Du braquage de débats ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

2709805301_d99f4fee76.jpg

Ce qui alerte c'est le constat qu'au fil des jours nous avons de moins en moins à nous dire. LE NOMBRE DE THEMES COMMUNS s'amenuise. Les médias sèmeraient -ils partout l'incommunicabilité ? Ou n'est ce pas la structure du commerce qui, machinalement, sépare et isole chacun, qui n'est "satisfaite"que lorsque tout le monde est dans son coin, dévitalisé, déshumanisé, vidé de désirs de futur et d'espoirs en commun – à acheter les mêmes stupidités indéfendables sous la pleine lumière ?

64 millions de solitaires ça va acheter bien plus que 8 millions de vraies tribus, avec une nette capacité d'autarcie en ce qui concerne la moitié de leurs besoins ? Le commerce "non régulé" (soit ne pouvant dépasser le 1/3 des activités sociales) se montrerait le plus complet ennemi de la Société ? Oui et oui dans son fonctionnement réel (pas dans ses paroles schizophrènes qui disent l'inverse de ce qu'il fait réellement). Un seul exemple de cette "folie à deux" ? La vie moins chère aboutit, clairement, à une vie bien plus chère, et un pouvoir d'achat bien amputé. Comment un but affirmé peut aboutir à son inverse ?

 

Les coûts externalisés, l'omission des vérités économiques (la croissance a un coût, la croissance c'est pas sérieux du tout tant qu'elle sera fondée au 3/4 sur la consumation- destruction (autre nom de la "consommation"), Le P.I.B. total ahuri que des produits "marchands", etc. bref que les concepts pervers du commerce. Donc la vie moins chère AUGMENTE TOUS LES COÛTS SOCIAUX de cet immense mensonge. En gros, la vie moins chère c'est celle qui coûte le plus cher à tout le monde (sauf à 0,0000121 %) !!!

 

Ce pourquoi (en raccourci) nous aboutissons à cette situation où les thèmes "partageables" diminuent sans cesse. Ce qui DECRIT une société où chacun-e s'enferment à part, où ce qui est essentiel à sa vie ne participe plus des espaces publics existants, où tout le monde vit sa vie en contrebande, où plus aucun débat de fond ne semble plus ACCESSIBLE. Une société de régression, de retour à la barbarie, de terribles simplifications ? Tant que vous ne connaissez pas la structure du réel vous n'avez pas de prise sur lui.

 

Ce réel si caché c'est le chiffre d'affaires du commerce est 3,5 celui du budget de l'Etat et 7 fois celui de l'industrie, comme 100 fois celui des agriculteurs. Le commerce, ainsi chiffré, ne se présente pas comme une force politique. Il ne se montre pas à part, mais se glisse dans les moindres veinules sociales afin de lui aspirer toute sa sève (sans savoir absolument ce qu'il fait !). Mais le commerce ne peut constituer un projet de société. Partout, il suit, il ne précède jamais. Il vient se SURAJOUTER à une structure existante (créatifs, producteurs, inventeurs, innovateurs, penseurs, etc) mais ne peut ni la créer ni la provoquer. Il est tout à fait incompétent à entendre LES CONTENUS, il ne comprend rien à 'intelligence, aux sciences et au savoir. Lui laissez prendre "les contenus" c'est de l'anti-citoyenneté avérée, lui permettre de sortir de sa fonction (pas plus du tiers de la société) c'est transformer le baume en violent poison…Notre société archi empoisonnée actuelle est la preuve flagrante du versant très nuisible du commerce !!!

 

Il s'agit d'arracher les psychologies de ses griffes irresponsables, il s'agit de réactiver tout ce qui n'est pas marchand, tous les liens sociaux et de solidarités. Tout comme il s'agit de remettre l'édition aux mains des vrais écrivains qui savent pourquoi ils écrivent, comment ils devancent, en quoi ils résument, avant tout le monde, les besoins et désirs secrets de la société. Leur rôle de protection et de guérison sociales sont irremplaçables. L'édition, au sens fort, ne sait pas "lire" ceci, se montre"ignorante" (ne regarde jamais dans la bonne direction) de quasiment tout. Elle ne fait que scruter le passé passif (ce qui a marché hier) tout à fait incapable d'inventer le futur (ce que la société ne sait pas encore d'elle-même).Et, illégalement, elles en ont dessaisi ceux qui savent cela !!!

 

Tout comme la musique doit revenir aux créatifs qui ne peuvent mettre la charrue avant les bœufs et savent entrer dans une créativité, bouffée d'air pur, rénergitisations et purifications, beautés réimplantées en tous, cœurs des nécessités, l'essentiel toujours. Tandis que, par exemple, les radios n'y pigent rien. Elles ne font que scruter le passé passif (ce qui a marché hier) tout à fait incapables d'inventer le futur (ce que la société ne sait pas encore d'elle-même).Et donc l'empêchant et illégalement et bestialement. Lorsque l'on ne sait pas, on déblaie !

 

Clair, que ces encombrants "profiteurs", ces soi- disant élites n'aiment ni les gens, ni la société. Ce sont même ses ennemis les plus dangereux…Oui oui les actuels défenseurs de la société (celles et ceux qui l'aiment ardemment et qui vivent une "qualité" si rare – l'amour social  !) sont ceux qui, hier, étaient stigmatisés et persécutés. En tout cas, quasiment plus aucunes des soi- disant élites ne peuvent, sans déshonneur instantané, se prétendre DEFENDRE LA SOCIETE. Ils n'agissent plus que contre elles ; leurs pensées sont clairement des pollutions anti- sociales. D'où leur terreur (arrêtez de vous laisser terroriser par les vrais effrayés actuels !) devant tout vrai débat de fond. Nous avons eu un trop léger début autour du nucléaire, mais très vitre cela a basculé dans le gangstérisme de questions illégales comme "voulez vous payer plus cher votre énergie ?" Question indigne, question truquée, question de bandit : qui irait répondre oui ? Faute de contexte, d'insertion dans un projet global de société de telle question sont du braquage de débat"

 

Parce que, sur le fond, qui a intérêt à ce que la politique devienne une éternelle caricature d'elle-même ? Qui "gagnerait" à la perte de respect collective envers la politique ? Qui d'autre qu'une si minuscule minorité – celle des barbares capitalistes, prêts à tout détruire pour leur indéfendable argent fou ? Comme ils n'ont aucun argument (scientifiquement, théoriquement, culturellement – leur défaite est complète !) ils ne peuvent plus que manipuler. Vacarmes, gesticulations, confusions, lumières aveuglantes. En général, dans l'indécence la plus totale. C'est là que sont bien visibles les racines de grand banditisme qui constituent bien le fondement du si illégal capitalisme !!!

 

Puisque le fond de leur perversité est démasqué pourquoi insistent-ils ? Voici ces "responsables" responsables de rien du tout ; ils ont des moyens colossaux mais ne provoquent aucune conséquence, aucune catastrophe, aucun effet sur la société (à croire qu'ils sont extra terrestres, avec des corps de fantômes et vivent ailleurs qu'ici!). Tandis que qui n'a aucun moyen est cause de tout (même de sa pauvreté due, pourtant explicitement, du seul fait que les riches vivent, indécemment, sur son dos !), provoque tout, est responsable de tout***. A ce point – PRENONS LES AU MOTS. Si les pauvres sont "responsables" de tout qu'ils s'alignent, entièrement, sur cette réalité préalable, et prennent toutes les responsabilités. Que les pauvres prennent donc en main les rênes du monde.

 

***On a du mal à capter les circuits des pauvres "responsables et causes de tout", mais la perversion empoisonne juste, elle ne brille pas par sa rationalité ni la logique de ses putrides raisonnements.

 

N'est- ce pas pourquoi il devient toujours plus urgent de mettre sous tutelle tous ces nuisibles ? Songez à des questions telles "jusqu'où êtes vous prêt(e)s à changer pour sauvegarder notre futur commun ?". Au lieu de l'émasculation et du viol mental des médias déchus un massif respect envers chacun-e. Au lieu du "les gens veulent ce qu'on leur montre", ce qui offre le coup de dictature de, d'un côté, tout est de leur faute dans ce qui leur arrive (mépris intégral qu'ils "acceptent" la déchéance infantile des médias) et, de l'autre, vous ne pouvez aller contre eux (peuple séquestré, confisqué et toujours interdit de parole - les massives abstentions sont ses réponses !!!) – vous allez à l'essentiel.

 

Qui est la clarification (par débats successifs) des projets complets de société à notre portée

 

Evidemment s'il n'y en avait qu'un (continuer n'importe comment notre style de vie "non durable" jusqu'à le meurtre de la vie et sa biodiversité et la destruction de la Nature) c'est qu'il n'y a pas le choix. DONC PAS DE VOTE POSSIBLE.

 

Afin de contrer cette inévitable destruction de la société par monomaniaquerie – après ce trop caché constat, il nous fait trouver tous les moyens de confondre les…

 

                                                           … braqueurs de débats !!!.

 

en les multipliant sans cesse !!!

 

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 700 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans l'attaquine

Commenter cet article