C'est quoi au fait la pensée politique de l'oligarchie financière

Publié le par imagiter.over-blog.com

6247757214_f9802f6731.jpg

 

A la voir se permettre de "punir" les Etats, de faire des remontrances et des redressements intrus aux entreprises et aux nations – quoi de plus rationnel que de se dire mais que veulent-ils ? Leur manie de se cacher encore et plus contraint à user de 2 moyens : la lecture de documents et l'usage de maquettes à partir du savoir des ingénieurs…

 

Les textes nous entraînent, d'abord, à découvrir comment l'idéologie libérale a servi "à légitimer l'oligarchie financière". Mais assise sur cette légitimité qu'en faites-vous ? "Ils ne se seraient pas limités à étendre le champ de leurs entreprises sur toute la planète, mais y parvenant et pour y parvenir – ou inversement, selon la rapidité de leur succès – déterminés à prendre le pouvoir à des politiques incarnant la nation, organisation rivale de l'entreprise, dont ils souhaitaient la disparition" (p. 189 - Alain Cotta sur "Le règne des oligarchies", janvier 2011 ).  Voici qui, abruptement, déchire le voile. Ce n'est pas moins qu'un "coup du monde" qu'ils visent. Une déflagration de coups d'états en chaîne. La disparition définitive des politiques, ces obstacles au hors la loi intégral !!!

 

"La mondialisation de l'entreprise se confond avec l'octroi d'un monopole du pouvoir aux entreprises, soit à ses dirigeants, assez importants pour qu'ils appartiennent aux oligarchies nationales et fassent définitivement entendre raison à ces politiques réduits à des rôles de faire-valoir et d'alibis démocratiques" (p. 189 – ibidem). Et dire que leurs poisons afin d'extorquer des privatisations injustifiables était "la concurrence" ? G.K. Galbraith a eu infiniment raison de prouver que le fonctionnement capitalisme c'est le refus de la concurrence, de la liberté des prix et de la recherche obsessionnelle de l'oligopole et du monopole". Nous en avons, ici, l'éclatante preuve. Il veut juste prendre toute la place de l'état !!!

 

Aussi à force de vérifier que les grandes entreprises soient "gouvernées" par les marchés ou de voir ceux- ci insulter, frontalement, les nations et leurs élus, la nécessité de les contrer, fermement, se fait jour. Et s'il fallait une seule phrase qui nous ferait raisonner vers la fermeture définitive de la Bourse – ce serait la suivante.  "L'oligarchie financière produit désormais la monnaie beaucoup plus que les Banques centrales n'en émettent, qu'elle a créé ses propres marchés fantômes et que la composante politique de l'oligarchie pourrait devenir le début d'une soft dictature mondiale"(p. 178 - Alain Cotta sur "Le règne des oligarchies").

 

Si vous faites semblant de ne pas comprendre la pensée politique de l'oligarchie financière – c'est votre seul fait pas le nôtre. Vous souillez juste votre "bout de communication". Pas le nôtre !!! l'âge pervers est bien clos…

 

La finance se présente comme une ennemie frontale. Si ce n'était vrai, prouvez-le !!! Distanciation oblige – c'est leur attitude qui ne contamine en rien la nôtre. Réaction avec action. Et ferme refus de ce "The Age of American unreason" (l'âge américain de la perte de la raison) de Susan Jacoby, 2008 !!!

 

Qui dit pire ?

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

            tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L'Economie, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

 

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

Publié dans gouvernance mondiale

Commenter cet article

panopteric 07/11/2013 19:19


bonjour,


ce blog croise beaucoup de mes centres d'intérêt et surtout pose des interrogations citoyennes cruciales; on ressent comme une communauté qui ne demanderait qu'à croître à ces questions, car les
poser c'est s'indigner ensemble face à ce qui devient le lieu commun de la société panoptique que l'on nous impose; mais, car il y a un mais: pourquoi aboutit-on sur ce blog, rapidement, à des
liens payants ??? en résumé, un attrait et une contradiction gênante...


http://interlivrehypertexte.over-blog.com/article-le-sark-home-du-kapo-zi-nicolf-et-l-apogee-du-biopolitique-104751194.html