L’écologie qui ne demande pas la permission ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

L’écologie qui ne demande pas la permission ?

L’écologie qui ne veut plus que rester terre à terre, au ras des pâquerettes, ne peut qu’être très décentralisée. Le centralisme borné prouve tant qu’il conserve des décennies de retard au regard des solutions globales et de leurs mises en œuvre. En 4 points nous allons, sinon le démontrer, du moins le montrer. Tout arrive ? Oui. Le bon fonctionnement de la justice a bien fonctionné : mettre les grandes entités (conglomérats privées, entreprises semi-publiques, états, etc.) devant l’explicitation de leurs propres lois. Un seul exemple antérieur ? Le leasing, ce crédit très pervers. Ici, le versus automobile. Vous payez tout mais manquez un seul mois, ils récupèrent tout. Et exigent le paiement du reliquat sans vous restituer le véhicule. La Justice dans ce cas a (à une époque) défendu les lésés du leasing. Qui ont, en partie, eu gain de cause. C’est que le droit anglosaxon – en schématisant - aide les forts et est impitoyable pour les faibles. Le droit français reste plus mitigé : seulement nous avons eu des malencontreux dirigeants tous de droite dure (malgré des déguisements socialiste ou socio-libéral aussi truqués l’un que l’autre). Mais où est la victoire alors ?

Devant des molécules potentiellement si destructrices que les pesticides ce n’est pas aux dommagés de faire la preuve du préjudice. Mais bien aux producteurs et vendeurs du produit nuisible d’apporter la preuve qu’il n’y a aucun préjudice. Et afin de caricaturer la si grave vulgarité de droite « que vous importe la loi si vous n’avez rien à cacher »…que les lobbies chimiques prouvent qu’ils n’ont rien à cacher en respectant à fond la loi ! Et en la laissant agir démocratiquement. Oui « Un juge français saisit l’Europe sur la dangerosité des pesticides ». Ce titre, alors, prend une sacrée gueule. Complet renversement des accusations (plus des militants « accusés » de nuire à un…hors sujet mais bien un « en plein dans le sujet » de nuire, sciemment, aux populations….).

………………………………..******************************

"C'est une première en Europe qu'un tribunal pose une question préjudicielle sur l'évaluation (de la dangerosité par l'Europe) des pesticides", a indiqué Me Guillaume Tumerelle l'avocat des Faucheurs [[ ce qu’avait si nettement « refusé » le Parlement européen que d’accepter des « critères d’évaluation !]].

Occitanie/ariège-/-Glyphosate-le-juge-du-tribunal-de-Foix-saisit-l'Europe-pour-la-dangerosité-des-pesticides

 

Le président du tribunal correctionnel de Foix, Hervé Barrié, a accepté de saisir la Cour de justice de l'Union européenne à Luxembourg afin qu'elle dise si le règlement européen qui autorise le glyphosate et d'autres pesticides est "conforme au principe de précaution". Autrement dit, avant de sanctionner les accusés pour des actes avérés (destruction de matériel) il a préféré se poser une question essentielle : et si ces produits représentaient effectivement un danger potentiel ? Ça n’a l’air de rien, mais ça change tout. D’ailleurs Me Tumerelle, avocat de la défense, ne cache pas sa satisfaction. Voici ce qu’il a confié à France 3 :

Selon Me Tumerelle, "les méthodes d'évaluation des pesticides, dont le glyphosate, ne tiennent aucun compte des effets de cumul, ce que l'on appelle +l'effet cocktail+".
A l'origine de ce dossier, deux actions de Faucheurs volontaires,
militants environnementalistes opposés aux OGM et aux pesticides, la première en septembre 2016 à Pamiers et la seconde en mars 2017 à Foix,
lors desquelles ils avaient recouvert de peinture des bidons d'herbicide contenant du glyphosate dans deux magasins de bricolage.


Au total, 21 Faucheurs avaient été convoqués devant la justice pour "destruction volontaire en réunion" à une première audience en juin, renvoyé à une deuxième en août [[voir la vidéo très instructive…]]. Mais le 17 août, le président du tribunal correctionnel de Foix, suivant les réquisitions du parquet, avait accepté d'examiner les questions préjudicielles soulevées par la défense des Faucheurs, remettant sa décision au 12 octobre. Jeudi, le juge a demandé à la Cour européenne de se prononcer.


La juridiction européenne de Luxembourg doit rendre une réponse dans un délai de 18 mois avant que l'affaire ne puisse être jugé en Ariège. "Ce procès qui était local peut remettre en question le droit européen", a ainsi estimé Me Tumerelle. » Oui. Nous pouvons tout si nous comprenons que penser la globalité des problématiques reste le point de départ obligé. Ce qui implique de quitter, plus que définitivement, les « fausses » informations (puisque parcellaires et tronquées d’analyses) que servent les médias dominants (afin, justement, d’essayer de rendre toute action impossible !). Quitter aussi le moule et la forme de leurs soi-disant comptes-rendus (si dépassés, obsolètes et inobjectifs). Transformation de fond et de forme. Une fois ceci fait – dire le plus court possible CONTRE quoi nous sommes – soit contre « l’Agriculture industrielle du produire à mort » – La nourriture est sacrée. Elle ne peut servir de prétexte trop puéril de produire « à mort » juste « afin » qu’une poignée fasse d’absurdes bénéfices au prix de la santé et de la vie de la très grande majorité. Et très longuement pour quoi sommes-nous. Soit l’écologie qui ne demande pas la permission ! Tout simplement parce qu’elle est en avance et que ces permissions du futur c’est elle qui les ouvre. Il n’y a strictement aucun prétendu dirigeant sur le terrain où ce futur se crée. Ils ne peuvent donc donner aucune autorisation sur rien !

 

Égarés qu’ils se montrent dans leurs procédés de glaciation, de mitage et d’enclavement qui constituent la majorité de leurs activités. Le but demeurant l’INERTIE complète. Que rien ne change, que leur illégal règne prédateur continue et que nul ne puisse gripper l’engrenage qui n’est qu’absurde. Un pas de côté suffit, en effet, pour sortir de son monologue empoisonné, voir ses points faibles et affirmer le droit supérieur de dire ce qu’est ce…désordre démentiel. Comme, ici, mettre des produits de mort dans la nourriture sacrée. Avec la déficience mentale inadmissible du « court terme ». Comme gouverner c’est prévoir qui stagne dans le court terme se démasque le pire ennemi de toute gouvernance ou gouvernement. CQFD !

……………………….......*****************************************

Titre du document ? « L’usage par les juges français des connaissances scientifiques sur la dangerosité des pesticides. »

 

Vertigo.revues.org

Dans ce texte assez long et dense – nous trouvons tout ce qui permet à un juge français d’user de la question préjudicielle (suffit de cliquer sur les bleus) :

Le juge et les incertitudes en matière de responsabilité en cas de dommages imputables aux pesticides

« En cas de dommage avéré, toute personne ayant qualité et intérêt à agir peut chercher à engager la responsabilité de l’auteur du dommage devant le juge. Le requérant doit alors successivement prouver l’existence [[ou l’inexistence ]] d’un dommage, identifier le fait générateur de celui-ci et démontrer l’existence d’un lien de causalité entre les deux. En matière de pesticides, les incertitudes scientifiques se cristallisent autour de la preuve du lien de causalité [[ C’est ceci qui a été renversé par le Juge selon l’argumentaire ; vous vendez, prouvez l’innocuité du produit que vous vendez. Non plus prouver le dommage mais prouver qu’il n’en a aucun. Ce qui manque, alors, c’est l’absence du lien flagrant de causalité indiscutable. Puisque les lobbies ont semé la confusion si peu loyale. Dans un tel contexte, un juge doit clarifier : la démarche est tout à fait recevable.]] »…Vous pouvez suivre toute la démarche argumentaire en cliquant sur :

Le juge français et les données scientifiques en matière de pesticides

Il est instructif de voir dans un premier temps ce que recouvrent les connaissances scientifiques pour le juge en vue de pouvoir distinguer les différents usages qu’il en fait. Soit : L’appréhension de la connaissance scientifique par le juge français

La variété des usages de la connaissance scientifique par les différents juges

Le juge face aux connaissances scientifiques en cas d’incertitudes quant à la dangerosité des pesticides

« Les incertitudes relatives aux effets nocifs des pesticides sont légion au regard de l’ensemble des variables existantes : durée d’exposition, combinaison entre produits, pollution préalable des sols ou des eaux, conditions météorologiques, etc. En matière de mise sur le marché des produits phytosanitaires, le régime d’autorisation préalable est là pour prévenir l’apparition de dommages [[s’il y a dommages avérés c’est donc cette autorisation préalable qui se montre gravement en faute – en demeurant sur le terrain politique les conflits d’intérêts ne permettent pas de le prouver. La Justice, par contre (d’où les manœuvres dilatoires de la fausse réforme du Travail…), peut prouver que l’autorisation préalable aura …été illégale. C’est ainsi qu’avancent les choses dans le mensonge généralisé déclenché par les trop délinquants capitalistes]]…en l’occurrence sanitaires et environnementaux. Le débat primordial sur le caractère néfaste ou non d’un produit a lieu en amont de l’utilisation du produit. En matière de responsabilité, l’appréciation de la dangerosité et des doutes résultant d’études scientifiques s’examine au cas par cas une fois le dommage avéré. » A trop ignorer le processus argumentaire du langage juridique, nous nous privons d’une aide substantielle : 1789 a bien été mené, en grande partie, par des juristes. Et le Droit conserve, quoi qu’il soit fait, ce ferment révolutionnaire en lui !

………………………*****************************************

C’est que notre dossier de Droit afin d’abolir le capitalisme est bien plus étoffé et imparable que celui des capitalistes dans les cordes et trop ligotés par tant de cordages d’hypocrisies… Oui, nous possédons, actuellement, tout pour une transformation complète de l’agriculture : permaculture,   économie circulaire, économie de la fonctionnalité, du partage - pair à pair -, économie sociale et solidaire, monnaies complémentaires, et.... La nouvelle culture agricole, arrachée des griffes de l’industrie alimentaire si incompétente, pourra très bien suivre des règles saines telles : la nourriture est sacrée. Aucune industrie ne peut s’y opposer. La refondation de l‘existant n’a plus à utiliser la course aveugle et destructrice au seul profit ! Ce qui donnerait ceci (voir, aussi, les vidéos) :

 

Ecologie-integrale-pour-une-écologie-permacirculaire

 

« Il faut bien le constater, la transition numérique mondiale s’accélère tandis que la transition écologique, au mieux, marque le pas. Cette situation ne sera pas longtemps soutenable. Il importe de se donner le plus rapidement possible un objectif collectif qui corresponde enfin à ce qu’exige l’état de dégradation du système-Terre. Comment concilier une empreinte écologique radicalement réduite avec la pluralité actuelle de nos sociétés et de leur tissu économique ?


Chercher une voie de sortie, c’est changer de regard : en partant d’où nous sommes, sans nier nos désaccords sur les solutions à apporter, envisageons une pluralité de voies d’expérimentation – des micro-expériences citoyennes de permaculture jusqu’à la production industrielle la plus high tech en passant par les chemins de l’économie sociale et solidaire. À chacune de démontrer que ses solutions permettront d’atteindre l’objectif ultime : une empreinte écologique décroissante pour nous permettre de retourner puis de rester à l’intérieur des limites de la biosphère, sans renoncer à notre modernité, en œuvrant en faveur d’une priorité environnementale enfin claire et, à terme, libératrice. »

 

Voici qui, en peu de mots, prouve la supériorité intellectuelle, morale et affective des abolisseurs du capitalisme. Leur sens si adulte de « l’intérêt général », d’où le respect évident pour chaque être humain. Et personne n’est et ne sera oublié. En face qu’ont-ils ? La si pitoyable désagriculture intensive et l’industrie alimentaire qui perd du terrain chaque jour (voir le lien ci-dessous). Plus le…FAIRE MENTIR les lois, dans laquelle ils dépensent des milliards de milliards mais qui ne fait que…retarder leur fin toujours plus proche…

 

A-bout-de-souffle-les-hypers-en-quête-d'un-nouvel-introuvable-modèle

 

……………………….******************************************

 « Le livre (du 4 octobre 2017) porte une extraordinaire ambition. Celle de proposer une théorie économique radicalement nouvelle : l'économie symbiotique, capable de faire vivre en harmonie les êtres humains et les écosystèmes. Pour la première fois, Isabelle Delannoy propose une synthèse entre de nombreuses techniques et recherches mises en lumière ces dernières années : permaculture, économie circulaire, économie de la fonctionnalité, du partage, économie sociale et solidaire, monnaies complémentaires...

L'économie-symbiotique-d'Isabelle-Delannoy

En associant les bénéfices de chacune d'entre elles et en en trouvant le principe commun, elle parvient à des résultats époustouflants. Dans de nombreux domaines nous pourrions réduire de plus de 90 % notre utilisation de matière tout en redéveloppant les capacités productives des territoires. Nous pourrions remplacer l'utilisation du métal et des minerais par celle de plantes et éviter ainsi d'envoyer des êtres humains au fond des mines.

Nous pourrions créer des cités autonomes en eau, en énergie, en nourriture fraîche, mêlant immeubles-forêts et jardins filtrants, cités numériques et jardins d'hiver, autoroutes à vélo et véhicules auto-construits, agriculture, fablabs et manufactures locales. L'économie symbiotique s'appuie sur la symbiose entre l'intelligence humaine, la puissance des écosystèmes naturels et la technosphère (les outils).
En trouvant le juste équilibre entre les trois, il est possible de produire sans épuiser les ressources, mais en les régénérant. » Soit l’aboutissement de la Croissance verte, de l’économie circulaire (absolument Zéro déchet) et de économie permacirculaire (l’agriculture qui RÉPARE la Nature). Ce qui est fortement expliqué dans le lien :

interview/-/Croissance-verte-économie-circulaire-et-économie-permacirculaire

Le mystère du titre est donc élucidé - L’écologie qui ne demande pas la permission ? Parce qu’elle participe de « l’intelligence collective ». Qui, si nous bous accrochons bien, nous prouve à quelle point elle va vite et dépasse tous les savoirs des prétendus dirigeants, toujours plus isolés dans leurs autoritarismes qui aveuglent et leur pouvoir mité par le « tout pour moi et rien pour les autres «  (tout pouvoir qui ne se partage pas est son propre ennemi)

Et donc ?

………..Il apparaît que nous sommes vraiment le FUTUR. Eux, le passé…

 

 

……..…(à suivre)

 

………………………%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 3  "Nul n'est  nul",  "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?»  et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ;  et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (Qui a démuni les démunis ? Qui a déshérité les déshérités ? Qui s'est emparés des désemparés ? Qui a détressé les détresses ? Qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs ? S’il y a endettés, ils sont toujours précédés des endetteurs. Pas de travailleur clandestin qui n’ait été créé par l’argent clandestin. Et sans capital au noir pas de travail au noir,  etc. Tout se tient et les causes ne pourront plus échapper à l’implacabilité de la logique. Le règne moral des trop riches vient de s’effondrer), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

L’écologie qui ne demande pas la permission ?
L’écologie qui ne demande pas la permission ?
round gagné...roundOut...

round gagné...roundOut...

un arbre à vent

un arbre à vent

La synthèse actuelle surpasse la théorie néolibérale si archaïque...

La synthèse actuelle surpasse la théorie néolibérale si archaïque...

L’écologie qui ne demande pas la permission ?
L’écologie qui ne demande pas la permission ?
L’écologie qui ne demande pas la permission ?
L’écologie qui ne demande pas la permission ?
économie circulaire et économie permacirculaire à la rescousse...

économie circulaire et économie permacirculaire à la rescousse...

CONTRE – l’Agriculture industrielle : produire à mort – La nourriture est sacrée elle ne peut servir de prétexte trop puéril de produire « à mort » juste « afin » qu’une poignée fasse d’absurdes bénéfices au prix de la santé et de la vie de la très grande majorité.

CONTRE – l’Agriculture industrielle : produire à mort – La nourriture est sacrée elle ne peut servir de prétexte trop puéril de produire « à mort » juste « afin » qu’une poignée fasse d’absurdes bénéfices au prix de la santé et de la vie de la très grande majorité.

L’écologie qui ne demande pas la permission ?
L’écologie qui ne demande pas la permission ?
L’écologie qui ne demande pas la permission ?
L’écologie qui ne demande pas la permission ?
L’écologie qui ne demande pas la permission ?
réparer les dégâts de la vieille civilisation...

réparer les dégâts de la vieille civilisation...

L’écologie qui ne demande pas la permission ?
L’écologie qui ne demande pas la permission ?
ART - l’homme symbiotique

ART - l’homme symbiotique

Un juge du tribunal correctionnel de Foix, qui devait juger des Faucheurs volontaires poursuivis pour avoir vandalisé des bidons d'herbicides contenant du glyphosate, a accepté jeudi leur requête de saisir la justice européenne sur la dangerosité de ce produit.

Interview G E Seralini après procès d’Août devant le tribunal de Foix

Pesticides : FIN DE l'impératif économique plus fort que la santé publique ?

Procès Glyphosate Foix

Faut-il lui mettre des garde-fous ? "Bonjour, mon nom est Luc. Ma question concerne le pouvoir politique de la Cour de justice. En tant qu'ultime interprète des traités de l'Union européenne, la cour est souvent amenée à départager les compétences nationales et les compétences de l'Union européenne. Aujourd'hui, à peu près 75% des lois appliquées au niveau national viennent de Bruxelles. Ma question est donc, est-ce que la Cour européenne de Justice a trop de pouvoir, et bien évidemment est-ce que le Parlement européen va y faire quelque chose ?"

EN JUGEMENT : Agriculture industrielle : produire à mort - #DATAGUEULE 69

économie circulaire

l'économie symbiotique

Qu'est-ce que l'économie de fonctionnalité ?

Au Coeur de l'Eco : Biomimétisme et économie

Comment faire pour lutter contre l'épuisement de ces ressources aussi vite? Écoutons l'interview du Dr Kalina Raskin qui nous explique comment le biomimétisme et comment il peut s'appliquer dans des domaines aussi divers que l'énergie, l'agriculture et même l'urbanisme.

Et…la grosse vidéo : 1 h 40…Dominique Bourg - Vers une économie perma-circulaire?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article