Comment le "libre choix" ne nous laisse aucun…choix ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

3662156062_1860dd83df.jpg

Il choisit tout pour vous. Et interprète, généralement, de travers tout ce que vous pouvez faire. Vous/ nous enfermant dans, exactement, ce que nous ne voudrions surtout pas faire. Est-ce ainsi qu'est survenue la société de consommation – dont, au fond de soi, personne ne veut. Et dont la majorité semble ne pas pouvoir s'en désempêtrer. Nous oui, c'est fait et bien fait, et à fond fait… d'où – en tant qu'experts du réel, nous éclaircissons…

 

Comme pour l'enfer de l'individualisme méthodologique – vous n'êtes réactif à rien, ne répondez à rien, ne réagissez à rien – tout environnement n'existe pas, 95 % de la photo reste cachée, le projecteur n'est que sur vous. La société ne vous/ nous encercle pas, ne vous harcèle pas de prescriptions et de contre-prescriptions, ne vous cahote pas. Vous n'êtes sujet à aucune pression, brassage, secousse, manipulation, intox, contre information, rumeurs, mensonges, etc…Non – vous êtes/ nous sommes le pur résultat et départ de tous vos/ nos échecs. On se demande pourquoi avec une telle globalité en vous – il n'est pas reconnu que vous dirigiez le monde entier. Et que votre expérience supplante de loin celle de tous les autres…donc que vous avez, clairement, "le droit" à la parole !!!.

 

Ah bon ! c'est pareil pour eux, aux autres ..chacun-e une le déserte, une monade, une vie sans aucun frottement, contact, interaction, symbiose, rencontre, échange etc – avec autrui…oui oui si "on" vous ruine, vous vous êtes "auto-ruiné" tout seul…c'est vous-même qui courez, chaque nuit, les rues pour vous auto-diffamer…comment – un dessin SVP…ah non ! c'est le "libre choix", donc pas d'explication, pas de raisonnement, pas de représentation, etc. "ce serait trop facile"… – enfin tout ce qui permet de voir l'ensemble des possibles et de…choisir… le "libre choix" n'est qu'un diktat…pas une discussion !!! Dehors, foutez le camp, du balai !!!

 

Le "libre choix" choisit tout pour vous !!! Comme tout ce qui concerne l'idéalisme capitaliste tout y est irrationnel (songez à l'élucubration "main invisible" !) et le choix y est ligoté dans la perversion. Oui, oui, le capitalisme est accroché à la perversité des sociopathes. C'est même pour cela que la Raison a tant de mal à le comprendre et à y raisonner bien ferme, jusqu'au bout de tous les raisonnements…vous devez, alors, expérimenter le "Je ne parle plus à qui a raison" – afin d'éprouver à fond à quel point ETRE raisonnable n'a que peut à voir avec avoir raison

 

Niveau perversion ? "Quiconque choisit de ne pas faire ce qui est nécessaire pour atteindre certains buts, dans un pays adepte du"libre choix", voit presque automatiquement sa conduite interprétée comme un autre choix ; dans le cas de l'underclass, c'est le comportement non social qui était choisi. Se retrouver dans l'underclass relevait donc de l'exercice de la liberté….(p. 174  - Zygmunt Bauman – Consuming life – S'acheter une vie, octobre 2008)." On vous classe là mais c'est vous qui avez choisi que l'on vos classât là, vous restez libre qu'in vous classe…le consommateur irresponsable, se foutant des conséquences concrètes de sa vie infantile sur le futur de la planètes, de la vie ou de la société, lui, n'est pas le comble de l'antisocialité ? Et donc ne PAS être adepte de cette déchéance déshonorée n'est pas d'appartenir à la …upperclass si valeureuse et courageuse…l'underclass n'étant qu'une erreur de classement due à un esprit pervers – donc pas à écouter mais bien à…soigner !!!

 

Le "libre choix" (ainsi détraqué !) devient vraiment une folie qui vous colle  dans cette perversité si toxique – combien d'entre nous, savent affronter, victorieusement, des pervers ? Nous oui, nous sommes tellement "distanciés" avec eux/ elles que nous pouvons vous "informer" objectivement…que ce sont vos accroches perverses (mêmes infimes) qui leur donnent barre sur vous !!! Vivez le "cerveau sensualisé" (chaque pensée y devient sensation) - ils/ elles n'auront plus accès à vous. Clair ?

 

Le "libre choix", pour ces détraqués, c'est D'ADMETTRE la société de consommateurs comme "la" société unique, avec pensée unique du "c'est comme ça" et on "discute" encore moins qu'à l'armée, où chacun fait ce qui lui plait (menteurs ! truqueurs ! arnaqueurs ! voleurs ! la preuve ? Ce libre non choix permanent – vous ne pouvez choisir QUE ce qu'on a, déjà, choisi pour vous !), vautré dans le tout pour moi et tout de suite. Aveugles aux autres et leurs besoins, sourds aux conséquences pratiques, concrètes, matérielles de tels comportements. Complètement "dérégulés" (la pire des perversions économiques – la dérégulation, plus rien n'est régulier ni réglo !!!) – soit, pour l'individu, déréglé (augmentant son anormalité antisociale chaque seconde) et plus réglo, ni régulier, ni régul' – bref, quelqu'un sur qui on ne peut plus compter, pour qui vous ne comptez pas et qui ne sait…plus compter…A ce point de toxicité ?

 

Rappelons que le mot consommer vient de faire des sommes, des aditions, des suites de consumations irréversibles du futur commun, des irresponsables achats incohérents et qu'il faut bien faire le TOTAL un jour…le consommateur fou (en parallèle avec l'argent fou) REFUSE, sociopathe intégral, de faire SON addition (somme des conséquences désastreuses de son comportement indéfendable – puisque "juste" infiniment puéril…c'est bien cela la perversion ? Le règne de la version unique, une seule version (perversion) qui écrase (plus q'illégalement) toutes es autres versions !!! Le consumérisme n'est qu'un monologue SANS ECHANGE. Ni réciprocité. La pub  : des coups de matraque unilatéraux avec lesquels on vous matraque puisque…vous avez le choix !!! Le marketing vous "vole" votre choix. Et la Bourse parachève en "socialisant" (ah bas le socialisme, crachent les trop pervers étasuniens, pourtant) LEURS pertes. Et pourquoi pas les nôtres, tiens donc ????

 

La liberté pour ces esprits vraiment malades c'est de s'émanciper de quoi ? On ne saura pas)…en devenant…l'esclave du…devoir (plus contraignant que n'importe quelle loi, impératif moral et règle de civilisé, pour ces esprits spongieux !) de…consommer sans trêve ni repos (corvéable et réquisionnable à merci)…soit de poursuivre l'addition permanente, la somme que l'on con- somme  et qui ne peut qu'aboutir au hurlement du désastre…et quand TOUT sera consommé ? Tiens "la" croissance a disparu "quand" dans ce scénario de détraqué intégral ?

 

Oui QUAND avons-nous eu "le" choix ? Nous ont-ils "laissé" une seule et unique fois le choix ? " Ce qui compte vraiment c'est que ce soit vous qui ayez maintenant les choses en main. Et vous devez es avoir en main : le choix vous revient peut- être, mais n'oubliez pas qu'il est obligatoire de choisir (p. 112 – ibid)." Votre choix c'est de choisir pas d'avoir accès au QUOI choisir (on a déjà choisi "pour" vous !!!)…choisir c'est accepter (ou non !) le système détraqué – mais vous n'avez pas le choix…tiens donc, vous voyez - le soi- disant royaume où chacun fait ce qui lui plait, tous les fardeaux qu'ils déversent sur vous – vous l'empêche à jamais "votre" choix…c'est juste chacun fait ce qui LEUR plait …cette "liberté" pue le pourri, y'a rien à croquer dedans, que du vent ou des menottes, rien de tangible que du gros mensonge…c'est pire que tout les dirigismes, pire qu'à l'armée, pire que toutes les lois de la République… à côté, eux, c'est la …PERMISSIVITE…Capté?

 

La NON PERMISSIVE société de consommation dite TINA – There is no alternative, il n’y a PAS le choix, dite de la « pensée unique », il n’y a PAS de choix – se ridiculise donc à fond avec son « libre choix » (Aucun !) et son« marché libre » (pour qui ?) où tu consommes où tu crèves – comme si c’était les enfantillages qui dirigeaient la société !!! Prise çà son propre piège (soit c’est TINA soit c’est le LIBRE de plusieurs choix !) - la dictature soft semble la plus obtinée de toute – mais le pire reste bien qu’elle MENTE donc sur aboilument tout…Le fardeau des règles consommatoires, les menottes du devoir si blessant ( et pesant! Cette charge harassante ! ) de consommer sans réfléchir jamais, harcelés, éperonnés, fouettés, hués, sans s'arrêter, se reposer, faire halte hors de la vitesse folle qui ne plait qu'aux mensonges ( si terrifiés pour que nous ne voyons plus en eux QUE mensonges), bref la société de servage et d'esclavage dite de consommation hurle avec nous :

 

Libération… émancipation !!! Libération… émancipation !!! Libération… émancipation !!! Libération… émancipation !!! Libération… émancipation !!! Libération… émancipation !!! Libération… émancipation !!! Libération… émancipation !!! Libération… émancipation !!! Libération… émancipation !!! Libération… émancipation !!!                                                      Libération… émancipation !!!

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

            tous ces blogs sont bien reliés à une pensée globale

 

…la suite du voyage dans l'horreur de la grave perversion capitaliste : le texte "Comment ils fuient "toutes" les responsabilités ?"

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L'Economie, ainsi queLA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans le ridicule qui tue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lejournaldepersonne 22/09/2012 19:29


bonsoir


un vrai tour de la question - bravo...

imagiter.over-blog.com 22/09/2012 22:10



TINA + pensée unique + "libre" choix = fallait 1 pour ridiculiser le tout