Qu’est-ce qui délient les langues ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Qu’est-ce qui délient les langues ?

La langue est vivante, est une vie pleine tout autour de nous. Comme la nature, elle est un biotope nécessaire à notre développement harmonieux. Le langage partage, aussi, avec la Nature – le fait de tout savoir et de le savoir bien avant nous. Non de non, malgré les linguistes la langue reste une présence permanente, qui vibre et nous mouvemente. Elle n’est absolument pas une abstraction extraterrestre qui se trouverait dans un infini, mais très lointain et très…insonorisé. Jamais « ici » ! Jamais concrète et ses…concrétions ! Non, la langue est toute sensualité, sens, synesthésies et offertoire de sensations sensationnelles. Oui, il y a du jus dans le langage et, si nous apprenons, par un de ses côtés, ce jus c’est même le nectar des dieux ! Ce qui délie les langues ? Nous le « savons » mais, d’une certaine façon c’est trop tôt et inutile à transmettre. Mieux de commencer par le démontrer et le montrer. Le langage est tellement plus libre que nous !

 

La langue est une enveloppe de vie qui nous entoure de partout (- l’âge bourgeois est comme une tentative de mise à mort de la langue, en tout cas, de sa conduction vers une inertie passive et apathique ! -). Aussi, est-ce une chance insigne que de « rencontrer » la langue, en vrai. Afin de le raconter, des témoignages divers nous permettent de les regrouper tous sous un « je » synthétique. Depuis que la langue m’a permis « d’entendre » tout en articulant de mon côté. J’ai trouvé la bonne diction qui « ouvre » toutes les saveurs (sapiens) les plus prodigieuses du suc unique que contient chaque mot. Oui, depuis que j’entends la diction, le dictionnaire devient l’apprentissage enchanteur d’une diction si précise, si précieuse. Et tous nos textes précédents nous ont bien éclairé sur ce fait : que les autoproclamés professionnels n’y entendent vraiment pas grand chose. En eux/elle ne siègent que leurs insipides et insonorisés ressassements. Bon, l’ardeur est un feu (comme l’igné de l’indigné le précède), un feu plus paisible que l’indignation, mais tellement plus puissant. Suit la passion qui est l’immense joie de la vie qui chauffe en nous. Et le langage appartient à la passion. Que nous passions avec nos passions, prouve à quel point le langage nous fait tout TRAVERSER. Passer à travers, l’étrave ailleurs, étraverse-t-elle tout ? Ou quoi ! Bon, je suis mouvementé.

 

Et les mots sont dans chacune des cellules de mon corps – comme le chef d’œuvre « Nul n’est nul » permet de le rejoindre et joindre. Étant dans chacune des cellules du corps, celles cellules, nous pouvons apprendre à tout orchestrer, mettre en harmonie, au diapason. A goûter la saveur de savoir. Tout autant (le corps est vaste) que de dire ce que nous avons au fond du cœur, au fond du corps. Oui de l’articuler (nos articulations corporelles aident aussi, c’est clair) …qui parle « bien » a mis en accord tout le corps pour prononcer. Plus haut encore, il parvient à SE prononcer. Dire son opinion la plus singulière de la plus fidèle manière. En prononçant le «se», le soi, le même de l’id-Entité, id pour idem. Le langage reste un palimpseste dont il s’agit de savoir lire en dessous. En dessous, c’est, géologiquement, avant. Et avant c’est, géographiquement, ce qui précède, est tout devant, en première ligne (…dans le temps c’est avant (donc derrière) -, dans l’espace, c’est devant), oui cet unisson du but flamboie de l’ardeur de dire, et de le dire tout neuf. Se prononcer c’est se montrer dans toutes les racines de son être, signer par le stylo de son universalité…

 

…………………………***********************************************

 

Clair,  qu’il faille s’habituer au fait que si le langage dit le SENS c’est avec tous nos sens, avec le corps le soir au fond de moi, avec nos possibilités de s’émouvoir qui font tout mouvoir, les sentiments qui, avant tout, s’épanouissent en un immense oui, oui ouisse, jouissent, Un assentiment somptueux que les sentiments. Mais à quoi tangiblement ? A la liberté qui permet que les mots « jouent » comme une pièce de moteur joue bien dans son rouage, s’incruste excellemment dans le mécanisme et marche et fonctionne. Sauf que ce « jeu » est celui de l’ajusteur non du superficiel joueur…le langage ne joue jamais (pas de « jeux de mots » !), il met du jeu ajusté et juste partout…Le vaste moteur n’est pas auteur mais on le dirait parfois. Et donc ? Je (toujours ce je de synthèse des témoignages)…fais du vélo d’assez longue distance et pas pour « battre » des records. Pas pour briller ou bien seulement à l’intérieur de moi. Puisque le vélo permet, entre autres, de devenir le paysage, de se fondre dans l’immensité, d’en faire partie…prenante. La peau respire au rythme de l’air qui résiste à mon avancée. Les odeurs pénètrent tout le corps telles des rivières de paix. Les fluides ronronnent en moi. Bref je sens et ressens. Et, il m’est même arrivé dans des lieux très isolés (peu de circulation, quasiment pas d’humains) dans un silence si…majestueux de seulement exister, de vivre…un unisson de la nature incroyable.

 

Il y en eut d’autres. Ne parlons que d’un, le plus proche de la perfection. Je m’avançais sans bruits et…un jeune oiseau demeurait à un mètre au-dessus de moi à suivre ma course et à chanter à tue tête son bonheur. Puis, plus loin, désirant m’arrêter, je vis un plaisant virage et à peine…stoppé, un demi-cercle de vaches curieuses dans ce champ en pente, s’approchèrent « ensemble » au maximum de la clôture. Me dévisageant avidement, elles faisaient leurs commentaires entre elles en se lançant des regards de compréhension. L’oiseau demeurait immobile et en chant. L’air même semblait participer à l’idylle. Le petit ruisseau ruidait son cristalliniennement. Les insectes vibrants écoutaient. Et le tout semblait tellement…familier ( ?)…Tout l’environnement n’était-il pas entré dans un unisson sans faille : la Nature avait pu partager le même instant de vie avec une nature humaine en paix intégrale.

 

Ceci, rien de notre prétendue civilisation ne pourrait en rendre, fidèlement, compte (pas de lieux ni d’oreilles pour cela). Cependant, le langage peut faire vivre des unissons comme ceux de la Nature ! Il existe afin d’unifier, de fédérer…C’est que nous sommes en infini retard sur l’Évolution. Elle reste évoluée et nous très peu, en moyenne. Le langage peut nous aider à vite rattraper ces retards. Il sait faire faire des pas de géant. Ceci délie toutes les langues : la prise de conscience que le but est proche. Et que ce but concentre tout. Concentre c’est-à dire ? Qu’il commence maintenant et se montre bien plus loin. Il se poursuit mais il est déjà entièrement présent ici. Que ce but est le changement lui-même, l’accomplit, l’accompliment, nous complimente et nous entraîne dans son mouvement complet.

 

Pour cela, suffit juste d’admettre que les mots sont vivants et qu’ils ne nous veulent que du bien, surtout à ceux/celles qui savent que les pouvoirs ne convaincront jamais personne. Contraindre n’est pas convaincre. Forcer n’est pas argumenter ; et toute force peut devenir…forcenée ; hors de sens, hors de raison, hors de civilisation. Non, un pouvoir n’a rien de séduisant, rien  de rien, pour qui ne veut pas avoir un cœur…rompu et corrompu. Et de voir ces hideux drogués au pouvoir comme les marionnettes de ce qui les…possède, démontre à quel point un pouvoir furtif peut peu. Oui peut…peu !

 

A.Danchin-/-causeries/-langage_pensée

On prépare l’avenir en créant une image intérieure de l’environnement. Préalable : les neurones miroirs sont là pour cela.et le langage entier est le message. Le « médium » n’est qu’une si secondaire instrumentalisation ! Le medium n’est pas le message : dès que nous « retrouvons » la nature (la véridique culture !) toutes les foutaises des idéologies s’évaporent d’un coup. C’est bien cela qui délie les langues : les si incroyables vertus thérapeutiques du langage. Qui guérit de tout : toxicités des pouvoirs, hallucinations des gloires « fabriquées », idéologies engluées dans les mots et que ces mêmes mots abattent, « croyances » vraiment stupides en la divinité de l’argent, abus de positions dominantes et non respect unanime des lois et de la pure réPublique par les si fausses élites actuelles (oui pendant ces décennies c’est la télévision qui a…tout commandé. Avec ses millénaires de retard sur le respect de la vraie vie !), etc. Les langues se délient et disent tout de ces servages indignes. Qui n’ont plus à…durer. Aucune prolongation ! Rien ne rend plus libres que tous les mots ! Nous sommes à la veille d’une libération collective qui part toute entière des vies intérieures qui ont su ternir le coup dans l’infamie du capitalisme : cette grave honte politique, législative, judiciaire et économique. En rien cette anticulture n’aura respecté les lois naturelles ni mêmes républicaines. Exit garanti.

…………………………......********************************************

Ce qui délie les langues c’est la reconnaissance. Le besoin d’être reconnu, admis(e) comme existant, tel l’interlocuteur/trice valable, ayant droit d’opinion, pouvant exprimer son avis, avis obligatoirement important, etc. (plein la hotte)…ce qui provoque tout ce « bruit » (ce qui parasite tant la clarté de la communication) avec tant d’i(nter)ruptions impromptues qui ne veulent dire que : je suis là, faites signe, je dois être nommé, je fais du bruit pour redire et rerredire ces droits, etc. (plein la). Ce qui fait que  80 % parfois de ces échanges ne sont encombrés que de ceci : une bruyante et trop visible soif de reconnaissance ! Sauf que les débats publics ne sont pas le lieu pour ces reconnaissances, que le sérieux vital de l’élucidation de la société n’est pas le terrain pour dés-altérer ces soifs, etc. Est-ce, alors, possible d’inventer des marqueurs de reconnaissances qui enlèvent toutes envies de se signaler ainsi ? Et dans les circonstances qui ne sont pas faites du tout pour… Ou, tout comme les « syntaxes d’atténuation » n’existant pas encore, alors que les descriptions peuvent effleurer l’abrupt et le coupant, le blessant et le meurtrissant, sans jamais être issues d’une telle intention ? Limpide que ce qui délie les langues est l’appel à la reconnaissance massive de chacune et chacun. Et que les mediums de masse (squattés par des pouvoirs illégaux) ne peuvent l’assumer. De l’anti-interactivité partout…Nettoyons par le message de tout le langage les médias-médiums, soulageons les de toute présence « étrangère » (argent, pouvoir, fausse gloire, etc.) et toutes les langues seront déliées. Puisque, concrètement, reliées.

 

Enfin ? Ce qui attire c’est ce qui résonne dans l’intime (comment me personnaliser ?)…et ce que cela donne ? Va-t-il y avoir des transformations ? Qui le sait ? Vont-elles amplifier mon espace de vivre ? Vais-je vivre de l’extraordinaire ? Oui, le but est-il proche ? Comment ne plus se gourer sur les infos ? Je veux me sentir reconnu-e pour ce que je suis. C’est très important. Je suis important…Et si, au lieu de s’égarer dans les abus de pouvoirs, de positions dominantes, les corruptions d’utilisations des richesses des autres, etc. - nous admettions que les partages simplifient absolument tout. Biens communs, Propriétés collectives des moyens de productions, Plafonnements impératifs des patrimoines et pulsions d’enrichissements solitaires délirantes considérées comme graves maladies mentales – si peu d’actes, d’actes si simples et TOUT change…vraiment que toutes les langues se délient !

…………………………….*************************************

 

Parler à fond une langue fait comprendre toutes les autres ? L’homme qui lit atteint l’universel. Il n’incarne plus un seul groupe, des intérêts précis et fermés, une classe sociale, un seul étage de la société, non, il transcende toutes les définitions et ne connaît plus rien qui lui reste étranger. Il épouse le multiple dans sa complexité. Et qu’est-ce qu’un président fédérateur, sinon celui qui épouserait le multiple dans sa complexité ?

 

Le contour de ce qui conte, est conté et le conteur et son contour…« C’est la langue qui a besoin d’être simple, et les opinions un peu compliquées. » (Jean Paulhan). Le langage n’a plus besoin de …parasitages d’éléments parasites – par contre, les opinions ont besoin de se discuter, palabrer, délier, densifier, complexifier, nuancer, s’étendre, ne plus rester sommaires et simplistes…il faut descendre dans les rues et les places – et se mettre à parler avec absolument tout le monde. La société est enceinte depuis bien trop longtemps, il faut faire naître le bébé. Que les langues ne se sente plus liées par les faux contrats de la société de mensonges de ces dernières années…qu’elles se délient entièrement et fassent naître la …civilisation nouvelle !

Ce que c'est qu'apprendre une langue et ce qui facilite son apprentissage ? Découvrir comment la langue fonctionne Prendre en compte une culture communicante dedans ? Au lieu d'inculquer, sauvagement, des règles abstraites... (déjà de leurs conséquences et, à ce sujet, de l’irresponsabilité inacceptable des …irresponsables qui se croient aux pouvoir !) ... faire acquérir des compétences de communication. Dire c’est diriger.

…………………………*******************************************

 

Les effets de l’acculturation actuelle ? Cette réaction irréfléchie…. « donc mes amis, on met plus de Nike, plus d'iphone, plus de coca, plus de mac do ni kfc.... c'est le premier pas d'une révolution... vous ête's des nôtres »…..Réponse historicisée… « Cela n'a rien à voir avec le consumérisme, c’est de nos émotions, sentiments et pensées singulières dont il est question...étrange que dès que le mot culture sort il ne s'agit plus….QUE de produits de consommation de masse. Culture = commerce alors ? »…ben merde alors ! Qui se montre complètement…« aliéné », hors sol, hors réel, hors raison, hors sensibilité ouverte ? Justement qui prétend guider les autres ! Bingo. Faut changer à 100 % de leaders et les bonnes idées sont les vrais leaders

 

Documents-de-formation

 

Former pour tout le 3ème millénaire non que pour le XXI ème siècle. Le réel est Gigantesque et les idéologies…si minuscules !

 

Un coup d’œil ? « L'intelligence artificielle existait avant l'invention de l'ordinateur. La neurolinguistique n'est que la continuité de la domination doxastique et de la psychanalyse. Ce que dit cet homme est faux. La langue c'est vivant. Si certain prétendent comme lui que la langue est un dogme sont des gens en effet programmés et que lorsque le langage est réapproprié par le peuple, les sophistes (s)ont perdu(s). Les académies, les institutions ne sont faites que pour instrumentaliser le langage par les bourgeois et les vains illusionnistes. » Tout ceci est d’un passéisme si peu reluisant. Passéisme qui n’aime rien sinon ses désuets reflets !

 

La-langue-lie-à-quoi ?

 

L’étude d’évaluation des rapports de compréhension interne de la langue et de progressions dans tous les domaines intellectuels.

 

…………………………………**********************************

Faut vraiment aimer les mots ! Enfin…la sensation agréable de ne plus se sentir tout seuls ? Les langues vivantes ont beau sembler très éloignées, elles ont pourtant des racines très proches. Les pouvoirs actuels, si rétrogrades, ne veulent pas en entendre parler…de l’unité radicale ! Démonstration par l’absurde ? Tout le monde admet que nous ayons très peu d’ancêtres et ces ancêtres étaient communs qui créèrent toute l’Humanité actuelle. Et non une multitude d’ancêtres – et nous serions tellement moins nombreux qu’eux. Tous les chiffres démontrent que l’humanité augmente en chiffres – donc à l’origine une humanité très restreinte, mise en commun. Et ? Et cette humanité très restreinte parlait toute des langues différentes, aucune langue commune au départ lorsqu’il y avait si peu d’humains. D’ailleurs Adam et Ève ne parlaient pas la « même » langue…Cette absurdité folle ; une humanité commune au départ et absolument aucune origine commune des langues toutes différentes dès l’origine – ne tient pas la route. Ce pourquoi il est INTERDIT de parler des origines. Oui interdit dans les statuts des sociétés de…linguistique. Tout accès collectifs aux raisonnements interdits. Et tous arraisonnements sur les humains et…le langage qui « appartiendraient » complètement à ces si peu humains entièrement incohérents. De tout ceci les langues se délient…

Faut vraiment aimer les mots ! Cela fait trop longtemps oui que la bêtise costumée règne…nous ne sommes plus seuls, nous ne nous sentons plus seuls, ces reliques d’un passé fini (ceux/celles qui croient diriger) sont bien en train de disparaître…

………………………………….les mots ne les regretteront pas.

 

 

….………..(à suivre)

………….……………....……**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

le mystère des pierres mouvantes (elles se déplacent toute seules) a trouvé une explication naturelle.

le mystère des pierres mouvantes (elles se déplacent toute seules) a trouvé une explication naturelle.

Qu’est-ce qui délient les langues ?
Qu’est-ce qui délient les langues ?
L’Onomaturgie ? L’art ou la science de créer des mots

L’Onomaturgie ? L’art ou la science de créer des mots

où est la diction qui n'est pas que...phonétique mais globale (de tout le corps - se "prononcer")...?

où est la diction qui n'est pas que...phonétique mais globale (de tout le corps - se "prononcer")...?

L'omission inexcusable d'éclaircir que la majorité des mots sont formés sur les verbes (même si ce n'est pas toujours facile à découvrir !) aboutit à l’absence criante d’une...table périodique des mots (prédisant leurs futures créations - tels "détresser" pour la détresse...). Les dogmes nous ont mis en retard sur la réalité vraie !

L'omission inexcusable d'éclaircir que la majorité des mots sont formés sur les verbes (même si ce n'est pas toujours facile à découvrir !) aboutit à l’absence criante d’une...table périodique des mots (prédisant leurs futures créations - tels "détresser" pour la détresse...). Les dogmes nous ont mis en retard sur la réalité vraie !

rêver de révérences ? rêver de révérences ?

rêver de révérences ? rêver de révérences ?

l'évolution des oiseaux se voit bien plus...

l'évolution des oiseaux se voit bien plus...

Qu’est-ce qui délient les langues ?
Qu’est-ce qui délient les langues ?
Qu’est-ce qui délient les langues ?
Qu’est-ce qui délient les langues ?

Parle-moi et je te dirais qui tu es. Saviez-vous que la langue que nous parlons influence notre façon de penser et de concevoir et ressentir la réalité ? Parlons-en...

Nommons nos noms ? Nos mon ne sont pas vos leurs ? Valeurs DE nommer oui ce qui va arrêter les voleurs au pouvoir ?

...no more – la vidéo montre un chat qui apprend à articuler les sons dans le but de se faire comprendre…la diction juste nous personnalise donc vraiment…http://dai.ly/x5kzbmt

Lire dire écrire sans un domaine de négligé…rapport langues et savoirs (ouvrir c’est œuvrer)… C’est l’élève que l’on élève

Une autre parole tellement peu entendue...

Le langage c’est un corps qui fait son sport...en géographie et histoire...

…Lors des découvertes de l’inconnu…

le corps même du langage...

ceci est mieux dit en français...

Lorsque la culture n’est plus « qu’une » industrie – nous en perdons déjà 80 % (loi de Pareto). Le langage libère et eux pas...

Contraintes des institutions par rapport à la maitrise de la langue...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article