En plus rien les dirigeants ne tiennent compte des désirs exprimés du peuple

Publié le par imagiter.over-blog.com

4791166064_728d1c8b02.jpg

Intelligence ?   Désormais, quelle facilité que de visiter leur complot de "destruction de toute la protection sociale". Santé : même scénario, le coup franchement hypocrite du "trop" de dépenses et tout faire reposer sur le dos du patient qui paie donc tout 2 fois. Une fois sa CSG carrément volée par les dirigeants la deuxième fois par le non-remboursement de la Sécu. Une étude canadienne (la réalité se perçoit mieux lorsque vous accumulez les angles de vue) clarifie que plus de 45 % des avantages "santé, famille" ne parvient qu'aux plus riches si peu nombreux: le chiffre est donc énorme de folie. Eh oui, ce sont eux qui ont le moins de besoins et qui "détournent" sans loyauté le maximum de "l'argent de tous". Ainsi, la façon d'établir leur diagnostic n'apprend rien sinon sur le hideux cerveau des soi-disant "élites".

 

Explosions des "dépenses" : nomadisme médical, vous changez trop de médecins – désolé, ce n'est que 0,20 % des dépenses incriminées. Surmédication : ce n'est qu'un développement naturel dû au progrès techniques et au vieillissement de la population mieux prises en charge (ce n'est donc pas le vieillissement de la population mais le fait que cette population bénéficie de tant de progrès médicaux qui l'amènent à plus d'années). Ce n'est pas là qu'il faut œuvrer et nous ne les voyons que là.

 

Diagnostic faux et "solutions" inadaptées, plus le déshonneur intégral des médias semblant bien incapables de ces quelques raisonnements, et qui devraient rapidement passer devant la Cour de sûreté de l'état pour basse et haute trahisons.

 

                                               Les crocs des escrocs

 

Jamais ne sont cités la part abusive des plus riches dans la "dérive des dépenses" : ces pièces pour équipement médical au coût de 90 € et facturées 1000 €. Bien lâche et flétrissant de ne se focaliser que sur le "plus petit commun dénominateur" (le plus pauvre). Aucune logique ne peut intégrer (sans effraction) que une retraite de 12 millions a moins d'impact pour un système collectif que celle à 600 €, qu'un médicament à 12 € détient plus de coût qu'une surfacturation de 910 €. Les "solutions" font donc carrément partie du problème.

 

Les médias effondrés ne montrent jamais que santé et famille sont financés uniquement par la CSG dont une importante partie va chez les patrons au lieu des caisses de la Sécu. Le système de santé n'est donc pas trop "coûteux" ce sont les possédants qui "coûtent" infiniment trop cher à la Société entière. Pour la Société, ils représentent d'ailleurs le plus grave danger, prêts qu'ils sont à tout détruire juste pour voler un peu plus d'argent Public (c'est ça privatiser les bénéfices : de 1975 à 2008, 15 % des "avoirs publics" sont passés aux mains du privé – les politiques ayant participé à ce braquage doivent être "traduits" (en français courant) pour trahison).

 

Essayez-le "responsables, aussi, sur vos biens personnels" (comme le TPG!) et vous verrez, à la seconde, les flots de "dérives des dépenses" nettement diminuer. Les pauvres n'y étaient pratiquement pour rien. Vous avez des armes pour rendre "visibles" ces analyses, utilisez les!

 

Le scandale d'ajouter à votre CSG (dont une partie est volée par le système financier!) une assurance privée fait supporter au seul malade toutes les dépenses supplémentaires, majoritairement dues au poids excessif des trop riches sur les dépenses "publiques". Et, encore, cette désolante médiocrité de cœurs de ces anti-élites prêtes à toutes les bassesses pour "leur" (sic) argent vraiment sale. Soit le but : monopoliser les coûts afin que, tous les ans, la plus value collective (le supplément du PIB) soit illégalement dévalisée par ces possédés (nommés, aussi, possédants). Une étude de l'OMS a, significativement, montré que "plus c'est privé plus c'est inégalitaire". Donc rien du réel n'est de leur côté…

Qui ne sait plus rien du réel ?

 

L'unité des contre-feux à opposer aux émeutiers au pouvoir provient de l'irrationalité des diagnostics : les retraités à 1000 € par mois "explosent" les coûts, les malades "font dériver les dépenses", le chômeur est "dépensier" et la privatisation va "baisser les prix du service public grâce à la concurrence".

 

A chaque fois, les dérapages hors toutes les raisons, l'absence complète de raisonnements structurés, le fanatisme idéologique comme unique argument, masquent l'inversion de tout bon sens. Ce sont les trop riches qui pèsent bien trop dans toutes les "nouvelles dépenses". Si vous vous attribuez, mensuellement 100 ans de SMIC, c'est vous qui dérapez de partout, vous vous avérez extrêmement dépensier (sur le dos du plus grand nombre) et personne d'autre. Si, en plus, vous sombrez dans l'indignité de ne pas participer à la Société tout en lui pompant le maximum : telles ces "villes privées" créées pour ne pas "payer les impôts locaux" – en obligeant toutes les recettes publiques à ne plus penser qu'à vous (d'où réduire les "dépenses" publiques, pas pour "réduire l'assistanat" mais bien pour ne le cibler que sur vous!) vous dévoilez votre esprit infiniment petit, racorni, rabougri, mesquin, étroit et limité.

 

Puisqu'il reste à la portée de n'importe qui de faire du profit "toujours au détriment des autres", mais à la portée de beaucoup moins d'êtres humains de ne pas faire de "profits" de cette sorte afin de répartir plus équitablement les richesses. Toutes collectives.

                                              

                                               Exercice pratique

 

En exercice pratique cela ouvre : un jour de spéculation sur les devises (spéculer est l'acte antisocial par excellence!) c'est le montant en réserves d'or et de devises des principales banques centrales, soit 1500 milliards de dollars. A part que 1500 milliards de dollars c'est tous les jours. Et que ces réserves ne se réalimentent pas journellement. Ou le total de la spéculation (devises, matières premières, aliments) c'est 2 fois le budget annuel de la France. Tous les jours 2 fois ce budget annuel. Budget annuel qui doit tout gérer pendant que ces "acéphales" (incapables de toute pensée collective, telles les conséquences de leurs actes) ont, entre leurs mains plus qu'inexpertes, la plus dangereuse arme de destruction massive. N'ont aucun projet autre que la puérilité, la superficialité, la futilité. Sensibles au seul niveau le plus bas du réel : les mouvements browniens, les traces électroniques et l'imitation aveugle et sourde des autres comme unique pensée (ils font ça, je fais pareil!). Perte en acte de toute profondeur psychique : de telles personnes représentent l'échec le plus retentissant de la civilisation. Qui a bien pu avoir la lubie (ou la perversion ?) de leur "abandonner" le destin du monde ? S'il y a bien des êtres incompétents et inadéquats pour mener à bien cette tâche ce sont bien eux. Un œil sur le fonctionnement réel ? Combien de fois les banques centrales ne "donnent"-elles pas aux Bourses des 100 de milliards d'euros et de dollars ? Les Bourses semblent donc entièrement subventionnées par le détournement des impôts collectifs et sans que notre avis soit demandé. Le boursier est donc un fonctionnaire exagérément payé.

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à but non lucratif freethewords.org,   onglet 3  "Rien de plus solide que le solidaire ", onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou, encore,  onglet 3  "Légalité de l'égalité".

Publié dans economie et politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article