Comment quitter la peau des religions ?(1)

Publié le par imagiter.over-blog.com

4908219900_eeaa38f8ec.jpgLe sang gicle sur la vitre de la conversation

 

                                                           %%%%%

 

tant il fallait d'esclaves

purs ouvrons la lettre de l'autre monde

amoncelle ta robe au creux de tes yeux

nos corps ne se compteront plus

à l'enfance du souffle

 

tant il fallait de carnages

aux aigles de nos sangs purs

poignante

plus qu'au matin évidé de ses sources

l'émotion

n'ouvre plus de serrures à plumes

 

tant il fallait de tampons

aux rires des cœurs

et dire passez

au cliquetis du fric

 

tant nous n'avions rien dit

par peur de nous-mêmes

que la hâte du ciel sourd

oblitère terre et lune

-  des cicatrices de l'homme

 

 

                                               %%%%%   APPELER TESTAMENTS LES RAPPORTS ENTRE LES HOMMES ET LES DIEUX: trop bizarre !

Soit l'Occident ne comprendra jamais rien à rien (et salopera toujours tout !). Ce qui forme un flambant scandale puisqu'il "dit" et « nomme » l'histoire du monde entier: s'il a tout faux, y'a intérêt à l'en dessaisir. Vite.

Soit, à part quelques êtres exceptionnels (shakespeare a dit qu'on les "reconnaît" au cercle d'imbéciles qui voudraient leur piquer le truc sans se cramer dans l'expérience – et qui ont l'air de se croire très malins, donc "trop" visibles…) tout le monde a refusé, évincé ou négligé le legs,  l'héritage. En conséquence, pour les plaintes on se calte, plus vite que ça…

…..repérez, pourtant, que quelle que soit la solution, se dépêtrer des religions vaut  toujours mieux…   

 

 

                                               %%%%%

 

 

des morts sortent les ruines

les cris

des juges frénétiquement l'ombre

replie la joue sèche du temps

où tu brûlais les caniveaux

où tue

tue tue pour le plaisir de tous

veuillez respecter les pelouses…

…non les hommes…

tue tue

tue tue pour le plaisir de tous

l'eau de nos frissons

et la porte en pygama

du feu dont chantent nos bras

au ciel qui finit mal

aux moignons sourds

où le soleil s'éteint

le jeu du Je traîne trop de cadavres

quand tue tue

pour le plaisir de tous

tue tue

ton horizon de sang de ténèbres

 

 

                                                           %%%%%  Il Y AURAIT TOUJOURS DES JUGEMENTS:

or, en nous, demeurent estimer, jauger, soupeser, mesurer,  apprécier, discerner, évaluer, goûter, etc – toutes qualités qui nous permettent de devenir ces éléphants qui dansent dans des magasins de porcelaine sans jamais rien casser –

apprendre à juger ainsi sans condamner nous éviterait de passer par les cases

infernales et hiérarchisées - que le mal "accepte" la hiérarchie, voici qui le rende plus que risible (piteux !)- , oui ou non ?

 

                                                           %%%%%

 

 

              je ne sais pas comme s'il brouillait au fils les tablettes d'argile

           

 

                                                           %%%%%

 

 

le ciel est sur le cou des pendus

 

les doigts mouraient au seuil des morts

comme le pêcheur aux bancs de pierre

ramasse son ombre au minuit

et la dépose sur les pas de la mer

 

j'ai vu la vierge aux cheveux de supplice

le sein brûlé jusqu'à son charbon

bondir en croix blanche à la paume des mousses

 

l'océan aux nageoires dures n'est que

                        poissons dissolus

         le ciel est trop près de la mer

trop près pour gravir la vague des rencontres             

                        pour étreindre les charbons

                        des corps soûlés de terre

                        assouvis de forêts

 

trop près de la tunique d'un soleil bleu

 

le christ est baleine mourante qui hurle

à chaud et s'y noie la colombe des

yeux purs

 

                                                                       %%%%%

 

Anachronisme louve

Ma nudité esquisse l'eau

Les chapelles où viennent sourirent

Les chairs d'atmosphère disciple

Les yeux ont roulé sous les galets

La mer s'est défaite

Paille sous la peau

Où le vent violente

Le cri dernier espace à mourir

 

 

                                                           %%%%% LE BOUDDHA DISAIT SI VOUS CROYEZ A CE QUE JE DIS SANS REFLECHIR NI DISCUTER J'AURAI DONC TOUT RATE !!!

semble que lors des "transmissions" de ces époustouflantes expériences (qu'ils ont transformé en objets insensés de "business" "hyper cool", dites, parfois, par étourderie, religions!) - aucunes des règles de l'honnêteté ni de la loyauté n'aient été respectées. Plus fastoche de se passer de tous ces fatras de fats. Et de, tout de même, accéder à ce qui nous dépasse tant (sans dire quoi que ce soit d'autre que de décrire, simplement, toute l'expérience – c'est pas commercial, donc c'est vrai !!!). Yes jerrican ?

 

 

                                                                       %%%%%

 

 

il saisit le soleil par les ombres

à la suie d'un faux pas

des cernes sous les cris

où le ciel en blocs épars

se vêtit d'un oiseau perdant ses

poissons de squelettes que l'on pousse

au bord du lit

 

                                                                       %%%%%

 

 

Soleil sculpte une pierre

une apparence plus que de pierre

Et je pulse au chantonnement de la matière

La folie que rouille la nuit

butte ventre à terre sur cette pierre en stupeur

 

La buée des morts me ronge les yeux

 

 

                                               %%%%% SE DIRE ATHEE EST AUSSI UNE RELIGION:

vivre en dehors de toutes les religions représente bien la subversion la plus tranquille et radicale. En effet, pour qui est "distancié", brechtiennement, on capte bien dans l'athéisme le vizir qui veut prendre la place du vizir: future tyrannie, n'y'a ka voir ses tenants vous pigerez les "aboutissants". Non, merci l'athéisme (du fait de sa compulsion obsessionnelle) ne nous nettoie pas la peau de la "machine pénitentiaire" des religions…

 

 

                                               %%%%%

 

 

mort d'un souffle à peler la lumière

le feu humide panse les tours du froid

                        noues tes sangs !

à la lueur du brandon des derniers vêtements de femmes

mes veines courent comme rivières de diamants

sous ma peau devenue prairie entière

tout mon corps est parti, là, autour de moi,

enfin, enfin, j'ai  l'air  libre…

                        noues tes sangs !

 

aux bivouacs du soleil où

l'humide orange bénissez

vos souffrances

enroule les artères autour des ruelles

du cœur

 

les pierres du sacrifice

sans un arbre vert

crient l'est d'un cristal

saigne le gardien des yeux

les bêtes descendaient aux abris

une lune fendue à la grève pourpre

s'appuyant le menton vers la mer entrouverte.

 

Le drapeau des veines

décharge une mitraillette nette

Sur, obscurcie, ma voix

Assis sous un cheval de meurtres

C'est un château chanté qui

                        tourne autour du

                                   soleil

Il crie bientôt égorge l'œil

du juge

Je suis au courant – d'air

 

Il y a du sang entre les enfants

 

                                               %%%%%

 

les os des tympans déments

sourdement les yeux

sur l'évier des fanes de choux

un squelette richement assermenté

se fond dans l'équatoriale forêt

brûlant, ignorant trop le ciel

un frôlement microcosme

mitrailleuses qui époussettent des

enfants

les doigt giclant de vent

 

 

                                               %%%%% UNE SEULE PHRASE ANNULE 2000 ANS DE JUDEO- CHRISTIANISME:

"si la chair vient de l'esprit c'est une merveille mais si l'esprit de la chair c'est une merveille de merveille" (Yeshoua, an 31 ). Après que toute cette clarté ai été manipulée (cité dans un "nouveau", comme si l'ancien n'était pas déjà assez ouf! Testament!) ou bien que la si peu rationnelle "folie cartésienne" (séparation de l'esprit et du corps: macache, pas pire folie, on enrage on te largue !) ai pu durer si longtemps (merde! elle dure encore !). Pareillement, toutes les simagrées "hiérarchiques" et autres escroqueries indignes – ce n'est pas de son fait. Réparations et procès à tous les étages: réhabilitations rétroactives de tous les persécutés (elles/ ils avaient bien pigés, ils avaient raison: la sagesse vient du corps...). L'esprit "incarné" c'est la sensualité à tous les étages  Le corps guide, le corps sait (!), les scandaleuses écoles ne nous apprennent pas le corps et tout le corps. Depuis 2000 ans, nous est même "appris" l'inverse de cette vérité (le corps détient les 3 amours – à vous de comprendre lesquels…) ! Tout savoir abstrait (celui des soi- disant "élites"!) rend "inhumain" et doit être considéré comme toxique, dangereux, asocial ou barbare. Un être "humain" (espèce à venir !) doit équilibrer son "quotient émotionnel", tous ses sentiments, son sens social et moral avec ses soi –disant "facultés intellectuelles" (ce Q.I., trop mis en avant, qui transforme en incomplets barbares furieux ce qui fut des enfants "complets"). Vous voyez une seule phrase vraie (dite il y a 1979 ans) et toute cette mascarade s'effondre. De A à Z…On y peut rien, l'Histoire commence et finit: ici, l'ère judéo-chrétienne est définitivement close…

 

 

                                                                       %%%%%

 

 

un lampadaire se tord des entrailles de la terre

 

flashes sur demain au fond

du fleuve de ton arche crânienne

dans les lions de tes cheveux

la crémation jusqu'au matin

 

évadés du paradis

on y creuse des tunnels aussi

oui évadés du paradis

oui on y creuse des tunnels aussi

des enfers c'est vous qui vous croyiez vouloir fuir

refusant toute autre version

celle où nous voudrions vous rejoindre

vous demanderez- vous

pourquoi…

 

                                               %%%%%

 

 

                                  la sainteté part des pieds

 

                                               %%%%%

 

 

la lie d'égarement si

tu

la lances à la sébile du ciel

l'écorce en sa gorge pourrie

boutonnera les fagots de la mer puis

l'herbe incendiée à la taille souple

                        des jours

l'édredon des planètes

divisera les genoux en fronde

à la graisse de ta nudité

 

           

                                                        %%%%% LA LOGIQUE LOGE TOUT:

donc c'est bien la longue marche promise sur la Terre tenue (depuis 1969 nous avons tous vu sa bonne bouille de boule bleue !!!). Bref, l'immense (puisque itinérante et ubiquiste!) fête mondiale: proche ou lointaine ?

 

 

                                                                       %%%%%

 

 

je suis né pour la forme

en 2 parenthèses

quant à la matière ce fut par pur hasard un

blanc

c'est du moins la thèses des parents

                        Fermons la parenthèse !

 

 

 

                                               %%%%% QU'ONT DIT LES RELIGIONS:

à part foutre leur né dans les braguettes et les ceintures de chastetés…que les conceptions de l'esprit "incarné" ressemblent aux conceptions de la chair. Que ça "se" produise ( tous les grands évènements, les émotions grandioses, les partages et les extases! ) reste tellement supérieur à "produire" (produire pour que ça ne se produise pas: pas futé du tout ! le capitalisme forme bien une arriération mentale !). Que les fils sont les fils (de quelle toile) des filiations,  que la dette reste cadette, puisque l'aîné se placerait, plutôt, à l'aine. Etc, etc. Une cartographie du "faire pour le mieux", en fait: le langage formant (avec la réalité) les 2 ANDROGYNES parfaits – sûr que le langage "en sait plus que nous"…Par exemple, pa-ternité, ma- ternité ou fra- ternité, ce ternaire, ce 3 si puissant puisqu'il représente la résolution de tous les conflits (2 c'est la guerre, 2 entêtées versions opposées, 1 seule doit surnager – donc, on chute dans la folie collective de tout détruire JUSTE pour cet enfantillage !). 3 englobe maternellement les 2, les surpasse en ne choisissant pas mais en com-prenant, prend, partout, le meilleur et crée du futur: un peu comme le travail d'un corps enceint, non ? 

 

 

                                               %%%%%

 

 

le jour, le soleil

peuple se tait

 

                                               %%%%% C'EST BIEN LE DRAME !

 

 

et toujours partir

se dire

je n'ai pas compris

croassent les corbeaux crient

le crachat se perd dans son crachat

son cimetière de cendre

au creux de sa mort à pic

 

et toujours marcher

ne jamais savoir

que l'homme est un mégot

son odeur tabac froid.

 

(à suivre)

Publié dans sociéte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article