DONC LA CHASSE AUX CONS SUFFIRAIT ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Nous ouvrons une nouvelle rubrique "le ridicule qui tue". En effet, toutes nos observations et les témoignages que nous recueillons s'accordent sur le constat que c'est, au sommet, en haut, chez les dits supérieurs, que le ridicule s'amplifie le plus ces temps- ci. Mais ce ridicule nous tue nous: ça ne colle pas. Donc, arts martiaux et tous les arts peuvent devenir martiaux – rendons aux ridicules ce qui les tue déjà…

Inauguration, afin d'exprimer notre très courroucé désaccord face à l'énorme consensus sur la "chasse aux cons". Le consensus semble si grandiose que nous y percevons 6,4 milliards de chasseurs contre 0,000000398 de con restant. Plus personne n'est con et tout le monde chasse les cons: comment pouvez- vous justifier une telle dégradante asymétrie ? Et, puis le pire, ce qui ridiculise à fond les chasseurs de cons: la suppression de la connerie résoudrait TOUS les problèmes mondiaux …A elle toute seule et sans effort de personne ? Sans changements substantiels et sans fin des privilèges ? Non! pas cela! Il suffit "juste" qu'il n'y ait plus de cons et tout irait bien sur la terre. Conte de fées et voies de faits. Purulence et sécheresse sont les deux mamelles du veau d'or…Trop facile pour être vrai, trop malhonnête pour être honnête…

Relisons lentement "la" solution: la suppression de la connerie résoudrait TOUS les problèmes mondiaux. Ouaipppppp, bien ce qui nous semblait, si ce n'est un cafouilleux enfantillage qu'est ce que c'est. Une connerie plus grande encore que de fourguer à la connerie la responsabilité de tous les problèmes mondiaux ? Ne serait-ce pas, plutôt, aux vrais salauds que cette claire responsabilité conviendrait ? Donc (gag du boomerang), qui s'acharne exagérément sur "les cons" ne doit chercher, au fond, qu'à masquer que, lui, c'est un vrai salaud. De ce fait, à la source du maximum de problèmes mondiaux. Un vrai con, quoi ?

Yes, jerrycan…Mais ce n'est point assez. Mettons- nous dans la situation du chasseur de con, afin de vérifier si cet écervelé n'avait rien oublié: comme, mais bon sang, bon sang de se faire du mauvais sang, nous transmettre la définition infaillible du con. Tu le reconnais, tu annules le problème ! Quel, cons nous fumes; nous voulions dire, afin de trouver l'immense sécurité que nous ressentons dès que cligne sa clairvoyance, oui, oui, le chasseur de con nous fera repérer les cons. Le voici, large d'épaules, semblant suggérer qu'il se les fait les conquéquettes, tranquille, indifférent, et sûr de soi (mais pas de vous, de nous ou d'eux ?). Il vous survole et laisse tomber que tant qu'il y aura des cons pués, une tâche restera dans la blancheur de son mental. Il ne semble pas du tout savoir qui est con, en fait: juste que ce n'est pas lui. Si minuscule résultat pour de tels roulements d'épaules…Pourquoi autant s'étaler sur ce qu'il sait si peu ? Méfiez- vous, dans notre futur, de ces "virils de pub", ils ne savent rien de la large vie.

Poursuivons le maillage: la beauté ravageuse qui, du haut, de ses possibilités de rabaisser et d'humilier tout le monde, froufroute à essayer de nous faire croire. Oui, nous faire gober que les cons/connes seraient celles et ceux qu'elle rabaisse et humilie. Encore loupé: notre expérience de la vie se montre assez vaste pour que tout le monde sache que les trop belles femmes se révèlent, en réalité, espiègles, très sentimentales, assez perspicaces et ne demandant que plus d'harmonies sociale. Quelle conne de ne pas le dire alors ? Juste acharnées à leurs exactions pas très claires. La connerie serait, alors, ce qu'on ne fait pas et ne dit pas ? Les cons seraient juste ce qu'ion humilie et rabaisse ? Comment peuvent-ils être avant d'avoir été ? Voici qui rabaisse, plus encore, ces beautés qui ne cachent que laideurs à l'intérieur !!!

Cette absence (celle de la tangible connerie !) qui alourdit toutes les présences sera-telle "isolable" ?

Et tant de démarches pour cerner les cons et les connes…A chaque fois, même pépin ça nous renvoie à autre chose, à autre chose , mais rien n'existe "à l'intérieur" du concept…Tenez, admettez que, trop souvent, vous transférez votre tribu d'attribut, style tel "con qui ne me comprend pas en une seconde !". Est- ce que ce que vous péroriez, de caprices, était si important pour mériter tant de jugements ? Expliquez-vous mieux (par exemple avec votre cœur !), prenez- vous en à vous, plutôt que de détériorer la vitrine des autres… Vous voyez bien que "con" c'est plus glissant qu'une anguille. Ce serait, en fait, le pur invariant qui nous permette de "jauger" une société. Tu la passes sous les fourches de cette mensuration, tu en sais beaucoup sur sa déchéance ou non, son art sournois de fourguer les réelles responsabilités et labeurs à qui elle insulte, de l'autre côté sans cesse…Bref, ullnn t'lllés long clllllhemin !!! Nous préférons, de la sorte, vous éviter tout ce fastidieux…et sautons aux conclusions.

En fin de compte, malgré nos scrupuleuses et déchirantes recherches: pas trace de conne ou con, clairement identifiable et isolable. Pas d'individuelle monade conne. Ce concept flottant semble si métis de tout qu'on peut le mettre à toutes les sauces. Aussi, suite à des catégorisations multiples, jointes à des tests de congruences en holisme ouvert, que nous avons pratiqué à l'aide d'un regroupement des plus puissants ordinateurs du monde: rien quéquette nada. Afin de vérifier toutes les corrélations, lois de Fourier et de Poisson, écarts à la moyenne, etc, possibles. Aucune espèce collective non plus: con forme bien un concept vide. Une aide à structurer les liaisons holistes. Le ridicule flamboie à plein cramoisi. Donc tout le monde de s'acharner sur ce qui ne peut, statistiquement, se trouver nulle part, sur l'ombre du Strucddddeeemmaachhhhiiiinmmooollllétrucsskkkk chimérique…

Purée chasser les cons c'est la course au ridicule…la bêtise très couronnée…la stupidité entêtée…bévues partout et ils n'auraient rien vu…Le lièvre soulevé est de taille. Chasse les cons EVITE de lutter contre la cruauté de la stupidité et de la bestialité installée, un million de fois plus dangereuses que toute connerie – et que l'on trouve assez massées au sommet de la société !!! Bigre de bigre !

Mazette ! donc le concept con sert à dissimuler de massives présences. Il est l'objet d'un des plus gigantesques consensus existant, ils "arrangent" trop de gens si disparates à la fois, qu'aucune règle de logique ne peut couvrir le pot- aux- roses. Purée, le ridicule les chasse désormais…

Ils cherchent à couvrir la vraie engeance qui crée, réellement, tous les malheurs du monde…C'est très con, puisque la réprobation va s'enfler à la hauteur de l'ex-consensus…

Dernière carte maîtresse: à force de recouper, nous avions bien trouvé quelques spécimens des cibles des chasseurs de cons. Toujours bons enfants, tolérants, généreux, affables, attentifs, arrangeants, conciliants, apaisants, sympathiques, simples, etc, leur "connerie" c'est de ne pas profiter des autres f. Et d'auto- restreindre ses impacts nocifs envers la vie et toute la collectivité. Bref, plutôt quelqu'un de bien, de louable…Mais, là encore, ce résultat ne nous semblait pas, encore, assez unitaire. Nous vous évitons d'autres pérégrinations mentales, puisque de sérier toutes les proférations de connes/cons existantes, de lister tous les profératrices/ teurs, nous permet bien de synthétiser ceci.

Tout le monde est, obligatoirement, le con/ la conne de quelqu'un.  A suivre la chaîne des proférations, quasiment tout le monde est enchaîné à cette dénomination par, au moins, un item. Inutilisable. En conséquence, changeons d'angle: qui traite qui que ce soit de con semble (à  98 % de corrélations croisées !) avoir quelque chose à cacher. Le ridicule va asperger qui de droit...

C'est que qui dit con implique "non con". Le con c'est le serviable, le gentil, celui qui oublie un peu ses propres intérêts. Le "non con" c'est donc, symétriquement, à chaque rencontre, celui qui vous croise à coups de mitraillettes et il t'achève, en plus,  au couteau. C'est le sournois sans cesse acharné à tout vous voler, que le "non con". Te lardant de mensonges et de tromperies. Celui qui empêche toute vie sociale confiante, humaine, détendue, sentimentale, raisonnable, partageuse, joyeuse, réellement festive, etc. Celui qui empuantit, tous nos rapports, d'intolérances, de préjugés et de fermetures aux autres. Hého ! le "non con" c'est la pire des plaies, une catastrophe, une épidémie, une horde de barbares à lui tout seul. Avec lui tout ne peut aller que de pire en pire. Lorsqu'il crache "Con !" c'est donc juste pour détourner notre attention. Défiances poussées au maximum !!!

Le concept vide de connerie déguise bien tout ce qui "ne peut être dit". Vous ne dites conne/con qu'afin de masquer que vous êtes salaud, lâche, égoïste, irresponsable, méchant, glacial, radin, rancunier, hostile, indifférent, capitaliste, usurpateur, tricheur, cruel, indigne, menteur, profiteur, délictueux, dépendant, irrespectueux, etc. Le ridicule vous tue net sur place: désormais, vous êtes privé de la soupape du supposé "con". Depuis qu'il y a de moins en moins de "cons", la planète est devenue invivable. Chers et braves "cons", revenez vite, revenez nombreux, sans vous, tout tourne à la barbarie. Ne les excusez plus jamais, ils savent très bien ce qu'ils font. Usez des crachats dans la gueule et des fessées culs nus… Prouvez, avec fracas, votre retour. Le monde se montre, clairement, infernal dès qu'il n'y a plus de "con"… Basta! Bas les masques et les biroutes !!! Le ridicule est prévu pour tuer vos sournoises prétentions…Celles d'essuyer ses exactions sur la "fame" des autres…Après tout, "con" fleurissait la vie d'un peu de fantaisie: les salauds n'ont que de lugubres gueules d'enterrement…Vies de brutes sans élégances…

Vous qui faites, trop ardemment, la "casse aux cons", vous nous ennuyez souverainement, désormais, vous nous sortez par les trous de nez, trop de miettes nauséabondes suivent vos traces. Votre règne est, enfin, terminé: les cons reviennent !!! Vous, épouvantails de l'immonde, vous vous sentez plus nu(e)s que tout:, ramené(e)s à vous–même, qu'il serait donc doux et confortable d'être "con" ou conne… Ah ça donc! la suppression de la connerie résoudrait TOUS les problèmes mondiaux …Mais vous-même en est un et de taille…Vous commencez à avoir sacrément peur d'avoir déclenché vous-mêmes ce qui va vous tomber dessus…Facile de fourguer la filiation des injustices et des horreurs aux cons…Ca ne marche plus du tout : seuls les vrais salauds et les salopes réelles, comme vous, provoquent tous les malheurs du monde. L'info court plus vite que les flagorneries de la propriété. Les salauds avaient posé, insidieusement, tous les indignes barrages aux élans qui mettraient fin à toutes les atrocités terrestres…

Comme il semblait sans risque de s'en prendre aux inoffensifs supposés connes/cons…Comme vous semblez, soudain, vulnérables d'avoir, vous-mêmes, ouvert le circuit descendant de la chasse ouverte, de la délation sociale généralisée. Ainsi, chasser les inoffensifs cons, vous semblait de tout repos. Mais, vous avez ouvert l'habitude de chasser : et vous pressentez que ceux qui vont vous chasser seront ceux que vous aviez toujours couvert – les salauds ....De là à vous rider de ridicules !!!

L'immense tapis de jouissances, qui vont tant durer, de ressentir que, désormais, qui dit "con" (sauf en signe d'affection, hé, con !), vous offre sur un plateau qu'il a quelque chose à cacher !

Si dérisoires que tous ces pouvoirs dissymétriques…qui, immanquablement (pas la stabilité du symétrique et de l'égalité), ne peuvent que se retourner contre ses ex- bénéficiaires…

Avant que la majorité ne comprenne que la mise au pilori de la ringardisation, du ridicule, de la cible de tous les rires, se concentre – et que se diffuse la clairvoyance que c'est l'abolition de la saloperie "protégée" qui résoudrait TOUS les problèmes mondiaux, vous aurez tout le temps de souffrir de mille morts. Dont le ridicule qui vous cuit si longtemps…

Ah! bandes de salauds et d'ordures couronnées ! si la connerie existait:  vraiment, quels cons/connes vous feriez !!!

 

(à suivre)

 

 

Publié dans le ridicule qui tue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article