Mystères du champ des champignons ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Mystères du champ des champignons ?

Le plus grand organisme vivant aujourd’hui est un…champignon de 9 km² de mycélium et de 5,5 km de diamètre. Il a 2 400 ans et pèse 600 tonnes…ce qui ajouté au fait que le mycélium du champignon se comporte comme s’il possédait une véritable intelligence le rend bien plus mystérieux encore. Intelligence mise à l’épreuve par des ingénieurs, par exemple, qui se font aider par eux afin de tester la fiabilité des infrastructures humaines…ce qui lui vaut, par ailleurs, des domaines de recherches carrément interdits (politiquement) aux humains actuels…Tout ceci n’est pas une manière très habituelle de présenter le champ du champignon. Et, cependant, elle lui correspond le mieux.

Mystères du champ des champignons ? Les champignons ont tout le champ ? Parties trop méconnues du corps global de la vie terrestre – ils doivent subir les…fongicides. Alors qu’ils demeurent le substrat indispensable du plus grand et efficace des réseaux de communications sur Terre : celui des arbres…Ils collectent tous les besoins, les carences et y…répondent. Véritable réseau immunitaire de la vie terrestre par son mycélium, les champignons unis représentent comme l’internet naturel de la Terre complète – comment est-ce donc possible ? Comment font-ils donc ? Et pourquoi ces fongicides pour ces pionniers de l’unité ? Un peu comme si, méconnus de par leurs fonctions difficilement transmissibles, les mathématiciens se voyaient… désherbés. Complètement illogique que de s’en prendre aux champignons…Oui le champ global des champignons est plus que nécessaire pour le maintien de la vie humaine. Le champignon fait bien partie de la famille, est-ce une raison pour le maltraiter ainsi ?

« Des chercheurs au Brésil ont mené récemment une expérience curieuse. Ils ont prélevé un bloc de 25 x 25 cm de terre de pâturage dégradée et l’ont enfoui dans une forêt voisine, et à sa place ont mis un bloc de la même taille de sol forestier. En moins d’un an, la structure des agrégats de l’échantillon de pâturage avait été complètement restaurée à des niveaux caractéristiques des forêts naturelles, alors que l’échantillon « étranger » de sol forestier s’était tassé et avait perdu en grande partie sa porosité. »…extrait le 30-10- 2005 du site : http://www.pour-les-animaux.de/la_vie_du%20_sol.html

L’assertion trop bourgeoise qui ose que si une information sort de l’ordinaire elle ne devrait pas être vraie et qui enferme, donc, le monde entier dans l’anthropomorphisme sordide du bourgeois est donc…fausse. Le champignon, nous surprend, sans cesse, énormément. Les photos qui montre sa diversité de formes de couleurs et de luminescences sont bien là afin de renforcer la sensation que le champignon ce n’est pas ordinaire et qu’il reste, pourtant, source d’abondantes informations…Un article très dérangeant – à réserver à qui a le cœur bien en place…notamment les chapitres informant…des domaines de recherches qui sont carrément interdits aux humains actuels…ne fait qu’épaissir le mystère (pourquoi l’interdire ?). C’est que les champignons seraient à l’origine de nos vies spirituelles passées ( ?). Bref, impossible à bien résumer. Il vaut mieux lire (en cas d’intérêt) toutes les quelques pages si bien informées.

Une-intelligence-mycélienne_-NEXUS-n°94

Voici qui cumule assez d’attractivités ardentes, par rapport au règne illégitime des médiocres. Et rabat, enfin, somptueusement le caquet à tous les inexcusables conformismes (simple, pourtant, tout le monde peut rester conformiste, oui, mais à condition de ne pas l’imposer, par des moyens fortement déloyaux, ce conformisme, aux autres…Avons-nous déjà vu des sensibilités fortes s’imposer ou des intelligences subtiles ?). Le champ du champignon obtient donc un maximum de valeurs ! D’autant plus qu’il peut contribuer à sauver la vie de la planète toute entière ! Rien que cela.

……………………………***********************************

Anthropologie-:-la-mondialisation-et-le-champignon

Le Champignon de la fin du monde. Sur les possibilités de vivre dans les ruines du capitalisme (The Mushroom at the End of the World. On the Possibility of Life in Capitalist Ruins), d’Anna Lowenhaupt Tsing.

C’est l’histoire d’un champignon, appelé matsutake, dont raffolent les riches Japonais depuis des siècles, à tel point qu’il servait de cadeau précieux pour honorer alliances, mariages et amitiés. Mais l’exploitation industrielle [[ si irrespectueuse de la vraie vie de la nature ]] des forêts japonaises, de la fin du XIXe siècle à 1945, conduisit à sa disparition totale à partir des années 1950. Or, cette même exploitation industrielle, dans un contexte écologique différent, l’a au contraire fait pousser en masse à l’autre bout du Pacifique, dans les forêts de l’Oregon, dès les années 1970. Une foule hétéroclite de cueilleurs s’est alors ruée sur cette manne : des hippies ou vétérans de la guerre du Vietnam fuyant les foules urbaines, des Latinos clandestins se cachant de la police, des montagnards des minorités ethniques d’Asie du Sud-Est (recrutés par l’armée américaine lors de sa croisade anticommuniste, aujourd’hui réfugiés politiques) cherchant mieux que les salaires de misère proposés dans les grandes villes. Via une cascade d’intermédiaires – acheteurs, trieurs, grossistes, revendeurs –, un trafic alimente désormais quotidiennement par avion boutiques et restaurants de luxe des mégapoles japonaises.

C’est cette histoire extraordinaire qu’Anna Tsing, anthropologue à l’université de Californie à Santa Cruz, raconte avec talent dans son ouvrage, où se mêlent étroitement l’étude ethnologique de ces communautés humaines précaires et l’étude écologique des équilibres instables entre espèces [[ Ce fait que tout le monde répète sans ressentir vraiment tout ce que cela implique que toutes les formes de vies sont « liées et reliées » . Et nous aussi…]]. Ces relations entre humains et non-humains, que l’auteur appelle des « agencements ».. ». Ce fait n’a peut-être l’air de pas grand chose mais la survie de la vie est mieux assurée par ces humains qui assument des relations, encore peu connues, avec les non humains – que par les monstres hors sol, hors réel, hors concret, hors sensibilités, qui sont bien devenus des anomalies de barbaries d’abstractions…

 

En-vingt-ans-la-Terre-a-perdu-un-dixième-de-ses-espaces-sauvages

Ce qui, cumulé avec tout ce qui avait été, si peu ordinairement, perdu avant, obtient un total sidérant…« Répartis en majorité en Amérique du Nord, dans le nord de l’Asie, en Afrique du Nord et sur le continent australien, ils ne couvrent aujourd’hui que 30,1 millions de km2 – soit moins d’un quart de la surface terrestre. « La perte du caractère sauvage de la planète en seulement deux décennies est stupéfiante », alerte James Watson, professeur de conservation de la biodiversité à l’université du Queensland [[Le bourgeois va dire que puisque c’est stupéfiant ce n’est pas vrai…mais trop malheureusement, c’est absolument véridique….au point que les « omissions » de tout ce que les techniques « avancées » détruisent en dit long sur la mauvaise conscience qui règne chez les …destructeurs …]].

Puisque, les milieux sauvages sont indispensables à la biodiversité mais aussi à l’absorption du carbone atmosphérique, à la régulation du climat à l’échelle locale ou encore à la vie de certaines populations humaines. « Leur valeur écologique est indéniable, confirme James Watson. Avec l’être humain qui altère une grande partie des processus naturels, ces zones servent aussi d’observatoires naturels pour étudier les impacts écologiques du changement climatique. » [[ cette assertion restant peu convaincante ;: car, depuis que s’accumulent l’extraordinaire d’études, de records sans cesse battus ou d’observations…inhabituelles, il est difficile de croire que de …faire appel à la seule raison des inertes conformistes sans sensibilité soit SUFFISANT !]].

Révolution-lente-Coerrance

Dimanche 4 septembre, la mise à jour de la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a également montré que les zones sauvages de la Terre sont des refuges pour de nombreuses espèces en péril, comme les zèbres des plaines, les éléphants d’Afrique ou encore les lions. « L’habitat d’un tiers des espèces mammifères terrestres se chevauche avec des milieux sauvages, indique James Watson. La perte de ces zones augmente donc le risque d’extinction des espèces déjà menacées. »

Toutes les régions du monde ne sont pas égales face au déclin de ces milieux. En Amazonie et en Afrique centrale, la situation vire à la catastrophe. Avec des pertes respectives de 30 % et 14 %, la dégradation des territoires sauvages s’y est accélérée significativement ces deux dernières décennies. « L’exploitation forestière et l’agriculture sont plus importantes dans ces zones, explique James Watson. Et la mise en place des espaces protégés prend du temps. » Tandis que la prise de conscience vraiment adulte ne prend que quelques secondes. Et la détermination d’agir se renforce avec le temps…Le bourgeois qui assène que tout n’est qu’amusement, que tout n’existe que pour divertir sa monstrueuse majesté, que tout appartient à son irresponsabilité ahurie ou que rien n’est vivant à part son échec de vie voit, ainsi, son image se défraîchir à la vitesse de la lumière…

……………………………****************************************

Lumières-sur-les-champignons-brillants

« Bleu, jaune, vert ou orange… Des insectes, vers de terre, poissons, mollusques ou champignons sont capables de vrais feux d’artifice. Ils brillent discrètement dans l’obscurité car, le jour, la lumière est trop intense. Ces phénomènes de bioluminescence, documentés la première fois chez les lucioles par les ­Chinois, il y a plus de 2 000 ans, restent pourtant mystérieux.

Un de leurs secrets vient cependant d’être trahi grâce aux travaux d’une équipe russo-brésilienne des universités de Sao Paulo et de l’Institut de chimie bio-organique, à Moscou (Académie des sciences de Russie), comme elle l’explique dans Science Advances du 26 avril. « On estime qu’il existe une trentaine de mécanismes de bioluminescence et, jusqu’à nos travaux, seuls sept étaient connus chez des lucioles, des bactéries, des crustacés… ­Depuis quinze ans, personne n’en avait trouvé de nouveaux », ­résume Zinaida Kaskova, chercheuse de l’Institut de chimie bio-organique de Moscou.

Avec ses collègues menés par Ilia Yampolsky, elle a relancé cette quête en 2014 avec l’identification d’une molécule-clé dans un ver de terre de la taïga, Fridericia heliota. Ils viennent d’élucider le mécanisme à l’origine de la couleur verte de certains ­champignons – 80 espèces sont ­connues pour briller –, portant donc à neuf le nombre de mécanismes connus.

« C’est un joli travail, car pendant longtemps certains pensaient que cette luminescence était due à des sortes de déchets chimiques. Or ils montrent que c’est la même ­origine que chez des milliers d’insectes, d’espèces marines ou d’une quarantaine de vers », estime ­Marcel Koken, biologiste au CNRS et au Laboratoire public conseil, expertise et analyse en Bretagne (Labocea).

La bioluminescence est un phénomène chimique dont les principes ont été mis au jour par le Français Raphaël Dubois en 1887. Une petite molécule, génériquement baptisée luciférine, s’associe avec une enzyme, la luciférase, précisément une enzyme mono-oxygénase ATP-dépendante. C’est une enzyme bifonctionnelle puisqu’elle catalyse les réactions de deux voies métaboliques distinctes, soit la voie de bioluminescence soit la voie de synthèse de l’acyl-CoA. » Voici qui n’est pas là afin d’apaiser le mystère : comment le champignon, si inhabituel en tout, peut cumuler autant de dons ? Parce que ce n’est pas fini ?  

 « Grâce à un réseau de minuscules poils absorbants et de partenaires (symbiose) fongiques filiformes appelés mycélium, les arbres dans une forêt sont connectés, en échangeant des nutriments et de l’information. Les biologistes le savent depuis des années et une nouvelle recherche suggère également qu’une fraction significative de l’approvisionnement alimentaire d’un arbre peut provenir d’autres arbres. » Et tout cela grâce à quoi ? Qui ou quoi les a précédés ? Eh bien l’intelligence des champignons !..

Une intelligence mycélienne : « Les champignons occupant quasiment tous les écosystèmes terrestres (les champignons aquatiques sont rares) en faisant preuve d’une adaptabilité et de stratégies extrêmement efficaces, on s’est posé la question d’une intelligence mycélienne… et on l’a mise à l’épreuve. » La question de l’intelligence dans le règne des fungis, les champignons, a donc acquis une réponse positive.

Et donc des magic mushrooms - Les champignons sont omniprésents dans nos vies et nous ne le savions mêmes pas….Si les champignons sont si utiles (même si nous n’en avons pas conscience) - ils peuvent même offrir de nombreux autres services aux hommes dont nous n’avons pas encore conscience. Vu tout ce que nous ne savons pas – notre futur (si nous sortons du système du refus de l’intelligence – nommé l’arriération capitaliste !) ne peut qu’être immensément…différent ! Dans le très bon sens du terme.

En forêt, les champignons colonisent rapidement branchages, brindilles et feuilles tombés au sol, et en transforment la lignine décrite : ils sont les seuls à pouvoir le faire en quantités considérables, dans les conditions édaphiques [1] courantes, cela grâce à leur système enzymatique particulier [2].

.[1] Les facteurs édaphiques sont les facteurs liés au sol. Ils peuvent être chimiques (acidité, salinité, etc.) ou physiques (structure et porosité du sol, etc.).

[2] Cette transformation n’a pas lieu tant que les branches, et le bois en général, sont sur pied où on ne retrouve pas les conditions édaphiques qui lui sont nécessaires. » Toutes les informations issues des champignons sont si gigantesques qu’il vaut mieux procéder par brusques tableaux réunis entre eux

………….....****************************************************************

Comme ceci - « Ça fait quelques temps que je n’ai pas publié d’articles sur le blog, et pour cause, depuis un peu plus de 3 mois, j’ai commencé une thèse dans un super laboratoire de la Franche-Comté (le comté, la cancoillote, le mont d’or et la saucisse sont devenus mon quotidien ;) ). Lorsque mes amis me demandent sur quoi je travaille, ils restent bloqués quelques secondes quand je leur énonce le titre de ma thèse…. Ils ne comprennent pas tout. Faisons un petit essai: “Modélisation du réseau trophique microbien des tourbières à Sphaignes”…. Alors ? Sur quels mots avez-vous coincés ? A mon grand étonnement, ce n’est pas le mot “modélisation” qui pose problème le plus souvent, mais l’expression “réseau trophique”. En fait, ça fait tellement longtemps que je fais de l’écologie qu’elle me parait pleine de sens et j’en ai vite oublié que ça n’était pas le cas pour tout le monde. 

 

Donc voilà une petite explication de ce que sont les réseaux trophiques, et les réseaux écologiques [[ ceux qui sont bien plus grands que Facebook, par exemple]] de façon générale.

 

Les relations entre l’ensemble des être vivants de la planète sont structurées au sein de réseaux écologiques [[ Et toc !]]. Vous vous demandez ce qu’est un réseau écologique ?  Un réseau, vous savez ce que c’est… Facebook, tweeter sont des réseaux sociaux, Viadeo, LinkedIn des réseaux socio-professionnels, votre club de foot, de rugby, de yoga ou de tennis constitue votre réseau sportif, et votre famille et vos amis appartiennent à votre réseau proche. Avec tous ces exemples, vous aurez compris qu’un réseau c’est une toile constituée d’éléments (dans mes exemples, les éléments sont des personnes) reliés entre eux [[ cela ne va pas, surgit le bourgeois, la nature ne peut pas être reliée à moi. Oh que ci, c’est une personne morale, comme vous, et sa vie, parfois, se préoccupe de l’ensemble du vivant…bien plus que nous !]]. »

Ce que ceci nous dessine : c’est que notre futur - si nous utilisons bien tout ce que nous ne savons pas mais entrevoyons déjà - est bien plus immense que tout le passé. Que l’Humanité n’est pas prête de disparaitre. Juste un système qui empêche toute évolution et que nul ne regrettera ! Ainsi les forêts c’est l’intelligence des champignons qui unit tous les arbres entre eux  !  Oui l’immensité accueille tout : et les champignons y sont si utiles (même si nous n’en avons pas conscience) - ils peuvent même offrir de nombreux autres services aux hommes. Dont dépolluer la planète, etc.…De même, les virus ne sont pas que des agents infectieux – ils auront contribué à la naissance des cellules complexes, à leur diversification, à la formation des embryons à travers le placenta, fait la différence entre les hommes et leurs proches ancêtres animaux, créé des émotions et… l’amour. Et même participé à la naissance du…cerveau humain tel que nous le connaissons.  Comment ils veillent sur le patrimoine génétique de l’Humanité ? Le texte, mis en lien, y répond. Les microbes ont toujours été présents avant nous ! Tellement avant…Puisque ce sont eux qui ont créé toute la vie sur Terre… « Semant » l’atmosphère et toutes les conditions nécessaires à l’apparition de toutes les formes vivantes nées après ces conditions d’existence. Et que tout ce qu’ils peuvent faire pour sauver notre avenir est complètement sous-estimé. Plus maintenant ?

Nos-vrais-amis-:-virus-bactéries-et-champignons

Oui des amis inconnus qui peuvent sauver les sols vivants. Comment ? Face aux sols, si détruits par la stupide agriculture chimique, il s’agit de revenir à 5 principes de base :

- Ne plus travailler le sol et réensemencer des vers de terre

– Mettre à profit leurs galeries pour remplacer le travail du sol, optimiser l’irrigation et favoriser la prospection des racines

– Les nourrir, les vers de terre, en amenant de la cellulose (par exemple : un mulch de foin)

– Ramener au sol les matières vertes produites

– Mettre à profit leurs déjections pour optimiser la fertilisation naturelle des cultures. Le texte en lien répond à bien d’autres questions !

……………………….*******************************************

Les interactions lignine-fongus ? Fongus (comme fongique) ce sont les premiers champignons. Nous avons vu  les si méconnus réseaux trophiques”, réseaux écologiques sans qui nous ne serions pas…vivants. Le fait que si peu s’intéressent à la vraie réalité des choses, et aillent jusqu’au bout…est une info extraordinaire pourtant…trop véridique…Nous allons, maintenant, entrer dans le détail  de ces  “réseaux trophiques”.

 

Du-couple-lignine-champignons-si-essentiel-pour-la-vie-du-sol

La conclusion du Manifeste sol et écosystème dans son ensemble ? Que le couple lignine-fongus constitue un binôme très efficace. Une hypothèse plausible de ce qui se passe dans les sols forestiers est que les éléments de départ des processus de pédogenèse sont d’une part le complexe lignine-protéines constituant le bois des rameaux et des radicelles ainsi que les feuilles retournant au sol, et d’autre part un éventail de fongus pour lesquels ces matériaux constituent l’équivalent d’un bouillon de culture.

À la suite de ces observations on voit combien c’est une grossière simplification, ou plutôt une erreur, que d’assimiler le travail des champignons à une variante des mécanismes de compostage : le compostage prépare la libération d’éléments minéraux mais n’initie pas une chaîne trophique complexe capable de s’autoréguler et de se régénérer comme en forêt. En fait, ce réflexe « matière organique et compostage » est au cœur de l’impossibilité de considérer en eux-mêmes les mécanismes par lesquels la forêt régénère les sols et restaure leur fertilité alors que l’agriculture les épuise.

À la suite de Gilles Lemieux,  abandonnant la béquille de la matière organique pour expliquer le fonctionnement de l’écosystème sol, l’auteur reprend ici ce qu’il pense être les éléments cruciaux et les mécanismes fondamentaux des réponses aux questions posées dans cet article. Malgré toute la complexité de la situation et le grand nombre d’inconnues, quand vient le moment d’exposer en détails le fil conducteur de la vision élaborée par Gilles Lemieux, cela peut être introduit assez simplement :

- En forêt, les champignons colonisent rapidement branchages, brindilles et feuilles tombés au sol, et en transforment la lignine décrite : ils sont les seuls à pouvoir le faire en quantités considérables, dans les conditions édaphiques  courantes, cela grâce à leur système enzymatique particulier  ;

- En régions tropicales, les conditions à la surface du sol sont très défavorables aux champignons. Les termites, et peut-être d’autres insectes, jouent alors un rôle capital pour que les fongus aient accès à ces matériaux ;

- D’où cette conclusion fondamentale : la clé de voûte de la pédogenèse (donc en forêt) est la lignine (les polyphénols) et les champignons capables de la transformer. Avec l’intervention humaine, en agriculture, la lignine est exclue et ce sont des mécanismes différents, plus malsains, qui prévalent  ;

- Ces champignons trouvent dans la lignine et ses sous-produits, à la fois la source d’énergie et certains des nutriments dont ils ont besoin pour leur croissance et leur multiplication. En particulier, des travaux ont montré qu’ils sont capables de mobiliser l’azote associé à la lignine, azote dont ils ont besoin, comme tous les autres êtres vivants ;

- Il est probable que, d’une façon ou d’une autre, ils fixent ou participent à la fixation de l’azote gazeux, mais c’est vraisemblablement au niveau du cyclage entre constituants de la biocénose que se passent les phénomènes importants ;

- La transformation de la lignine est d’autant plus active que les branches sont jeunes et fraîches : ce changement de rendement s’explique par la différence quantitative et qualitative du contenu azoté du substrat et la synergie qui semble s’installer avec le reste de la biocénose ;

- Très tôt dans le processus, d’autres formes de vie participent à ces transformations, et le processus se complexifie rapidement. Par exemple, les mycéliums sont des aliments de base pour une variété d’espèces animales qui ont elles-mêmes leurs prédateurs ;

- De proche en proche, la chaîne trophique se constitue et se referme jusqu’à devenir un système qui est auto-stable dès lors qu’il reçoit l’énergie du soleil à travers la photosynthèse (l’eau et les minéraux élémentaires étant disponibles dans le substrat) ;

- On est là au cœur des mécanismes de formation de ce qu’il est convenu d’appeler l’humus, et l’explication va au-delà de l’habituel…« … l’humus est produit par la transformation de la matière organique sous l’action de la microbiologie du sol, le type d’humus produit étant fonction de diverses conditions de milieu, telles que le pH… »

- D’où l’idée, suite à cette découverte, de mimer la nature en amendant les sols agricoles avec des branchages pour tenter d’y enclencher les mêmes phénomènes pédogénétiques. Des expériences ont été faites et ont donné des résultats inespérés, autant sur les récoltes que sur l’état du sol. Les branches étaient broyées autant pour des raisons de commodité que pour améliorer le contact avec le sol et faciliter la colonisation par les micro-organismes. L’équipe a nommé « bois raméal fragmenté » (BRF) le matériau ainsi préparé »…qui peut réparer les dégâts inexcusables de…

…. l’agriculture de la bêtise : l’industrie chimique qui prétend voler aux sols vivants, et derrière leurs dos, de la…nourriture ! A noter que la.pédogenèse est la formation des sols complets par les arbres, notamment avec le matériau BRF.

La Nature fait tout mieux que nous. (et les mystérieux champignons, champs de savoirs immenses, sont là pour insister)…

………………..Afin de la sauver, et nous avec, le mieux est de l’imiter

 

 

……………(à suivre)

………………………………..**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Mystères du champ des champignons ?
Beauté de ce champignon très adapté pour survivre sur la planète endommagée ?

Beauté de ce champignon très adapté pour survivre sur la planète endommagée ?

Le champignon qui peut survivre à la fin du monde ?

Le champignon qui peut survivre à la fin du monde ?

Mystères du champ des champignons ?
molécule génériquement baptisée luciférine/ luciférase, coauteur de la bioluminescence (de la vie qui brille).

molécule génériquement baptisée luciférine/ luciférase, coauteur de la bioluminescence (de la vie qui brille).

Mystères du champ des champignons ?
Mystères du champ des champignons ?
Mystères du champ des champignons ?
Tant de diversités quasiment méconnues - quels abus de négligences dans les manques de méthodes humaines...

Tant de diversités quasiment méconnues - quels abus de négligences dans les manques de méthodes humaines...

n'est-ce pas ?

n'est-ce pas ?

Mystères du champ des champignons ?
ET LE TOUT C'EST ENCORE DES CHAMPIGNONS...

ET LE TOUT C'EST ENCORE DES CHAMPIGNONS...

Mystères du champ des champignons ?
importance des champignons – en visuel…

importance des champignons – en visuel…

en somptuosités aussi...

en somptuosités aussi...

Mystères du champ des champignons ?
Mystères du champ des champignons ?
Mystères du champ des champignons ?

Le mycologue Paul Stamets dresse la liste des 6 moyens de sauver le monde avec le mycélium des champignons : dépolluer les sols, créer des insecticides naturels etc.

Les champignons au secours de la planète ?

Les réseaux de champignons et leur intelligence

Les mycorhizes, une alliance plante-champignon découverte en 1885 et mal connue ?

Magic mushrooms - Les champignons sont omniprésents dans nos vies et nous ne savions pas….Vous connaissez? Nous en mangeons, nous en attrapons :) . Mais sont-¬ils utiles, peuvent¬-ils offrir d’autres services méconnus aux hommes? C’est ce que Anissa va nous expliquer.

réseau fongique des arbres

Saviez-vous que les arbres pouvaient communiquer entre eux ? Eh oui ! Le botaniste Francis Hallé vous explique de quelle manière.

biomimétisme ou le vrai savoir du monde – loin de tous les artifices compassés et psychorigides…

les virus nous auraient créé – laissant leur empreintes à chaque étape de l’évolution – ils auraient même inventé …l’amour ! A l’avant-garde de l’évolution : tout le futur est précédé par ces virus veillants…

Le zoo «Micropia» ressemble à un laboratoire-musée. Il a ouvert ses portes mardi, à Amsterdam (Pays-Bas). C'est le seul lieu au monde à mettre en avant les microbes. Ces minuscules créatures sont indispensables pour l'avenir de notre planète

Apprendre, oui apprendre de la nature

Lorsqu’une info très utile est perdue par suppression de tout ce qui a été considéré… comme inutile et qui donc ne l’était pas. Ce qui est vrai en maths l’est encore plus pour la société complète. Les prétendus dirigeants ne savent vraiment rien…qui puisse vraiment sauver la vie et la planète.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article