Combien de couples ne sont pas devenus anti-sociaux ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

5014235621_16cee40001.jpg

Après avoir fait la route, et, de la sorte, formé des couples qui se décousaient. Après avoir toujours vécu à la colle - j'ai fait un mariage d'amour. Je suis veuf jeune: mais aucun des essais suivants n'a atteint la plénitude qui a longtemps durée en compagnie de deux enfants. Ce préambule, pour souligner notre couple comme volontariste: tous deux nous étions d'accord pour aller vers les autres, pour faire se rencontrer tous nos amis issus de milieux différents qui, généralement, "refusaient" (!) de rencontrer tout autre "différente" personne…Multipliant les occasions, des petits voyages et rencontres et initiant des projets plus larges qu'une vie familiale. Avec une telle passion en nous, nous avons vécu beaucoup de grands moments – impossibles, autrement, sans une volonté d'oser…Mais nous avons, aussi, beaucoup discuté de "tous ces couples qui deviennent comme des ennemis de la société". Qui s'isolent au maximum, se referment sur eux, "descendent" vers les magasins ou les fêtes mais sans jamais rien donner ni partager, et utilisent des procédés assez déloyaux devant toute personne qui les aborderait - seule ou en chiffre impair…

Par exemple, pour nous, dans la rue ou tous lieux publics, nous avons veillé à ne jamais blesser, ni nuire ou humilier à qui que ce soit par "le coup de couteau planté en douce" par le couple lorsqu'il croise une personne, apparemment, seule. Nous avons, aussi, bataillé pour que dans des soirées (et autres) des individus temporairement (les motifs ne manquent pas: maladies, travail, séparations, voyages, décès, etc) isolé(e)s soient non seulement accepté(e)s  mais traité(e)s normalement et avec tact. La plupart des autres couples "évitent" tout simplement d'avoir à montrer comment "leur" amour "transformerait le monde autour de lui". S'il y a amour réel il ne peut qu'irradier, donc créer du changement bien visible autour de soi. Mais s'il considère, ce amour, que, tout le monde enfermé chez soi – une socuété existe encore: sans initiatives, sans bénévolat, sans dons de qui que ce soit – nous les considérions, nous, comme archi cinglées. Aujourd'hui, je maintiens cette opinion d'irréalisme halluciné envers les personnes qui ne font rien que de "casser" tout autour d'elles, d'obliger tout le monde aux puérilités permanentes et ne font que prendre sans jamais rien apporter ou donner, en échange. Et qui, socialement, n'utilise leurs couples qu'en tirs tendus…

Il est facile de saisir que, seuls des couples volontaristes parviennent à ces centaines de petites attentions aux autres qui font la société. Dans ce contexte, évident que nous nous sommes fâchés (enfin, jamais nous – certains de ces couples se sont fâchés, unilatéralement, avec nous!). Etc. Stop: jamais trop d'anecdotes, jamais sombrer dans l'avilissement du romaman bourgeois, juste transmettre, au mieux, les expériences, etc. Etc…Mais, parfois, nous avons pu aborder, frontalement, ce débat qui nous tenait à cœur: "combien de couples ne sont pas devenus anti-sociaux" ?

 

Je voudrais le poursuivre ici. Mais en ajoutant, une dimension, les couples anti-sociaux, plutôt majoritaires, ont généré une forme de pression telle que je la nommerais, par dérision, la "dictature du sexe". Ce mot peut prêter à confusion, mais il forme le coin le plus efficace afin de briser les tabous qui empêchent la publicité du débat. Assez d'éclats plus d'écoutes !!! Et puis notre couple nous comblait sexuellement – c'est un domaine où rien ne me frustre ni ne me manque. L'épanouissement est pour la vie. Alors, provoquer les quiproquos quoi de plus exubérant ?

 

Ce recadrage seul pouvait offrir au débat tout son sel et sa portée.

Rappelez-vous, vous devez vérifier, autour de vous, combien de couples ne sont pas devenus anti-sociaux ? Et ne compliquent donc pas sans cesse mais améliorent la vie collective – étant entendu, qu'aujourd'hui, il y a plus d'êtres humains qui, concrètement (même s'ils n'en croient pas avoir l'intention), nous conduisent au suicide collectif de l'Humanité toute entière. Actuellement (et sauf changement COMPLET des mentalités et styles de vie!) y'a plus grand chose de "durable" !!! Presque rien: sauf nos couples qui ne sont pas devenus anti-sociaux ??? Les seuls à la pointe du futur ???

 

BONS ALIMENTS AU DEBAT TOUJOURS TABOU (comme bientôt TOUT dans cette civilisation qui court après toutes les arriérations…)

 

Autre titre possible : le sexe entropique EMPECHE l'amour total/  parade – pratiquer totalement les trois amours…

 

avertissement

D’abord sur ce site vous trouvez des phrases de pures répressions sexuelles (très récompensées au top ! les matons nous « surveillent » ? ) : exemple à l’expérience vécue - donc bien présente« jouir c’est ouïr » - le « commentaire » fuse comme jouir c’est la fin de l’entendement.. Le commentateur nous condamne donc tous à la folie pure et simple. Mais gag de l’arroseur arrosé : « l’entendement », autre nom de l’intelligence, c’est ce qui « entend très bien », donc qui, encore mieux, ouï…et jouit…Avoir tout faux à ce point rôti…Un commentaire, pour TOUT réprimer dans l’autre (aveu de vouloir sa disparition !) , ne disqualifie que qui l’emploie…mais qui doit être « remercié » pour son…

 

Apport inattendu au texte qui suit(condensé des malsaines pratiques ?)

Les trois amours quoi t'esssqqquee ? Intrigant titre! Justement ce que tente de cacher, au plus grand nombre, ce que nous nommerons, pour les besoins de la démonstration, la nouvelle "inquisition intellectuelle du sexe" (le commentaire attaque directo mon érotisme – là je subissais comme une répression de la sexualité ! triple gag !!! puisque) – cet insolite et si archaïque retour en arrière (l'inquisition n'aimait pas le sexe, ici, ce serait l'exact inverse, le rendre trop obligatoire, en faire comme un impératif catégorique avec excommunications, bannissements et hérésies). Les dérives empoisonnées se déplient, alors, tels ces droits de "censurer" tout ce qui leur déplairait…Encore une nette régression collective (enveloppée sous un emballage "libératoire"!)…oui, c'est bien d'une espèce de dictature « intellectuelle » du sexe (entropique) dont nous parlons, mais sans virulence ni intérêt particulier – uniquement, parce que cette sorte d'autocratie risque bien d'aboutir à la mort définitive de l'amour complet, dit, en poésie, "l'amour fou" – ce sont des personnages qui se croient investis d'une illusion confuse, "le monde ne changera que par le sexe", qui usent de dizaines de formes de terreurs et d'intimidations pour que ne dominât plus que cette idée bien trop fragmentaire. Elle n'est pas fausse, mais d'utiliser une très catégorielle partie du tout (le sexe!) ça nique la globalité indissociable de l'amour, hey matons et flicards des autres !!! En bref, ils ne veulent surtout pas que tout le monde soit parfaitement heureux. Entièrement ouverts, épanouis et…autonomes (vœu de 1789 que, seuls, des pionniers/pionnières ont comblé!). Ceci peut sembler paradoxal vu l'ambition affichée: mais de la naturalité innée du sexe, il semble que leurs perversions veuillent les tourner en douleurs et en accusations unilatérales d'autrui. Le sexe comme doigt accusateur faut le faire !!! Le texte qui suit va tenter de zoomer sur ces politiques (qui refusent de dire leurs noms!) de Gribouille…Dire je ne fais pas de politique en empêchant les autres de faire de la politique – c'est faire de "la politique de l'auxiliaire", qui renforce, comme si de rien n'était, beaucoup trop, les pouvoirs en place. Tout le monde le sait mais personne ne veut le dire : ne pas faire de politique "c'est sale" !!! Alors nous, en regroupant des témoignages, nous nous sommes rendu(e)s compte qu'ils/elles (les plus qu'apprentis dictateurs du sexe…des autres/ en étrange symétrie avec qui vit sur l'argent des autres (selon la perspicace définition d'Alexandre Dumas fils)…et qui montre ces individus tant glorifiés par les médias comme "hommes d'affaires à success stories" tels de si piteux piques assiettes structurels !!!) - en savent bien moins, sur l'amour intégral, que leurs tonitruantes prétentions pourraient le laisser croire…

Et, pourtant, les voyons-nous trôner avec de cruelles listes d'abstractions et de fichages (bien pire que ceux des flics avoués en uniformes) qui tendent à structurer toute la société et à discriminer, selon des critères irrecevables, tout le monde. Qui initie cela se met hors de toute mise en critiques, voire réquisitoires. Ce n'est plus une société à deux vitesses mais une société à sens unique !!!  Et des tas de furieux collabos les relaient, retransmettent, diffusent, renouvellent, suppléent, propagent, répandent. Le but inavouable (donc inavoué – sauf dans des chansons) c'est de tuer tout amour dans les être humains…Qu'est ce que vous croyiez si ce monde fait si mal (va mal) c'est parce qu'il y a trop d'individus du côté des salauds qui nous oppriment. Toujours en train de mettre des bâtons dans les roues des forces émancipatrices, des êtres de libération. Une métaphore les montre en train de tuer leurs réels amis et d'aider leurs pires ennemis (qui les niqueront, et bien, à une date ultérieure!)…Trop de masos ennemi(e)s d'eux/elles mêmes dans cette société !!! Voyez-les, pourtant, les mains dans nos braguettes, nouvelle "inquisition", autorisée par nul autre entité que le fric…Voyez tou(te)s celles/ceux qu'ils auraient, prétendument, "vaincu" ? Et observez leur extrême terreur DEVANT l'amour total et le rire des cœurs purs. Les "2 indestructibles" dont 400 ans de bourgeoisie ne sont toujours pas parvenus à "faire le tour"…Lâchez donc tous vos amours fous dans l'arène !!!   

 

Qui naît aujourd'hui, qui parvient à ses 20 ans, qui a appris (plutôt discrètement)  à parler, penser ou écrire – ont l'impression très prégnante d'atterrir sur une Terre de cinglés complets !!!

 

Pourquoi n'arriverait-il pas que quelqu'un sache écouter tout le monde et sache faire la synthèse de ces diversités respectées ?

Pourquoi est-ce que les possibles iraient en diminuant et que des profils d'êtres qui nous soulevèrent d'enthousiasme et d'admiration, dans nos passés, ne pourraient plus jamais émerger ? dans le futur ou aujourd'hui même ?

Pourquoi n'existeraient-ils plus de grands hommes ? de femmes exceptionnelles?

Pourquoi n'y auraient-il nulles lueurs d'espoirs ?

Pourquoi le futur serait- il pire que le passé ?

Pourquoi n'y auraient-il plus de fêtes encore plus somptueuses de convictions collectives ?

Pourquoi le niveau commun ne s'élèverait- il plus du tout ?

Pourquoi n'y aurait-il pas des humains qui, fonctionnant tout à fait hors des conformismes, auraient atteint une certaine objectivité, une intelligence impersonnelle, et se soient ouverts à de nouvelles techniques et deviennent, ainsi, capables d'un rendu du collectif crédible ?

Pourquoi le surprenant ne nous parviendrait-il plus jamais ?

Pourquoi y auraient-il plus d'impossibilités que de possibilités ?

Pourquoi n'y aurait-il pas de modestie simple qui sache dire rarement: oui réellement ce que je fais c'est important !

 

Ce qu'il s'agit d'ajuster c'est que de nombreuses expériences ont aiguisé sensibilité et fonctionnement mental de façon non habituelle…De si passionnant(e)s pionniers/ pionnières !!! Alors, vous en faites pas, y'aura plein d'amour dans ce texte (faut, d'abord, recadrer avant que de viser la parfaite cible !). Mais si tant de personnes se plaignent du manque d'amour, se lamentent de ne pas être aimées, courent après une absence aussi massive, etc – il devient clair, en phénoménologie, qu'il existe beaucoup de demandes d'amours et si peu d'offres. Ou, dit autrement, que très peu aiment vraiment et à fond et beaucoup "attendent", tellement, et déraisonnablement,  de ce si peu. Au lieu d'APPRENDRE, tout simplement, à aimer…à partir de soi- même. De très invisibles barrages, des obstacles consistants – leur barrent bien la route quelque part. La majorité "écrasée" ayant pris l'habitude de la facilité en tout, ses trajectoires informent, précisément, les experts du réel (devenir écrivain ne peut constituer qu'une petite partie de cette expertise !!!)…Ici, où se trouvent les poches d'oppositions et de refus. A l'amour vrai !!!

 

Alors, ce monde qui conclut sans cesse avant de même commencer, NE NOUS PARAIT PLUS CREDIBLE. Plus rien n'y servirait à rien, parsèment-ils. Leurs incitations au défaitisme et au découragement deviennent bien trop importuns. A quoi sert d'occuper un espace pour y dire qu'il ne s'y passera plus jamais rien. Ecrire, parler, réfléchir, organiser, et une pincée de fantaisie, tout ceci ne seraient que pures conneries: que oui oui point, la sagesse trop grande de bouder ah là rien ça rien à plus rien de rien. Plus rien. Sauf ? Sauf (alors là trop bizarre!) de tomber dans la vulgarité absolue de dicter la vie des autres: faut te macquer hey, au trot ! T'es obligé(e), contraint(e) de te foutre à la colle! Marida, plus vite que ça! Si tout le monde n'est pas, à la seconde, en couples – je pique ma crise d'hystérie. Pour moi, "libéré"(!), tout le monde doit être bien rangé sur son étagère et "ne plus en bouger"…Ca a l'air timbré, cinglé dit ainsi: écoutez attentivement les "messages subliminaux", vous entendrez tout ceci…D'ailleurs, la contradiction tellement béante de foutre dans les pattes des autres du trop blasé, sert à rien ton truc, pas de politique, pas d'intelligence, nulle sensibilité, pas de collectif, nul partage, pas de débat, que des monologues, et trop d'etc. – pour "parvenir" à être, tout de même, sur leur dos, à ce point (si rien ne sert à rien tout sert à laisser tout le monde libre de tout!) – avoue la totale arnaque… Y'a que ça de vrai (mais le vrai contient tout même "ça" et "ça" ne contiendra jamais tout le réel!). Y'a que ça de vrai, ouais. Le cul doit prendre toute la place…

Il apparaît, ici, comme un flagrant paternalisme (maternalisme) lourd: censurer, par exemple, n'est pas empêcher les écrits au niveau des écrivain(e)s mais les dérober (oui oui les chouraver, les escamoter, les soustraire) à la vue du plus grand nombre. Prouvez donc que censurer c'est censurer "juste" un auteur et pas tout le monde, interdit avéré d'accès à ces œuvres que de mégalos personnages s'enflent à se croire autorisé(e)s de nous empêcher de connaître…Pareil pour le sexe: ils auraient la clé "donc" ils nous fermeraient la porte au nez…A part que, comme ils ne "connaissent" pas l'amour, la pièce close s'ennuie de vide…Pourquoi pas vendre la mèche ? Nombres de couples n'existent que pour le regard des autres: ouais de chez ouais, ton soi-disant mec ne t'aime pas pour toi, mais pour la place que tu prends dans "sa" comédie sociale. La preuve (pour qui pratique la psychologie posturale) c'est ce regard "anormal" qu'il lance à un autre mec seul croisé. Anormal, puisque non imprégné d'attentif amour pour sa belle mais plutôt de "rapports de pouvoirs" envers l'autre. Conclusion: le regard des autres "occupe" plus de place dans sa tête que celui de sa meuf. Pareil, pour certaines  femmes: leur choix de partenaire(s) surgit plus de motifs esthétiques que d'amour total. Aussi, vous observez, qu'à partie d'un certain âge, certaines regrettent "d'avoir laissé passer" qui les aimaient vraiment "pour elles-mêmes". Ces "attitudes de couples" peuvent dériver vers des "perversions" morales et psychologiques: c'est tout là le fond du problème. La société de pubs et de consommations irresponsables a incité à faire émerger le pire en chacun-e d'entre nous. Aussi, les "réactions" vont du "s'attaquer au messager" (qui dit vos dysfonctionnements n'en est pas responsable!), à refuser très obstiné(e)'s ce concret, jusqu'à continuer, barbarement, cette horreur généralisée. En passant (notre angle d'approche), par la frivolité inexcusable de ne pas réparer les dégâts déjà causés. Cette immoralité radicale (refus de toutes responsabilités), qui suinte des sommets, fait se lever tout ce qui reste encore de courageux dans la société.

D'autant plus (il y a toujours beaucoup de résistant(e)s de la dernière heure) que la lézarde est devenue bien perceptible. Les inquisiteurs du cul (pour blesser psychologiquement les autres) se sont auto-piégés. ILS NE SAVENT RIEN DE RIEN DE L'AMOUR. Et, désormais, ça se voit de plus en plus !!! Comment oser, alors, fliquer à ce point les autres si vous êtes carrément incompétents, incapables, irresponsables ou inconscients, dans le domaine de vos prétentions ? Ouaippp, très sûr que faire l'amour c'est très bon…nous faisons même des enfants avec…mais l'amour complet lui réserve, dans sa splendide sagesse, le tiers (1/3) de dimension et nous augmente de ces 2/3 enivrants que l'on cherche à nous faire oublier. N'être pas raisonnable en ce domaine (prendre le 1/3 pour les 3/3), paradoxalement, empêche que n'arrive l'amour fou et intégral.

 

Et puis, au point de vue social, l'encombrement actuel des perversités de "terroriser par le sexe" oblige à clamer, pamphlétairement, (donc excessivement!) MAIS IL N'Y A PAS QUE CELA !!! Réduire sans cesse le nombre de débats et leurs thèmes "autorisés" ne peut convenir à aucun(e) vrai(e) amoureux(se)…Les choix (pour nous!) des matons du cul ne nous conviennent pas du tout: on veut qu'ils virent, complètement, des domaines de la culture. Point barre.

Faire l'amour n'est qu'une partie de la globalité enchantée de l'amour total. Vouloir supprimer cette globalité pour ne garder qu'une des parties – c'est avouer son irréalisme, son absence d'esprit pratique, se ridiculiser à vie. Comme ils n'écoutent jamais personne, ils n'ont guère entendu que les gens pleurent de manquer "d'amour" pas de "sexe". Qu'ils/elles se montrent donc piteux(ses) qui voulaient nous "terroriser par le sexe". Si affligeants et si navrants – l'affiche mise sur la porte de leur connerie incachable. Du balai sur les "encombrants" !!!

 

Un peu trop !!! Pourquoi donc tenter de faire tomber tout le monde dans le niveau bassiste de ces seules  pré-occupations là ? Si vous vous rapetissez à ne voir le monde que comme ça, peu de chances que vous puissiez avoir raison. Le monde est si vaste et il contient tant d'expériences que vous ne tentez même pas d'en devinez l'ampleur: vous ne convainquez jamais les esprits et les cœurs (puisque, même sous les dictatures, personne ne peut entrer en leurs intimes secrets...). Dès que vous avez le dos tourné, ils vous renient. Vous ne faites vacarme que pour vous abasourdir: et jamais vous ne faites le point exigeant sur vos réels impacts. Qui influence vraiment ? Comment se fait-il que vous n'ayez comme réponses que de bien inutiles généralités ? Qui influence vraiment ? Et comment ce flux d'influences se tisse-t-il: quoi de plus intensément passionnant que de parcourir toutes les pistes copistes !!! Patience! L'amour arrive tout entier: dire que tout le monde croyait qu'il n'y avait que le cul qui vous intéressait …

Pourquoi la vulgarité de cœur aurait- elle seule la parole ? Elle ne nous botte pas du tout ? Nous impressionne encore moins !!! mais fait plus que nous lasser. Puisque tout le temps passé à tenter de nuire aux autres est un temps pris sur "votre" temps et que vous ne pouvez utiliser ce temps à vous améliorer (en distillant les extases en vous par exemple!). Pire, vous vous punissez vous- mêmes (le temps "perdu" à blesser est "votre" temps!) en vous dépouillant de l'immensité absolue du réel frémissant. Toujours revenir sur le même coin à piétinements – franchement, quel manque d'imagination tout de même !!! non, vous n'êtes pas du tout réalistes ….vous vous croiriez donc si transparents que personne ne capterait votre petit jeu? Et donc le contournerait très aisément, alors que vous persistez à vous acharner, grotesquement, sur un leurre. Oui oui, depuis les Töffler nous savons bien ce qu'est le "doctor spin" (pouvoirs ET contre- pouvoirs!): utiliser tous les médias afin d'adresser un message à une, des personnes, beaucoup d'individus…A tenter d'intimider ou croire gâcher sa (leurs) vie(s). Ah bon! C'est à "ça" que vous dilapidez votre temps. Quel manque de respect pour vous-mêmes à engloutir, dissiper, gaspiller, ainsi, votre durée !!! Y'a comme quelqu'un qui vous la bouffe la votre de vie: vous pointez dans la sienne et "oubliez" trop la votre, n'est- ce pas très irréaliste que tout ça ? Vous semblez ne vivre "que" pour elle/lui !!! Oui ou non, la haine est-elle "une très mauvaise affaire" (elle nuit, principalement et quasi exclusivement, au haineux, mauvais investissement, que c'est très rigolo, dirait l'extra terrestre). Et l'amour complet ?

 

Avec "ces gens là", comme chante Jacques Brel, tous les sujets se montrent, par intimidation et pression (si vous symétrisez à l'intérieur de vous-mêmes!), "interdits", vous ouïssez bien, bannis, expulsés, exclus, prohibés – avec ces si bizarres personnages. Si ce n'est la si minuscule aire de prédilection de ces amoindri(e)s qui pigent rien aux trop peu diffusées "sensualités" qui savent, seules, passer de faire l'amour dans les corps, à bâtir l'amour dans les cœurs, à nager comme un merveilleux poisson dans toutes les émotions, où vous mouvoir d'émouvoir en grand. Oui toutes: une plénitude que juste l'amour des corps (et "notre" Gainsbourg qui maintient que "l'amour physique est sans issue" et pourquoi donc ? pourquoi aurait-il si tort ?) n'offrira jamais. Pourquoi se priver et vouloir empêcher les autres de vivre l'amour fou, l'amour total, l'amour merveilleux, l'intégral amour, l'amour très archi complet ( pas une cellule de vous qui y échappât !) ? Soit donc corps, cœur et tête (le slogan de l'amour mental c'est "je tète ma tête"…toute la tête qu'on tête,  comment pas au courant et vous voudriez tyranniser « mentalement » les autres alors que sur l’amour" laïc et ses trois sites – vous savez vraiment queue dalle ???). Jusqu'à vivre d'intenses pensées d'amours. Des pensées d'amours bien laïques mais qui se peuvent décrire de multiples façons. Telles une éternelle fontaine qui verserait, tout le temps, "le meilleur" en nous…Par exemple, un orangé qui vous inonde de son omniprésent parfum partout. Qui vous vaporise de son nimbe en tout sens, s'enfle et vous inclut dans sa bulle. Vous fermez les yeux et vous vous "sentez", palpité de fraîcheur, au –dessus des nuages (les irréalistes vont perdre leur temps à dire c'est un rêve: désolé! pour le corps ce sont de sensationnelles sensations si tant réelles! point barre!). Cet orangé a le vol si long. Il vous chante des harmoniques (ces notes plus jouées et que l'on entend tout de même puisqu'elles doivent "répondre" à un certain alignement du réel). Et ce toucher duveteux, peau de pêche, cette délectable douceur, qui vous prend tout le regard et vous rend l'image absolument "comestible". Jusqu'à parvenir à vous mettre en bouche des goûts que vous ne retrouvez dans aucune cuisine existante. Les pensées d'amours (et, plus loin encore dans le périple, l'amour social) représentent une expérience qui magnifie à vie…Comme une moisson ou une récolte des colts !!!

Oui oui bien à plaindre qui n'a jamais vécu la transe de "pensées d'amours" (que les pionniers/pionnières du "cerveau sensualisé" vivent à chacun de tous leurs moments "recueillis"…).

Quant à la panoplie complète de tous les sentiments, de le dire déjà anime d'en vouloir toujours davantage…Merveilleuse plénitude que de nager, tel une poissonne,  dans l'océan de tous les feelings ! Toute une vie ne suffit pas à en faire le tour !

 

Toutes ces splendeurs éludées, évitées, évincées, pour ne chuter que dans la vulgarité d'esprit: mais oui baiser c'est aisé. Mais oui faire l'amour procure des sensations à ne pas manquer. Mais pourquoi, alors, le vivre sur le mode tyrannique, de l'obligation, de la compétition, de la rivalité et de la guerre ? (Pourquoi êtes- vous donc devenus d'illégitimes et fâcheux inquisiteurs ?). Mais pourquoi n'être jamais naturels, simples, purs et spontanés ? Et surtout, grave de chez grave, pourquoi demeurer incapables de comprendre QU'IL Y A BIEN AUTRE CHOSE ? Que ce n'est pas parce faire l’amour existe QU'IL NE FAUT PLUS SE PASSIONNER pour rien d'autre (politique, social, intelligence, sciences, pratiques ou réflexions, etc) !!! Drôle de tyrannie du sexe "inquisition" tout de même. Mais d'un sexe genre "armée", très militarisé one, sans amour et sans esprit…Pas très bandant en fait. Qui se dirigerait plutôt mal en cette abondance si proche ? Ah l'amour, l'amour…

De nier, désavouer ou démentir les sentiments, les émotions, les rêves ou les pensées – tout ceci n'empêche nullement que cela existe toujours plus et qui le renie toujours moindrement. Ne pas s'offrir, à soi- même, l'amour fou, rend la vie (même de baises) si restreinte, non ? Pourquoi donc ne vivre qu'en refusant les autres tels qu'ils sont: désireriez-vous, à ce point, les fondre toutes et tous dans le même "moule unique", de préférence à votre ressemblance ? Pourquoi sembler abhorrer, avec une telle frénésie, les diversités et différences ? D'autres espèrent, concrètement, l'intelligence et la sensibilité de tout un chacun: pourquoi dissimuler ces infos, en auriez vous tant si peur ? Sans doute, puisque, grâce à vos gesticulations peu sensées – nous savons, toujours plus facilement, vous contourner…aller bien plus loin, quoi ! Et sans vous, cette fois-ci: plus de show bizzzz et de star system.

 

Alors qu'allez-vous "devenir " dans "ce" désert unique, sans émotions, sentiments ni pensées d'amour ? Oui l'amour physique dispose des seules splendides "issues" des pensées et des sentiments gonflés d'amour. C'est "parce que" tout cela existe, que l'amour des corps peut devenir "inoubliable": et non inversement…Pourquoi tenter de rendre le monde plus petit au lieu d'opter pour son gigantisme d'abondances (seules les qualités demeurent INEPUISABLES) ? Où, obligatoirement, y'a de place pour tout le monde et pour tous les goûts…La paix universelle par la sagesse des trois (3) amours INCARNES…yes jerrycan ?

 

Okay, entre nous, vous croyez qu'ils vont lâcher leurs drôles d'attitudes de "gestionnaires et censeurs (l'un ne semble pas aller sans l'autre!) de la vie" d'autrui ? Et la tant rétrécir à la baise unique ? avec moult interdits de tous autres débats intelligents ? Oui, vous avez dit oui: quelle chance extraordinaire va, enfin, s'ouvrir à eux de percevoir les autres tels qu'en eux mêmes et non tels qu'ils voudraient qu'ils fussent. Au point - oui oui apartés - qu'ils ne se demandent jamais "pourquoi est-on si serviable, oui si serviable avec moi, à m'amener, ainsi, sur un plateau, la diffamation des autres" ? A qui ça sert ces rêves truqués où il n'y a de place pour quasiment personne ? "qui perçoit le comble du ridicule où, ainsi, je me morfonds ? Oui, pourquoi je me ligote moi-même à ne jamais vérifier et à ne jamais voir directo eh bien! pourquoi ce on si serviable veut, en fait, me "séparer du meilleur des autres" " ? Qui éloigné(e)s à coups de gâchis de diffamations, en vrai, seraient bien selon "mon cœur"…"Mais après mes inconduites starifiées, que puis-je espérer, moi le si trop pauvre riche"…Donc j'ai relayé des gens qui ne me sont rien afin de me "séparer" de toutes ces amitiés potentielles ? Diviser pour régner n'a jamais été un vain mot: mais, tout comme le vampire a peur du soleil, de telles (si peu) pratiques tremblent devant les rires frais et heureux. Qui les fanent en un clin d'œil !!!

Tout comme l'unité offre immunité et impunitéles trois amours comblent tellement une vie, qu'il n'en demeure plus une minute de disponible pour ne serait- ce que penser à nuire aux autres !!! Et, après cela, la magie serait juste "ailleurs" ? C'est aussi ça l'amour vrai, non (ne jamais nuire ni aux humains ni à la planète)? La lumineuse preuve que vous aimez follement c'est que plus jamais vous ne nuirez à quiconque…N'était- ce pas si simple, et ce depuis le début... L'obstacle à l'amour fou se voit, de la sorte clairement identifié: qui cherche à nuire (qui vit de la souffrance des autres)…Afin de n'oubliez strictement personne et de faire entrer la multiplicité des voix dans le respect de chacune – il fallait, au moins, ce lancinant périple !!!

                       

                        Que si tu veuilles être aimé(e) eh bien! rends-toi aimable …

 

(à suivre)

 

Publié dans sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article