Allez un bon " mouvement " - le nôtre ! (2)

Publié le par imagiter.over-blog.com

5730487325_85bcc64c01.jpg

 

Allez-y pulsez pulsez, compulsez et impulsez ce " mouvement " doit devenir bien "mouvementé "…plein de mouvement si présent au présent et créant tout le potentiel du futur, à la fois…trépidé par chacun-e de ses participant-e-s et les enveloppant, unitairement, tout-e-s …

 

A la base, de matérialiste manière, qu'est ce que " mouvement " ? Déplacement, trajet, circulation, lancement, impulsion, mobilité, animation, action, geste, attitude, comportement, élan, etc…

 

Qu'est-ce qui empêche un mouvement de se mettre en " mouvement "  ?

« Une idéologie qui renvoie toujours au sujet lui-même sans jamais remettre en cause les contraintes objectives qui l’environnent. Ce sujet est sommé de trouver en lui toutes ses raisons et toutes ses solutions….(p. 90 - Etienne Rodin – L'horreur managériale –Gérer, instrumentaliser, détruire, 4éme trimestre 2011)"… To manage n'est pas vraiment "mettre" en mouvement, ce serait, plutôt, figer, congeler, rendre inerte, immobiliser !!! Alors management (supposé faire "bouger") c'est le genre de critique a- critique qui n’interroge jamais ses propres fondements, le contexte où elle se permet d’apparaître… Management – pour empêcher tout mouvement… faire prendre les lanternes pour des vessies…

 

Nous n'avons donc rien à voir avec cette torture institutionnelle (celle qui a commencé par tordre les sources humaines en ressources humaines – voir le blog "les sources humaines" du 4 juin 2012 !)…To manage = Punir l’individualisme (que le capitalisme prétend soutenir – mais trouvez-nous une seule de ses affirmations qui ne soit pas pire qu’un mensonge, une réelle trahison !) en en rendant sa pratique insupportable et douloureuse… oui, oui, M'sieurs 'dames, puisque toooouuuusss les problèmes ne viennent que de l’individu. Il vit en circuit fermé. Tout le monde est dans une bulle et c’est con s’il y a bulles financières qui éclatent. Il n’y a aucun contexte, la société n’existe pas, aucune pression sociale, ans de brassage, pas de capillarités d'idées, de sensibilités, de réflexions et de critiques. Chaque matin chaque individu ne surgit que de ses seules lubies. Extra terrestres bien sûr…

 

« Inutile de penser et de parler politique alors, inutile de se soucier du collectif, inutile d’ausculter l’organisation, les regards se focalisent sur les individus eux- mêmes, sommés par leurs évaluateurs et mangeurs de s’adapter au lieu de chercher à transformer leurs conditions de travail (p. 77- ibid.)."

 

Oui c’est, carrément, l’eugénisme behavioriste, chassé des universités, qui revient là, en douce, par la fenêtre – faut dire que le très malhonnête « individualisme méthodologique » a semé, aussi, ses poisons délinquants…les individus qui chassent toute réflexion comme toute conversation – qui (pour un si stupide j’aime pas qu’on me prenne la tête et gnangnagnan et areuh bébé toujours !) se voient vraiment livré-e-s aux pires esprits qui soient…alors que les esprits amis sont bien là !!!

 

« Les avantages politiques de ce genre de tactique sont indéniables : détourner l’attention a toujours été un excellent moyen de protéger un pouvoir ou un mode d’organisation très défaillant.(p. 77- ibid.)." A part que si les conformistes ne se laissaient pas, ainsi, détourner leur attention, cela n’arriverait pas. Tout "mouvement" guérit de cela et tout "mouvement" bien réfléchi et bien structuré fait durer ces thérapies bénéfiques tellement plus longtemps !!!

 

Allez un bon " mouvement " - le nôtre ?

Allez un bon " mouvement " - le vôtre ?

Allez un bon " mouvement " - le …?

 

L’autonomie de soi (genre se prendre en charge, demeurer autonome dans ses coix, penser par soi- même, garder 'esprit critique tel la politesse des rois, etc. – ce que ne font ni les boursiers ni les banques que l’argent des contribuables doit sans cesse « sauver », non ?) …Or marketing (qui ne saura jamais lire) ou MANagement ne sont que poudres aux yeux, écrans de fumées jetés devant ces pouvoirs qui méritent tous les torrents de DOLEANCES… leurs responsabilités sont bien qu’ils soient responsables …oui juste pour voler l’argent (du) public, pensent-ils. Jamais pour rien assumer…mais faut pas laisser traîner, ainsi, le mot responsable (ici, pour management comme ordres implacables et déshumanisés déguisés de guimauves)…évacuer la science, l’histoire, l’objectivité, les environnements sociétaux qui nous cernent de partout, les idéologies (dont les pires, les leurs !), toutes ces situations difficiles dues à des harcèlements bien externes à la personne, un existant très lourd – bref, TOUTE LA REALITE…que l'infantilisme simpliste « individualisme méthodologique » jette dans l'oubliiiiiii !!!

 

La conscience doit être un rendement et l’utilitarisme que productif – puisque l’utilitarisme prône bien « ce qui convient le mieux aux individus » - donc c’est bien de limiter au maximum l’impact du travail et non l’augmenter qui reste « utile » pour le plus grand nombre. Le revenu d’existence (pour un coût vraiment minime) permet tout ceci…et non de renvoyer chacun à son unique responsabilité dans le désert « de ses charges qu’il n’a pas souvent choisies si seul pour résoudre les problèmes de la production et gérer des situations qui incombent – théoriquement – plus qu’à lui. Dès lors toute défaillance organisationnelle s’efface devant celle de l’individu seul. Ce sont eux qui portent le chapeau tandis que le système organisationnel demeure indemne, imperturbable (p. 98 - Etienne Rodin – L'horreur managériale)."

 

Oui « il ne reste plus qu’à nous en prendre à nous-mêmes en cas de dysfonctionnement. A nous auto flageller, à nous culpabiliser tandis que file l’ordre du monde, jamais remis en cause. Tout ne tient qu’à nous individus isolés dans notre nombriliste, reclus dans nos lucarnes mentales…(p. 98- ibid.)." Magies exagérées ? Pourquoi pas que le père Noël existe ?

 

Allez un bon " mouvement " - le nôtre ? Non, plutôt plutôt non, celui qui nous désincarcére de Tout cela ? Pourquoi les pompiers, afin de sauver, désincarcérent les blessés et que des esprits peu adultes en incarcèrent d'autres ???? Tels ????

 

Le délire organisationnel c’est que tout reposerait sur la volonté d’un seul (vous, à la base, en général – jamais au sommet !) et que l’erreur – jamais la prouesse - serait de son unique fait lors d’un dérapage… ah lala faute individualisée – mais lors d'un succès aussi, alors, là, non, il n'y est pour rien, c'est l'organisation, il est en bout de chaîne, responsable de rien, c'est juste un effet de système et…et… (et…le sommet, qui n’y est pour rien, empoche tous les bénéfices !) ? Si vous trouvez la moindre rationalité dans le moindre concept capitaliste ou dans ses mises en pratique, sûr que « cette vessie que les discours managériaux transforment en lanterne de manière à nous faire tenir les rangs (p. 98- ibid.)."…viendrait d’aller pisser ! Alors, un bon " mouvement " - le nôtre ?

 

Mais l’emballage ma pov’ dame…un employé qui démissionne c’est pas bon cela, s’il se révolte en allant jusqu’au suicide encore moins…alors toujours la même rengaine moisie jusqu’à la moisissure ultime…la faute est parce qu’il va pas bien, oui ,il est fou, mon pov’ monsieur, mais, nous, les dirigeants, qui avons tout organisé, non, que non, sûrement pas, pas fous pour zéro sous, le tout en bout de chaîne, là oui, complètement, même si ça n'a plus de logique, puisque s'il est un "peu" fou, nous donc, par logique systémique, le sommes au maximum, plus que "complètement" fous, mais non c'est non, c'est comme ça, c'est gomme ci, oui c'est lui le seul fou, sans contexte, sans histoire et sans…discussion, pas le système, allons donc, mais…mais mai, dans son dossier, que nous avons ici, vous notez que "son" succès de cinquante douze, alors, là, non, il n'y est pour rien, c'est l'organisation, il est en bout de chaîne, responsable de rien du tout, c'est juste un effet de système, c'est tout nous, lui rien, (et pour un "échec" ça ne fonctionnerait donc plus pareil ?)… et…et… et…le sommet, qui n’y est pour rien, (donc pour tout ?), avait bien tout empoché tous les bénéfices ! aveux complets, non ? Non, non. Vous déraisonnez : quel déséquilibre chez luiiiiiiiiiiii, aucune compétences d’ailleurs (on se demande, alors, par quelle magie un être aussi terne a autant d’impact)…quelle faute professionnelle que d’avoir engagé un si clair inadapté ;. donc c'est bien vous les responsables, au départ, oh mais non… si vous dites cela c'est que vous êtes fous, vous, vous, oui c'est vous, vous…on individualise à outrance la faute ( si parallèle au "pas de mesures collectives, que du cas par cas" – ce qui crache à la gueule des conventions…collectives !!! ou le vrai collectivisme du… non collectivisme !!! ) mais…on ne collectivise pas (sauf dans la fausse monnaie boursière ) les résultats…jamais d’une équipe et qu’est ce qui équipe donc l’équipe dans ces circonstances ?

 

Blabla oui mais nous sommes participatifs, et pourquoi pas que le père Noël existe, il y a eu concertation (style Cfdt ?) et approbation (style Cfdt ?) donc l’organisation ne peut que bien fonctionner. Mouches cousues…Les subprimes oh ce n’est que les arriérés qui ce sont endettés. Comme cela. Et pourquoi pas que le père Noël existe. Ah! les endetté(e)s tout perdu(e)s sur des nuages non relié(e)s mais pourtant relié(e)s au système qui les spolie en grand, mais ça ne se voit pas, personne n'a pris des ordres mais nous les avons enregistrés tout de même…nous avons même tout "titrisés" (gros mot vulgaire pour mettre "en titres" et faire croire que nous connaissons autre chose que "le tout délinquant portatif" !) donc délits très graves de votre part, banquiers et autres déshonorés boursiers, délits oui et avec préméditations en plus…rien qu'avec l'aveu "titrisation" tout gouvernement pourrait faire passer, avec 100 % de succès, ces déchus devant les tribunaux, pourquoi ne le font-ils pas…nous oui… le jugement prévisible devrait vous/ leur faire payer 700 milliards de dollars minimum d'amendes mais la Féd' leur a donné (pas du tout légalement) ces 700 milliards afin "d'assainir le système bancaire" (et pourquoi pas que le père Noël existe ?) et ils/ vous n'en avez/ ont rien fait du tout que la distribution en bonus, toujours plus illégale, lisez la loi oui c'est trèèèèèèèès illégal la Bourse…pas de demandes de remboursements pour abus d'argent public … rien…rien…toutes les paniques c'est que les déposants … jamais nous…jamais…nous n'avons aucune empreinte terrestre, aucun impact sur rien mais nous créons tout, emplois et richesses, en extorquant le travail des autres et spoliant les impôts publics… mais non, mais oui…

 

… mais non, mais oui… Les subprimes oh ce n’est que les arriérés qui ce sont endettés…Il n’y a pas endetteurs s’il y a endettés…mais la logique (qui loge tout) ne voit que plus de fautes professionnelles toutes plus graves les unes que les autres…que d’avoir accepté de telles lubies loufoques…que de n’avoir su rien prévoir…que de ne jamais rien comprendre à personne. Très grave ! Les voilà pris entre le marteau et l’enclume. Si un mensonge chasse l’autre lorsqu’il n’y a plus que mensonges ce sont ces mensonges qui chassent les dirigeants !!! le « dés lors le pouvoir est protégé et l’organisation ressort indemne." n'est plus guère possible… il ne peut être qu'imbriqué, intriqué, mêlé, enchevêtré, brouillé, embroussaillé, arborescent, mélangé, innervé, emmêlé, structurant, etc…et ne peut "s'en tirer" tout ligoté de ses cascades de délits…

 

On voulait nous faire croire à une organisation horizontale non hiérarchique, décentralisée, participative, etc : il n’en est rien. Jamais la hiérarchie n’a été aussi pesante qu’en 2012. Jamais la verticalité n’a été aussi rigide et centralisée, sans plus de débat, de discussion, tous aux ordres et au pied et bientôt l'armée pour toutes et tous…oui de chez oui, jamais de chez jamais, la hiérarchie n’a été aussi pesante et "militarisée" qu’en 2012 …Bien masquée au cœur d’une tyrannie pas si douce que ça, en fait…

 

Commence a être hyper mouvementé votre mouvement ? Il fait voir hyper clair…Il s'appelle ?

 

Il ne s'appelle pas - allez un bon " mouvement " - le nôtre ? N'est pas le nôtre – mais bien le vôtre … nous, nous l'avons entièrement vécu…vous pas…c'est bien le vôtre, le nôtre.

 

C'est le vôtre qui est le nôtre ?

 

Non c'est le nôtre le vôtre [ note de l'E.D.R.** : tout dépend de quel côté du mouvement on se trouve, la symétrie est même mais inversée et donc le vôtre est le nôtre devient le nôtre est le vôtre et trop inversement ]…de toute façon vous l'avez toujours su, si enterré sous vos mauvaises fois et vos mauvaises volontés, que nous avions tout réussi contre vous… malgré vous et, malgré tout, pour vous …que nôtre "mouvement" deviendrait tout vôtre !!!

 

** l'E.D.R. : oui c'est l'expert du réel

 

Puisque…

            Le "mouvement " le plus " mouvementé" de toute l'époque c'est N.R.V

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

            tous ces blogs sont bien reliés à une pensée globale

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L'Economie, ainsi queLA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lejournaldepersonne 01/10/2012 18:13


comment ne pas suivre ?

imagiter.over-blog.com 02/10/2012 19:00



bonsoir et merci