Bruxelles enjoint la France de faire des réformes "donc" la France enjoint Bruxelles de faire les siennes propres de toute urgence**

Publié le par imagiter.over-blog.com

330524022_992e34273a.jpg

Qui finance Bruxelles sinon les pays ? Ce n'est pas donc une puissance surnaturelle, tutélaire et carrément extraterrestre qui ne devrait jamais pratiquer, pour elle- même, ce qu'elle enjoint aux autres…L'AUSTERITE…Les organisations telles la Commission européenne ou la BCE en "vraie" cure d'austérité, oui il y a des dettes souveraines qui disparaîtraient (que pour leurs seules dettes et leurs spécifiques impôts les pays soient acceptés souverains – pour le reste juste sous tutelle pour incapables majeurs) oui qui disparaîtraient d'un seul trait d'écriture…

 

*** Selon le titre franchement déraisonnable des Echos du 31 mai 2012

 

Et nous verrions alors des titres tels "Oui la Commission européenne entre la Diète et sa propre diète ?" ou bien "La Commission européenne, qui voulait nous fourguer la Diète allemande, à la diète ?"

 

De plus, nous surprendrions, clairement, la BCE se "monopoliser" trop d'argent communautaire pour ne le distribuer – putsch permanent – qu'aux seules banques (mais que fait la Commission européenne qui, dans la plus totale illégalité, a décrété des services publics à but non lucratif tels des "monopoles" et pas la Bourse et son trop illicite "monopole" à prêter à des taux d'usuriers aux Etats?)

 

Il y en a des réformes à faire à Bruxelles, enfin (out tout anthropomorphisme abusif!)  au sommet pas très clair de l'Europe…Déjà toutes celles préconisées par Hans Magnus Enzensberger dans "Le doux monstre de Bruxelles ou l'Europe sous tutelle" , d'octobre 2011. Oui oui mon pov' monsieur , il a tout été voir de lui- même sur place…nous extrayons juste cette phrase "Le prix de ce fantastique appareil ménager [ce Mécanisme de stabilité européen], censé protéger l'Union des aberrations qu'elle a elle-même provoquées, ne peut s'exprimer qu'en centaines de milliards. En ce moment, il semble se situer vers 750 000 000 000 ,00 € (p. 63 - Le doux monstre de Bruxelles ou l'Europe sous tutelle")."

 

Ainsi il saute à l'intelligence que le coût exorbitant des documents, avec lesquels la Commission européenne essaie d'imposer une "fausse" austérité au pays allégerait (imputés comptablement différemment) notablement les dettes des Etats – rien que la totalité du PIB néerlandais pour la seule mise en ligne « pharaonique » de l’ensemble de la réglementaion européenne, etc …

 

Et nous n’aurions strictement rien à dire ? Pourquoi la Commission européenne ne fait pas partie de l'Europe ? Si elle est si extraterrestre elle perd tout droit à diriger les affaires internes de l'Europe…l'article 14 de la Constitution de 1789 maintient le droit pour chacun de constater le bien fondé de la dépense publique. Et la Commission européenne ne fait, normalement, que des dépenses publiques. Fin du syllogisme, c'est donc prouver qu'elle n'a rien à cacher que les pays vérifient, par eux- mêmes, et reprennent ce qui semble déraisonnable dans la folie des grandeurs de ces faîtes pris sur le fait…la fin des dettes dites nationales approcherait à très grands pas…

 

Non non, plus beaucoup de réformes "nationales" à effectuer …

 

Enfin (dans ce survol rapide) mais tous nos blogs convergent à alimenter la réflexion GLOBALE – comment transformer cette croissance qui ne sert à rien ?

 

…exactement, lorsque 50 % de la croissance est "monopolisée" par 1 % de la population LA CROISSANCE NE SERT A RIEN…

 

Pire, lorsque 52 % du P.I.B. mondial est "monopolisé" par même pas 500 entreprises, non aucune croissance n'est plus utile…d'où les constats si réalistes du "La concentration des revenus porte préjudice à toute l'économie" (oui même la financière – depuis 2007 la barbarie de "la terre brûlée" se montre sans issue !) du même Robert Reich… les délires hyper toxiques empêchent tous les fondamentaux d'exister…

N’omettons pas les taxes sur les transactions fiancières et le calcul « par la bande » qui avoue que ces taxes rapporteraient autour de 55 milliards d' € par an. Cela "avoue" un volume de transactions réelles allant de 55 000 milliards d'€ à 550 000 milliards d'€ - à seulement 0,10 % sur les actions et obligations et 0,01 % sur les autres produits dérivés financiers. Pour la seule et unique Europe Ce qui est pire que de la folie. Faut-il multiplier par 4 ou bien 5 ( plus ou moins) pour le reste du monde ? Là se trouve l’unique lieu où il faut pléthore de réformes, non ?

Rappelons que le modeste budget annuel de la France est de 376 milliards € et le montant se sa dette "colossale" peine à égaler 1700 milliards d'€. Ces chiffres sont donc incommensurables !!!

Puisque la finance démente est "avouée" spolier l'équivalent de 1462,76 fois plus que modeste budget annuel d'un pays entier ( et 146,28 fois si nous nous replions sur les seules obligations ?)…Or, les Etats ont des dépenses d'astreintes obligatoires ; ils doivent équilibrer des recettes avec ces dépenses (la règle d'or n'est donc foncièrement utile que pour la finance, vrai ou faux ?), encore, les services publics sont quelque part utiles à tout le monde…

Commenttirer le tapis sous les pieds des discours insensés de rabâchages qui les désigneraient comme "programmée" ? Qui nous voudraient enterré-e-s sous les routines et leurs poussières ? Plus nous restons corporels (faire tous les jours des sauts périlleux en nous) et plus nous annulons les astreintes des "positions" intellectuelles, voire sociales - par de simples changements de "positions" physiques…

Et c'est, là, que cela devrait vous blesser absolument – vous n'aurez plus aucun droit économique. De droits politiques que ceux qui virent au virtuel. Vous serez (seriez – c'est pas encore fait !) juste "bons" à rester des contribuables. Oui oui, cette Europe là est "financée" par l'argent de NOS impôts. Et, là, vous ne saurez plus rien sur la traçabilté de ces impôts. Vous crachez l'argent – et, puis, rideau sur ce qui se passe avec…si, de 1 à 100 – vous deviez "noter", et si vous dépassiez la dizaine comme "score démocratique" c'est qu'il vous faudrait, peut être, des lunettes…Non, c'est un net recul de tout ce qui fait une démocratie…

Le plus grave c'est que ce mécanisme de stabilité européen – ne sert, en pratique, à RIEN de nouveau !!! Si c'est afin de "marteler" la règle archi connue du "voter les recettes AVANT les dépenses" (ce que ne font plus les droites européennes qui pulvérise toujours les déficits qui alimentent "le dogme sacro-saint amen et grand manitou" du ils ont tous les droits de gagner de l'argent, même en spéculant lourdement "contre" la dette de leur propre pays – faute d'encaisser les recettes adaptées – le bouclier fiscal c'est l'épée de Damoclès que sur la vie des pauvres qui ne sont absolument pour rien dans toutes ces "dettes" !!! ) , oui si c'est juste cette banalité déguisée en "règle d'or", les Parlements, renforcés par une "vraie" séparation des pouvoirs, peuvent très bien y veiller. Pas besoin du PATERNALISME abusif de la Commission européenne…qui.. (mais elle a tellement de choses à cacher !!!) qui…qui…

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,  onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans grandes engueulades

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article