Accès action

Publié le par imagiter.over-blog.com

8379849125_6337cef85c.jpg

Trop d'infos ligotent plus qu'une condamnation de prison ? On le dirait si vous n'avez pas suivi le plan "une tête bien faite surpasse tant une tête trop pleine"…La seconde frime, vous déballez vos flashes aveuglants, vous accumulez autour de vous, vous n'êtes plus que dans des rapports de pouvoir (une seule version = la votre) et, ainsi…vous vous êtes totalement séparés de la porte de sortie…enfermés à vie dans la prison du même qui ne change plus. Toujours sortir trop d'infos non renouées entre elles et qui vous font de votre quotidien un chaos. N'entendre personne que sur un langage basique de non-communication. Vous enferrez dans le tropisme de la communication unique uniquement martelé dans le vacarme qui veut empêcher de penser calmement.


Au lieu de devenir un esprit unitaire. Une pensée active qui va jusqu'au bout de chaque raisonnement, qui s'évertue à monter et démonter le moteur de l'ensemble de toutes les pièces du concept. Allant, au micromillimètre, toutes ensembles…Ce qui, à première vue seulement, semble moins brillant que de disperser n'importe comment des infos, qu'il y en a bien trop…qu'aucune ne "retrouve" son sens. Et dans un esprit anti-frime, solidement structuré derrière, cela ne peut plus créer que toujours moins de mal à tout le monde. C'EST LA PENSEE QUI FAIT LA SANTE d'une interrogation, dans l'accélération et le chaos de l'époque. C'est ce qui pense, derrière les avalanches chatoyantes d'inutilités, qui devient l'essentiel !!!


Agir – c'est avoir un esprit libéré non un esprit encombré !!!

Agir – c'est de vivre toutes les expériences et d'en construire une théorie incarnée (si bien que dans le présent vous n'avez pas besoin de le prouver et devenez nettement plus réceptif/ves que la moyenne).

Agir – c'est vivre avec tout son corps les pensées, l'ensemble des décisions, les alternatives…et parvenir à ce que d'autres grecs appelaient le logos (à la fois, ce qui sait peser et soupeser, mesurer et jauger de juger, demeurer comme un éléphant dans un magasin de porcelaine avec une délicatesse de discours absolue !!!)

Agir – c'est avoir une pureté de corps, de cœur et d'esprit – les trois alignés sans scories.

Agir – c'est s'être allégé de tout ce qui pourrait empêtrer vos gestes et vous empêcher de changer toutes choses sans en blesser absolument aucune.

Agir – c'est tellement d'autres phénomène quasi inconnus lorsque la société ne s'occupe plus que d'enfantillages désastreux et de conneries inavouables…

Agir – c'est donc, aussi, etc…

 

PENSER C'EST AGIR…savoir penser c'est, en conséquence, déjà, avoir concrétisé une partie de l'action. Gains absolus de mouvements donc de latence de nuire !!! Penser c'est de la vraie non-violence !!!

Si vos avez – en plus – bien voulu l'envol et l'essor des oiseaux – votre avantage se montre comme savoir survoler, tourner tout autour, examiner à loisir en apesanteur, tout comprendre sans détruire l'objet de votre savoir, tout en vivant sensuellement, émotionnellement, affectivement et corporellement chaque pensée (maximum d'informations fiables garanties) …

 

Par exemple vous vous extrayez de la très grave aliénation actuelle sur les chiffres, la finance et la gestion. Comment donc ? Comme pour toute expérience que d'autres n'ont pas vécu, il reste préférable de suggérer, caresser de mots, inspirer et insuffler…Tentons donc ce bon détour ne ment pas…

 

Les chiffres démantibuleraient, émietteraient, dissolveraient, vaporiseraient, fausseraient les projets en les engouffrant dans le tunnel unique du financement et de la gestion. Ce qui, la plupart du temps, peut être évité si nous approfondissons la fibre originale du dessein. Les chiffres non seulement peuvent égarer mais nous rendre chiffes molles !!!

 

Les chiffres nous soulagent trompeusement, nous endorment en leur bercement comme trop étranger à nous !!! Et s'émoussent, s'insensibilisent trop vite toutes les bonnes volontés avides de savoir et de réaliser…la bouillie de trop de chiffres rend bien chiffes molles !!! Le lénifiant chasse le Lénine du "Que faire ?" !!!

 

Nous avons visité cette aporie de la destruction du monde par le strabisme financier dans un blog au titre volontairement provocant: "Plus de poubelles du tout, c'est possible !!!". Ici, à l'évidence, ce n'est pas du tout l'aspect financier et gestionnaire qui est l'attitude réaliste et raisonnable…mais bien l'attitude individuelle face aux déchets…si vous parvenez à "mais il n'y plus de poubelle - où peut donc venir mettre son museau  celui qui va répéter, pire qu'un robot, l'éculé " mais cela va augmenter le prix de la collecte des poubelles, cela va coûter plus cher" ? (les idées des autres coûtent toujours plus chères et les vôtres bien moins, comme c'est bizarre !)…aveuglés par leurs récidives aveugles, ils ne voient pas qu'un autre paradigme est, lui, bien là (paradigme - l'ensemble des raisons d'être et d'agir de la Société)…sans que (radotage du capitalisme) personne n'ait rien vu venir…la preuve que oui, que certain-e-s ont vu venir !!!

 

Ce ne sont pas les cerveaux bloqués, fermés, robotisés de tics, mégalomanes qui croit TOUT savoir, mais qui n'ont jamais rien entendu, ni écouté, des "automates de la finance et de la gestion" qui nous sortent des ornières de civilisation (ils peuvent même envenimer les situations !) – mais bien de toutes autres formes de pensées et d'actions !!!

 

Ainsi - ne plus partir de l'auto-enfermement financier et gestionnaire  permet de conserver une ouverture telle, que vous pouvez récolter toutes solutions "externes", n'impliquant aucun désordre gestionnaire et chaos financier. Juste le bon sens de changer d'attitude et de mentalité par rapport aux problèmes…

 

L'action c'est obligatoirement lier émotions, sensations, affects et pensées dans tout le corps unifié…

De ce fait – le vrai homme d'action ce n'est surtout pas celui présenté dans les films . ce n'est qu'un porteur d'objets encombrants, jamais libre d'un seul de ses mouvements!!!

 

Et le vrai homme d'action ce n'est sûrement pas l'homme d'affaires puisque gagâtîsant "qu'on ne mélange pas les sentiments et les affaires" il signe que, non seulement, il ne connaît rien de rien à la vraie vie mais que c'est un puceau tel de l'action que nous ne pouvons que le voir…

 

… que comme un enfant dépendant, vassal, assujetti, protégé, à la charge des vrais adultes qu'il tente, misérablement, d'écraser de ses fraudes et ses mensonges…

 

Et qui l'englobent, pourtant, dans leur protection et sauvegarde inconditionnelles !!!

 

*** Afin de le vérifier, songez aux blogs une société, institutionnellement, organisée pour voler les pauvres" du 23 septembre 2011, "Tout l'argent gratuit pour les seuls capitalistes" du 25 septembre 2011 ou  "Les banques doivent faire leur travail" du 25 septembre 2011… en écho le 21 janvier 2012 d’André Orléan « Que les banques fassent leur métier », Le Monde, p. 6 « culture & idées »…

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

            tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme".Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? etc), onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

 

 

 

Publié dans Victoires**

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article