AMOURS TROP FORTES

Publié le par imagiter.over-blog.com

4245603220_a7c23c405a.jpgSon corps est un porte- manteau

En fermant les yeux

J’accroche le mien en partant

                                                           ***

 

Le battement de sang de la mer

Aux tempes de nos ventres

                                                           ***

 

…les fièvres gomment les exilés

                                                           ***

 

Elle martèle ses cheveux

par le trou de serrures des plages

Livré sauf les cendres de la fenêtre

le sein se couche au profil de nos lèvres

 

Je bois mes veines stridentes

                                                           ******

 

L’eau de ses yeux sur la perte de mes désirs

Amena au bord de mes larmes les yeux d’une autre

                                                          

*****

 

Harnaché de pendus

Le corps en bataille

Et le sang dans une ampoule

électrique

 

Un bloc d’amants qui s’entrouvre

 

                                                           *******

 

 

Batelière de ses poignets

Elle troublait

Entre nous les sources

Qui ramenaient nos yeux

 

A des échos de lune

 

 

                                                           ********

 

L’alibi de sa peau saignait sur ses désirs

Prêteur sur cœur je rendis la monnaie de ses doigts

 

                                                           ********

Doigt posé sur le sang

Le vertige rebrousse le cristal

jusqu’à la nuit

 

                                                           ********

 

Crispé à la morsure

la gelée de ton cri

eau dormante à l’appétit de laine

fendue par les oiseaux qu’elle

aime à perdre l’eau

 

                                                           ********

 

Tes yeux en rêve dans la rivière

N’ont pas su trouver l’océan

 

 

                                                           ********

 

La danseuse nue

Tant sa robe salie de ciel

Refusait de la craindre

 

Elle sommeilla son ventre

 

                                                           ********

 

Je suis la famille de ton corps stridente

Bronzé ! descendre de ta peau aux appels du désert

L’éclair rugit de chair

L’orange des insectes déboutonnés mouille le soleil

 

                                                           ********

 

La salive découvre des orées de forêts

Il en suffit d’ouvrir les rênes

Pour dévaler

Les ruées

vers des ors inconnus

 

 

                                                           ********

l’homme est l’eau qui éteint le soleil

 

                                                           ********

Tu es

des ennuis solitaires

Si tu déposes ta voix de silence

comment pourrais- je reposer

entre tes sourires

                                                           ********

 

Impatiente mais nue d’une étoffe de rivière

A l’échafaud blanc et son cou que l’on bat

 

C’est l’oiseau à vif aux empreintes de soleil

 

                                                           ********

 

les chandeliers de mes bras

 sur le chemin de ronde de sa peau

 

                                                           ********

 

 

Cils peuplés d’animaux à fourrures

Sur l’œil dégouttant pleurs d’alcool

La langue à perdre haleine

Pionnier en amour sans doute

Naissant suif de la terre musclée

 

                                                           ********

Et la musique se vendit jusqu’au fond des cœurs

                                              

                                                           ********

 

Je suis nu de ton sang

les cris sont si tranchants

que leur poids fait tomber

la colombe s’écrase sur le pont

prend feu

 

                                                           ********

La conscience de nos passions

s’étouffe dans l’œuf de notre œil

 

                                                           ********

dans un état glabre de surexcitation

mes mains aux mœurs difficiles

éclaboussent  de boucliers

que franchissent d’humides fantômes

le profil de son haleine

 

Elle avait la langue dure des routes parcourues

 

                                                           ********

 

Homme à la renverse en ciel roussi

 

(à suivre)

Publié dans littératures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article