Complot du complexe ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

375369360_3635300ba9.jpg

Puisque c'est complexe il y a complot – comme les mots l'enlacent. Complexe complot…C'est le fait que ça soit si complexe qui signerait l'effectivité du complot…si c’est simple y’a pas de complot…La complexité semble se montrer compliquée, embrouillée, difficile ou embarrassante.  C’est exprès pour vous gâcher la vie…

 

Nous pourrions continuer longtemps ainsi. Mais c’est de ce flot continu d’impressions à peine ébauchées, de cette brume vaporisée de petites émotions à peine au stade de fœtus, ou de ces sensations qui pianotent la vitesse – que s’habille le tunnel de cette irruption dans la conscience. Le flot, produit par chaque mot, nous cogne avec plus ou moins impact…

La littérature nous en a fourni des modèles avec l’étiquette « flux de vie intérieure ». Mais elle s’est limitée à rester… littéraire. Et pourquoi donc ? que sont ces refus de vivre à fond, de s’ouvrir complètement ? quelles seraient les raisons montrables de ne pas nous offrir de métisser tous les styles ?

 

Nous retrouvons ce schéma dans des tas de scènes de la vie quotidienne. Cette anthropologisation excessive. Les mots « seraient » comme des affronts personnels, ils nous chercheraient des noises…une intention lourde s’y trouverait lovée à l’intérieur…Bref, si c’est complexe c’est calculé pour vous ennuyer. Prémédité, réfléchi, mis en scène…rien de paranoïaque (sinon que plus vous tenez à l’image extérieure de votre ego plus vous multipliez les occasions d’en souffrir, en fait !) mais, plutôt, une difficulté à sortir du cadre, de la routine, des habitudes…

 

Avoir entrainé votre cerveau à « penser en sauts périlleux », saltos arrière puis avant, vous offre la souplesse et l’aisance intérieure afin de dé- Ployer votre pensée dans un espace aussi grand que l’univers. Au lieu de vous user les yeux à déchiffrer du minuscule, votre corps danse dans les concepts ou entre les arguments…au point que vous sentiez vos articulations qui articulent les pivots des raisonnements…

 

Vous vivez une pensée telle une sphère autour de laquelle vous tournez, examinant plusieurs facettes de celle-ci…Plus vous êtes incarné plus votre pensée est « naturelle »…oui oui plus pensez corporellement, plus vous ressentez les mots charnellement – plus c’est facile et plus les facilités augmentent…La sensation oppressante de complexité ne provient, principalement, que du fait que votre corps ne participe pas assez à la pensée…Faut l’expérimenter pour le vérifier…

 

En fait, la complexité c’est la grande foule, la globalité, tant et tant de visages et de regards, des voix partout qui parlent toutes en même temps, c’est tout l’entier réel, la totalité des connaissances, c’est tout l’assortiment jusqu’au vertige, la diversité en efflorescence, la composition abondamment différente de l’unité…etc. Plus vous éprouvez physiquement , plus vous avez appris à différencier, distinguer, particulariser – moins vous vous sentez agressés par cette irruption de tout…Vous aviez déjà voyagé corporellement l’immensité…

 

Pas de complot du complexe – mais un excès d’inconscience, d’insouciance, de négligence ou d’étourderie de la civilisation actuelle qui OMET d’apprendre beaucoup de choses…L’apprentissage de la complexité (au point que de dire « les » complexités fait pléonasme – une seule contient tout !) semble l’un des plus longs et il aura, jusqu’à aujourd’hui été le plus bref….

Vous vous y mettez ?

 

Bon ! afin de raccourcir l’attente et d’assouvir la soif des résultats, et puisque vous commencez de ressentir l’essentialité des méthodes avant tout…un bonus vous tombe dessus…

 

N‘ayez plus de complexes avec le complexe !!!      

 

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à but non lucratif freethewords.org,   onglet 1  "Les mamelles du repos" et  "Remue- ménage",  onglet 2 "Présent !", onglet 4  "Nul n'est nul" ou, encore,  "Je ne parle plus à qui a raison".

Publié dans méthodes de pensée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article