Activités des financiers – pas un seul fondement théorique (2)

Publié le par imagiter.over-blog.com

2240265628_74fe65b4aa.jpg

Notre long périple pour désillusionner sur ces si contournables financiers se poursuit. Les témoignages convergent tous: ils vivent dans une BULLE artificielle, entièrement coupés du réel. Ils ne savent rien du monde et ne veulent rien en savoir. Ces individus en ont rien à foutre des autres, puisqu'ils ne s'occupent de rien si ce n'est leur monomanie (à soigner d'urgence !). Ainsi, vivent-ils dans une irresponsabilité complète. Vous pigez bien, dans ces conditions, le danger insurpassable qu'ils représentent ? D'autant plus que leur mentalité extrêmement sommaire, primaire et automatisée, montre de graves carences: ce sont des êtres très incomplets (dangers des hyper-spécialisations non reliées à la globalité) au quotient émotionnel "d'attardés", à l'incapacité (maladive ?) de se mettre à la place d'autrui (carences affectives importantes). Vraiment complètement incapables de s'autoréguler, de se contrôler ne serait- ce que dans l'avidité !!!

 

Ce début de bilan les place, clairement, parmi les catégories de personnes QUI NE DOIVENT JAMAIS DIRIGER AUTRUI. Qui sont les plus inaptes et incompétentes pour prendre en charge les autres, les guider, les conseiller ou les protéger. En qui, pas une seconde en 24 heures, vous pouvez trouver la moindre préoccupation et attention à autrui. Bref, ce qui peut y avoir de plus toxique et de plus dangereux pour la gouvernance mondiale.

 

Les annihiler et les mettre sous tutelle immédiate – seule réponse à la hauteur des problèmes qu'ils posent ? Ne jamais répondre trop vite! Ceci doit couler, plutôt, du fait que le maximum d'esprits se détachent absolument d'eux. Les fassent tomber de leurs réflexions. Dans ce but, il semble pertinent de continuer à les démasquer. 

 

"Ceux qui essaient de profiter de la hausse ou du déclin des prix restent perplexes dans 90 % des cas. Et il semble que cette perplexité augmente avec l'expérience." (p. 51) chapitre 1- "Peut- on prévoir les cours des actions ? C'est douteux !" de "Des idées capitales" (Capital ideas) de Peter L. Bernstein 2008. Si vous voyez là une évidence de la prédictibilité mathématique des marchés c'est que vous devenez aussi "idéaliste" que le capitalisme "insoutenable". D'ailleurs, "l'invariable suffisance des opérateurs ou des investisseurs est le symbole de leur incompétence." (p. 51) Plus ils prétendent qu'ils savent plus ce sont les autres qui doivent réparer leurs conneries.

 

La densité d'impostures et d'escroqueries semble bien dominante chez les financiers TRAHIS par leur propre discours. Qui, enfin, dit tout.

 

"Ces résultats auraient pu être obtenus par une sélection d'actions au hasard." (p.56). Des exemples suivent. Avec 16 prévisions de hausse bénéfiques sur 30 et 10 prévisions de baisse bénéfiques sur 23, les résultats sont identiques à ceux qu'il est possible d'atteindre en jouant à pile ou face. Ou encore, un investisseur qui se contenterait d'acheter des actions moyennes, les garderait assez longtemps et se contenterait de le revendre – gagnerait, en moyenne, 2 fois plus que s'il avait payé pour des conseils. Ainsi, "nous pouvons conclure que les performances de telle agence ont été inférieures à la moyenne des performances qui auraient pu être obtenues uniquement par chance." (p. 58). Par exemple, en tirant des cartes ou en usant de séries aléatoires…

 

Ceci serait-il à ce point étonnant ? "Qui saurait vraiment quelque chose ne partagerait pas son savoir. En peu de temps, il deviendrait riche. Alors pourquoi passer le mot ?" (p.59). Cette évidence devrait rester le centre de la pensée des investisseurs. Ah non! ils se leurrent à vouloir, de toutes forces, "croire" que quelqu'un "sait" vraiment…  

 

Les voiles sont levés. Mathématiquement, il reste plus que douteux de "croire" à la prédictibilité absolue des cours boursiers. Ceci appartient ,entièrement, à la croyance mécanique, déjà décrite par G.K. Galbraith, qui recommence, sans cesse, sa rengaine de hausses et krachs. Dans une euphorie artificielle. Nullement basée sur du tangible, du concret. Sans que, jamais, les obstinés n'apprennent que ceux à qui ils délèguent l'irrationalité farfelue des conseils restent les seuls à s'enrichir, à coup sûr, avec leurs honoraires si immérités.

 

Dans ce cadre, enfin dessiné, nous allons aborder les théories, évaluations, analyses ou hypothèses en cours. Une liste n'en dira pas grand chose (mais nous choisissons le méticuleux) :

 

Analyse des droits contingents, analyse financière, analyse- moyenne- variances, analyse technique des chartistes

Architecte d'intérieur

Le CEPERS, Capital Asset Prices, contrôle des risques

Efficience du marché, efficience du portefeuille de marché, efficience forte

évaluation des warrants, estimation des covariances

Formule d'évaluation des options, formule de             Black et Scholes

futures sur indices boursiers

Hypothèses des anticipations rationnelles, influence prédominante

marche au hasard et mouvement brownien

Marché efficient, MEDAF

modèle à un seul facteur, modèle d'actualisation des dividendes, modèle d'équilibre des actifs financiers, modèle intertemporel, modèle intertemporel d'évaluation des actifs, modèle du buy and hold

the noise traders

Portefeuille efficient, les combinaisons efficientes, portefeuille surefficient

Programmation linéaire

QP (quotient de performance)

rendement prospectif

structure financières des sociétés

Théorème de séparation

Théorie de Dow, théorie de l'entité, théorie d'évaluation des options, théorie du comportement du marché, théorie de MM (Modigliani et Miller), théorie des choix de portefeuilles, théorie de la croissance optimale, théorie du chaos,

Valeur intrinsèque et prix de marché, prix "fantômes"

Value Line investment survey

Volatilité, etc…

 

Le but s'admet que de lister une telle diversité divergente rende impossible de prédire le fond de nos futurs blogs sur ce thème.

 

Le fonds des choses, de toute façon, y est partout caché dans cette bulle hors sol, hors réel. Puisque y est évité le réel pur et dur de la "masse monétaire" FINIE, limitée, définie, close et totalisée. La Bourse suppose donc une pure création de richesse surgie de nulle part et qui serait infinie. Qui ne participe pas de la masse monétaire "limitée et chiffrable" mais serait fécondée par son activité hors réalité ambiante. Les questions ne pleuvent pas, aucune, pas une seule: n'est- ce pas outrageusement bizarre ? cet argent serait bien extra terrestre, alors? d'où ça ? métaphysique ? mystique ? comment le raccord entre l'entrée de l'invisible et notre monde s'effectue? Etc.

Et tout un périple qui avoue, sans cesse, l'irrationalité fondamentale des bourses et autres circuits financiers. Tous ces faits nous allons, bien sûr, les prouver. Mais le déroulement linéaire d’un texte oblige à déblayer, d’abord, la route…

 

La réalité semble bien plus simple. Les activités (!) boursières se servent SUR la "masse monétaire" finie, limitée, définie, close, chiffrée et totalisée. C'est un ensemble de circuits de détournements de ce bien commun, ce sont des dérivations, des contournements, des déviations, qui (par cette méthode de visibilisation) vous apparaîtront au cours des futurs épisodes. Le parasitisme, alors,sautera aux yeux.

 

La seule phrase dure qui demeure se montre ainsi "mais s'il y a acheteur et vendeur en Bourse c'est que tous deux trouvent à y gagner". Qui dit l'inverse ? ce n'est pas un jeu à somme nulle, ce n'est, d'ailleurs, pas un jeu, mais la présentation très biaisée, très trompe l'œil qui en est faite qui avoue, tout de même, son hypostasie. En philosophie (qui sert toujours à vérifier votre réel ! le désir de s'en débarrasser est trop fébrile pour ne pas valoriser, soudain, la réflexion philosophique !) c'est l'image qui apparaît trop vaste et vous empêche de voir ce qu'il faudrait. C'est la lumière qui aveugle et vous fait prendre un mince détail pour le tout. C'est l'image qui exténue l'élan de comprendre. Bref, s'il y a jeu à somme positives c'est AU DETRIMENT DE QUELQU'UN. Mais de QUI ?

 

Voici qui fait puissante intrusion dans le royaume enchanté et si angélique des gains boursiers qui ne lèseraient jamais personne. L'image bascule: c'est bien qui perd, comment et combien qui devient le sujet sérieux. Et pas qui gagne (soi-disant) mais dans une décontextualisation et une déterritorialisation bien trop déshonnête…

 

La Bourse qu'une fable toujours rafistolée ?

 

En tour cas, si une fable, une fable qui doit persister puisque les bourses insistent sur les chasses renouvelées aux gogos, les dissymétries, les tromperies, les leurres au systémique et les lourdes omissions et angles aveugles. Que, parallèlement, toutes les analyses de retour au réel se voient entravés de ne pas être très prises en compte.

Qu'il ne faut pas que ceci se sache: il n'y a absolument rien de sérieux, de fondé, de scientifique, de prouvé, et démontré dans ces activités QUI SE CACHENT (spéculer reste une grande délinquance !). Se cachent oui dans leurs déroulements entiers. Et qui ne fonctionnent que sur rumeurs, remuements, esbroufes, bluffs, déloyautés ou trahisons.

 

Clair, donc, que s'il y a bien des gains immérités, exorbitants, abusifs, indus, illégitimes ou injustes c'est bien ceux- ci !!!

 

Pouvez- vous, seulement, imaginer un de ces gangsters des bourses venir prouver que ses gains soient mérités, justes, équitables, modérés, régulés  ou fondés ?  

 

Ah mais si c'est "une main invisible", une omniscience "auto- régulatrice" et une haute et complexe technicité mathématique – alors, là, le sordide, l'escroquerie ou la volonté incessante  de voler l'argent des autres s'atténuent fortement.

 

Jusqu'à ce que plus du tout de main invisible, d'autorégulation et de savoir sérieux !!!

Soyez sûrs que les prochaines péripéties vont y parvenir… 

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à but non lucratif freethewords.org ,  onglet 3  "Why do we left the left wings ?", onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Publié dans economie et politique

Commenter cet article