Curieux des curiosités (4)

Publié le par imagiter.over-blog.com

Curieux des curiosités (4)

Nous laissons ce texte afin de se trouver face à rébus en buste...Oui ? Il n’y a que dans les miroirs que la symétrie existe ? Puisque dans tout l’univers, d’après les connaissances actuelles, c’est la brisure de la symétrie qui prévaut. Deux informations rigoureusement exactes – sauf qu’elles ne sont pas assez mises en contacts. Miroirs que pour l’admiroir de l’humain, l’univers, lui, n’a pas besoin de miroirs, il va franco dans le réel…sans intermédiaires illusoires ? Le miroir est, ainsi, un véritable trompe l’œil, en lui se réfugie la symétrie…d’où l’absurde société du spectacle où l’image parait plus essentielle que la réalité. D’où, aussi, la majorité des humains vivant « dans » les miroirs non « dans » la réalité…Rares celles ou ceux qui vivent la physique quantique avec leur corps et leur sensibilité – plus rare qui « vit » la brisure de la symétrie et la physique véridique. 2 romans, nettement en avance sur l’époque, le font pourtant, de 2 différentes manières

 

« Je ne parle plus à qui a raison » – la très grande ligne de faille de l’Occident, celle-là même qui démasque les fausses élites…

Et « Remue-ménage » - qui va du côté le plus non-dit des non-dits. Tel ? Pourquoi le libéralisme ne peut survivre sans bannir tout amour (étant bien entendu que le vrai amour c’est de partager les richesses !) ? Voir les références plus loin… D’abord, dernières nouvelles de l’univers ?

 

L'astrophysique-vient-de-basculer-dans-une-nouvelle-ère     purée, c'est de nous qu'ils parlent !

…………………………..************************************

« Les recherches se poursuivent au CERN pour tenter de comprendre pourquoi l’Univers existe. Pour l’heure, une symétrie complète entre la matière et l’antimatière est encore mesurée, laissant les physiciens encore perplexes.

Les-derniers-calculs-suggérent-que-l'univers-ne-devrait-même-pas-exister

 

 « L’Univers ne devrait pas réellement exister », explique Christian Smorra, du CERN, dans la revue Nature. Une asymétrie doit exister quelque part, mais nous ne comprenons tout simplement pas où est la différence. Quelle est la source de la rupture de symétrie ?”*** . Mais de quoi nous parle-t-il, exactement ? Imaginez le Big Bang, il y a (vraisemblablement) 13,8 milliards d’années, cet instant où nous passons d’un monde originel à un Univers palpable. Tout se passe très vite, trop vite pour notre petit cerveau. Au cours de la toute première seconde qui suit le Big Bang, une inflation s’est déjà produite ; la taille de l’Univers a alors augmenté de façon exponentielle, celui-ci ne se composant que d’une bouillie de particules élémentaires de matière et d’antimatière brûlantes (quarks et anti-quarks, électrons et anti-électrons, neutrinos et anti-neutrinos) qui formeront ensuite des protons ou des neutrons. C’est au cours de cette première seconde que la matière prend le «pas» sur l’antimatière.

La-nature-de-l'univers

Les deux ont été produites en même quantité ; seulement, et pour une raison que les cosmologistes ignorent encore, les deux ne se sont pas comportées de la même manière. Si les deux matières se rencontrent, elles s’annihilent. Or, la matière a remporté son match contre l’antimatière. Ainsi, au terme de ce processus d’annihilation, au lieu de la disparition de tout ce petit monde, il est demeuré un surplus de matière [[ auquel nous participons]]. Et grâce à ça, nous sommes aujourd’hui là pour en parler, 13,8 milliards d’années plus tard. Comment alors est-ce possible ? Si matière et antimatière ont été produites en même quantité, comment se fait-il que la matière ait supplanté l’antimatière ?

Scientists-have-concluded-that-the-universe-shouldn-t-really-exist

Au CERN des recherches sont menées en ce sens pour tenter de comprendre les processus en cours. Les physiciens étudient notamment les propriétés magnétiques des antiprotons, les versions « antimatières » des protons réguliers, dans l’espoir de déceler ce déséquilibre entre les deux types de matière. Mais des premières mesures n’ont révélé aucune divergence. Pour les intéressé(e)s, la mesure de la force magnétique de l’antiproton était de -2.7928473441 magnétons nucléaires, ce qui correspond à la valeur positive du proton. Mais les chercheurs ne désespèrent pas. Des mesures plus précises à l’avenir pourraient en effet permettre d’isoler cette légère convergence, raison pour laquelle nous sommes tous ici, en train de respirer. »

Source : SciencePost

 

>>>> - *** pour les curieuses/ curieux les romans « Remue-ménage »  et « Je ne parle plus à qui a raison » sont basés sur cette rupture de symétrie et apportent leurs témoignages afin de solutionner la présence effective de l’univers. En nous. Et tout le temps. Les livres « précéderaient » toujours les découvertes scientifiques ? En tout cas, les télécharger gratuitement c’est sur http://www.freethewords.org/ (à rechercher dans le sommaire).

 

…………………....***********************************************

 « Des physiciens cherchant à déterminer la plus petite distinction entre matière et antimatière ont atteint un nouveau record en mesure de précision, tout en dévoilant un paradoxe. Le moment magnétique -grandeur grâce à laquelle on peut définir l'intensité d'une source d'origine magnétique- des protons et antiprotons sont à peine dissemblables, ce qui amènerait à postuler la non-existence de l'univers!

L'-univers-n'-existe-pas

 

Le moment magnétique d'une particule détermine la façon dont elle réagit à une force magnétique externe. Selon un article paru dans la revue Nature, des physiciens sont parvenus à améliorer la précision de mesure du moment magnétique d'antiprotons d'un facteur de 350. La précision de mesure pour l'antimatière est désormais supérieure à celle de la matière : pour l'antiproton, elle s'établit à 2.792 847 344 (exprimé en unité de magnéton nucléaire) et à 2.792 847 350 pour le proton. Une distinction à peine perceptible. Cela confirme quoiqu'il en soit que l'antimatière est l'image miroir précise de la matière

Matière et antimatière : Ce qui fait apparaître un problème, déclare le physicien Christian Smorra, participant à l'expérience. Car s'il y a symétrie complète entre matière et antimatière, le cosmos ne pourrait donc pas exister. "Il faut donc fatalement qu'une asymétrie existe quelque part mais nous ne voyons tout simplement pas où elle se situe." Elle se trouve peut-être dans une autre des caractéristiques fondamentales de la particule, comme la masse, soutient Stefan Ulmer, chercheur au CERN, l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire. "Il y a fatalement une distinction."

……………………………....'******************************

« La rupture de symétrie est devenue une image reconnue depuis qu’elle décrit l’évolution de la matière et de l’univers. En fait, elle est aussi une constatation de notre vie de tous les jours. Tout d’abord, il faut rappeler ce qu’est la symétrie au sens physique. Il s’agit d’une propriété du système selon laquelle il n’y a pas de direction de parcours privilégiée, dans l’espace et le temps, pas de direction de rotation privilégiée non plus.

La physique a fait remarquer que les symétries équivalent aux lois de conservation. C’est effectivement une constatation très importante. Mais la physique a aussi cessé de croire que "tout se conserve". D’où de multiples "ruptures de symétrie".

Pourquoi dire que nous vivons quotidiennement la rupture de symétrie ? En effet, chacun d’entre nous constate que nous reconnaissons la différence entre le haut et le bas. La gravitation terrestre est sensible non seulement aux êtres conscients que nous sommes mais aussi à toute la matière. C’est une rupture de symétrie puisqu’une direction est privilégiée, celle de l’attraction terrestre. En tant qu’êtres humains, nous connaissons une autre rupture de symétrie, celle qui nous permet de reconnaître notre droite de notre gauche.

Une autre symétrie brisée que nous connaissons bien est celle du temps. Nous distinguons en effet présent et passé et avons bien du mal à imaginer des niveaux du réel où une telle symétrie existerait entre le passé et le présent, comme cela semblait le cas pour les particules. Le caractère "spontané" de cette rupture de symétrie signifie que ce n’est pas une action extérieure à la dynamique qui produit ce changement brutal dans la structure géométrique du système. Il n’y a pas de miracle et pourtant il y a un changement rapide et qualitatif du système avec apparition d’un paramètre nouveau et d’une directionnalité nouvelle.

Comme on vient de le dire en débutant, une telle rupture spontanée de symétrie est l’interprétation donnée pour comprendre l’apparition de la matière et de la lumière dans l’univers du vide quantique. Gilles Cohen-Tannoudji l’explique dans "La Matière-espace-temps : "Des transitions de phase s’accompagnant de brisures de symétrie ont différencié les particules et leurs interactions, et produit le germe de toute la variété des structures actuellement présentes dans l’univers."

….………………….........************************************

>>>> - citations - <<<<<<< "On sait que la symétrie joue dans les phénomènes physiques un rôle fondamental. Les symétries sont certaines propriétés des lois de la physique ou de la matière qui se vérifient quand un système subit une transformation géométrique donnée. (...) Les équations de la physique sont supposées invariantes par translation dans le temps. La structure cristalline des solides, c’est-à-dire l’arrangement périodique des atomes dans les solides, leur donne des propriétés particulières de symétrie. Quand on cherche la nature la plus fondamentale des interactions physiques, on y trouve toujours des propriétés de symétrie, comme c’est le cas de la correspondance entre la matière et l’antimatière."

Bernard Sapoval dans "Universalités et fractales"

« Les lois de symétrie ne peuvent régner que sur des systèmes physiques dans lesquels les lois de conservation sont déjà instaurées. Elles ne règnent que sur un monde immobile, sans passé et sans avenir, où l’évolution n’a pas droit de cité et où le temps ne s’écoule pas. »

Georges Lochak, dans « La géométrisation de la physique »

"Les découvertes en physique au cours des dernières décennies nous ont conduits à accorder une grande importance au concept de symétrie brisée. L’évolution de l’univers depuis sa naissance est envisagée comme une succession de brisures de symétries. Lorsqu’il surgit du Big Bang, l’univers est symétrique et sans structure. Au fur et à mesure qu’il refroidit, il brise une symétrie après l’autre, et autorise ainsi l’apparition d’une structure de plus en plus différenciée. Le phénomène de la vie lui-même prend naturellement sa place dans ce tableau. La vie aussi est une brisure de symétrie."

F. J. Dyson, Infinite in all Directions, Harper and Row, 1988

……………………………......********************

Le-Cern-surprend-une-source-d'asymétrie-entre-matiére-et-antimatiére

« Le LHC est peut-être sur le point d'expliquer un des mystères les plus tenaces de l'Univers : la disparition de l'antimatière. L'expérience LHCb a permis de constater qu'un certain type de baryons  –une famille de particules qui comprend entre autres les composants du noyau atomique, protons et neutrons– ne se désintègre pas comme son anti-baryon associé : l'écart est même de l'ordre de 20 % selon l'article publié dans la revue Nature. Or, depuis des décennies les physiciens traquent tout comportement différent entre la matière et l'antimatière pour comprendre pourquoi et comment l'antimatière a disparu de l'Univers.

Tous les modèles cosmologiques indiquent que lors du Big Bang il s'est formé autant de matière que d'antimatière. Ce double de la matière possède exactement les mêmes propriétés que la matière, mais elle est dotée d'une charge opposée. Ainsi l'électron, la particule élémentaire de matière, dotée d'une charge électrique négative, possède son " équivalent antimatière ", le positon, qui lui ressemble en tout point (même masse par exemple) sauf que le positon possède une charge électrique positive. Toutes les particules ont ainsi leur antiparticule associée. Les réactions de désintégration qui ont lieu au sein des accélérateurs de particules le confirment : il se crée toujours autant de matière que d'antimatière. Sauf qu'aujourd'hui, dans la nature, l'antimatière semble avoir disparu.

L'expérience LHCb utilise l'un des quatre détecteurs – LHCb, Atlas, CMS, Alice – montés sur l'anneau du LHC, le grand collisionneur à protons, ce tunnel souterrain  de 27 km de circonférence  sous la frontière franco-suisse, au laboratoire européen de physique des particules du CERN.  Le résultat actuel est issu de trois années de données du LHC. L'équipe a comptabilisé 6 000 désintégrations de baryons et observé le mode de désintégration où un proton –ou antiproton– et trois pions sont produits. Les chercheurs ont ainsi constaté que baryons et antibaryons ne se désintégraient pas au même taux, ce qui pourrait expliquer une partie de l'asymétrie matière antimatière actuel. Ce résultat doit être de nouveau confirmé par des données supplémentaires. »   

 ……………………….......*************************

C’est parce que l’univers n’est pas conformiste que nous survivons tous, conforméMent à des règles rarement discutées et donc imposées par les habitudes mortelles ! L’anticonformisme brise les symétries qui torturent et restent inertes. Sans anticonformistes aucune société ne serait possible : très vite écrasée par la noosphère trop pesante, les conformistes se détruiraient les uns les autres. Ou s’autodétruiraient. L’anticonformiste est le seul humain qui respecte à fond les autres – vrai respect puisqu’il les prend tels qu’ils sont sans pulsion morbide de les changer à 100 %. Le challenge sera plutôt de tenter – à bâtons rompus – de convaincre leurs esprits et leurs cœurs…sans brusqueries. Conclusion ? Trop de majorités idolâtrent qui elles ne devraient pas et maltraitent beaucoup trop qui elles devraient protéger. Quasiment aucun des prétendus dirigeants actuels ne devraient, d’ailleurs, être là…

……………………………Insolences bientôt chassées ou pourchassées ?

 

La-France-vue-du-ciel-cinq-envoûtantes-envolées

Un autre univers aussi peu expérimenté

Chercheurs-de-la-NASA-:-galaxies-par-le-télescope-Hubble

Quel est le rapport avec nos corps, nos émotions, nos sentiments et nos pensées ? Il y en a obligatoirement un ou plusieurs...

Science-de-l'espace-et-galaxies

Le gala des galaxies...qui répond à leurs somptueuses invitations ?

Galaxies-trous-noirs-et-nombres

Est-ce que la noosphère humaine peut changer l'élucidation (toujours au point zéro !) de la partie sombre de l'univers ?

………(à suivre)

…………………….....**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuitshttp://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 600 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu..

eh oui!, les infinis sont infinis...

eh oui!, les infinis sont infinis...

Sur Terre, c'est entre les frontières fermées...

Sur Terre, c'est entre les frontières fermées...

le Tout en approche...

le Tout en approche...

Curieux des curiosités (4)
A parts-per-billion measurement of the antiproton magnetic moment

A parts-per-billion measurement of the antiproton magnetic moment

Les mesures citées dans l’article – les voici…

Les mesures citées dans l’article – les voici…

Ce sont les « ruptures de symétries » (ces hérésies pour l’orthodoxie pour qui, sans preuves, matière et antimatière « doivent rester » symétriques) qui empêchent l’univers de s’autodétruire - comme nous l’avons très bien esquissé dans 2 romans. Il a fallu attendre l’actualité afin que ces arguments soient audibles aux superficiels qui veulent tout comprendre mais sans faire la moitié du chemin qui leur reste dû (pacte de lecture où l’écrivant fait la moitié de la route et le délecté lecteur l’autre moitié)…

Ce sont les « ruptures de symétries » (ces hérésies pour l’orthodoxie pour qui, sans preuves, matière et antimatière « doivent rester » symétriques) qui empêchent l’univers de s’autodétruire - comme nous l’avons très bien esquissé dans 2 romans. Il a fallu attendre l’actualité afin que ces arguments soient audibles aux superficiels qui veulent tout comprendre mais sans faire la moitié du chemin qui leur reste dû (pacte de lecture où l’écrivant fait la moitié de la route et le délecté lecteur l’autre moitié)…

Curieux des curiosités (4)
Curieux des curiosités (4)
Curieux des curiosités (4)
Curieux des curiosités (4)
les mesures épaississent toutes le mystère…

les mesures épaississent toutes le mystère…

l’invisible dépasse largement le visible

l’invisible dépasse largement le visible

Curieux des curiosités (4)
Curieux des curiosités (4)
Les galas de galaxies

Les galas de galaxies

Les physiciens du CERN affirment que l'Univers ne devrait pas exister

Scientists claim the universe shouldn't exist

Brisure de symétrie Démon de Maxwell (en visuel)

Toute la physique moderne s'est construite sur des modèles qui invoquent des symétries. Etienne Klein, physicien au CEA revient sur ces fondements et aborde la grande question de la brisure de symétrie entre matière et antimatière dans l'Univers.

Histoire de la matière et de l'antimatière avec Marco Zito & Yves Sacquin

Si ce n'était pas filmé qui croirait le récit ? Eh bien, qui a compris que l'invisible représente quasiment tout l'univers...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article