Avec toujours moins d’hommes qui ont tout, est-ce que ça peut encore durer ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

4461614426_7a89207275.jpg

Alors que tous nos livres, signalés à la fin du blog, prouvaient que la mondialisation n'était que la toujours plus de centralisation hyper hiérarchique et monopolistique de la finance…et le contraire exact de la "mondialisation des peuples" (sinon nous aurions, aujourd'hui, ces bienfaisants contre-pouvoirs aux inaptitudes flagrantes des dirigeants à diriger !)…avec une évidence qu'il n'y a jamais eu le moindre fonctionnement horizontal et en réseaux ouverts dans cette obstruction très protectionniste, en fait… 

 

Avec toujours moins, ça peut encore durer ? Nous obtenons, chaque jour, plus de preuves de cette thèse…ainsi, toujours moins d'entreprises se "monopolisent" (que fait la commission européenne ?) toujours plus de richesses…une étude récente***en restreint encore leur nombre à 150 multinationales (soit 0,20 % à peine d'un ensemble pris en compte par l'étude bancaire)…ces 0,20 % - pas du tout mondialistes - contrôlent 40 % de l'économie de la Terre en s'auto- investissant, en vivant en circuit très fermé, en se cachant derrière nombre de sociétés écrans, en se distribuant entre les paradis fiscaux, les participations croisées et les seuils de propagande…

 

*** voir "gesd.free.fr/ net737.pdf" de the Network of global corporate control

 

oui oui, 700 firmes ont la haute main sur quasiment 80 % de la valeur des entreprises mondiales…soit un bien tangible mur de l'argent, tel qu'en 1936, qui surpasse, en puissance et en concentration, tout ce qui avait été nommé du nom des "200 familles" en France… Avec toujours moins de réels décideurs, ça peut encore durer notre futur commun ?

 

Une prétendue concurrence plus asymétrique, déséquilibrée, irrégulière, erratique et irrationnelle et ne respectant jamais la règle européenne "de concurrence libre et non faussée" : trace bien une volonté sous-jacente de dictature mondiale

 

…autre alternative radicalement opposée ? Revenir à des Glorieuses planétaires, excluant la Bourse de toute économie, regonflant tous les bas revenus en faisant rembourser les trop perçus, par exemple…pour la France, depuis 1975, c'est autour de 5 000 milliards d'euros sur les seuls salaires !!! Les leçons des Trente Glorieuses qui sont plein emploi, salaires qui augmentent toujours, pas de participation de la Bourse à l'économie, dans ce triptyque absolument vainqueur que les trop riches actuels fuient comme des dératés…nous prouvant qu'ils sont bien contre la prospérité collective (des Trente Glorieuses) et pour leur mesquin enrichissement personnel ( les crises permanentes)…bref, qu'ils tournent le dos au Progrès, à l'évolution sociale et à la modernité collective !!!

 

…donc les riches empêchent la prospérité de tous ? la fin solennelle des plus que ridicules nationalisations de leurs pertes et des privatisations de tous nos bénéfices serait le partage instantané des richesses…ce qui fait découvrir à Michael Lewis du "Poker menteur" ou du "Le casse du siècle" que l'argent devient gratuit pour les riches !!! et que, institutionnellement, toute la Société est organisée afin de vivre sur le dos des pauvres…Vu ce que paient les riches (voir le blog "Que paient les trop riches ?") et les multinationales – c'est très probant… Avec toujours moins et moins de réels décideurs, ça peut encore durer notre futur commun ?

 

A quoi s'ajoute que, dans l'illégalité régalienne la plus flagrante, les Etats, sans plus d'autorité monétaire, soient contraints d'acheter beaucoup trop cher (à un taux 3 fois plus élevé que ceux de leurs "prêts" à ces mêmes financiers ?) sur ces marchés gangstérisés dès le pignon sur rue…retour à la création de la monnaie uniquement par les Etats…fin des abus exorbitants de pouvoirs des banques…Avec toujours plus de réels décideurs, ça pourra encore durer notre futur commun ?

 

La fumisterie de tenter d'annihiler l'Etat, seule entité supposée capable de stopper leurs vandalismes, aura coulée dans une incroyable pitrerie que cette idéologie extrémiste aura provoqué : que les états soient obligés de "sauver" la finance, banques et Bourse comprises, aura prouvé le vide bestial des arguments. Ils ne peuvent absolument se passer des Etats dont "il faut se passer"…!!!

 

En conséquence, comme discrédit de l'Etat impossible de tout rater en pire ? Oui, encore pis ? Trouvez les gouvernements qui refusent la règle d'or budgétaire tout en la brandissant aux autres…cette règle d'or est simple et existe depuis qu'il y a des communautés à budgets : ne s'occuper des dépenses qu'une fois les recettes pleinement définies. Ce qui en vérifie aisément l'équilibre…

 

Depuis plus de 10 ans, en France, mais dans nombres d'autres pays, LES RECETTES NE SONT PLUS PRELEVEES telles qu'elles le devraient…La stratégie terroriste (afin de tenter d'annihiler l'Etat, seule entité supposée capable de stopper leurs vandalismes…) semble, pour les recettes fiscales, de les sous-prélever, sous-estimer, de les diminuer, de les abaisser…dans le but (peu louable !) de faire passer l'état pour inefficace, obsolète, incompétent, dérisoire, négligeable…or, ces 4 dernières années nous ont contraints à voir que, seule, la finance, idiote jusqu'aux ongles, mérite toutes ces épithètes… LE MANQUE A GAGNER POUR LE(S) PAYS EST COLOSSAL et semble résoudre l'aspect financier de tous les problèmes actuels - à la fois…prélever les justes recettes = fin de la crise ?

 

On le dirait bien : toujours moins de trop riches détenant, chacun, toujours plus, avec, en parallèle, toujours moins de multinationales avec toujours plus chacune !!!

 

Ne pas prélever les recettes est donc rendu à son mot clair de SABOTAGE par les gouvernements (manipulés par les multinationales ?). C'est de haute trahison dont il s'agit…tout faire afin de mettre les états en faillite !!! C'est intentionnel et prémédité…Depuis le FMI, si mal nommé, l'école de Chicago et tous les meurtres de Milton Friedman en Amérique du Sud, jusqu'à "la stratégie du choc"*** ou l'humiliante Constitution européenne qui n'a parlé de monopole qu'afin de piller, sournoisement, les excellents services publics et, d'illégalement, installer, à leur place, les flagrants monopoles du privé, plus qu'inefficaces sinon dans la destruction de la société…toujours la seule idée capitaliste depuis 40 ans…tout privatiser n'importe comment (voyez la Grèce et le FMI), argent totalement gratuit pour les riches, tout faire payer 2 fois (sinon plus !) aux pauvres… voler l'argent public dans des tas de plans de renflouements bidons (il n'y aucune crise pour les riches mais la spoliation permanente des peuples avec le mensonge exorbitant de "résoudre la crise" - la "même" depuis 1975 ? trouvez-vous plus d'incompétences ailleurs lorsque "résoudre" la crise c'est toujours l'empirer ?)…

 

*** selon la remarquable analyse de Naomi Klein…

 

Ne pas prélever les recettes fiscales – surtout celles provenant des trop riches - ne sera plus possible…ce ne sont pas 42 % de taux moyen de prélèvements mais plutôt 14 % actuellement dont il s'agit… LE MANQUE A GAGNER POUR LE(S) PAYS EST COLOSSAL et semble résoudre l'aspect financier de tous les problèmes actuels - à la fois…prélever les justes recettes = fin de la crise ?

 

Exactement ! patrimoines, avoirs financiers, salaires…forment le triple socle de la richesse des trop riches…salaires jamais bloqués (et sans motif logique montrable) mais délirant dans le n'importe quoi fauteur de troubles, avoirs financiers quasiment pas taxés, patrimoines inévaluables et donc très sous-évalués…aboutissent (selon les calculs de vigilants opposants aux oligarchies, déjà bestiales insultes à la République, alors à la démocratie…) à une moyenne d'autour de 14 % de tous leurs biens prélevés…rappelons que le pauvre, payant tout 2 fois et écrasé d'impôts indirects, peut être prélevé à 50 % et plus…Alors, nous sommes, là, au cœur des procès qui vont s'avancer contre ces pratiques !!!

 

Le nouveau contexte mondial appelle à de radicales nouveautés que toutes ces multinationales ignorent stupidement…décentralisations complètes des enjeux planétaires, prises en comptes individuelles des responsabilités écologiques, abolition de toute économie pour la seule prise en compte des besoins réels (les emplois nouveaux qui n'ont pas encore de noms participent de cette mise en place organique des besoins réels non exprimés à causes des asphyxies posées par les "ignorantes" (la pire des ignorances de toutes ? la volonté de ne pas savoir !) des soi-disant technocraties (disons des Gribouilles du n'importe quoi se planquant, lâchement, derrière des mots abstraits…sauf de leurs conséquences !!!)… Erreurs de stratégies partout, capitalisme entrepreunial plus du tout dans le coup, débordé de partout, il ressemble toujours plus à un vêtement trop usagé que nous devons jeter !!! Une implosion où trop de pressions sur des espaces toujours plus restreints effondre tout le système ?

 

Avec toujours moins, ça ne peut vraiment plus durer !!!

 

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme".Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 400 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu 

 

Commenter cet article