Des excuses ? Le couple le plus kiffant !

Publié le par imagiter.over-blog.com

5170004844_5d655bd9e3.jpg

Des excuses ? Ah bon. A ce point ? Si vous avez le moindre éclair de cohérence devriez- vous approvisionnez les immeubles d’excuses ? Si vous garder la plus minime lueur d’intelligence, devriez- vous alimenter le murs des excuses ? Si vous conservez le plus infime brasier de joie, devriez- vous vous consumez en excuses ? Pourquoi est-ce qui n’a pas grand motif à s’excuser qui devrait toujours s’excuser ?

 

De quoi s’agit-il ?

 

Toutes ces différenciations, pas de la même ville, pas du même quartier, pas de la même cité, pas de la même région, pas du même pays, pas du même milieu, pas du même tas de fric, etc., trop d’etc…qui ne servent plus qu’à alimenter des rapports interindividuels de tortures, de rejets, d’humiliations sordides, de discriminations déguisées – bref, d’exclusions en tous genres (cette vénéneuse structure pénètre même dans les rapports à deux ! c’est dire !) – toutes ces perversions peuvent être effacées, nettoyées, purifiées, transcendées, balayées, par exemple, dans le couple. Un couple qui naît perd tout pays, toute ville, toute rue : il n’est de nulle part puisqu’il se rejoint partout. Les autres discriminants sont évacués de son aire, comme un aigle il vole au-dessus des stupidités ci-dessus…il se joint, conjoint et fusionne. Seul ce qui rapproche compte. Ce n’est sans doute pas le seul creuset pour recommencer le monde. Mais c’en est un de choix.

Vous aurez le couple de superficie qui s’entrevoit lui-même, parfois, entre tous les rôles sociaux « préfabriqués » (où il se « perd » lui-même !) et les images de marketing du couple bien biaisées, bisautées afin d’empêcher que les couples ne se « forment », ne se « condensent », ne se « densifient » et commencent de trouver toutes les raisons d’exister hors de l’inconsciente société vampirisante. Un vrai couple devient ce qui (en lui) annule la société en ce qu’elle a de si séparateur et distanciant, bref d’antisocial – ils préfèrent le merveilleux risque de la fusion que la glaciation suicidaire des rapports entre ex- humains !

 

Le couple (vous pouvez trouver d’autres « ferments » sur ce blog ou sur le site freethewords.org) semble tout indiqué pour une mutation humaine et sociale d’envergure.

 

Puisqu’il existe d’autres couples. Ceux qui chassent toutes les images sociales ENTRE EUX. Et se retrouve nus et purs à renaître entre eux. Juste à partir d’eux seuls, de leurs uniques sources et ressources. La question n’est plus veux tu me coller ton pacs au collet mais veux- tu renaître en moi, oublier (entre nous !) les différences précédentes et les rôles si discriminants – afin de commencer les premiers pas de la femme nouvelle ou de l’homme nouveau dans le couple creuset ? Plus rien de l’ancien monde (soit la société la plupart du temps bien irresponsable) ne survit dans un tel couple ; sa forge fond tout et puis son or nouveau fonde les relations réinventées par le couple. Jusque dans les pensées, les mots et les gestes. Nouveaux nés chaque jour de leur couple – tout renaît de son origine, resplendit d’un commencement de monde. A la pointe de tous les progrès possibles (bonnes méthodes, transformations immédiates, futur toujours plus grand) à l’opposé de la civilisation qui cherche à nous « suicider » tous (chaos des méthodes, tout bloqué et pas de futur « durable » plus que le temps d’une pub) – le’ couple se découple souverainement. Si tu m’épouses tu « épouses » la moindre circonvolution de la peau, le suit et la comprend, une adhésion qui s’encastre tant que tu as dû retrouver mon unicité non salie de fric, ma pureté première indemne de tout les discours qui nous ont précédé, afin de m’adhérer, m’épouser à ce point...Nous naissons neuf, notre couple restera une page blanche !!!

 

Face au couple dont chaque mot réinvente tout le langage, dont chaque geste innove les postures corporelles, dont chaque acte oblige au renouvellement des rapports sociaux etc…(chut ! pas trop en dire afin d’empêcher à quiconque de s’habiller juste, déloyalement, des mots sans les laisser courir, si libres, sur sa peau ) – j’ai choisi mon camp depuis si longtemps…

Les couples « à rôles sociaux persistants » semblent encore dominer un peu. Mais ça vacille dur dans l’air : ils n’ont rien d’autre à proposer que la mort sociale pour tous. Leur toute crédibilité se fout à s’effondrer. Le couple, dans sa forge, « plus fort que la société » parait tellement briller de futur que je demeure suspendu à chacun de ses mots…il « sait » c’est l’essentiel…et ça se sent de partout…

 

Je ne sais ce que vous décidez de votre côté (où est le triangle, le rectangle ou bien le carré où se carrer ?) mais je trouve que c’est devenu NON DURABLE de devoir s’excuser du meilleur de soi-même ? De devoir, par cet acte de démission plus qu’imbécile, faire le lit de cette société où la plupart n’y « sort » plus que pour y déverser  le pire d’elles/ eux mêmes. Il en faut des couilles pour affronter les majorités illégitimes et infondées, qui se dirigent vers des chemins erronés et voudraient (et sans discussion !) nous obliger à les suivre. Pas question !!! Vive les êtres humains à couilles !!!

 

Ne vous excusez plus jamais du meilleur de vous-même. Puisque, seul, ce meilleur de vous-même vous permettra de forger le couple « plus fort que la société » dont nous avons tant besoin …et, ce genre de couple, non !  nous ne vous excuserons plus du tout de  ne pas essayer de le devenir…

 

(à suivre) 

 

Publié dans sociéte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article