Contradictions démentes au sommet européen ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

4319117822_557c7df709.jpg

Lorsque l'Espagne demande l'aide du FESF** Berlin répond que ce fonds ne peut servir exclusivement qu'à verser des aides à des institutions publiques et non privées. Parallèlement, la BCE renouvelle son soutien, trop "exclusif" aux banques…privées (surtout pour les bénéfices trop facilement pompés sur l'argent des contribuables)…dans la poursuite "de sa politique de fourniture de liquidités"…Le taux de refinancement minimum de la BCE (elle, financée par les impôts) reste un "outil pour influer l'octroi de crédits". Mais est donc INTERDIT aux Etats et aux pays. Donc aux institutions publiques …et exclusivement réservée aux banques trop privées…

 

** FESF Fonds européen de stabilité financière, un fonds de secours pour les pays européens, renforcé le1er Juillet 2012 du MES- mécanisme européen de stabilité.

 

Donc – bilan – les états publics sont chassés des 2 circuits avec des arguments non libres et entièrement faussés. Qui ne pourront jamais convaincre personne de raisonnable et rationnel…ils ne peuvent accéder à "leur" banque centrale. Et ils ne peuvent bénéficier des procédures publiques…chassés de partout. Et les banques accueillies, subventionnées et soutenues de partout .Où est l'anomalie béante ?

 

Il y aurait comme quelque chance que ceci ne soit pas légitime du tout…voire putschiste illégal…trop de contradictions tuent…

 

D'autant qu'un commentateur avance que "la Grèce coûte déjà 50 milliards d'euros aux contribuables français" (7 juin 2012) et, alors que l'Espagne pourrait afficher un besoin de 75 milliards d'euros …la question non posée reste :

 ces 50 milliards sont-ils dus au fait que les pays doivent emprunter à des taux USURAIRES aux marchés privés ? Alors que la BCE, contrairement à la Fed. étasunienne (qui use même de la planche à billets pour…) seconde vraiment les Etats- Unis - refuse (sans argument qui soit rationnel) d'user de ce taux de 1 %  de "refinancement minimum"– comme prêts aux états qui le financent, pourtant ? Ces 50 milliards d'euros (pour la Grèce) se rétréciraient-ils jusqu'à 30 milliards d'euros alors ? …oui, BCE financée - au point qu'un responsable politique a, un jour, commis cette phrase : "nous préférons ne pas donner le montant exact versé par les gouvernements à l'Europe, afin de ne pas alimenter des polémiques"…Tout est dit !!!

 

Cette utilisation "normale" (très !) de ce taux de 1 % de "refinancement minimum" allègerait d'autant le fardeau incompréhensible des contribuables (livrer les états otages aux seuls marchés c'est "refuser toute concurrence possible et officialiser un monopole PLUS QU'ATTAQUABLE !)…pourquoi n'est- ce pas fait en soutien crédible des contribuables ?…

 

Ces contradictions démentes au sommet COÛTENT une fortune aux contribuables ? Et la BCE semble se moquer à fond des contribuables, otages passifs des marchés qui les spolient outrageusement…" la double peine " des contribuables c'est bien :

1)     de financer la BCE et les banques…privées – qui vont les réduire à l'austérité sans jamais s'y plier elles-mêmes…

2)     de financer, en plus, la Bourse (donc encore, surtout, les banques qui - 3ème gain lorsqu'elles spéculent (encore 3 % de leurs activités en Juin 2012) renforcent tous les déficits que doivent payer 2 fois le même contribuable !!!

 

                        Effets pervers et cercles vicieux partout au sommet européen ?

       RIEN NE VA PLUS puisque c'est au détriment harcelé du seul contribuable !!!

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans gouvernance mondiale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article