même lorsque leur législature n’a obtenu que 16 % du total des inscrits…et que tous leurs actes ne servent qu’une minuscule caste. Caste qui se rendant trop autonome devient particulièrement nuisible à la société. Ce profond déni du réel nous abandonne donc le soin de gérer les logiques globales de l’époque - que leur fanatisme aveugle à leur propre égard ne leur permet plus de savoir voir. Ce texte (1) se voue surtout à transmettre le SENS de ces logiques en œuvre. Le (2) veillera à analyser le futur probable des…illogismes actuels. Le tout s’aidant d’exemples très concrets ...

…………………………..****************************************

Au sujet des « systèmes de valeurs » dont ils ne sont plus qu’un reflet idéologique ?…Oui face à des « systèmes de valeurs », méfiance très grande puisque… « Il ne s’agit pas seulement d’idéologie mais de la mise en place d’une suite de substitutions. La « structure latente » est constituée par un enchaînement d’alibis, aussi nombreux que les fonctions et les institutions. La technicité sert d’alibi à la technocratie et la rationalité aux fonctionnements qui tournent en rond sur eux-mêmes (pléonasmes sociaux). Le « système » pour autant qu’il y en ait un, se cache sous les « sous-systèmes » : c’est celui des alibis mutuels et multipliés. La nature fournit un alibi à ceux qui veulent fuir les contradictions ou les dissimuler. La culture de l’élite est l’alibi de la culture de masses, et ainsi de suite.

Peut-on concevoir une analyse de cette société selon ses propres catégories ? Certes. On analyserait ainsi le fonctionnel (institutions), le structurel (groupes, stratégies), le formel (réseaux et filières, canaux d’informations, filtres, etc.). On démonterait cette société comme un objet technique, comme une auto : moteur, châssis, équipements divers et appareils. Nous avons refusé, nous refusons cette procédure( p. 138 - Henri LefebvreLa vie quotidienne dans le monde moderne, 1968). » Puisque, selon ses propres catégories, cette société n’est plus une société ! Un système de valeurs drainé par les financiers n’a, ainsi, aucune valeur. C’est un ensemble vide qui montre des arguments auxquels ne croient surtout pas ces financiers. Nous-mêmes ne croyons plus rien de ce qu’ils disent. N’est-ce pas le groupe social vivant en complet protectionnisme ? Le plus fermé et aliéné de tous ? Les chiffres dévoilent qu’ils ne lisent guère, n’écoutent pas, ne cherchent pas, ne prennent jamais connaissance de tout ce qui vient des autres savoirs humains. Ils vivent en complet vase clos. Tout n’est que sophismes chez – pas la moindre sincérité. Mentir est devenu leur unique vérité…Une telle insensibilité à la raison, aux débats, à la compréhension situent ces financiers dans le mode le plus répétitif et irresponsable qui soit. Comme ils ne ressentent aucune valeur, aucun système de valeurs ne peut venir d’eux. Ce sont toujours des « hors de », hors des lois hors la loi, hors des logiques des métaphysiciens égarés qui « croient » que l’argent fait des petits en dormant ou qu’une main invisible existe, hors d’eux-mêmes, toujours dévorés de haines et d’envies qu’ils « projettent » sur tous les autres, hors de sens (séné en vieux français) se sont de réels forcenés (fors comme hors de) – leurs mots et leurs comportements les trahissent, etc.…un véritable désastre que leur mentalité spongieuse, molle et sans absolument aucune structure interne. Celle la  même des parasites structurels !

Très facile de reproduire leurs techniques, très aisé de faire comme eux – mais la majorité des humains se refuse à s’effondrer dans de telles corruptions morales. Ce pourquoi s’ils ont l’air de dominer, ils ne dominent rien du tout – en un jour, le refus de leur arbitraire infondé, de leurs illégalités structurelles mettrait à bas leur édifice de papier. Edifice qui ne repose que sur des absurdités. (l’inverse des logiques que les ab-Surdités…)…Telles ? Privatisation des bénéfices et nationalisation des pertes…mettons ceci en place contre eux…nationalisons tous leurs bénéfices le jour même. Et privatisons les pertes publiques. Leurs cris d’orfraie dévoileront tout le pot aux roses. Avec une implacable logique…Très pratique, non ? Le lobby financier n’a pas lieu d’être (ils ont moins de raison, de maturité, de sens de responsabilité et d’attention aux autres que nous !). Le démanteler est, d’abord, d’en libérer toutes les cervelles, tous les cœurs et toutes les instituions sociales…Complètement hors de la réalité (la priorité est de protéger la vie humaine et la nature pas de sur-enrichir des déjà bien trop riches !), absolument hors sol (ils ignorent tout de ce qu’est la vie quotidienne de nous tous). Complètement égarés dans les abstractions (ce pourquoi ils fuient, plus qu’effrayés, tous les vrais débats) – il demeure facile de faire le tour de leur grande imposture. Et de leur grave escroquerie !

 

………………………*********************************************

Les logiques prouvent que nous sommes dans un âge d’IGNORANCES très grandes. Mais quelles ignorances ? Il y a les ignorances dues au fait de ne pas savoir (et de vouloir savoir) et les ignorances dues au fait de ne pas vouloir savoir (et de ne pas vouloir savoir, de faire comme si cela n’existe pas, de dédaigner d’apprendre et de comprendre, de mépriser les prises de consciences et se montrer cyniques nihilistes - comme tous dirigeants qui ne sont plus porteurs de « valeurs collectives » mais qu’un très antisocial égoïsme de caste). La volonté de ne pas savoir est diffusée par les faux médias, ceux qui mentent sur les fake news : puisque les fake raisonnements ce sont eux ! Et à plein ! 

 

Mathias-Girel-la-difficile-étude-de-l'-ignorance

 

« C’est sans doute ce dernier sens – l’ignorance produite intentionnellement ou « agnotologie – qui a concentré l’attention d’un large public. Compris ainsi, ce courant d’études présente une vertu insigne et trois risques majeurs. La vertu est bien connue : ces études ont documenté les processus par lesquels des connaissances ont disparu de l’espace public ou cessé d’être des points de départ fiables pour nos enquêtes et nos décisions.

Elles ont permis de montrer que, pour contrer la science, il ne suffisait pas de la nier, mais qu’il fallait se situer sur son terrain, produire de la science « contraire », de la recherche-leurre sur d’autres causes, capturer l’expertise ou la réglementation. Il s’agit alors moins d’une discipline nouvelle que d’une question épistémologique et politique : épistémologique, car il s’agit de caractériser la science qui produit des connaissances fiables sans la restreindre à la réfutabilité, la recension par les pairs, ou la parole des collectifs d’experts, critères classiques que remplissaient à un titre ou un autre les bénéficiaires des fonds du Comité de recherche de l’industrie du tabac.

Politique, car il est bien évident que cette « vigilance épistémologique » est l’affaire de tous, et pas uniquement des spécialistes d’un domaine sanitaire ou environnemental, linguistique ou analytique.» La question suspendue demeure, alors, « qui a …intérêt à tant répandre les ignorances ? »

Nicolas-Hulot-recule-sur-la-fin-des-hydrocarbures

Rappelons que c’est un ministre d’État…qui peut plus que les autres. Et qui en fait toujours tellement moins. Et même plus le minimum. Que s’est-il passé ? Il était plutôt du côté de ceux qui abattent les zones d’ignorances ( ignorer par méconnaissances « et » par fermes volontés de mentir) il en est devenu le précis inverse. Sur tout il ne répand que le maximum …d’ignorances. Il veut faire reculer les savoirs, les pratiques qui découlent des savoirs, les élucidations par la jonction des faits et des raisonnements. Bref, ce qu’il faisait avant. Il est, désormais, pour l’extension des ignorances et l’aliénation par les faux pouvoirs sophistiques (les pouvoirs véridiques n’ont pas besoin de publicité, donc de com’ – c’est directement qu’ils touchent les esprits et les cœurs). Ces faux pouvoirs demeurent parents des régressions de masse par pures ignorances !

Alternatiba-:les-solutions-viennent-d'en-bas

Hulot demeure en haut – et ne veut plus des solutions…irrésistibles. Celles qui viennent directement des décisions décisives. Il ne va, alors, stagner que dans des sophismes : l’insincérité qui s’adapte à n’importe quoi. Ne croit plus en rien (nihilisme) et ne fait donc plus rien (perte du sens pratique et des praxis communes). C’est comprendre qui est résister. Vraiment. Sans ce préambule obligé (quitter toutes les possibilités d’ignorances), toute la personne n’est pas engagée. A fond.

Ainsi, au lieu du zéro déchet, des décentralisations de tous les enjeux écologiques ce sont les uniques lobbies qui ont tous les droits d’ingérences dans ce qui ne les regarde absolument pas : l’allocation la plus rationnelle de chacun des biens communs. Désormais, seul l’illogisme siégerait derrière les fausses décisions ?

Ce qui donne, en images prises en flagrant illogismes ?

Le tabac agit en sa tabagie…

Le tabac agit en sa tabagie…

que d’éternuements de détergents…

que d’éternuements de détergents…

Ça emballe encore les emballages ? Plus du tout. A bas les emballages et donc les…idéologies (cet habillage si indécent des envahissants conflits d’intérêts !).

Ça emballe encore les emballages ? Plus du tout. A bas les emballages et donc les…idéologies (cet habillage si indécent des envahissants conflits d’intérêts !).

4-ans-sans-jeter-de-déchets-un-photographe-crée-une-série-de-photos

………………………………..*****************************************

Quelques principes zététiques pour une bonne hygiène mentale :

Les affirmations extraordinaires demandent des preuves extraordinaires.

Ce qui est affirmé sans preuve, peut être rejeté sans preuve.

Il faut d'abord mettre en évidence un phénomène avant d'en rechercher les causes !

Immobilier-Nicolas-Hulot-veut-punir-les-pauvres

Et – enfin – il faut avoir le courage d’aller jusqu’au bout des …raisonnements. Une caricature simpliste peut être offerte ainsi… « Plus il y a de gruyère, plus il y a de trous. Plus il y a de trous, moins il y a de gruyère. Donc plus il y a de gruyère, moins il y a de gruyère...”. Ce qui peut stagner au seul niveau du seul jeu mental. Mais dans nos vies ce sont toujours les simples questions qui démasquent les impostures ? L’austérité comme nécessité pour un pays. Oui mais l’austérité pour tous ? Non que pour quelques uns. Les autres s’enrichissant de cette austérité pas pour tous. Et puis des contre-exemples (le Portugal qui refuse l’austérité, prouve des réussites exemplaires). Donc notre logique est complète. Et peut conclure. Conclure que « cette » austérité est illégale, ne répond pas aux logiques d’un état de Droit (que tout le monde y soit traité pareillement) et que, en conséquence, tous les arguments qui ont installé cette escroquerie d’une austérité pas pour tous sont faux et doivent être dénoncés. Le circuit des logiques est bien celui de la santé mentale collective. Au lieu de s’engluer dans des discours malsains (qui enfument la recherche des causes) nous retrouvons la racine même d’où proviennent ces discours. Les mettant en cohérence (genre raisonner et résonner, à la fois) et nous nous trouvons dans un site salubre pour toute la société. Celui de la mise en concordance des causes et des effets. Avec la mise K.O. de toutes les malsaines tentatives bourgeoises afin de faire prendre les effets pour les causes : genre, la grande diffamation de « les pauvres sont des assistés » - alors que les seuls « sur-assistés visibles » ce sont les trop riches : le fait que la fiscalité soit désoclée de « son obligation constitutionnelle » de redistribuer devient même une accusation de flagrant délit de ces sur-assistanats illégaux des trop riches…Impact : les médias d’argent dégainent moins qu’avant la sur-culpabilisation des pauvres (lorsque la vérité est qu’ils contribuent plus aux recettes publiques que les…riches – et donc obtiennent plus le droit de parler qu’eux !) qui sont…les victimes et les spoliés du système (qui ne fait, lui, que cacher ses fonctionnements réels comme nous le verrons en (2)).

Si les choses avancent ainsi c’est grâce à de telles interventions logiques qui représentent une sacrée pédagogie pour qui a la chance d’en prendre connaissance.

Porto-Rico-créanciers-à-l'affût-de tirer-profit-de-la-misère-:-la-honte !

Juste présentation des faits (le fake raisonnement est un million de fois plus toxique que le fake new- ce pourquoi les « faux » médias ne les dénoncent pas…). Ce qui est rare : les médias d’argent, refusant l’honnêteté intellectuelle, brouillent tout, font, par exemple, passer les effets pour les causes. Ici, la logique est : les affameurs affament et donc sans affameurs pas d’affamés, affamés par les affameurs. Ou bien…les créanciers abusifs contraignent la misère à devenir toujours plus miséreuse (le crime mental bourgeois c’est de faire passer ce miséreux objectif vers le vil préjugé du « misérable »…moral qui est un jugement de valeur qui condamne qui se corrompt à en user (dans ce cas, le…misérable c’est le créancier riche. Doublement coupable : il crée la misère et se conduit comme un misérable !). Ce qui nous place dans la vision saine des choses. Ces créanciers abusifs et ces médias corrupteurs y sont les accusés (toujours à l’affut bestial de la misère) et plus du tout les pauvres (dont ces monstres condamnables restent à l’affût et qu’ils devront bien, un jour,…dédommager !)…Ce début…libère donc les miséreux des diffamations, crée de la santé mentale collective, celle qui voit les salubres solutions qui sont…de protéger les miséreux harcelés. Et des médias d’argent (une sorte de « bouclier moral », sur le modèle même du si illégitime bouclier fiscal, cet abus de pouvoir des trop riches). Et contre les attaques injustifiables et si scandaleuses des créanciers cupides (sur le modèle du « l’argent ne donne plus tous les droits mais…tous les devoirs ! »). Ce qui renverse les habitudes actuelles : de sur-féliciter les riches de tous leurs méfaits et illégalités. Et de sur-condamner les pauvres (voir l’accusation définitive du « Être pauvre coûte cher », où toute la société dépravée vit sur le dos des pauvres, profite d’eux partout loyers, taxes, banques, garanties contre eux, etc. oui un vrai scandale). Les seules garanties utiles sont celles…contre les riches : ces grands fauteurs de troubles, causes de la majorité des violences, origines des injustices injustifiables. Donc les dangereux voyous sociaux actuels…Et après cela « c’était » la misère qui devait restée accusée et non tous les inhumains (sans absolument aucun alibi pour de telles illégalités) qui ne veulent que profiter d’elle ? C’était, devait – ce n’est donc plus. La logique libératrice revient en force.

…………………………...*****************************************

Qui a démuni les démunis ? Qui a déshérité les déshérités ? Qui s'est emparés des désemparés ? Qui a détressé les détresses ? Qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs ? S’il y endettés, ils sont toujours précédés des endetteurs. Pas de travailleur clandestin qui n’ait été créé par l’argent clandestin. Et sans capital au noir pas de travail au noir,  etc. Tout se tient et les causes ne pourront plus échapper à l’implacabilité de la logique. Le règne moral des trop riches vient de s’effondrer. Le reste va suivre !

Toute cette limpide logique : les causes précèdent les effets. S’il y a des démunis c’est qu’avant, oui avant, de sinistres personnages les ont démunis. Donc oser s’attaquer à qui est démuni en prétendant qu’il est seul responsable de son dénuement (comme le fait l’indigne individualisme méthodo-logique, aucune cause globale n’existe que des causes individuelles qui se résument au cynisme purement « Tout est toujours de la faute de l’humain de base, du lambda »…donc – logiquement – c’est le bas qui dirige le haut, qui a les pleins pouvoirs !). Oui oser toujours (cyniquement) s’en prendre aux effets (ce qui fait du libéralisme un …crime contre la pensée !) et jamais aux causes (empêcher de trop riches de démunir les autres empêche qu’il y ait des…démunis. Noyer l’axe du mal à sa source : soit qui dégoise que ce sont les effets qui sont les causes). Plus d’endetteurs, il n’y aura plus d’endettés. Plus de déshériteurs, il n’y aura plus de déshérités, plus de capital au noir et il n’y aura plus de travail clandestin ni de travail au noir. Peut-il y avoir d’affamés sans affameurs qui les affament ? La LOGIQUE précède tout, et se montre comme la plus gigantesque engueulade que les prétendus dirigeants aient jamais reçue (on entend l’engueulade jusqu’au fond de l’univers)…oui la logique tout comme le sens réel des mots sont  infiniment « contre » les pouvoirs IMPOSTEURS. Oui, Il y a tout de même une logique…logique qui, logiquement, va abolir tous les faux pouvoirs ! Pour mensonges et usages permanents de faux…

Le-plastique-est-un-fléau-pour-la-planète-voici-ses-alternatives-:-qui-ose-donc-les-refuser ?

A chaque fois qu’il y a une catastrophe et que les causes véritables de ces catastrophes demeurent  au final des intérêts privés trop égoïstes et irresponsables que vont faire les médias vendus ? Nous pondre un « spectacle de catastrophe » avec, comme des bateleurs de foire déshonorés, la liste permanentes des…records battus, une infantilisation de tout qui ne parlent plus ni de causes ni d’effets. Et donc un enterrement des solutions…concrètes. Qui braille le plus au sujet des catastrophes collectives risque toujours de qui en est, structurellement et institutionnellement, la cause. Aller à la cause comme à la source annule les effets : ne jamais rien changer dans la société (les injustifiables cupidités) c’est faire…revenir les catastrophes. Et en parler de la pire façon qui soit (celle des voyous mentaux) …comme d’un spectacle indifférent. Avec comme but de ne surtout…pas réagir. Donc agir. Tous ces médias peuvent tomber uniquement grâce à la logique. Prenons-les aux mots et allons jusqu’au bout de ce qu’ils logent (et qui les loge) – leur logique. Imparable !

Socio-logique, éco-logique, psycho-logique, anthropo-logique, etc.

……..…Tous les savoirs sont logés dans la logique : nous le verrons en (2).

 

………(à suivre)

 

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 3  "Nul n'est  nul",  "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?»  et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ;  et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (Qui a démuni les démunis ? Qui a déshérité les déshérités ? Qui s'est emparés des désemparés ? Qui a détressé les détresses ? Qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs ? S’il y endettés, ils sont toujours précédés des endetteurs. Pas de travailleur clandestin qui n’ait été créé par l’argent clandestin. Et sans capital au noir pas de travail au noir,  etc. Tout se tient et les causes ne pourront plus échapper à l’implacabilité de la logique. Le règne moral des trop riches vient de s’effondrer. Le reste va suivre), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Les catastrophes un marché comme un autre ?

Les catastrophes un marché comme un autre ?

Pendant combien de décennies le dogme était fumer donne plus de vie ? Surtout avec les adjuvants de...dépendance ?

Pendant combien de décennies le dogme était fumer donne plus de vie ? Surtout avec les adjuvants de...dépendance ?

Il y a tout de même une logique…
« Pour autant, la fin annoncée de la production d’hydrocarbures en France ne sera effective qu’en 2040, voire au-delà. A l’origine, la « loi Hulot » excluait toute prolongation des concessions déjà accordées, soit 63 permis d’exploitation de gisements de pétrole et de gaz dans l’Hexagone, principalement dans les bassins parisien et aquitain. Un premier recul a consisté à autoriser la prolongation des concessions existantes, sous réserve que leur échéance n’excède pas 2040." Etc.

« Pour autant, la fin annoncée de la production d’hydrocarbures en France ne sera effective qu’en 2040, voire au-delà. A l’origine, la « loi Hulot » excluait toute prolongation des concessions déjà accordées, soit 63 permis d’exploitation de gisements de pétrole et de gaz dans l’Hexagone, principalement dans les bassins parisien et aquitain. Un premier recul a consisté à autoriser la prolongation des concessions existantes, sous réserve que leur échéance n’excède pas 2040." Etc.

d'en-bas

d'en-bas

4 ans sans jeter les déchets ?

4 ans sans jeter les déchets ?

aider le plastique à ne jamais disparaître ?

aider le plastique à ne jamais disparaître ?

il ne peut absolument pas avoir de réchauffement global…d’ailleurs les inondations ne m’inondent pas…

il ne peut absolument pas avoir de réchauffement global…d’ailleurs les inondations ne m’inondent pas…

Il y a tout de même une logique…
yes they canettes...

yes they canettes...

Il y a tout de même une logique…

Une argumentation, une démonstration, ce n'est pas un truc qu'on fait vite fait simplement parce qu'on est convaincu d'avoir raison. Les raisonnements obéissent à certaines règles et connaître ces règles, c'est mieux s'armer contre les raisonnements fallacieux. Restez curieux...

Les liens de causes à effets

Qu'est ce que la pensée systémique, les systèmes complexes - Donella Meadows

Qu'est ce qu'un raisonnement ?

En Chine en essayant de sauver du temps on gaspille vraiment de l’argent. Et ailleurs ?

Cette nouvelle bourgeoisie (française) est dans une « il-logique » de laisser à l’écart toutes les autres populations. C’est le « brouillage par le haut » : la logique active est très utile dans ce domaine. Vu que cette logique de « monologue unique » atteint les sommets d’ILLOGISMES !

Alternatiba – donc les solutions ne peuvent venir que D’EN-BAS ? Là où se base la base.

Jean-Yves Girard - Des règles de la logique à la logique des règles "La logique commence quand le raisonnement ne réfère plus à rien, quand il n'y a plus de sémantique : «Tous les hommes sont mortels» devient «Tout A est B». L'acte fondateur de la logique -- et ceci depuis Aristote -- est la rupture avec le réel. Pourtant, l'idée d'une référence au monde extérieur a continué de hanter la logique comme un fantôme, qui ne fut chassé qu'au début du XXème siècle. Il faut cependant le réaffirmer sans cesse : l'objet de la logique n'est pas une fantasmatique réalité, mais les règles de la logique elle-même, ou plutôt, la géométrie de ces règles. Ce changement de niveau, de point de vue, se traduit par un changement de logique, qui de classique, devient intuitionniste."

Voici 8 lieux insolites qui défient la logique !

La Philo en petits morceaux est une série de films d’animation sur des questions de philosophie des sciences à destination d'un public très large.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article