Activités des financiers – comment le pot aux roses s'est installé ? (7)

Publié le par imagiter.over-blog.com

5309226362_f0a8b1359c.jpg

Les bulles spéculatives*** nous prouvent que les marchés N'ANTICIPENT PAS. A la place, "ils engendrent des extrêmes bilatéraux de fortes amplitudes." (p 122)**. Si la main est invisible elle n'a plus de doigts ou bien ils sont tordus d'arthrite. Risquer l'équilibre du monde entier juste pour du fric, vraiment ce n'est pas du tout sérieux.

 

*** avec tous les éléments que nous avons accumulés dans les blogs 1 à 5,

 

** **** page 122 - Daniel. Zajdenweber - Economie des extrêmes – Krachs, catastrophes et inégalités – 2009.

 

Forts de ce constat, voyons, plus avant, comment nous en sommes arrivés là?

 

Le taux de croissance supposé mesurer l'efficacité économique est resté, tragiquement, à la base de nos jugements et de décisions. Ce qui peut aboutir à un aveuglement complet. L'information principale pour le trader c'est les rapports de variations à l'intérieur du titre (hausses, baisses). Pas du tout le cours du titre. La lisibilité par "les cours du titre" sont essentielles pou l'investissement à long ou moyen terme. Pas pour la spéculation. CQFD ???

 

De nombreux autres paradoxes minent la visibilité rationnelle. Alors que les grandeurs au numérateur et au dénominateur sont finies la moyenne du rapport des partages proportionnels est infinie.

 

"La part de l'aléa est beaucoup plus importante qu'on ne l'imagine" (p. 201, ibid). Et, de ce fait, on évacue cette part importante de l'écran des réflexions, est- ce bien rationnel ? Car "les "bons" placements se voient attribuer des qualités en partie illusoires, car le simple fait de classer et de porter son attention que sur le haut du classement renforce, toutes choses égales par ailleurs, la perception des qualités supposées." (p. 201). Les préjugés (classer) et les pratiques paresseuses (ne porter son attention que sur le haut du classement) obtiennent, ainsi, des conséquences dramatiques. Et signent la permanence de très graves défauts d'entêtement et d'obstination bornée (on ne veut rien entendre, si vous ne dites pas ce que nous voulons entendre nous n'écoutons pas !). Les lunatiques, les déréalisés, les gogos, les détraqués, les illusionnés, les naïfs, les couillons, etc. se concentrent bien dans les Bourses. Mais c'est ç'est à nous tous de "rembourser" tous leurs dégâts gâteux !!!  

 

S'ajoutent le refus récurrent de vérifier tout le réel "La titrisation a connu un développement exponentiel grâce à la multiplication des entreprises non bancaires" (p 182,ibid). La titrisation, en plus, c'est du sordide comptable (rien que du répugnant) qui "permet aux banques d'économiser des fonds propres en sortant des crédits titrisés de l'actif de leur bilan." (p. 182, ibid ). Et c'est tout - que des catastrophes dues à du minable comme celui- là !!! Les assureurs qui "titrisent" nous foutent sur le dos leurs "obsessions maniaques", assurer les prêteurs contre les risques de défauts des emprunteurs: c'est cela le fonds le plus concret des crises de subprimes. Qui s'y est penché ? Préfèrent délirer sur l'idéalisme scandaleux de l'arriération capitaliste.

 

Encore, les défauts de visualisation. Puisque "sauf en cas de hasard favorable, la performance moyenne réalisée ne peut être qu'inférieure aux performances extrêmes affichées". (p 192, ibid). Ce qui permet de piger pourquoi, pour l'ensemble, les investisseurs boursiers, sur le long terme, ne "gagnent quasiment rien" (coûts de transactions inclus). Et que, seuls, les délinquants "spéculateurs" gagnent dans ce contexte (enfin, leurs gains (en peau de lapin) sont juste subventionnés par d'autres). Et que, vouloir le maintien d'un tel système, n'avoue qu'une DEREALISATION telle qu'il faille, immédiatement, vous placer sous tutelle juridique.

 

Ce qui n'est toujours pas perçu (avec ou sans volonté derrière!) c'est la non responsabilité des actionnaires…on peut donc faire des profits PEU RAISONNABLES et sans responsabilités en plus. Si ce n'est pas inciter à la folie casino ?

 

"La notion de cours du jour n'a qu'une valeur conventionnelle, celle que lui attribuent les cours." (p. 144, ibid.). Circulation circulaire. Les organismes de notations se notent eux-mêmes à travers leur notes. Et pas la réalité concrète et globale des entreprises. Le cours du jour n'est que la trace d'un travail pas de la réalité en action –puisque n'inclut que des transactions particulières (le cours de clôture ou le cours à telle heure, s'il s'agit d'un fixage). C'est jamais scientifique ce ne sont que des manies et lubies.

 

Exemple, les queues de distributions. " La queue de distribution négative est légèrement plus longue que la queue de distribution positive. (…) cette dissymétrie reflète probablement une asymétrie du comportement des actionnaires : leur panique collective en cas de baisse  serait plus violente que l'euphorie collective en cas de hausse." (p 145, ibid ). Pourtant l'info de "baisse" n'a pas à être plus violente ou longue ou dissymétrique que celle de hausse: c'est une opinion, un jugement, un parti pris, etc et pas une info toujours "neutre". Juste vérifiable et pas "condamnable". Strictement impossible (à moins d'être aussi lunatique qu'un capitaliste) d'avoir "confiance" dans de tels "paramètres" pires que délirants. Qui forment pourtant l'espace le plus substantiel de la trame de ces décisions de qui VIT UNIQUEMENT SUR L'ARGENT DES AUTRES. Et que ce système voudrait ne pas avoir de compte à rendre à cet argent des autres. Et que celui-ci n'en exige aucun…

 

Aussi, tout ce qu'empêchent les Bourses par leurs ombres portées. Et qui semble énorme. Terrifiant d'inefficacités que cette "autorisation" à trop gagner au détriment de tout le système économique. Les banques françaises PRIVENT ainsi les PME PMI de prêts pour jouer en Bourse. Nous ne savons si peu du chose de ce privé, d'ailleurs. Saviez- vous que, dans ce Privé, "les échelles de rémunération ressemblent souvent à des échelles de grades militaires"? (p 77, ibid). Pire qu'à l'armée ? guère étonnant, vu les dégâts !!!

 

"Il existe d'autres distorsions dans la perception de la réalité, toutes pratiquement impossibles à mesurer, dont les conséquences sont encore plus inattendues. Elles engendrent en effet des phénomènes tellement EXTREMES que la notion de moyenne ne peut plus s'appliquer. "(p. 193 ibid).

 

Leur monde se montre absolument, et irrémédiablement, à l'envers – nombre de productions pluri-centenaires ne sont pas "susceptibles d'adopter une stratégie visant à améliorer les performances boursières." (p. 143, ibid). Et vous osez appeler ceci "investissement", aides aux entreprises, nécessité pour l'économie, cette espèce d'hystérie compulsive qui ne connaît RIEN d'autre que tout adopte une stratégie visant à améliorer les performances boursières ? Vraiment, tout ce qui orbite autour des Bourses tinte comme "pas sérieux", mais alors pas du tout ! Des caprices, des lubies, des exigences exorbitantes et déraisonnables, des supplications irrecevables ou du charabia inaudible.

 

Un œil sur la grossièreté du mécanisme. En hausse, ils vous dévalisent de trop de vos biens. En baisse, vous semblez "contraints" de rembourser le fait qu'ils ne puissent continuer à vous dépouiller. Et qui oblige AU PIRE DES DELIRES ECONOMIQUES (collectiviser les pertes – faut être complètement fou pour y seulement penser, alors le mettre en pratique) ?

 

La Bourse ou la claire fuite hors des réalités ? L'assertion paraît paradoxale, de le vérifier fait ouvrir les vannes d'indignations. La bulle "NTC" (nouvelles technologies de communications) qui a éclaté en 2000 – n'avait aucune excuse. On peut prévoir : assez de ces nul ne s'Y attendait ! beaucoup s'y attendent, tout au contraire). La rengaine triste et catastrophique des Bourses a été rendue "prévisible", jusqu'à la fin du système, par G.K. Galbraith, oui ou non ? La bulle "NTC" est bien surgie d'une fainéantise mentale hors du commun ; on se disait que si les clients venait s'abonner sur Internet cela ne s'arrêterait jamais de venir grossir le flot. "Estimer la valeur future à partir d'un multiple de sa valeur actuelle." Oui oui, les performances ne peuvent qu'être supérieures demain à aujourd'hui. Principes, si peu sérieux, à la base de tous les krachs et création de bulles: c'est que ces êtres hors du commun (qui vivent sordidement sur l'argent des autres) ne se voient que gagner, et beaucoup trop, tout le temps beaucoup trop. Réfléchir est une perte de temps (d'autant plus que c'est une des marques suprêmes de l'attention aux autres – penser c'est prouver à quel point vous faites attention à eux, sinon vous n'êtes qu'un système digestif avec toutes les excuses d'avance avec une égoïste queue  !)…Et bien, non, les clients de l'internet ont fondu à un moment. Facile à prévoir ? Oui, mais ces individus "prudents" que contre "devaient" attendre la catastrophe avant "d'admettre" (oh une seconde!)  leur folie radicale et récurrente. Pour tout recommencer le "circuit à catastrophes" une seconde après !!! Jusqu'à ce que nous les placions sous tutelle.

 

C'est d'autant plus irritant que "les deux graphiques des variations sont parfaitement horizontaux et centrés sur zéro. Il n'y a aucune tendance, ni à la hausse ni à la baisse" (p 133). Ce sont les agitations frénétiques qui créent les pulsations sismiques. Le document sur les extrémismes comme économie (dont nous prenons quelques extraits) abondent dans le sens de la Bourse "grosse machine à grosses catastrophes", pour ne pas faire que citer mais construire de la réflexion. Il n'y nulle main invisible, nulle auto-régulation perspicace et harmonieuse, strictement aucun savoir des marchés – même juste des agitations illogiques qui, malheureusement, n'aboutir QU'A des catastrophes. Psychologiquement, il y a des projections, des amalgames, des extrapolations, des auto-prophéties, des pronostics à l'aveugle – mais pas de trame scientifique derrière ces fluctuations aléatoires qui font "gagner". Mais si l'un gagne c'est au détriment d'un autre. Un adulte posé peut-il laisser dire que c'est "gagner" cela ?    

 

Oh que oui ! Preuve donc du tintamarre que les marchés c'est tout le contraire de l'omniscience et de la "main invisible". Juste l'imbécillité avide et le moteur à bouleversements incontrôlables. Qu'il faut arrêter tout de suite.

 

L'exemple du star system (que nous désormais comme le système le plus policier qui se pouvait concevoir) prouve la stupidité originelle de tous leurs projets (les cercles vicieux et les effets pervers mobilisent l'attention de trop d'esprits de haut niveau – non! faut "dégager" ces incapables de tous les secteurs, ne garder que les techniciens de base et faire un tri ultérieur)…Ainsi le marché mondial de la musique est tel qu'il ne peut y avoir plus de 1 377 disques d'or . Ce qui implique que "le modèle théorique convient donc aux stars mais aux 10% (environ) de superstars qui ont obtenu plus de 8 disques d'or sur la période étudiée" (p 87 ibid). Facile à comprendre mais jamais mis en pratique par les fous furieux du show- biz (tout pour moi et rien pour les autres) qui déséquilibrent tout. Augmentent les effets de distorsion au point que de "réparer les dégâts" coûte plus que tous leurs gains d'écervelés. De plus, ce système du gaspillage maximum (genre sacrifier 500 000 pour 1 seul) se montre comme le système le plus inefficace pour nous faire connaître les meilleurs, les puissants et les innovateurs. Nous disons "connaître" pas "vendre". Puisque leurs rapacités de cinglés pourraient (tous les barbares du passé l'ont fait) RESPECTER ASSEZ LA CULTURE pour, qu'au moins, nous sachions (hors ventes trafiquées) qui sont les meilleurs, le nec plus ultras, la crème – les génies… Aucune EXCUSE aux marchés: possibilités de savoir qu'ils n'utilisent pas. Et comportements hyper autoritaire qui ne repose sur aucun savoir, expertise (voire hyper sensibilités) reconnaissables. RIEN. Des nihilistes qui ne peuvent que transformer "tout" en "rien"…

 

Dans notre démarche "globale" nous appelons ce grave travers mental "la mentalité étasunienne" qui a pu être percée à jour dans ses délires à l'OMC (organisation mondiale du commerce) et qui affleurait dans ses obsessions virulentes à ce que "tout pays s'ouvre aux investissements extérieurs". Ce déséquilibre pour un pays très fermé à l'extérieur, un des plus "protectionniste" du monde, en pratique pas en verbal. Avec ses règles alimentaires ou d'import sur de nombreux produits unilatérales et dissymétriques. Plus les protections fortes sur "ses" banques. Son refus d'être contrôlé aussi par l'ONU. Etc. Ceci pour la base matérielle visible. Pour la mentalité : c'est comme si leur maniaquerie compulsive exigeait que tous les pays se livrent pieds et poings liés, coffres forts grands ouverts afin de se faire dévaliser. Et (un cran de plus dans l'aliénation – due au ressassement interne, intra-USA, de ces délires) que ces pays soient béats et satisfaits d'être spoliés à ce point. En tout cas, qu'ils ne rechignent jamais.

 

Puisque si un seul adulte raisonnable peut chiffrer que la soi –disant "mondialisation" cette hyper centralisation hiérarchique telle qu'elle s'est avouée en 2007 -  a profité à un seul pays pauvre ou émergent. Autre que ce que le commerce, tel que dans son fonctionnement pluri-millénaire, aurait, de toute façon, apporté. Oui à part les spoliations déséquilibrées. RIEN. Moi, pays riche, je vous impose des règles farfelues (que je ne suis absolument pas moi-même) juste pour vous "contraindre" (mais vous "choisissez" ose la déchéance morale occidentale) à ouvrir SANS GARANTIE toute votre richesse. L'équivalent de ces coffres en occident restent eux bien fermés et surprotégés.

 

C'est cela l'effondrement moral nommé "la mentalité étasunienne" –cet unilatéralisme dément…style "un investissement, c'est une spéculation qui a raté" (de "Paroles de traders" autant dire de détraqués !!!). Autant de cynismes infantiles et d'irresponsabilités gâteuses, non vraiment comment n'y pas voir nos pires ennemis actuels.

 

C'est même pourquoi notre répulsion le dispute à notre mépris total envers le capitalisme (ce système d'effondrement mental SANS AUCUN RAISONNEMENT à l'intérieur) !!!

 

(à suivre)

 

vous pouvez télécharger tout le livre sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org ,  surtout dans l'onglet onglet 3 "Rien de plus solide que le solidaire" ,

 

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 1  "Remue- ménage",  onglet 4  "Nul n'est  nul" et  onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ".

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

Publié dans economie et politique

Commenter cet article