Empêcher les riches de nuire aux pauvres ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

2178374259_2fc207df16.jpg

Le paradoxe semble surgir de logiques qui avaient été mis hors cadre…serait- ce parce que les événements 2007-2009 "lui avaient fait perdre tout espoir d'une intervention du gouvernement pour empêcher les sociétés riches de nuire aux pauvres " (p. 200 - Michaël Lewis – Le casse du siècle, The big short) ?…ne s'inquiétait-il pas en ces termes inattendus "Je crois que nous risquons de faire face à quelque chose comme la fin du capitalisme démocratique (p. 205 - ibidem)" ? Ce serait, alors, de la barbarie à visage inhumain ? Une sorte de "communisme privé" à parti unique et "commissaire économique" ?

 

En effet, "qui est de l'autre côté de la transaction ?" (p. 83 - ibid)…ce qui veut dire qu'il n'y pas de "vrais" profit mais des gains obligatoirement aux dépens des autres : le prétendu "profit" n'est qu'un coût parmi les autres !!! "S'il gagnait 100 millions quelqu'un, symétriquement, perdait 100 millions. le CDS est un jeu à somme nulle (p.84 - Michaël Lewis – Le casse du siècle, The big short)"…non non, ce n'est pas un contrat loyal entre 2 partenaires égaux, ce n'est pas une levée honnête de fonds, juste une fraude organisée par certains traders des plus grandes banques de Wall Street afin d'arnaquer le pigeon…"c'est une escroquerie, on ne peut peut être pas le prouver devant un tribunal mais c'est une escroquerie si évidente qu'elle peut nuire à la démocratie (p. 170 – ibid)."

 

Oui oui "le soupçon que Wall Street truque le marché pour s'assurer que les CDS ne rapporteraient jamais (p. 180 - ibid)", s'étoffe toujours plus de preuves. C'est qu'ils nous mentent tout le temps (p. 198 - ibid)…"A leurs yeux, manifestement, toutes les obligations hypothécaires subprime étaient les mêmes. Le prix de l'assurance était déterminé non suite à une analyse indépendante, mais d'après les notes accordées aux agences de notation (p. 81 - ibid)"…notation "aberrante" (p. 81 - ibid). Etc…

Et puis l'encombrement de tous ces modèles mathématiques sophistiqués, de ces logiciels de simulation qui vous "instrumentalisent la tête"…la livrant à la paresse de voir des schémas préexistants là où vous n'assistez qu'à du présent indécidable…où les données trop nombreuses font bousculer les décisions uniquement vers le passé passif non vers le futur vivant…où les mécanismes machinaux prennent les décisions "à votre place"…et autres déraisons jamais visitées…Le système le plus mégalomaniaque de tous les temps refuse donc de passer par l'intelligence et ses vérifications. L'aveu est complet et flagrant…il n'y a à comprendre "qu'une société organisée pour voler les pauvres" et "Argent gratuit pour les trop riches" (voir nos blog à ce sujet)…

De fait, vous virez tous ces modèles bidons et le vrai risque systémique apparaît comme les prises de décisions d'investissement et beaucoup moins  la volatilité. Crainte d'aller dans la chair du réel (l'incompétence évidente des financiers) demeurer à la surface du pot (volatilité)…ces activités (!) n'émettent plus que des nuisances…

Qui ne peut concevoir de changements spectaculaires ne les perçoit ni sur les marchés ni dans la société. Il suppose*** que l'avenir lointain ressemblera au présent. La volatilité n'est jamais que la prolongation hallucinée du présent rêvassé. Hors de conscience les fluctuations extrêmes des cours des conscience non appropriées…les travers psychologiques styles sur 60 ans les prix de l'immobilier ce se sont pas tous effondrés ensembles, c'est trop gros pour s'effondrer "la plupart des émetteurs n'ont pas d'analyses sur les prêts et ne peuvent en fournir. Néanmoins il est de votre responsabilité de produire ces estimations de crédits et de trouver le moyen d'y parvenir" (p 217 - ibid ).

*** afin d'approfondir voir le blog "Selon les critères universitaires, nos dirigeants sont très inintelligents !"

 

"Les opérations, au dire de tous, étaient validées sans discussion. AIG vendait désormais des CDS sur des subprimes triple A pour une prime dérisoire de 0,12 % par an" (p. 105 - Michaël Lewis – Le casse du siècle, The big short). Que nous déchiffrions le langage technique ? "Alors que c'est le transfert de la responsabilité de toutes les pertes à venir sur les obligations hypothécaires subprime triple B tous ces montages hyper vicieux pour se tromper entre eux, les professionnels de la finance"…mais pourquoi utiliser les étages d'une tour de dettes simplement pour créer une nouvelle tour de dettes (p. 106 - ibid), en effet, pourquoi…"Ces déguisements, ces manipulations, cette corruption du sens exact des mots, les organismes se trompant l'un l'autre (les agences n'offrant que des triples A)" etc…tout conduit à se demander mais à quoi servent toutes ces gesticulations ? C'est comme les décors en trompe l'œil de villes idylliques lors du voyage de Catherine II de Russie – tout ceci ne semble que des leurres, des trompes l'œil, des appâts, des pièges afin d'empêcher de regarder OU IL FAUT !!!  

 

C'est-à-dire là où il devient clair que tout soit organisé afin de "voler sans cesse les pauvres" et de rendre "l'argent gratuit pour les riches"…voyez-vous une explication plus adulte et qui tienne mieux la route ?

 

Dès que vous êtes dans le "réel" les solutions opèrent rapidement…revenu d'existence sans condition pour tous et, symétriquement, revenu maximal garanti (par exemple à 30 000 € par mois). Plus, au niveau macroéconomique, fermeture définitive des Bourses, interdiction de risquer l'argent des autres, donc extinction logique des spéculations, banques nationalisées et crédit entièrement socialisé…inutile de collectiviser une société - juste les points névralgiques !!! Supplanter le frauduleux libéralisme en ouvrant les "libéralités" (par lui mensongèrement promises et jamais tenues ! plus radins et avares que les libéraux, impossible), en émancipant les mœurs (son laisser-faire laisser-passer "évite'" beaucoup trop de secteurs de la société entière) et en obligeant le commerce à revenir au 1/3 d'activités de la société puisqu'il est démontré qu'à ce taux il reste bénéfique pour tous (surtout leur ôter des mains les "contenus")…etc. listes étoffées…

 

Avec un ensemble léger et désencombré de décisions – vous parvenez, sans encombre, au but salubre "d'empêcher les riches de nuire aux pauvres" ?

 

Si ce n'est pas encore fait c'est bien que L'OFFRE politique – archaïque, très ancrée au début du 20 éme siècle, si préhistorique pour notre présent, vieillotte, sclérosée, paralysée, si crispée sur de périmés avantages, etc - ne correspond plus vraiment à l'époque présente…

 

Qu'à l'évidence, ils ne comprennent plus du tout !!!

Et nous entièrement !!!

 

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité", onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

 

Publié dans economie et politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article