Court comme courtisan

Publié le par imagiter.over-blog.com

4816005132_744d6634f2.jpg

------------------------------------------------------  I  ----------------------------------------------------

Les dernières déloyautés montent à l'assaut…

Mais comme tout ce qui est court - ça tourne court.

Demandez donc à qui aime faire l'amour si plus c'est court plus c'est bon.

 

Qui attaque sans raison se montre être en position défensive.

Mais lorsque tout est trop injuste, absurde ou déloyal

dans la sienne attitude

ça Courteline abrupt !!!

la tournure le tournoie tout,

le vire et le virevolte tant,

si bien qu'il court – vêtu…

 

S'il est rubriqué "essai, chronique, article…",

la longueur se voit officiellement reconnue.

De le dénier ramène le si court au courtier,

ce court escroc de l'argent des autres.

Pour la pensée il en va tout de même,

ce qui est trop court ne mène nulle part,

c'est qu'il ne court qu'après son trop court…

en plus, psychiatrie domaine…

 

Petit, rapide un rapide trop petit :

dans les coursives qui n'est au courant

que ça tournevis, qu'il a vraiment tourné mal !!!

Court-circuit complet sur le tout trop court comme loi

unique, comme pensée inique unique,

ça tourne court ça tourne court,

l'amère tisane des courtisanes…

 

Rien de pire que qui pirouette sans cesse.

Qui interdit bouffonnement aux autres

ce qu'il se permet outrageusement.

Rien n'est trop long rien n'est trop bon

pour les cœurs purs à qui rien ne peut être fait,

sinon de les lâchement blesser,

et qui, si vite, s'en répare la réparole leur appartient toute…

 

Pourtant, lorsque la spire revient à son premier râle,

n'est plus atteint que qui a perdu le bouclier de l'amour.

Le bouclier qui boucle

la bouche des escrocs

et leur lime tant les crocs,

que le court bouillon de leurs brèves bouilles

nous amène des siècles de rires en réserve…

 

Vraiment les plaisanteries les plus longues sont meilleures encore:

être pris de court se fait bellement ratatiner

par ce qui longe la longue longévité -

l'éternité n'appartient qu'à la plus longue des courses de fond,

qui l'a trop courte quitte le court de tennis…

et autres ballerines des balles guniverselles !!!

 

------------------------------------------------------  II  ----------------------------------------------------

 

Comment taire ces commentaires ?

 

Lorsque des quidams prennent le seuil des interprétations

pour une décharge privée où ils déversent des barbares

immondices toutes moins légitimes

les unes que les autres…..

le c'est trop trop trop trop trop trop trop trop long

n'avoue pas d'où surgit l'autorité intellectuelle

pour le poser comme le fer qui ose marquer la bête ;

d'où surgit donc cette cinglante assurance de semer

partout une dictature

infondée ?

D'un avatardé !!! Dans WLW nombre de lieux vides ne

servent qu'à booster les textes de leurs auteurs enbandés.

Mais – aussi – découvertes brusques des si courts courtisans…

à exercer illégalement le flicage des esprits !!!

les larvins larbins de quels maîtres

veulent user des méthodes du terrorisme intellectuel,

toute archi connues depuis Jean Pauhlan !!!

Le nom de cet avatari c'est Diabolo de qui mente plus

vite que son nombre…

Le AL-fonce, objet de textes déplorables oh la vache, est, aussi,

nourri par de connus protagonistes du site de sitôt dit

qui émargent sous d'autres labels…baby bel…

Etc…etxxcéthéré

 

Comment taire ces commentaires ?

 

L'essai de dénaturer vos textes en y apposant inélégamment

des  interprétations frauduleuses – a déjà de nombreux précédents,

Charles Darwin ou Adam Smith, l'altruisme et les sentiments moraux,

qui voulaient les fait croire réactionnaires,

alors qu'ils restent immensément progressistes

et si bonnement débonnaires 

solution identique lisez par vous-même,

de visu – loin de ces avatarins

qui ont tout à cacher de leurs prédations

alors que nous rien de leurs prédations…

 

Comment taire ces commentaires ?

 

Un site situé obligatoirement

- tout comme le média médian de l'équilibre social

médicament collectif qui re-media à tout,

tant qu'un groupe social ne tira toutes les couvertures à lui,

déchaînant la destruction sociale en cours…

toute…à cause uniquement de son unique pensée

- qui ne sait se tenir bien au milieu, au mi-lieu de tous les milieux

va perdre la chance de sa vocation

et ne récolter que les colts de la pro-vocation…

va, plus encore, perdre l'assise le sérieux et la nécessité d'une fonction

qui saura bien rejaillir ailleurs,

si la globale dérive planétaire en laisse le temps

 

Comment ne pas taire ces commentaires qui ne savent rien des comment et des  pourquoi de toutes choses – et sur ce devraient bien se taiReplis !!!

 

------------------------------------------------------  III  ----------------------------------------------------

 

Se démettre d'un maître ?

 

Cher mêtre

 

Je vous remercie trop d'indiquer là où ça fait mal (économie fraudée et incapacité à aimer) ce qui me permet de me remettre dans la position de la joie la plus debout.

Aussi vous dis si merci de trembler sur ce qui vous fait le plus peur : que de plus en plus comprennent les deux emma tomes…

Vous avez, ainsi si si, utilisé les moyens les plus déloyaux - ce qui claironne que vous êtes en position de plus en plus défensive. Nous pas. Pas moi chamois ça mallow. Pas la peine de blanchir ou verdir, non non. Merci encore de vous La Mettrie, cet homme- machine que vous devenez trop et trop vite…prévisibles.

Des collectifs arrondis en rondes reprennent, évidemment, ces infos afin de les répandre et étendre à toutes situations hors cite.

La position de lâcheté la plus absolue (l'achetez- vous encore cette lâcheté ?) de surplombement qui use du monologue-diktat pour décréter de ce qui s'ap-précie (le précieux) et donc ne s'apprécie plus du tout (procédure hautement démocrate, de ce fait, hors tout monologue cata- ) de ce qui serait trop long trop court, trop haut trop bas, trop profil cousu de fils blancs, pas dans la ligne et point pas à ta ligne…

Qui ne fonctionne, d'ailleurs et d'ici, que si "l'autre" relaie (à l'intérieur de lui) ce char à bia, abiotique …et puisque tel n'est pas le cas – ne restera que la surection de la position illégitime de surplomb – vous vous montrez "tout abstraits de la société, tout suspendus en l'air comme des jambons" (Blaise Pascal)…

 

Le maître trop nomme !!!

 

Pour vous, effectivement, reste incompréhensible que soient si complètement comprises toutes vos manipulations inappropriées... Incompréhensible que vous échappe la chape que vous placiez sur autrui…Oui votre peur, de plus en plus frissonnante, que de plus en plus comprennent tout. Et qui fait que vous provoquiez vous seuls tout l'enchaînement de votre fin. Il n'y a donc plus rien d'incompréhensible et le plus beau est de ne pouvoir le cacher, ouvrait le bal notre cher Lautréamont, la montagne. Oh thank you thank u so much, de si bien afficher que nous ayons si bien "compris" cet incompréhensible (!) de la fin de "votre" trop possessif monde. Les meilleurs vous soufflaient "laisser passer, laisser faire" des espaces de libertés où les cassures ne seraient plus brusques, où l'Evolution pourrait évoluer dans son archi connue douceur. Trop fermés aux têtus totaux, vous ne déviez pas d'un mètre, le maître ne va plus savoir où se mettre… plus savoir où se mettre, le maître, déjà décimètre, millimètre…millionièmes de millimétries qui tissent ce qui le rapetisse l Il ferme toutes solutions sinon celle qui va le décimale décimer…maso schismes…

 

Comme tous les futurs déconfits, maîtres au trop métro poli-mitaines, vous avez trop vos nerfs (chochottes qui ne supportez pas le millième du mal que vous faites si galamment à autrui!). Tout maître est prévu pour admettre, admettre l'admis -nistré, admettre de permettre, admettre d'accepter et de recevoir: des leçons :) J J …Et tout ce qui émeut trop les mines qui ruminent – va, de voir son maître sentimètre bien paître son salpêtre, devoir s'excuser, se justifier, se justifiable, se justiciable même…

 

Chacun son rôle: le mien regarder au fond des yeux des puissants, observer le fond des cerveaux des dominants, scruter le cœur des dirigeants…Mission accomplie, mission accompliment : succès amplement dépassé. Grâce aux passions tristes et aux pestes émotionnelles (dites, aussi, sentiments négatifs), où se calfeutrent ces pro-éminents – ils se niquent tout seuls. Personne ne les bouscule, nul ne les pousse et ils tombent tout seuls…suffit qu'un être "neutre" les fasse sur interpréter…Géométrie axiale et nuages de statistiques donnent forme au fond de leurs dits et non –dits, n'est-ce pas simple ? Et en 3 D ? en 3D, itou tout !!!

Les mêtres n'ont fait que chuter dans l'exercice méthodique de la pensée depuis plus de 20 ans. Bilan : rôles des autres à eux inaccessibles, drôle que les rôles vous vouliez les enrôler – c'est qu'un rôle ne peut être que moins vrai que l'être véritable. Vous avez tout lâché pour des ombres sur le mur de votre caverne…vous ne pouvez plus "évoluer"…incapables d’aimer « en vrai »…etc, vous venez de vous faire refiler un faux jeton: ah! c'est vous qui l'êtes…

 

Comme d'hab, vos niveaux d'informations, depuis 30 ans, déraillent tous et toutes: une sous–estimation permanente, une méconnaissance des qualités, une perte colossale des flux du réel, un manque total de connaissances des préoccupations réelles des dénigré(e)s niggers, etc. Avec cela comment voulez- vous les influencer, etc ? Hého, ça marche à vide, trop avides…Ca nous apprend juste le postural pour le close machin…

 

Vous n'êtes plus que sur la défensive et ne savez où vous mettre, vous commettre, vous démettre…Vous situer, vous positionner, vous placer, vous tenir, vous déplacer – total ligotés par vous-mêmes…Tout ceci parce que nous nous sommes mis, admis, remis, permis, démis à nous démettre des faux maîtres dépenseurs…

 

Rien ne vous empêche, non plus, de vous démettre, aussi, de vous omettre de tels maîtres !!! Oussskkkon va (se) les mettre ????

 

1 2 3 …partez !!!

 

 

(à suivre) 

 

 

Aussi, sur internet où existe la bibliothèque du futur  freethewords.org   

Publié dans méthodes de pensée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article