Crises ? Où ça ? Aucune crise des peuples – crises "que" du capitalisme financier!

Publié le par imagiter.over-blog.com

5086372963_88fd7ea5da.jpg

L'arriération sociale inexcusable, nommée capitalisme financier, nous a toujours, avec une bestialité inconnue dans d'autres secteurs sociaux, toujours laissé tomber. Aujourd'hui, avec une indignité jamais atteinte, il vient mendier en permanence auprès de tout le monde. Puisqu'il est en crise complète: soit plus une seule de ses théories ne fonctionne**, plus une seule de ses méthodes ne fait autre chose que l'enfoncer plus avant dans une impasse*** et, enfin, plus personne ne veut assumer leur inutilité sociale flagrante****.

 

** consultez "L'arrogance de la finance" de Henri Bourguinat et d’Eric Briys - 2009

***référez- vous aussi à Peter L. Bernstein – « Des idées capitales » - 2008

****

 

Les crises ne sont absolument pas celle des peuples UNIQUEMENT celles générées par la folie flagrante du capitalisme financier. Il a rongé tous les concepts autour de lui et plus aucun accès ne lui reste ouvert. Chaque mot, pour lui, s'inverse en son contraire: profits=coûts, rentable n'est plus rentable, bourses n'est que spéculations, socialement archi inutiles, main invisible= main bien trop visible, futur vraiment "non durable" main invisible=regard aveugle sur tout flux, affaires= inaptitude pitoyable des financiers à faire des affaires, capitalisme=incompétence absolue aux affaires "globales", etc etc. Tout se retourne contre lui seul. Aussi bien aura-t-il tout fait afin de s'auto-détruire !!!

 

Les crises ne sont que celles du capitalisme financier. Nous n'avons pas à les subir. Nous n'avons pas à les supporter. Surtout pas à les financer. La moindre des dignités des états eût été de suspendre tout prêt ou aides directes, avec l'argent collectif, à la condition obligatoire de "partager", aussi les bénéfices. Pas que les pertes. Sinon pourquoi et comment se sentir partie" prenante" de ces prétendus "crises" si vous êtes toujours évincés. Sauf pour vous dérober votre argent dans votre dos… Les crises du capitalisme financier c'est qu'il soit à ce point décrédibilisé. N'ayant fait que toujours prendre le maximum sans la moindre garantie rééquilibrante, sans la moindre équité dans les partages des charges collectifs – il est parvenu au point où quasiment personne ne regrettera sa disparition. Ou la majorité ne se sent "liée" en rien avec ses délires. Ou l'idée même de devoir soutenir un système aussi ennemi de tout le monde – sonne comme une aberration mentale. Il aura, clairement, fait le vide autour de lui. Tout comme si ce fruit pourri devait tomber tout seul, non ?  

 

La force mentale de personnages comme nous aura été de démasquer tous leurs concepts bidons et si puérils pendant que nous rendions leurs spirales d'effondrements inopérantes sur la plus grande partie du peuple.

 

L'avantage de cette méthode (la stratégie ne se dit pas !) c'est, qu'en pleine luminosité, se "détachent les solutions". Nationalisations de tout ce qui est financier, pénalisations extrêmes de toute spéculation alliées aux contrôle de prix pour tout ce qui est "biens communs" avec comme objectif ultérieur" le tout services publics". Y compris ses secteurs d'autogestions directes.

 

Le capitalisme n'aura survécu que par la dissimulation de nombreux de ses aspects réels. Tout ce que la stratégie contournera deviendra dicible immédiatement: ici, sans la dilution des responsabilités le capitalisme aurait déjà été juridiquement abattu. C'est un hors la loi basique que le capitalisme (seul un esprit très gangster peut proposer de sortir des règles économiques, de se "déréguler", de finir d'être "régulier", reconnaissablement honnête, non ?

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Commenter cet article