C'est quoi le collectif ? Plus un autre moi qu'un autre que moi ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

9569000944_315959dbac.jpg

Toute la différence est là entre le désert de l'individualisme finissant où les "invité(e)s" ne sont plus que des objets et - en avant toute le futur de l'ardeur sociale avec des mots jamais encore dits ****. Un autre que moi tranchait la sécheresse stérile des classifications, étiquettes, catégories, filières, échelles, rangements, etc – qui ETEIGNENT toute curiosité vive envers les autres. Ils/ elles sont déjà classés, comme éventés, altérés, violés, etc - quel intérêt ?

 

**Que vous pouvez lire, gratuitement, sur freethewords.org , oui cliquez sur l'onglet 2 au titre de "L'ardeur sociale"******* et vous verrez bien…

 

*********Vous pouvez lire, gratuitement, dans " La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques" la définition toute "ardeur". Oui oui offrez- vous du gratuit, soit tout un livre de 250 pages sur freethewords.org , cliquez sur l'onglet 3 au titre de" La diction du dictionnaire".

 

Alors que tout un chacun reste inclassable, inqualifiable, non catégorisable, non étiquettable (il en faudrait trop !), non à ranger, non classer, pierre tombale et illégal écriteau dessus…

 

Vous vous entendez à proférer "un autre que moi" ? Quelle place reste-t-il pour le non- flic en vous ? Qui se déguise en libertaire se montre tellement plus maton que les autres ? Gueules de gardiens de prisons ? Pendant combien de secondes par jour voulez-vous du bien aux autres ? Oui, un autre que moi dessine, sans l'ombre d'un doute, la suprématie, la souveraineté, la royauté du moi sur cet autre…

 

Un autre moi – par contre, c'est l'égalité radicale, l'équivalence de droits reconnue, le regard de réciprocité, l'accueil ardent bardé de tant de curiosités, l'insatiabilité des rencontres…l'autre est bien le feu qui vous foute le feu partout, des milliers de kilomètres de routes, le doigt levé, hitch hike, pour le découvrir, dénicher, déceler…tiens tiens ça c'est passé près de chez vous, tout autour de chez vos…partout sur le Terre en même temps…un "mouvement" qui a désoclé tant d'individus qui ont pris la "route" comme l'on chevauche les merveilles…oui qui avaient des étoiles partout dans les yeux, le sourire qui cultivait un champ de patiences sans limites…le désir si long de boire les autres !!!

 

Et ce n'était point pour courir après des chimères, pour s'ensabler dans des illusions, pour s'égarer dans des utopies – comme les médias mercenaires (vendus au plus offrant – et sans garantie de probité d'information !) se sont précipités à le calomnier…non non, l'exact inverse – tout à fleur de vie, l'esprit pratique plein le sac à dos, des solutions locales localisées dans un tout global … tout global brassé de ces centaines d'histoires qu'ils/ elles avaient à vous raconter…qu'ils/ elles avaient à écouter…rarement le monde a autant nagé dans le concret, le réalisme, le bâtisseur, le tissage, les liens, les tâtonnements, les essais, les réussites, les expériences, en un mot les abondances, etc…que ces inoubliables années…le bout du monde débarquait chaque jour chez vous !!!

 

Partout fleurissaient un autre moi. Toutes et tous aussi étincelant-e-s que moi, tous étoiles, toutes firmaments, des feux aussi brûlants que moi qui tous brûlaient de former le brasier commun…sororités & fraternités un autre moi ça se serre sur le cœur non – tous les regards brillaient tant que les ténèbres furent vaincues…combien transperçaient la nuit terrestre de leurs regards qui voyaient plus loin que l'époque ? Et disaient un tel fait ci, une telle cela – sans l'ombre d'une hésitation…et juste le poids d'une seconde, après on oublie, il y a tellement de choses à vivre – nul qui se vante jamais de ces "dons", tous offerts par le collectif

 

            Comment l'autre que moi pourrait tenir la comparaison avec un autre moi ?

            Notre époque vantarde est bien "inférieure" à cette époque '"raisonnable" !!!

 

Oui carrément très raisonnable !!! Pourquoi ? Vous savez ce qui unissait tous ces individus, les propulsait à opter pour les côtés moins "confortables" de la vie ? A rester si heureux/ ses des désagréments apaisés par le baume des rencontres ?

 

                                                           Simple : l'amour !!!

 

   Et notre époque qui déraisonne sur tout en est à lécher les trottoirs afin de savoir

           

                        Dans combien de temps il n'y aura plus d'amour sur Terre !!!

 

            Pas de bol, ils/ elles viennent de TOUT perdre :

 

            Oui oui, vous venez de découvrir que vous avez, de nouveau, LE CHOIX !!!

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

            tous ces blogs sont bien reliés à une pensée globale

 

si vous vouliez atteindre la toute certitude sur ces phénomènes , essayez le "Le lâcher-prise donne-t-il prise sur les lâches ? (2)"

 

trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L'Economie, ainsi queLA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article