Dernières nouvelles de la "Communication" ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

5412540184_d67355eb20.jpg

Tout le monde s'est habitué à ce vague mot fourre-tout. Et tout le monde "communiquerait" dans l'égalité la plus naturelle ? Vous croyez ? .Le principe de base du chacun son bout de communication demeurerait à plein ? L'acquis de la déduction obtient, déjà, qu'en communication "normale", il y a bien donc, au moins, deux extrémités. Communication "normale" n'est pas monologue. Il y a, nécessairement, échanges, et, comme sur un terrain de foot, des règles loyales identiques pour les deux côtés …

 

Dernières nouvelles de la "Communication" ? C'est que les manœuvres extrêmement perverses des pouvoirs cherchent à supprimer (sournoisement et frauduleusement) un des bouts de communication. Oui carrément. C'est plus du tout la même chose. Le mot reste mais plus la réalité qu'il est supposée contenue…Oui à faire passer leurs illégitimes monologues pour des arrivées très longues, survenues après d'intenses réflexions ou de débats loyaux – ce n'est plus de la communication mais bien de l'anticommunication. D'ailleurs, tout au départ, leurs vampirisassions malsaines sur le mot "communication" (en place de leurs monologues publicitaires et massivement unilatéraux ) auraient dû faire dresser l'oreille…ils veulent déguiser les apparences – faire durer le capital de sympathie qui tourne autour du mot " communication ". Mais, en réalité, énucléer, vider entièrement de sa réalité cette république obligatoire (en monologues nous ne sommes plus du tout  en République !) du maintien et du respect équitable des deux bouts de communication – avec des règles loyales identiques pour les deux côtés… Les perversions ne passeront pas !!! La répulsion nous submerge…

 

Concrètement, comment se passe la perversion radicale de la "communication" ?

 

Nous avons mis, gratuitement, en ligne, un roman au titre apparemment paradoxal "Je ne parle plus à qui a raison" qui fit grand scandale dans les milieux de pouvoir fin des années 1980. Plus un essai très multidisciplinaire, lui très récent, "L'anticommunication comment ça fonctionne ?"…Seulement de parcourir ces deux ouvrages vous permettrait de pressentir à quel point nous sommes en avance de réalisme dans ces domaines. Ajoutez- y l'œuvre, sur la politique, " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et vous aurez fait le petit tour de la question…

 

Supprimer un des bouts de la communication – c'est cela la perversion (qui déborde tellement sa réductrice acception sexuelle). Toute se l'hypostasier, se l'approprier, s'en emparer, se l'attribuer, se la monopoliser (comme la Commission européenne "protège" les monopoles réels en osant prétendre "lutter sans cesse contre les monopoles !)…C'est brouiller toutes les versions possibles, même la sienne. Inversions de toutes les versions. Semer du trouble, du chaos, des parasitages, du vacarme, de telle façon que plus aucuns ECHANGES COMMUNICATIONNELS ne soient plus possibles…juste des ordres, des commandements, des injonctions, des sommations des ultimatums, du performatif, du sens total unique, du monologue ventriloquant, oui des échanges "non libres et complètement faussés", selon l'expression si hypocrite de la Commission européenne (et pour qui fait-elle les commissions sinon pour la dictature bancaire, aussi nommée, trop frivolement, "les marchés )…

 

Et comment se pratique (dissimulée de tant de hontes et de fourberies) cette suppression de toute communication – tout en "faisant semblant" de communiquer, en mimant, contrefaisant, imitant toute sa gestuelle ? L'autre bout de communication se montre tellement ravagé, ruiné, détruit, pillé, altéré, dévasté, endommagé, détérioré ; oui, dans un soliloque très douteux auront été déversé tout ce qu'il n'est pas, l'inverse de lui-même, la désinformation à bloc, tous les mensonges toxiques, les images les plus répulsives – pas un mot de vrai et un vrai viol dont il reste entièrement victime. Aucun moyen de répondre. De se défendre de présenter sa version : inversion toute est perversion …Il n'y a plus aucune communication mais le SABOTAGE systématique de toutes les pratiques, précédemment, alternées, partagées, régulées, relayées, réparties, arbitrées oui contrôlées, conciliées oui avec recours possibles, etc…les fraudes d'inversions par perversions (soit, aussi, des contaminations, viralisations, dégradations, avilissement, abaissement, et altérations, etc. de toutes paroles et signes de discussions équitables!) – deviennent la visibilisation de toute l'illégalité juridique, morale, politique, scientifique, même des inexcusables inégalités financières…

 

…justement permises par les perversions préalables de la communication et de l'information…L'asservissement collectif est au bout l'anticommunication

 

Depuis les techniques du docteur spin, les intimidations, les autocensures, les menaces directes, etc – jusqu'à la censure censitaire par l'argent, etc. nous avons bien le dépliement d'une panoplie complète. Le but (dissimulé = puisque, lorsque nombres de dirigeants seront vus dans leur véracité, cela provoquera de telles vagues de répulsions et de dégoûts collectifs, qu'ils ne pourront plus se montrer en public!) c'est de SE MONOPOLISER toute la communication. D'ensuite se la mettre en spectacle et de mimer des "plans" cinéma complètement artificiels. Une fois après avoir tiré toutes les couvertures à soi se donner, en plus, tous les "beaux" rôles. Se déguiser d'une mise en scène !!! Faut bien que les très inexcusables inégalités financières se montrent telles qu'elles sont ans des domaines spécifiques. L'anticommunication "avoue", et à 100 %, les très inexcusables inégalités financières. En clair – ils sont d'accord de "concourir" au triathlon mais 1) uniquement avec des bébés de moins de 3 ans 2) et, à condition qu'ils soient menottés ces bébés a"fin de rétablir l'égalité"…

 

Et demeure le doublon – défigurer, tel le pire des gangsters, la réalité de l'autre – en l'empêchant de répondre et de redresser l'immense mensonge – et de voir, ainsi, présentée une version plus qu'absolument fausse de soi-même…qui – martelée et matraquée, utilisée même en phrases passant en boucles dès que s'introduit un contre-feux efficace – déplace la problématique…

 

Au lieu d'examiner les actes très délinquants et les pratiques plus que frauduleuses de communication du "pouvoir" – s'hypnotiser, s'obnubiler s'acharner, s'entêter, se soûler, gloser sur une version inexistante de la victime de la suppression de toute communication !!!

 

Ce qui "avoue" vraiment trop abondamment – à quel point ces pouvoirs sont d'une grande fragilité

 

Au point que de ne plus avoir rien du tout d'eux dans la tête – va suffire à les voir s'effondrer et imploser…

 

Votre corps entier retrouvant toute sa souveraine aisance –

                                                                   une fois sorti de l'aire de leur grande toxicité !!!

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

            tous ces blogs sont bien reliés à une pensée globale ***

 

trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L'Economie, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 400 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lejournaldepersonne 17/11/2012 06:28


bonjour


et merci de ces dernières nouvelles du front - du vrai, pas de celui qui fait semblant dans les medias imposteurs...certain-e-s ont bien souffert pour nous ramener l'or de ces infos...

imagiter.over-blog.com 02/12/2012 11:17



vrai merci à vous