Comment l'œil nous respire l'univers ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

2538248479_a204223bbf.jpg

Tiens donc! Vous commencez à admette que pendant que la majorité stagnait dans la déchéance sans issue de la bourgeoisie – d'autres êtres, et sans perdre de temps, s'élançaient dans l'immensité des territoires intérieurs non conquis. Le pire c'est qu'il semble qu'elles/ ils aient réussi !


Et que la société n'a toujours par réussi à trouver le moindre accès vers elles/ eux. Dans le monde à l'envers ils rendent les autres responsables de leurs carences, insuffisances, fainéantises, échecs, erreurs et autres mauvaises volontés. Hé bé! Ceci marche en petit comité pas du tout face à la foule. La bulle explose. ET puis l'aveu "d'auto enfermement" reste recevable par tous les tribunaux, oui ou non ?


Nos efforts perpétués nous font, tout au contraire, accéder à ces filons d'émancipations, d'épanouissement et de maturités que (trop bizarre !) les circuits commerciaux ne parviennent même pas à percevoir. Ils passent à côté et ne les voient même pas tellement leurs marqueurs se montrent obsolètes, nuls et non fiables (le tout pour les apparences semblait, dès le départ, sources à exponentiels délires, non ?). C'est que, pour la sociologie véridique, le commerce ne peut être pionnier pour les contenus ; tout en lui le rend inapte à ces découvertes. Par contre, il suit très bien les producteurs, les inventeurs, les créatifs, les défricheurs, etc (qui , eux, nagent comme des poissons dans l'eau au sein des contenus). Tant que nous n'aurons pas ôté des mains incapables du commerce, les contenus, le futur demeurera en danger !!!


L'œil nous respire l'univers. Oui oui si vous l'entraînez pour, vous défaites (victoire !) des superflus psychologies, changez toutes vos hiérarchies intérieures, etc (tout le reste demeure stratégie qui ne se dit pas )…Voici, premier exercice (si ce mot vous convient encore!): vous réhabituez à voir et regarder le lointain. A scruter la ligne d'horizon. A retrouver les amplitudes qui illuminent d'immensités. Vous comprenez bien que l'espace de respiration se modifie vers les ondes apaisantes et profondes - que vous saurez comment étendre encore plus l'étendue, comment espacer plus l'espace dans le damier infini…


Par exemple, à vélo (à pied il y a moins de hauteur !), cherchez ces paysages immenses où vous pourrez vous engloutir dans la seule vision. Vision en cercle de préférence. Autour de vous – le vélo servant, en ce cas, de siège mobile. A examiner ainsi les distances coloriées du paysage, vous permettez, ainsi, à votre corps (tiens, ça vous arrive de le respecter !) de retrouver en lui tous les circuits intimes qui estiment, évaluent, soupèsent, cotent, apprécient, jaugent et jugent (le côté hyper positif et très nourrissant du jugement !)…votre corps réouvert à toutes les distances interstellaires qu'il contient.


Tout sentiment, toute émotion comme toute pensée se trouvant comme les reflets (donc maniables dans les deux sens!) de mouvements musculaires, hormonaux, nerveux ou glandulaires…très exact que plus vous savez développer le gigantisme en vous plus l'horizon recule. Bien écarté-e-s, à coups de distances pompées, rythmiquement, par l'œil vous savez vous écarter des pollutions affectives, émotionnelles voire mentales qui sillonnent tout le tissu social. Faut pas croire, les lieux des libertaires (et autres) ne sont pas, mécaniquement, plus émancipés que d'autres lieux, a priori. Ils peuvent l'être. Ils peuvent ne pas l'être. C'est une affaire de personne non d'idéologie !!!


Chaque champ peut être vécu par votre œil qui caresse, qui lustre, qui touche les lointains tains…Qui "s'autorise" tous ces mouvements corporellement relayés !!! Chaque dimension peut devenir "mouvementée" si vous apprenez à relier l'œil aux impulsions musculaires ou nerveuses. Etc. Oui oui vous marchez et parcourez de tout corps l'image. Au lieu de gaspiller votre temps à juger la contemplation. Ou a vouloir vous l'appropriez (vous savez ces photos juste pour montrer pas pour vivre !) : cette impulsion nerveuse semble détenir le triste privilège de faire s'évanouir la contemplation. Comme une bulle de savon. Bon, après un paquet de pratiques du regarder le vaste et le lointain (ce qui désincarcére votre corps de la prison de la mesquinerie capitaliste !), vous parvenez à prévenir vos prochains mouvements. Comment ? Comme d'hab', de s'extraire du mystique aide sacrément. Tout ceci n'est que physique, corporel et accessible en direct !!! De le refuser (que c'est tellement plus !) gaspille le temps, sans plus !!!

Les vrais peintres (donc peu de connus ?) peuvent (ils restent bien moins bavards que la plupart) vous aider à comprendre "les lignes de force". Ces lignes qui entrent (effets de perspective) ou sortent franchement de l'image. Qui vous animent si fort tout le corps - puisque vous le laissez participer, depuis longtemps, oui participer à toutes vos sphères de vie : émotions, sentiments, sensations, etc oui oui …Chez vous, plus de constipations des émotions – ça pleure ça rit et alors c'est fait pour ! -, de rétentions toxiques des sentiments (il doit en exister des milliers de milliers – combien en connaissez-vous au fait ?) ou de sensations si rarement …sensationnelles (selon l'étymologie que seule la sensation apporte - pigé ?). Les lignes de forces (ou perspectives vécues) vous structurent vos exercices intimes.


Puisque l'image n'a plus aucun autre usage (exit jugement et appropriation) que de servir de cible, de repère, de phare éclairant à vos positionnements intérieurs. Vous regardez vous pigez comment faire à l'intérieur !!!

Ensuite (déjà fatigué-e ?), selon le principe de Jean Jacques Rousseau du "cœur le plus évidemment à l'extérieur de nous", vous procédez ainsi. Encore plus fort que le "cœur sur la main", faites vous précéder par votre cœur comme faculté palpante dans tous vos déplacements…

 

Vous apprenez à mettre votre regard (volonté de voir) devant vos yeux de chair. Il existe (secret des armes non colporté) un "œil directeur" qui peut être différent de votre main dominante, sauf pour les ambidextres !. Le chiasme qui est le fait que les nerfs visuels s'entrecroisent en X et touchent des lobes opposés du cerveau) permet, lui aussi, des trouvailles. Comme nous nous trouvons dans la zone très secrète du "noyau de l'être" – tout ce qui s'y passe n'est qu'individuel, profondément tissant, infiniment intime. Et c'est blesser les personnalités que de brusquer les différences vitales par de la violence imposée…Eh bien, tremblements, inversions, regards volontaires, palming (poser la chaleur des paumes sur les yeux fermés puis ouverts), exercices de respirations yogiques, roulements des yeux vers l'intérieur puis à tout le champ visuel…etc. Multiples et adaptés, oui – sûrs que vous parviendrez même à nous mailez des procédés que nous ne connaissons pas !!! Muscler les constituants de l'œil, les rendre fluides et sollicitables – constituent l'essence de cette étape.


Par l'ensuite ( l'usage poly factoriel des autres techniques si diffusées par ce blog aide évidemment), si votre individualité unifiée (tête, cœur et corps "alignés", ou dans un ordre différent corps tête cœur, etc. cela fonctionne aussi !) – vous un accédez à un œil devenu naturellement respiré/ respirant, accroché à la marée pulmonaire. La simplicité peut provenir de nombreuses répétitions !!! Mais, puisque vos préoccupations demeurent immenses, vos buts universels, votre gigantisme intérieur maintenu – évident que vous obteniez un "retour de réel". Comment ? Notre corps secrète tous les 24 heures "ses" images corporelles. Ces images ont peut à voir avec le cinéma ou la télé. Ce sont des visions bien chargées de fonctionnement corporels qui ont une apparition lente, une accommodation patiente mais qui forment comme une abondante "mémoire du corps". Si vous savez rendre ces images comestibles, trouver des goûts aux sons, des touchers de pétales et des odeurs à la limite de l'extra terrestre. Si vous savez vous immerger dans des paysages de telles façon que vous deveniez un morceau de paysage " (et cela votre corps "sait" si vous y arrivez ou non – question d'entraînements et d'enchantements). Si vous…vous voyez que la difficulté de transmettre demeure intacte !!!


Disons que les yeux, tels d'ondoyantes anémones de mer peuvent, comme aspirer la pulpe du réel, inhaler les représentations des 5 sens (mais telles des images comestibles,  des odeurs habillées, des goûts qui se muent en son comme l'inverse, etc.). Boire à grand traits la contemplation : position du corps, choix du cops, activation complète  (hors toute inhibition puisqu'en certitude de paix absolue !)…Les équivalences de mots plus abstraits comme les lâchers prises, les plénitudes, les extases (mais sans inflammations des apex) , la paix…oui disons, même si l'image saute sur vous comme sidérantes et déconcertantes : vous paissez bien la paix. Selon la tranquillité extrême de ruminer la saveur du savoir…


Si avec tous ces éléments – vous parvenez à joindre votre immensité à la paix respirée et à un élan permanent vers l'infini de l'univers – très certain que vous parviendrez à ce que votre œil (déjà respiré, comme nous venons de voir !) vous fasse respirer tout l'univers AUTOUR DE VOUS. Inutile d'aller s'égarer vers vivre tout l'univers ici et maintenant (bien que, d'une certaine façon, ceci demeure possible mais comment parvenir à l'expliquer ?) mais juste respirer "tout l'univers qu'emprisonne votre œil" (et ceci n'est point du tout citation mais soulignement d'une formule !!!)…Vous êtes tellement "absorbé-e-s" dans cette contemplation que vous en oubliez absolument tout le reste. Votre adhésion se montre comme un corps qui "épouse" chaque millimètre carré

 

de la réalité sur laquelle il s'est si bien "étendu" !!!

 

%%%%***Ce texte a été placé en un autre lieu – et le fait que trop s'y soient engouffrés, comme si l'exemple proposé constituait le seul modèle que nous connaissions, nous contraint à préciser ceci.

 

            Vous pouvez, aussi, utiliser la concentration profonde, la sieste, le rêve éveillé, le yoga, les déplacements avec pivot sur votre "œil directeur" et l'oreille droite (celle- ci formant l'oreille du guetteur préhistorique a inscrit des qualités attrayantes, persistantes au temps, en nous!)…Vous pouvez le concrétiser à pied, à moto, en vélo, à cheval, à la course, sur un voilier, en escalade, etc (sauf dans les transports clos !). Vous pouvez utiliser la danse, la musique, la peinture, la sculpture, etc. sans autres exclusives… afin de vraiment chevaucher toute cette respiration qui "prend si bien l'œil". L'utilisation des mots tel que décrit dans "La diction du dictionnaire" – ou comment rendre tous les mots physiques" peut trouver cette respiration de vastitude, aussi. Etc d'etc.

 

            Les moyens restent abondants et si nous avions des faiblesses d'expressions pour le dire, en aucun cas, ce ne peut être affûté contre ces multiples techniques !!!  

Chaque expérience non vécue vous rend intolérant-e dans vos jugements (qui n'a pas expérimenté juge qui a expérimenté, voici qui ne manque pas de ridicules et d'inconséquences, non ?)

 

Aussi (à charge d'expérimenter vraiment !), retrouvons-nous au tout prochain émerveillement surgi d'écouter tout simplement les messages de votre corps

                                                                       qui vous montent à la tête !!!

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

            tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

 

*** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,  onglet 1  "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3"La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et  "Rien de plus solide que le solidaire", sinon,  onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

 

 

 

Publié dans sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Trouble fêtes 17/12/2013 12:13


 


Le plus beau jour de ma vie – ma nouvelle naissance en quelque sorte – fut le jour où je découvris que, je n’avais pas de tête. Ceci n’est pas un jeu de mots, une boutade pour susciter
l’intérêt coûte que coûte. Je l’entends tout à fait sérieusement : je n’ai pas de tête...


Je découvris instantanément que ce rien où aurait dû se trouver une tête, n’était pas une vacuité ordinaire, un simple néant. Au contraire, ce vide était très habité. C’était un vide énorme,
rempli à profusion, un vide qui faisait place à tout , au gazon, aux arbres, aux lointaines collines ombragées, bien au-delà d’elles, aux cimes enneigées semblables à une rangées de nuages
anguleux parcourant le bleu du ciel. J’avais perdu une tête et gagné un monde. Tout cela me coupait littéralement le souffle. Il me semblait d’ailleurs que j’avais cessé de respirer, absorbé par
Ce-qui-m’était-donné : ce paysage superbe, intensément rayonnant dans la clarté de l’air, solitaire, sans soutien, mystérieusement suspendu dans le vide, et, en cela résidait le vrai miracle, la
merveille, le ravissement totalement exempt de « moi », indépendant de tout observateur. Sa présence totale était mon absence totale de corps et d’esprit.


Eveil à la vision sans tête


Que le vaste humour vous grandisse...*

imagiter.over-blog.com 18/12/2013 05:20



salut très très intéressant expérience fondatrice où l'on devient l'univers...bravo a ++++++++