Déraisons boursières et banquières

Publié le par imagiter.over-blog.com

4715935127_736672d43c.jpg

Pile je gagne face tu perds. La Bourse ressemble à un tel entêté infantilisme. Les nouvelles sont perverties en mauvaises nouvelles s'ils en ont décidé ainsi. Vous n'avez pas le droit à la parole ni à l'action. Rien n'a plus rien à voir avec le réel. Leurs diktats capricieux ne reposent sur rien de rationnel. Vous avez dit blanc patatrac c'était noir qu'il fallait dire – vous auriez dit noir c'était blanc le seul choix non- choix…La distorsion extravagante du quoi qu'il arrive c'est "Pile je gagne face tu perds". Il est interdit que la Bourse perde. Au cas où cela arriverait, étant donné la supériorité trop évidente de ces supérieurs métaphysiques, c'est aux autres de payer. Ils ont le droit de participer tout de même.

Mais pour toute la vie sociale, eux seuls (déraisons boursières et banquières) ont le droit de s'amuser dans l'irresponsabilité la plus étalée. Et sans rien assumer…

N'entendons-nous pas tant de ces "Cette surenchère n'a pas de sens", "ça ne correspond à rien", "cela n'a plus d'issue", "plus personne n'a le contrôle", "nous sommes atterrés", le système se saborde", etc…etc…Cette surenchère a le sens d'une permanente surenchère qui chasse la précédente surenchère et sera chassée par la suivante – pas si difficile à comprendre, lorsque vous avez que la fiance n'est plus que déraisons…oui si vous aviez fait l'effort de vous accrocher à leur littérature, de l'analyser, de la comparer, d'en démonter le moteur et de le remonter, de s'accoutumer à toutes leurs fuites et évitements du réel (comme les "experts du réel" que nous sommes)…vous feriez partie de celles/ ceux qui ont tout vu venir***…

*** "crise de la dette" si prévisible - voir notre livre "Assentiments aux sentiments", en ligne depuis 1999, sur le site gratuit "freethewords.org", onglet 4, pages 138 à 149, qui soulignait le danger imminent de la dette démente, vue sous l'angle des mauvais vouloirs des riches et de leurs gouvernements larbins …

Le capitalisme aura commis tellement plus de mal que de bien – et le point aveugle que puisqu'il existe il aurait le droit à toutes les prévenances et euphémismes ne marche plus. Il ne fait plus que cacher tout ce qui aurait pu exister à sa place tout autrement.

Et cette absence hurle, aujourd'hui, tellement plus fort en nous !!!

 

 (à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuitsfreethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité", onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans sociéte

Commenter cet article