Drogue équitable ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

01052011191 - Copie

Mener une guerre aussi "rationnelle" contre la drogue n'a pas manqué de semer du désordre partout. Qui a foutu un tel boxon dans les chiffres de la police ? Voyez plutôt. 8 consommateurs de drogues sur 10 sont blancs (sauf du bec) mais 1 seulement sur 10 va tout droit en prison…

Oui oui mais la loi implacable des statistiques mon vieux !!! A condition qu'elle reste interdite la prohibition stimule la demande et gonfle les bénéfices. Nul ne peut ignorer la loi. Et donc la drogue fournit des fortunes aux banques. Et queuedonc que si que tu toucherons à la prohib' t'auras plus d'approvisionné sur ton compte…tu visionnes mieux ?

Alors que la criminalité réelle (versus les statistiques juridiques) baisse - les prisons sont toujours plus peuplées (faut rentabiliser les investissements privés puisque la "souveraineté nationale" supporte des accrocs de crocs à sa Constitution réglée pour l'or). Donc ! Bingo, les "petits consommateurs" (qui ne font rien de pas grave du tout) font "faire du chiffre" (yes yes, 60 % en plus, "la prison c'est du business" !!!)

"Sommes-nous donc 22 (vingt-deux) fois trop satisfaits de ce que nous savons ? C'est ce que l'on dirait !"  (p. 192 - Nassim N. Taleb "Le Cygne Noir – La puissance de l'imprévisible", septembre 2010)

Jamais autant de gens n'ont souffert à cause de si peu de gens. Qui devrait réellement se trouver en prison et pour des 10 000 ans ne s'y trouve pas…Vous venez de voir qu'un traitement équitable de la drogue reste d'étaler tous ces "intérêts cruels et inhumains" sur la table. De charger chaque dossier personnel d'un COEFFICIENT DE CRUAUTE STRUCTURELLE (qui minorait les peines jusqu'à les rendre positives soit "dettes de la société envers vous" !!!), nous aiderait à installer la drogue équitable. Puisque de maintenir une volonté individuelle derrière les banques, les prisons, les universités, les politiques, les économistes ou les sociologues – semble si vertigineux, qu'il vaut mieux visualiser des structures phagocytées et enkystées agissant à leur place…

D'avoir introduit le concept "Drogue équitable" (et chaque nouveau concept résout une partie des problèmes) ouvre la fontaine inépuisable des propositions '"libres et non faussées" (selon des termes de la Constitution européenne)…ainsi – en situation de transition - Pourquoi ne pas foutre les conseils d'administration et les actionnaires en tôle pour "rentabiliser" leurs murs ? Toute guerre nécessite un ennemi – déterminer qui sont les ennemis de la guerre contre la drogue. Les marchands d'armes ? les services secrets ?les gouvernements ? les conseils d'administration des prisons? ? les paradis fiscaux ? les banquiers ? même les économistes ? Cela commence à faire bigrement beaucoup trop de monde. A noter que les trafiquants (qui appartiennent un peu à chacun de ces groupes) ne sont pas désignés comme ennemis…la guerre contre la drogue n'avait, de la sorte, jamais été menée contre la drogue mais pour le maintien des protagonistes "bénéficiaires" cités envers la drogue

La drogue équitable c'est de démocratiser cette nette rivière de bienfaits surgie des vices et de permettre aux abeilles de redevenir af- fables – bref, de permettre à tout un-e chacun-e

                                    de briser le monopole de la prohibition !!! (foi de Constitution !)

 

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 1  "Les mamelles du repos" et  "Remue- ménage",  onglet 2 "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques, et  Rien de plus solide que le solidaire , sinon,  onglet 4  "Nul n'est nul" ou, encore,  "Je ne parle plus à qui a raison".

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

Commenter cet article